AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Printemps
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
24/02/18
Découvrez la Gazette n°6 !
01/04/18
Hoopa prend le contrôle du forum !
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Abigaël
Administratrice
Derniers messages

 

 Any Fools can be a father but it takes a real man to be a Daddy - FT Jericho Lamb

Aller à la page : 1, 2  Suivant
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Mer 21 Mar - 19:25
citer
éditer
x
  Mer 21 Mar - 19:25

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy fit craquer ses doigts tordus, les secouant doucement pour faire partir les picotements qui le gênait. Il souffla dessus aussi, essayant de les réchauffer, car le froid les engourdissait et les rendait moins précis que ce qu'il souhaitait. Il ne pouvait guère faire plus pour lutter contre cela.

Il fait froid, l'hiver n'était pas clément cette année pour le garçon, pire que l'année précédente. Par endroits, il pouvait même voir les flaques d'eau sales durcies par le verglas, et même les robinets publics avaient été stoppés par l'administration de la ville, par peur que l'eau ne gèle dans les canalisations et ne les fassent exploser. C'était un problème cela, tout autant que le froid d'ailleurs. Il n'était pas bien épais, son corps tremblait dans ses vêtements trop grand, trop léger pour supporter de tel températures.
Mais la vie continue, il ne pouvait se permettre de se plaindre ou de se lamenter. C'était une vie bien meilleure que celle avec sa famille de toute façon.

Il ramassa le papier qu'il était en train de recopier. Ce n'était pas quelque chose d'exceptionnel, mais il était fier de savoir faire ce genre de petites choses. Les gens n'y voyaient que du feu. Qui soupçonnerait un jeune garçon après tout. Il avait la quinzaine environ, à peu près, il avait oublié sa date de naissance et oublié de compter aussi, mais il semblait plus jeune, sûrement parce qu'il était plus petit que la moyenne, plus maigre, plus frêle, plus innocent aussi.

Il reposa les yeux sur le document, vérifiant une dernière fois que toutes les informations semblaient correctes avant de soigneusement plier le papier.
Il se redressa ensuite, fermant le manteau qu'il portait, une vieille veste piquée à un livreur quelconque peu attentif. Le logo sur la manche était un peu abîmé par sa vie rude, mais il était toujours visible et personne ne prêtait suffisamment attention à lui, à ses vêtements usés ou aux égratignures sur ses bras, pour se poser des question sur lui.

Du dos de la main, il se frotta les yeux, essayant de calmer l'irritation causé par le port constant de ses lentilles. Le soleil était déjà bas, la nuit n'allait pas tarder, le jour n'était plus assez fort à présent pour gêner ses yeux sensibles, mais il n'avait rien pour stocker ses lentilles. Elles lui avaient coûté toutes ses maigres économies, le protègent mieux des rayon agressif du jour que de banal lunette de soleil, il ne pouvait se permettre de les abîmer en les retirant.

Il finit par arrêter, se rendant compte que plus il frottait et plus sa vision se brouillait. Il en soupira presque d'agacement. Ramassant un carton soigneusement fermé à ses côtés, il commença à marcher, sortant de la ruelle sombre qui lui avait servit de refuge quelques instants avant de rentrer dans un bâtiment adjacent, regardant avec attention les boites aux lettres pour en retenir quelques noms et numéro.

Il avait déjà son scénario en tête, comme il allait faire pour piquer quelques billets à une personne choisit au hasard. Il n'aimait pas arnaquer et voler ainsi, mais il n'avait guère le choix. Il avait dépensait ses derniers sous la veille pour un bout de pain et la faim se faisait sentir. Il avait besoin de cet argent pour survivre, acheter de quoi manger, peut être même un pull plus épais à la friperie du coin aussi, cela serait bien.

Un frisson le traversa, il sourit doucement en voyant apparaître à ses côtés son ami fantominus. Ce dernier savait ce qu'il allait se passer, ce n'était pas la première fois qu'ils faisaient ensemble cela après tout, Roy n'avait même plus besoin de lui demander qu'il accomplissait son rôle à la perfection.
Il se dissimula à nouveau dans les ombres, mais le garçon savait qu'il le suivait de près.

Le jeune garçon finit par se stopper à une porte au hasard, une dont il avait retenu le nom du résident, regardant un instant autour de lui pour vérifier qu'il n'y avait personne avant de toquer, tenant bien en évidence le carton dans ses bras.
Il attendit calmement qu'on vienne lui ouvrir, relevant les yeux vers l'homme, plus grand et âgé que lui.

"Monsieur Lamb ? J'ai un colie pour vous, si vous voulez bien signer ici.", lui dit il, sans lui laisser le temps de la reflexion, en tendant la feuille de livraison vierge qu'il venait de recopier un peu plus tôt.

À peine l'homme eut il posé ses doigts sur le papier pour le signer, ou en vérifier la provenance, que Soul sorti de l'ombre derrière l'enfant, utilisant sa capacité d'hypnose sur l'homme surpris.
En un mouvement, le garçon le poussa en arrière, le faisant tomber au sol même si la chute ne le réveilla pas, profondément endormie par l'attaque de son pokemon. Il entra dans l'appartement, lâchant le carton de toute façon vide, se jetant sur les poches de l'homme pour en ressortir quelques billets froissée.

Un bruit le fit sursauter, et il tomba nez à nez avec un pokémon géant et sûrement passablement énervé de voir un gamin s'introduire chez lui et s'en prendre à son maître. Heureusement, Soul s'en était rendu compte plus tôt, s'interposant entre eux, cachant quelques secondes le garçon derrière son gaz qui s'enfuit à toute jambe sans demander son reste pendant que son fantominus couvrait sa fuite.

Il alla trouver refuge dans une ruelle plus loin, se stoppant pour reprendre son souffle et attendre que son ami le rejoindre, ce qui ne tarda pas heureusement. Le garçon tendit victorieusement les quelques billets dans ses mains pour les montrer à son pokemon.

"Regarde Soul ! C'est pas grand chose mais on va pouvoir s'offrir un repas chaud ce soir, tu en dis quoi ?"

Le pokemon sembla ravit l'espace d'un instant avant que son attention soit reportée sur autre chose, et cela inquiéta le garçon qui se rapprocha doucement pour voir que son ami avait sans doute pris un coup avant de s'enfuir.

"Soul ? Est ce que ça va ? Il t'a touché ? Est que tu veux qu'on aille au centre pokémon ?"

Le petit bonheur d'avoir un peu d'argent s'était vite effacé au profil de l'inquiétude, presque un début de panique. Leur tentative étai un échec complet, Roy avait espérait pouvoir retirer plus que quelques malheureux billet, mais il n'avait pas pris en compte la présence possible d'un pokémon dans l'appartement et son ami avait été blessé à cause de cela.

Dans sa tête ça ne pouvait pas être pire... À moins que l'homme agressé ne se soit réveillé et soit parti à leur recherche, Roy n'ayant pas non plus couru hyper loin pour se mettre à l'abri pour l'instant...



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Mer 21 Mar - 23:48
citer
éditer
x
  Mer 21 Mar - 23:48

Allongé dans ton lit, tu observes le plafond d’un air mélancolique. La fumée de ta clope enfume toute ta chambre, tu soupires et ne cherches même pas à aller ouvrir la fenêtre qui serait presque à portée de main si tu daignais te redresser. Tu ressasses le passé en silence, ignorant les sollicitations de Philippe qui commençait sérieusement à s’inquiéter que tu sois enfermé dans cette pièce depuis maintenant une heure. Tu as l’impression de tourner en rond depuis longtemps, et tu cherches à t’éloigner comme tu le peux de ce passé que tu cherches à enterrer depuis bien trop longtemps. Tu souffles cette immonde fumée dans la pièce avant de te redresser.

Tes os craquent sous l’effort, tu sens tes muscles endoloris et tu pestes car tu as déjà l’impression d’être un vieux octogénaire alors que tu n’as fêté qu’un demi-siècle cette année. Tu grondes un long moment, te levant enfin pour aller ouvrir la porte de ta chambre. Tu l’as à peine entrouverte que tu peux voir les yeux de Philippe se glisser vers l’ouverture pour voir si tout va bien. « Dégage de là, s’il te plait. » Il s’exécute en silence, et tu observes tout le salon pour voir s’il n’a rien détruit. Heureusement, tout a l’air d’être resté à sa place depuis ta disparition. Alors tu viens le récompenser de quelques friandises que tu lui lances faiblement.

Une vive douleur te prend alors que tu ne fais que t’étirer et tu t’empresses d’aller te servir quelque chose à boire pour faire passer le temps ; parfois, tu travailles en pleine journée, d’autres fois la nuit. Tout dépend des nouvelles. Tu pianotes avec difficulté sur ton téléphone, sourcils froncés, prenant des nouvelles de certains de tes compagnons. Et tu te surprends à sourire lorsqu’on te répond que tout va bien, que vos actions portent doucement leurs fruits. T’emparant de ton verre rempli d’un fond d’alcool, tu viens t’asseoir sur le canapé pour savourer ton maigre breuvage.

Jusqu’à ce que quelqu’un sonne à la porte.

Tu manques de renverser l’alcool sur cette veste ne t’appartenant pas, et tu déglutis, un peu déboussolé par cette chose… Inattendue, oui. Tu grognes longuement avant de te relever en vitesse, te dirigeant vers la porte pour l’ouvrir. Et… Cette fin de journée ne cessait de t’étonner. C’est une personne de petite taille qui te regarde, tu hausses les sourcils en voyant le colis qu’il porte sous le bras sans faire plus attention aux détails.

« Euh… Je n’ai rien commandé… »

Normalement, on te livre en main propre, et surtout pas chez toi. Mais soit, pourquoi pas. Tu agrippes avec fermeté le bout de papier tendu, prêt à signer, relevant les yeux en vitesse en apercevant une ombre se mouvoir derrière lui. Tu t’es fait avoir par l’attaque d’hypnose, tes paupières se faisant lourdes, bien trop lourdes, puis tu t’écroules lourdement au sol pour piquer un petit somme.

Philippe, depuis le fond de la pièce, a observé la scène. Il ne dit rien au début mais se précipite vers toi dès lors que tu tombes au sol ; il a voulu te rattraper, mais il n’y est pas parvenu. Alors il crie, furieux qu’on se soit attaqué à son dresseur, prêt à fendre en deux l’intrus osant poser ses sales pattes sur toi mais il est perturbé par l’apparition du spectre devant ses yeux. Il remue son unique appendice décorant le contour de ses yeux et ne remarque pas la fuite du gamin, trop occupé à préparer une attaque pour chasser le dernier intrus. De ses grandes griffes, il taille le corps du pokémon sans pour autant chercher à tuer. Et il poursuit la créature sur quelques mètres en hurlant de toutes ses forces pour lui dire de ne plus jamais revenir.

De ton côté, tu émerges de ce sommeil court mais intense, la tête lourde et douloureuse. Philippe se tourne vers toi dès lors qu’il t’entend gronder d’insatisfaction, soulagé que tu n’aies rien de plus qu’un vilain bleu à l’arrière de la tête. « Philippe… Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » Le Sarmuraï se dresse du haut de ses deux mètres et tente de t’expliquer le souci sans que tu ne comprennes quelque chose. « Explique plus clairement, je parle pas le Sarmuraï, moi. » De ses petites pattes, il cherche encore à te raconter l’histoire, jusqu’à ce que tu te souviennes de ce gamin quelques secondes avant que tu ne t’évanouisses.

Tu écarquilles alors les yeux, furieux de t’être fait avoir ainsi. Tu te relèves en vitesse, prends tes clés et ferme la porte en poussant Philippe hors de ton chemin. « Viens avec moi, tu vas me dire où ces dégénérés sont partis. » Le grand insecte n’attend pas une seconde de plus et s’élance à toute vitesse vers la dernière fois où il les a vus. Tu le suis en essayant de tenir la cadence, mais ce n’est pas facile avec les membres encore engourdis et la tête manquant d’exploser. Philippe s’arrête net et cherche dans toutes les directions, osant s’aventurer seul dans les petites ruelles avant de se mettre à hurler. Tu le rejoins bien vite, inquiet.

« Toi ! », dis-tu en pointant du doigt le gamin. « Oh putain, je vais te faire la peau. »

Philippe s’interpose entre toi et l’autre pokémon. Il est prêt à l’attaquer si il ose bouger, et il a confiance en lui, prêt à ne faire qu’une bouchée de ce Fantominus. Tu te rapproches de l’humain à toute vitesse, venant l’attraper par le col avant de l’éloigner de son allié. Tes poings se serrent, aveuglé par la colère, tu le frappes sans mesurer ta force. Que ça lui serve de leçon, on ne te vole pas comme ça sans en subir les conséquences. Tu as eu beaucoup de chance de le retrouver, et tu comptes bien récupérer ton dû.

« Rends-moi ce que tu m’as pris. Tout de suite. »

Impulsif, tu as laissé tes poings parler avant tes sentiments ; tu ne mets que trop de temps avant de réaliser que c’était un enfant qui a tenté de te voler. Et lorsque tu le réalises, tu le lâches et t’éloignes loin de lui en déglutissant. Tu restes méfiant, observant Philippe qui s’explique à sa manière avec le Fantominus et qui tente tant bien que mal de le laisser passer, menaçant l’âme de ses grandes griffes.

« Rends-moi mon fric. ALLEZ ! »

Tu te montres insistant et tu tends la main, à mi-chemin entre la colère et… La compassion. Intérieurement, tu te dis que tu ne devrais pas te montrer aussi dur, tu t’en veux de t’être fait avoir aussi facilement, tu vas tout de même tenter d’instaurer un dialogue.

« Tu peux m’expliquer pourquoi tu as risqué ta vie pour trois pauvres billets ?! »

Philippe, non loin, grogne parce que tu te montres encore trop méchant. Allez, il te faudrait juste un peu plus de sympathie, quoi. Alors tu soupires pour laisser échapper cette colère qui ne demande qu’à tabasser cet enfant jusqu’au sang.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Jeu 22 Mar - 1:48
citer
éditer
x
  Jeu 22 Mar - 1:48

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy était inquiet pour son ami, à la recherche de blessure, ne trouvant heureusement que quelques égratignures qui pourtant peine à le calmer. Soul était son seul ami, il ne voulait pas le perdre surtout pour trois pauvres billets verts. Non, leur ruse avait été trop risquée pour si peu de résultat... Mais il ne savait pas quoi faire d'autres, il n'avait pas le choix... Mais cela avait mis Soul en danger...

Le pokémon sembla tenter de le rassurer. Roy savait que lui aussi était inquiet pour son humain. Ils n'étaient pas dresseur et pokémon qu'on envoyait volontairement se faire massacrer au combat non, ils étaient amis, ils cherchaient à survivre ensemble, parfois en se mettant en danger oui... Ils n'avaient pas le choix.

Roy était trop jeune pour espérait trouver un métier, il était mineur et était pratiquement sûr qu'on le renverrait à ses parents si jamais il se faisait attraper. Il ne vivrait pas une semaine de plus avec son père... La dernière fois, il avait failli avoir sa peau, le garçon n'avait survécu que grâce au courage de Soul qui s'était interposé.
Et puis... Il ne faisait pas confiance aux adultes, même à ceux sensé respecté la loi. Personne n'avait daigné l'aider, ni même l'écouter. Pourquoi cela changerait maintenant.

Un cri étrange à l'entrée de la ruelle les surprit, faisant sursauté le garçon qui n'eut que le temps de se tourner vers son origine qu'une voix en colère vint l'interpeller et que de puissante main l'agrippèrent et l'éloignèrent de son ami. Le garçon ne put retenir un cri effrayé face à cela, en voyant Soul essayé de le rejoindre pour le protéger, mais qui fut stopper par un monstre en armure plus grand encore que l'adulte qui le tenait.

Puis vinrent les coup, violent, plein de colère, douloureux. Le garçon était redevenu silencieux, pas un cri ne sortit malgré la douleur, il n'avait jamais crié lorsque son père le battait, il savait que crier équivaudrait à se recevoir le double des coups qui lui étaient dû. Il se contenta de lever les bras tremblant pour protéger son visage comme il le pouvait, parce qu'il n'était pas sûr que son crâne ne résiste à un coup pareil.

Il sentit une de ses côtes déjà fragile se briser. Ce n'était pas la première fois, il ne cria pas là non plus bien que des larmes commencèrent à couler parce que la douleur était trop forte pour qu'il puisse les retenir plus longtemps. Il se serait tordu de douleur s'il le pouvait, mais ses pieds peinaient déjà à toucher le sol, il ne tenait debout que parce que son agresseur le tenait par le col.

Il faisait la même carrure que son père, devait même avoir le même âge, la même force, la même colère dans chacun de ces coups. Roy eut l'impression de revenir des années en arrière et ça lui faisait peur. Il s'était déjà fait attraper oui, on ne réussit pas tout le temps à arnaquer et voler les gens sans qu'ils ne réagissent. Il s'était déjà fait battra aussi, une fois même avec un bâton, mais l'impact des poings de cet homme lui apportait plus de peur et de douleur que tout ceci, et ce, depuis sa fugue.

Derrière l'homme, retenu par le Sarmuraï, Soul crachait et criait sa colère, tentant de venir en aide à son ami, mais qu'importe ce qu'il faisait, l'autre pokémon ne le laissez pas passé, menaçant de le taillader à son tour.

Pourtant, les coups se stoppèrent au bout d'un moment alors que l'homme réclamait son argent. Sa poigne sur le col du garçon se relâcha, mais les jambes du garçon se dérobèrent rapidement sous lui, le laissant tomber mollement au sol, se recroquevillant sur lui-même en se tenant le ventre et la poitrine rendu douloureuse par les coups.
Le garçon ne put retenir un sanglot, regrattant immédiatement cela en sentant sa poitrine plus douloureuse encore. Il n'osa pas bouger, figer par la douleur et la terreur, n'osant pas ne serait ce que relever la tête même un petit peu pour voir son agresseur. D'ordinaire, il se serait rebellé, juste un peu, pour montrer qu'il se vengera sans doute un jour, mais là non, le simple fait que l'homme lui rappel son père l'emplit d'une terreur sans nom.

C'est toujours aussi apeuré, ne réagissait que parce que l'homme hausse la voix, qu'il lâche d'une main tremblante face à lui les quelques billets, sans même lever les yeux, se recroquevillant d'avantage en boule sur le sol malgré la douleur émanant de ses côtes brisées ou fêlées.

Pourtant, l'homme ne semble pas partir malgré le retour de son argent, s'attendait, il a autre chose ? À plus ? Le garçon n'avait rien d'autre pourtant...

Il couina doucement en entendant l'homme à nouveau lui parler d'un ton dur, autoritaire, cassant. Un nouveau sanglot le prit, suivit d'un nouveau cri, énervé, mais aussi désespéré du fantominus qui tentait toujours de rejoindre son ami mal en point.
L'enfant n'a pas envie de répondre, que pouvait, il bien dire.
"Pardon très chère monsieur, mais j'ai trés faim, je voulais juste aller m'acheter à manger."
C'était pathétique, il n'était pas fichu de faire les choses correctement. Mais il avait peur, s'il ne répondait pas, que l'homme ne s'énerve à nouveau. Il ne voulait plus être tapé, il voulait juste qu'il parte, qu'il le laisse seul avec Soul. Tant pis pour les billets et le repas qu'ils auraient pu acheter avec.

"Je... Je.. Voulais juste...", commença-t-il entre deux sanglots douloureux, la douleur dans sa poitrine le tuant de l’intérieur. "Je voulais juste... Manger..."



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Jeu 22 Mar - 14:07
citer
éditer
x
  Jeu 22 Mar - 14:07

De tes yeux colériques, tu observes l’enfant glisser jusqu’à tes pieds. Et presque immédiatement, tu regrettes amèrement de lui avoir fait subir ça. Le pauvre, tu pensais juste que ce n’était qu’un connard de plus prêt à te faire la peau juste pour le plaisir de te voler les quelques billets que tu arrives à te faire dans la journée. Tu pousses alors un soupir gêné, baissant la tête tout en sortant ton téléphone, préférant fuir le résultat de ta violence en allant lire les quelques messages reçus durant la course poursuite.

Les sanglots, les couinements, tout te met mal à l’aise, tu fronces les sourcils en essayant toujours d’ignorer ces appels à la culpabilisation. Mais rien n’y fait, c’est lorsque tu entends sa petite voix cassée que tu regrettes amèrement d’avoir tenté de lui péter la gueule. Qui sait ce qu’il aurait pu devenir si tu ne t’étais pas arrêté ? Tu relèves lentement ton regard vers lui, grimaçant, les lèvres pincées. Ta main occupée vient ranger le mobile et tu t’approches de lui lentement, sans aucune once d’agressivité – plutôt contradictoire quand on voit de quoi tu es capable quand tu te fais voler par un enfant.

Il aurait l’âge d’être ton fils, et bien que tu ne sois pas très doué dans les interactions entre gens civilisés, tu es touché par la détresse que tu as déclenchée en voulant te venger de ce que toute personne dans la merde serait capable de faire ; voler pour survivre. Tu te poses beaucoup de questions, tu te demandes d’où il vient, d’où il sort, mais tu ne veux pas le brusquer, pas plus que tu ne l’as déjà fait. Ton cœur se déchire alors que tu viens te poser devant lui et t’abaisser à son niveau, te montrant bien moins agressif que tout à l’heure ; tu ne le touches tout de même pas de peur de céder à l’envie de lui péter le nez pour le petit coup de pute qu’il t’a fait.

« Tu n’as pas de parents ? », dis-tu en haussant les sourcils. À bien le regarder, il te rappelle lorsque tu as pris ton indépendance, quand tu es parti de chez toi pour t’éloigner de cette ville pourrie, quand tu as commencé à te faire de l’argent facile en fraudant, en volant, en revendant de la contrefaçon pour pouvoir te payer de quoi manger et survivre.

La misère, quoi.

« Que fait un enfant seul, ici, à Grimecoal ? »

En réalité, ce n’est pas rare de voir des enfants abandonnés à leur sort, cette ville n’étant pas réputée pour sa richesse et sa joie de vivre, plutôt pour la ville des délits et du malheur. Tu ravales ta salive, venant poser doucement ta main sur son épaule et tu appréhendes ses réactions ; s’il pose la main sur toi, eh bien tu le laisseras faire, tu lui dois bien ça après l’avoir tabassé sans même avoir pris le temps de le juger avant.

Philippe, de son côté, observe la scène. Il se tourne enfin vers le Fantominus qui cherche encore à passer, il gronde mais ne se montre plus agressif. L’adulte s’étant calmé, Philippe n’avait plus aucune raison de vouloir se battre – sauf si on s’en prend à son dresseur, bien sûr. Le Sarmuraï rétracte ses grandes griffes et se tasse pour paraître un peu moins impressionnant, se pressant pour venir te rejoindre en s’étant complètement désintéressé du Fantominus. Il vient poser ses petits yeux sur l’enfant, curieux, mais ne fait rien d’autre qu’observer.

« Écoute… Je voulais pas te casser la gueule. D’habitude, je réserve ça à tous les autres connards de Grimecoal, et il se peut… Il se pourrait que j’aie pu te confondre avec l’un d’entre eux, tu vois ? »

Tu es complètement débile, Jericho. Tu n’as sûrement plus toute ta tête et s’il t’accuse avant de prendre la fuite, ce sera son choix et tu tenteras de le respecter tant bien que mal. Mais pour le moment, tu t’en veux terriblement. Parfois, tu lances un regard gêné à Philippe qui remue les petites pattes au niveau de sa tête pour te frapper doucement. « Hé, toi aussi tu es fautif, fais pas genre ! », grondes-tu à ton pokémon qui ne cesse de te tenir tête. Alors dans un soupir, tu l’ignores à nouveau, reportant ton attention sur l’enfant.

« Je peux… Je peux te donner à manger si tu veux. Mais que je t’y reprenne pas à essayer de me voler quelque chose. D’accord ? »

Tu lui tends ton autre main, encore mal à l’aise. Tu observes un instant son état, le pauvre, tu n’as pas dû le rater. Une question te brûle les lèvres mais tu n’oses pas la poser, te doutant déjà de la réponse. Mais tant qu’à faire, si tu peux lui panser les blessures que tu lui as infligées par "accident", pourquoi pas ?

« Dis-moi, je t’ai fait mal où ? »
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Ven 23 Mar - 0:13
citer
éditer
x
  Ven 23 Mar - 0:13

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy essayait doucement de calmer ses sanglots, pleure déclenché et déclenchant de vive douleur dans sa poitrine. Le moindre soubresaut faisait calquer d'avantage ses os fragiles, fêlées voir peut être cassé. Oui, sûrement plus cassés que seulement fêlés au vu de la douleur lancinante sur certaines de ses côtes.
Le garçon n'avait ni muscle ni graisse pour se parer face à la violence des assauts, et il savait que déjà certaines anciennes blessures ne s'étaient jamais totalement guérie. Il le voyait dès qu'il se regardait.
Il était tellement maigre, il l'avait toujours été, que ses os ressortaient sous sa peau et certains étaient trop tordu pour que cela soit normale.

Il restait recroquevillé sur lui-même, ses bras entourant sa poitrine comme si cela allait alléger la douleur, ou le protégé au cas où l'homme décidait qu'il n'avait pas encore reçu une correction suffisante. Il ne serait pas étonné si c'était le cas, il avait l'habitude à présent, et l'homme n'était pas encore parti, il devait attendre quelque chose peut-être.
Le garçon serra d'avantage ses jambes contre lui, cachant d'avantage sa tête derrière ses genoux, en entendant les pas de l'homme se rapprochait à nouveau de lui. Il retint son souffle, s'attendant à être à nouveau soulevé et frappé. Il n'osa pas bouger d'avantage en attendant le moment fatidique, il n'osa même pas relevé les yeux pour regarder son agresseur en face, il avait bien trop peur que ce soit le visage de son père qui apparaisse à la place de ce vieil homme.

Il fut surpris de l'entendre parler, lui poser une question, mais cela ne le rassura guère bien au contraire. La simple évocation de ses parents lui glaça le sang à nouveau, dans sa panique soudaine, osa relever la tête, furtivement, regardant autour de lui d'un air apeuré comme si avoir prononcé ce mot, "parents", allait les invoquer ici d'un instant à un autre.
À la deuxième question, il ne répondit pas non plus, enfouissant à nouveau sa tête derrière ses genoux. À ce stade, il ne savait que penser, mais se persuader peu à peu que si l'homme ne l'avait pas encore re frapper, il allait le faire bientôt, cherchant peut être par la parole à le rassurer pour mieux le détruire à nouveau. À moins que ce ne soit pour le livrer à nouveau à ses parents... À son père... Cette simple pensée déclencha un nouveau sanglot terrifié alors qu'il commençait enfin à calmer ses larmes malgré la douleur persistante.

La terreur ne fit que monter lorsqu’il sentit la main de l'homme se poser sur son épaule et par reflex, comme l'aurait fait un pokemon battu n'ayant jamais rien connu d'autre que les coups, il se déroba à ce toucher, quittant momentanément sa forme de cocon protecteur pour reculer vivement, regardant avec terreur, les larmes aux yeux, cette main comme si elle allait à nouveau lui faire mal. Il ne put reculer très loin, son dos tapant contre le mur à peine quelques centimètre derrière lui, la douleur dans sa poitrine reprenant le dessus. À nouveau acculé, il se recroquevilla à nouveau, plus tremblant encore qu'il ne l'avait été quelques instants plus tôt.

Soul en voyant cela émit un cri colérique. Le pokémon le retenant ayant baisser son attention et ses griffes, volontairement, il se précipita vers le garçon, l'entourant de son gaz comme il le faisait d'habitude, sans l'étouffer non plus, le tout en tenant tête à l'homme. Ses cris indiquaient clairement qu'il n'hésitera pas à l'attaquer s'il osait s'approchait à nouveau du gamin, même s'il ne se montrait pas agressif. Pokemon surprotecteur, il savait que son humain n'était pas en état de faire la différence entre un geste amical et un poing fermé, et ce qu'importent ces excuses.

Rassurer par la présence de Soul à ses côtés, le garçon sembla pourtant plus calme, moins apeuré aussi. Il savait que le fantominus ne le laisserait plus se faire toucher par l'homme, qu'importe s'il devait se battre avec l'autre pokémon géant. Il releva doucement la tête à la proposition de l'homme, pas suffisamment pour le regarder dans les yeux même s'il s'était accroupi pour être à sa hauteur. Il avait toujours peur, il avait toujours mal, mais il avait faim aussi. Il pouvait aisément ignorer cela, ignoré les avertissements que son corps lui envoyait, mais il savait qu'il ne pourrait tenir longtemps sans nourriture dans ce froid et puis... Si ses côtes étaient réellement cassées, trouver à manger et de l'argent allait être plus difficile encore...
L'homme le terrifie, mais l'appel de la faim commençait à être plus forte.

Il n'osa pourtant pas prendre la main tendue de l'homme, il avait bien trop peur pour cela, il était bien trop méfiant aussi. L'homme venait de le tabasser après tout, pourquoi se montrerait il si gentil d'un seul coup s'il n'avait pas une arrière pensé en tête. Le garçon ne serait même pas surpris si, en suivant cet homme, il se retrouvait égorgé et jeté dans un fossé. Pourtant, il voulait vivre encore un peu, il était forcé de considérer son offre.

"Ss... Sss... Soul...", murmura il doucement à l'attention de son ami.

Le pokémon sembla hésiter. Il savait ce que son ami lui demandé sans même qu'il n'est besoin de le dire, mais obéira-t-il ? Il n'était que peu enclin à le faire, il ne semblait pas vouloir le laisser, mais sous le regard insistant du garçon, il capitula, reculant pour disparaître dans les ombres.
Il n'était plus en vu, et n'était plus une menace immédiate, mais nul doute qu'il continuait de les observer et qu'il n'hésitera pas à s'interposer, ou pire, à attaquer si quoi que se soit arrivait au garçon.

Sans son pokemon à ses côtés, le garçon se remit à trembler doucement, de peur, mais aussi de douleur. Il baissa à nouveau la tête, regardant de ses yeux noir les pieds, les bras serrant doucement sa poitrine. Il hésita à répondre à la question de l'homme, à révélé quelle faiblesse il lui avait infligé pour mieux appuyé dessus aux prochains coups.

"Aux... Ccc.... Côtes....", finit, il par murmurer à l'homme, difficilement entre ses dents serrées.

Ses bras restèrent presser contre lui, servant de barrière aux cas où un coup partait soudainement. Il s'attendait à tout à ce stade...



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Ven 23 Mar - 1:34
citer
éditer
x
  Ven 23 Mar - 1:34

C’est avec un grand étonnement que tu te retrouves totalement désarmé, à la merci des sanglots du garçon, complètement désolé d’avoir osé lever la main sur lui avant même d’avoir cherché à discuter poliment avec lui ; rien qu’à voir sa position de faiblesse, tu peux voir et comprendre qu’il n’est pas ce genre de personnes cherchant à semer la misère et les emmerdes partout où il va – pas comme toi qui va jusqu’à faire chier Idéalis qui ne voit pas toutes tes actions comme louables. Sans même le montrer, tu es vraiment trop mal, au point de t’en bouffer l’intérieur de la lèvre jusqu’au sang, hésitant longuement.

Le Fantominus venait de se jeter sur le garçon en te regardant de ses gros yeux globuleux, tu hausses les sourcils, un peu surpris mais sûrement pas effrayé. Pour faire comprendre à la créature que tu risques de t’énerver plus que nécessaire à cause de ses cris, tu te mets toi aussi à pousser un sifflement, très vite accompagné de Philippe qui gueule à son tour avant de te donner un gros coup de patte dans le dos en te regardant. S’il pouvait parler, il te dirait tout de suite d’arrêter de faire le con et de laisser ton courage sur le côté de la route pour le moment. Alors tu soupires avant de te calmer, raclant ta gorge, mal à l’aise.

Et tu observes le pokémon se fondre dans les ombres avant de disparaître de ta vue. C’est bien mieux ainsi, oui. Mais tu te sens observé… Et Philippe semble savoir exactement où se trouvait ce foutu Fantominus, mais ne semblait pas agressif. Pas comme toi qui, même en voulant avoir l’air rassurant, ressemblait plus à un évadé de prison meurtrier qu’une douceur à regarder. Tu gardes la main tendue, en espérant que le garçon finirait par l’attraper, mais tu te rends compte très vite que tu risques de te prendre le plus gros vent de ta vie si tu continues à rester ainsi.

Sa voix peinant à prononcer des mots te déchire un peu plus le cœur, et tu ravales ta salive. Tu voudrais t’excuser un milliard de fois, mais tu sembles bien trop fier pour t’abaisser à ça. Et parce que tu trouves que t’excuser comme ça serait un profond manque de respect. Là, tu voulais te faire pardonner. Alors, dans un soupir, tu te redresses et tu fouilles dans tes poches bien trop vide à la recherche de quelque chose, mais tu ne trouves rien. Alors tu regardes l’insecte cuirassé qui se met à te fixer aussi.

Le laisseras-tu crever dans le froid ?

Bien sûr que non. Mais tu as un peu peur de la dangerosité potentielle du Fantominus. Tu sais que tout n’est pas rose, que tu auras beau tenter de gagner sa confiance, elle ne viendra qu’au bout d’un moment. Sauf que si l’adolescent ne veut pas mourir de faim maintenant, il devra prendre sur lui un peu plus longtemps.

« Écoute, je vais t’emmener chez moi, je vais te donner à manger. Ensuite, on ira à l’hôpital si ça ne s’arrange pas. »

Tu articules lentement chacun de tes mots pour qu’il comprenne, mais il n’y a rien de rassurant à ça. Tu regardes alternativement Philippe puis le jeune homme, insistant bien en posant les yeux sur le pokémon ; hors de question que tu le touches après ce que tu lui as fait. Le Sarmuraï râle mais s’exécute, cherchant à relever le garçon tout en douceur, attrapant sa main de ses petites paires de pattes, tirant doucement.

« T’es con ou quoi ? Porte-le, ça sera plus simple. »

Il te lance un regard meurtrier et tu te contentes de lui sourire car tu sais qu’il finira par le faire. Avec ses grandes pattes, il soulève le jeune homme tout en douceur, grondant sur le Fantominus qui, naturellement, cherchait à protéger son dresseur.

« S’il te plait, je sais que ça va te paraître fou vu la misère que je t’ai foutue, mais fais-moi confiance. »

Philippe part en premier, visiblement agacé par ton comportement et par l’autre salaud lui tournant autour. Il pousse un cri, comme pour lui dire que s’il l’étouffe, son dresseur tombera au sol et qu’il a de grandes choses de mourir s’il ne se montre pas plus coopérant. C’est plutôt ingénieux de la part de Philippe, mais après, il fallait voir si le Fantominus prendrait ces cris comme des insultes, une invitation à se battre ou à se calmer. Tu emboîtes le pas du Sarmuraï, pensif, osant même aller cramer une cigarette sur le chemin du retour – qui n’est pas très long, avouons-le.

« Je suis désolé. Je pensais vraiment pas tomber sur quelqu’un comme toi… Je me suis montré odieux. Mais souvent, il faut montrer qu’on ne se laisse pas faire pour pas avoir d’emmerdes. »

Éternel Lougaroc, tu étais prêt à tout pour montrer ta supériorité aux autres, frappant toujours avant de négocier. Et aujourd’hui, tu en as payé le prix cher, tu t’en es pris à quelqu’un sans défense ne cherchant qu’à grailler. Une fois arrivés devant la porte, tu t’empresses d’ouvrir la porte et laisse le gros insecte passer et déposer délicatement le garçon sur le canapé.

Toi, de ton côté, tu refermes la porte et fuis immédiatement vers la cuisine ; tu veux limiter le temps ici pour éviter les emmerdes, car une côte cassée n’est jamais agréable à vivre. Jonglant entre le contenu de différents placards, tu prépares un petit plat – infect, comme d’habitude. Philippe te regarde faire et n’a vraiment pas l’air enjoué, n’approuvant pas du tout le fait que tu te mettes aux fourneaux. Mettant le tout dans une assiette, tu l’emmènes vers le garçon et tu la dépose sur la table basse à côté avec deux petits paquets de gâteaux : un pour lui, un pour son pokémon, au cas où. Mais pas sûr que celui pour le pokémon durera longtemps avec Philippe dans le coin.

« Je vais te chercher un verre d’eau et de quoi soulager les douleurs. »

Et tu t’exécutes à toute vitesse, remuant des centaines de questions dans ta tête, gesticulant bizarrement sous la honte. Lorsque tu reviens, tu te forces à lui sourire en déposant le verre d’eau et quelques médicaments. Tu l’observes un long moment, silencieux, avant de soupirer.

« Je… Je suis vraiment désolé. Tu veux que j’appelle quelqu’un pour toi ? Un frère, une mère, un ami ? »
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Ven 23 Mar - 4:41
citer
éditer
x
  Ven 23 Mar - 4:41

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy releva doucement les yeux, posant son regard dans la pénombre, là où seul lui, peut être le pokémon géant et ses sens plus développés, pouvait voir son ami fantominus les observer en rongeant son frein. Il n'avait qu'une envie, c'était de retourner protéger son humain, se coller à sa peau et l'entourer de son gaz pour le cacher des yeux de cet homme violent. Il était bien plus rancunier que Roy. Roy lui, il subissait plus qu'il renvoyait. Si le spectre ne s'était pas jeté à la face de l'homme pour étouffer, c'était pour une seul raison, le garçon lui-même.


Le garçon lui avait demandé de s’éloigner, apeuré par cet échange de cri, de sifflement strident, menaçant. Il ne voulait pas que cela dégénère.
Si Soul ne l'avait pas écouté, qu'il avait essayé de s'attaquer à l'homme, il n'aurait pas été de poids face au pokémon insecte. Il aurait pu le retenir peut être, mais Roy n'était pas en état de courir se mettre à l'abri.

Le garçon avait peut, il avait mal. La douleur, il s'y habituait, il la supportait mieux au fil des minutes qui passait, ses sanglots se firent moins présent car douloureux. À chacun de ses inspirations, même faible, même courte, il avait l'impression qu'on lui enfonçait un poignard dans la poitrine, mais c'était une douleur qu'il connaissait déjà, qu'il avait appris à supporter avec les années.

S'il continuait à trembler, ce n'était plus à cause de la douleur seule. À cause de la peur, oui, elle était toujours présente, l'homme ne l'avait toujours pas re frappé, mais l'enfant ne pouvait que compter les secondes avant qu'il ne recommence, car il était certain qu'il le ferait. Le froid aussi sans doute bien qu'il ne s'en rende plus compte depuis bien longtemps.

L'enfant ne prit pas la main de l'homme. Il ne put s'y résoudre, lui qui se dérobait au moindre contact humain depuis des années déjà, il ne pouvait surmonter cette peur viscérale aussi vite, surtout avec un homme qui venait de le tabasser sans vergogne, et qui menaçait de le refaire à tout instant. Même l'appel de la faim ne pouvait surmonter cela, et puis... Il ne se pensa pas capable de se relever de toute façon. Ses jambes étaient en coton, encore tremblantes, sa poitrine le faisait souffrir, sa tête pesait lourd avec ses pleurs...

Il se tendit en entendant à nouveau la voix de l'homme résonner dans la ruelle. Soulager dans un premier par la promesse de nourriture bien que restant méfiant, inquiet par la suite. Il ne voulait pas aller à l'hôpital. Il savait qu'il n'en avait pas besoin, il n'en avait jamais eu besoin même aux portes de la mort. Il savait que là-bas, on allait lui poser des question, sur lui, sur son passé, sur ses parents... Il ne voulait pas retourner à ses parents, mais il était mineur, qui écouterait ce que lui veut. Allez à l'hôpital, c'était comme aller au commissariat, c'était hors de question.
Pourtant, il ne formula pas ce refus à haute voix, il n'en avait pas la force, il avait peur que dire non énerver l'homme et qu'il se décide non plus à lui offrir à manger de la nourriture, mais plutôt de le finir à coup-de-poing.
Il fallait que la douleur dans sa poitrine s'arrange, il le fallait.

Le pokémon de l'homme s'approcha du garçon qui parut un instant intimidé, apeuré par sa taille, mais il sembla vite évident que si avec l'homme, il tremblait de tous ses membres à la simple idée d'être proche de lui, avec le sarmuraï il était bien plus détendu, bien plus serein et rassuré. Roy n'avait jamais eu de problème grave avec les pokemons contrairement aux autres humains. Les quelques pokémons l'ayant un jour attaqué ou blessé ne l'avait fait que par instinct, pour protéger leur territoire, leurs petits ou pour se nourrir. Non, Roy n'avait pas peur du pokemon comme il avait peur de l'adulte.

Et le garçon sembla d'avantage se détendre avec ce pokemon en voyant la douceur dont il essayer de faire preuve, d'abord en essayant de le relever mais bien vite stopper par un couinement douloureux du garçon quand ce simple mouvement aggrava d'avantage la douleur dans sa poitrine qui avait commence à se calmer jusque-là.
Le garçon fit l'effort de ne pas se plaindre d'avantage, se mordant les lèvres pour qu'aucun bruit lié à la douleur ne s'échappe de ses lèvres involontairement.
Il essaya de se relever, vraiment, il aurait sans doute réussi avec un peu de temps en s'appuyant sur le pokemon et en ignorant ses côtes abîmées, il parut plein de volonté l'espace d'un instant mais d'une phrase, qui ne lui était pas adressée mais qui semblait pleine de colère, du moins aux oreilles du garçon qui commençait seulement à se calmer, pour que sa peur, non sa panique ne revienne, de même que ses tremblements alors qu'il se referma aussitôt sur lui-même.

Le garçon ne protesta pas, pas pus qu'il n'esquissa le moindre geste, en sentant le sarmuraï le soulever dans ses solides pattes. Il ferma un instant les yeux, soufflant, mais restant tendu, ses bras revenus enlacer sa poitrine douloureuse telle de frêles bouclier.
Un cri lui fit relever doucement la tête, celui énervé de son ami Soul qui sembla mécontent, croyant que son ami était à nouveau en danger dans les bras de ce puissant pokémon.

L'enfant fut surpris d'entendre encore l'homme lui parler, lui demandant sa confiance. Il ne pouvait la lui accorder, il n'avait jamais eu confiance en quiconque, sauf en Soul peut être, pas même en lui-même, comme pouvait-il l'accorder à cet homme qui non seulement venait de le rouer de coups, mais qui pire encore lui rappela bien trop son père violent, sa grande terreur.
Il ne pouvait lui faire confiance, il savait que tôt ou tard, il allait se recevoir à nouveau des coups, mais il n'avait d'autre choix que de le suivre pour l'heure. Il n'était pas en état de partir seul, pas même de marcher, et la promesse d'un repas ne pouvait le laisser indifférent.

Détachant doucement un bras de sa poitrine, il le tendit, tremblant, doucement, vers Soul comme pour lui demander de venir ce que le pokémon fit rapidement, venant se coller au ventre de son ami, cessant ses cris, mais son regard perçant indiquait clairement qu'il surveillait le moindre de leurs faits et gestes.

Le court trajet jusqu'à l'appartement fut calme. L'enfant resta murer dans le silence, essayant doucement de reprendre un souffle normal malgré la douleur encore vive dans sa poitrine, mais qui sembla peut à peu e calmer heureusement. Il savait que l'homme n'était pas loin, mais la carrure du Sarmuraï le cacha de la vue du garçon et rien que cela semble l'aider à se calmer un peu plus, à calmer ses tremblements et sa peur bien qu'il soit certain que tout cela reviendrait à la première occasion.

Il se laissa porter et déposer doucement sur le canapé dans l'appartement, ramenant aussitôt ses jambes contre lui, se recroquevillant à moitié sur lui-même, près à retourner à sa position de cocon à la moindre menace. Soul lui, s'était élevé dans les air, posté proche du plafond dans cette pièce trop éclairé pour qu'il s'y cache. Il ne crachait plus sa colère, mais observait à présent, gardien près à venir à la rescousse de son humain au moindre geste agressif.

Le garçon resta ainsi, silencieux, immobile, osant à peine respirer dans ce lieu, se contentant de fixer un point sur le sol.
Il releva à peine les yeux lorsque l'homme vint déposer face à lui une assiette de nourriture, et qu'importe la nourriture ou le talent de cuisinier elle parut appétissante pour le garçon affamé, ainsi que des gâteaux.

Dans un premier temps, il n'osa pas bouger, suivant du regard l'homme s'éloigner à nouveau, parti lui chercher de l'eau et de quoi calmer la douleur dans sa poitrine. Il tenta de prendre la nourriture avant qu'il ne revienne, doucement, timidement, levant une main tremblante vers l'assiette pour seulement être stoppé par la douleur dans sa poitrine en se penchant un peu trop en avant, revenant bien vite à sa position initial, comme s'il avait fait quelque chose de mal, comme si la douleur criante lui avait rappelé qu'il pouvait être punit à tout moment.

Ce fut Soul qui en voyant cela quitta son poste d'observation pour fondre sur la table, attrapant dans sa gueule les deux paquets de gâteaux qu'il relâcha sur le canapé à côté de son humain, revenant pour agripper les bords de l'assiette et l'apporter à Roy qui la prit doucement, le remerciant d'un regard complice. Après un dernier coup d'œil en direction du Sarmuraï qui les observait, comme pour vérifier que durant ce laps de temps le pokémon de l'homme ne s'était pas rapprocher, le fantominus retourna observer depuis son coin au plafond, semblant plus préoccuper par la sécurité du garçon que par la nourriture à l'heure actuelle.

Timidement, le garçon commença à manger, la faim surmontant momentanément la peur jusqu'à ce que l'homme ne revienne avec un verre d'eau des médicaments qu'il posa sur la table basse. Il se stoppa un instant, baissant les yeux par crainte, mais suivant les déplacements de l'homme du regard malgré tout, se tendant lorsque ce dernier se rapprocha.
Mais au bout d'un moment, comme il parut silencieux, immobile, l'enfant recommençant à manger, d'abord avec parcimonie, puis plus rapidement, affamé, comme s'il avait peur qu'on ne lui pique l'assiette et son contenu avant qu'il n'a eu le temps de la finir.
Il ne tenta pas cette fois-ci de se pencher à nouveau en avant pour attraper le verre d'eau et les médicaments, et il ne demanda pas non plus d'aide à Soul qui lui parut bien trop occupé à fixer l'homme sans bouger.

Il finit par redescendre du plafond, se postant proche du garçon quand celui-ci, ayant ouvert un paquet de gâteau après un moment d'hésitation, lui proposa le premier qu'il happa dans sa gueule sans pour autant quitter l'homme du regard.

Le garçon se figea à nouveau lorsque l'homme lui posa à nouveau une question. Il n'avait pas à être désolé, il avait régi comme n'importe qui aurait réagit non ? Tout le monde tapait le garçon quand ils réussissaient à l’attraper. Le garçon n'était pas bête, il savait qu'il méritait ces coûts et ses côtes cassées. Le seul tord de l'homme était d'avoir la même carrure que son père violent, et c'était ça qui effrayait l'enfant plus que le reste.

Pourtant, la simple question, l'aide proposé par l'homme qui pensa sans doute bien faire, de contacter sa famille ou une autre personne pour le prévenir, peut être pour qu'elle puisse venir le chercher, paniqua à nouveau le garçon. Il n'avait pas de frère, pas d'ami (autre que Soul), ... Il se demanda parfois même s'il avait une mère tellement cette dernière l'ignorait à l'époque. Le seul qui aurait pu être appelé... C'était...

"Non... Nnnn... non non....", s'empressa-t-il de répondre, effrayé, ne cédant pas à la panique uniquement parce que Soul à ses côtés, ayant senti sa détresse, enveloppa doucement dans son gaz de manière protectrice.



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Ven 23 Mar - 21:04
citer
éditer
x
  Ven 23 Mar - 21:04

Tu baisses la tête, honteux, mais également agacé ; parce que ça ne se passe pas comme tu l’as prévu. Tu pensais qu’il se montrerait un peu plus coopératif, ce n’est pas le cas, alors tu te contentes de gronder. Tu aurais dû le laisser partir avec ton fric, tu n’en aurais plus jamais entendu parler et ça se serait excellemment bien terminé – tu aurais juste eu été un peu frustré, rien de plus. Tu serres les poings, non pas parce que tu as envie de passer ta colère sur lui, mais parce que tu commences sérieusement à être stressé. Ta main vient lentement se diriger vers une des poches de ta veste, tu en tires ton paquet de cigarettes, tu es tenté… Très tenté de fumer, mais à bien y réfléchir, ce n’est peut-être pas une bonne idée.

Le petit est silencieux tout du long, tu te contentes de le regarder sans rien dire, un peu inquiet. Tu hésites vraiment à aller l’emmener à l’hôpital ou à le garder avec toi, tu penses vouloir bien faire en l’emmenant là-bas mais qui sait, peut-être qu’on va le faire chier en posant dix-mille questions comme tu le fais. Tu es un peu coincé, et tu soupires à sa réponse, un peu agacé, coincé entre deux décisions. Laquelle serait le meilleur choix ? Il est clairement traumatisé par ce que tu viens de lui faire, mais peut-être qu’un environnement stérile et tout blanc ne lui plairait pas.

Le Fantominus ne tarde pas à rejoindre le garçon pour le protéger, et tu roules les yeux, tu as l’impression de voir un deuxième Philippe qui casse bien les couilles et qui refuse de changer d’avis. Bah, ça tombe bien, tu ne comptes pas changer d’avis toi aussi, et ça risque d’être un duel de forte tête ; tu ne veux juste pas que ça tombe à nouveau dans la violence, le pokémon pouvant te tuer en quelques secondes à peine s’il le voulait.

« Bon… Si tu veux que ça s’arrange, il va falloir m’aider un peu en répondant aux questions. Je vais pas te brusquer, tu peux prendre ton temps pour répondre, mais j’ai besoin de savoir ce que tu veux. »

Tu pousses un soupir avant de t’enfuir à nouveau dans la cuisine pour aller fouiller dans le congélateur. Habitué aux coups et aux blessures, il est donc presque obligé que tu aies un peu de glace à l’intérieur. Tu viens donc placer quelques glaçons dans une petite sacoche que tu files emmener au jeune homme, osant t’approcher pour le lui déposer le plus proche possible avant de reculer pour instaurer une certaine sécurité.

« Je t’aurais bien proposé de faire un bandage pour tes côtes, mais je crois que ce n’est pas la méthode la plus efficace. Alors mets de la glace. »

Tu attends encore un peu avant de lui poser les questions, tournant en rond dans le salon en te bouffant les doigts sous l’angoisse. Tu n’es pas sûr de rester calme encore longtemps, tu essayes de l’être mais la non réaction de ce gosse te met profondément mal à l’aise… Et si tu oses te mettre en colère à nouveau, qui sait ce qui risque de vous arriver à tous ? Tu ne veux pas déclencher une guerre, non, et tu ne veux surtout pas que ça finisse mal.

« Où as-tu trouvé ce papier de livraison à mon nom, alors que je n’ai rien commandé ? »

Tu pourrais lui redemander s’il va bien, mais tu crois connaître la réponse en voyant son état. L’hôpital est assez loin de chez toi et tu ne veux pas te trimballer avec un cadavre ambulant, mais tu ne veux pas non plus faire venir un médecin… Par précaution, sait-on jamais.

« Tu ne veux vraiment pas aller à l’hôpital ? Là-bas, ils seront bien plus compétents que moi. Et puis t’as aucune chance de te faire tabasser, aussi. »

Philippe te regarde en grognant ; il est vraiment déçu de ton attitude, tu ne rassures en rien. Tu lui réponds par un regard insistant, les yeux écarquillés en penchant la tête rapidement. Tu te retiens de l’engueuler mais le fait qu’il te tienne encore tête t’irrite un peu plus ; tu es sur le point de vriller, de partir au quart de tour, et on dirait bien que Philippe n’attend que ça. Il s’approche de toi et pose sa grosse patte sur ta tête en appuyant avec insistance pour tenter de te faire plier.

« Bah vas-y, parle à ma place, c’est sûr qu’avec une gueule comme toi, ça va le rassurer. »

Tu résistes un instant mais tu finis par le laisser gagner. Il s’amuse un peu avec toi et profite de ces quelques centimètres et kilos vous séparant pour t’embêter et se foutre de toi. En réalité, il cherche à détendre l’atmosphère en te ridiculisant. Finalement, il recule et vient se poser à côté du canapé, s’abaissant un peu pour pouvoir ébouriffer les cheveux du jeune homme de ses plus petites pattes délicatement. Il ne veut pas être hostile, juste rassurant… À sa manière, bien sûr.

« Ugh… », dis-tu en le trouvant dégoûtant. Puis tu te reprends rapidement, légèrement inspiré par ce que vient de faire le Sarmuraï. « J’ai une idée. On va à l’hôpital, ils te remettent sur pieds, et si on vient t’emmerder… Hum. »

Tu regardes ailleurs, ravalant ta salive avec difficulté. Tu te fais violence pour que les mots sortent, mais tu n’y parviens pas. Alors tu soupires, légèrement agacé, tournant le dos au jeune homme avant de baisser la tête.

« Je peux me faire passer pour ton père. » Tu marques une pause, légère, le temps de réfléchir à la connerie que tu viens de dire ; tu risques de bien le regretter dans peu de temps. « Est-ce que ça te tente ? »

Tu te retournes enfin vers lui, plantant ton regard dans le sien, un regard ne se voulant pas menaçant mais compatissant… Pas très convainquant quand on voit ta gueule d’homme ayant vécu la guerre. Ta main vient glisser dans tes cheveux ramenés soigneusement vers l’arrière pour te recoiffer tant bien que mal.

« Ou sinon, on reste ici, mais dans ce cas je veux que tu te reposes. Et que tu manges. Reprends des forces, guéris comme tu le peux… Et on verra pour la suite. Mais s’il te plait, parle-moi, je veux vraiment que tout s’arrange. Comment tu t'appelles ? »
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Sam 24 Mar - 15:52
citer
éditer
x
  Sam 24 Mar - 15:52

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy essaya de se calmer, vraiment, d'abord avec de longues inspirations, mais au bout de deux sa poitrine le tirailla d'avantage. Il savait qu'il n'y avait pas lieu de paniquer ainsi, l'homme semblait se montrer gentil pour l'instant bien que le garçon ne sache pas pourquoi. Il s'attendait à être frappé à nouveau à tout moment, l'attente ne faisait qu’amplifier sa crainte peut être car il se disait que plus l'attente sera longue, plus les coups seront violent à nouveau.

Il n'avait pas peur de se faire frapper, il y était habitué, ce n'était pas les coups et la douleur qui le terrifiait, c'était l'image que l'homme lui rappelait qui le faisait paniquer, l'image d'un père qui lui brisait les os de ses poings sans aucun putain de raison. Enfin... Une raison... Il en avait une, une qu'il avait réussie à gravé dans le crâne du garçon et c'était le simple fait qu'il soit là, c'était donc de sa faute tout cela.
Même après sa fugue, cela c'était révélé vrai. Si la plupart des fois où il finissait à terre le nez en sang étaient à la suite d'une arnaque ayant mal tourné, il était déjà arrivé que simplement se retrouver face à quelqu'un d'un peu énervé, dans une ruelle, au mauvais endroit au mauvais moment, et il se prenait des coups.

Le garçon resta silencieux un instant, même après que l'homme soit parti chercher de la glace. Il se tendit en le voyant revenir pour venir déposer proche de lui le petit sachet froid. Il fut plus surpris de le voir s'éloigner à nouveau de lui-même sans chercher à le toucher, et ses muscles se détendirent bien vite face à cela. Plus serein peut être bien que toujours méfiant et stresser dans l'attente de revoir ses poings se serrer et venir frapper sa peau.

Timidement, après avoir demandé silencieusement à son fantominus de s'éloigner à nouveau après lui avoir redonner un gâteau, d'une main tremblante, il vint ouvrir sa veste puis finalement la retirer doucement, en prenant garde à bouger le moins possible.
Il détendit doucement ses jambes aussi, s’asseyant un peu plus normalement en quittant sa position recroquevillée et ainsi être un peu plus libre de ses mouvements. Il se figea un instant, jetant un coup d'œil furtif à l'homme comme pour vérifier que ce dernier ne s'était pas rapproché pour profiter du fait qu'il soit sortit de sa position défensive pour venir s'acharner sur ses côtes abîmées et maintenant à découvert, plus protégé par ses bras et ses jambes. Il fut soulagé de le voir tourner en rond dans le salon, mais suffisamment loin pour que, si jamais il s'avançait vers le garçon, ce dernier ai le temps de se recroqueviller à nouveau avant qu'il ne le touche.
Il prit le sachet rempli de glaçon, prudent de ne pas le faire tomber, relevant un peu sa chemise sale et déchiré par endroit pour venir le glisser en dessous et le poser à même la peau à l'endroit où la douleur se faisait la plus forte. Il frissonna, se mordit un instant les lèvres face à la morsure du froid soudain, mais bien vite, il fut soulagé en sentant la douleur dans sa poitrine régresser doucement, le laissant respirer plus librement.

Son regard se posa sur le verre d'eau et les médicaments posé sur la table basse et auquel il n'avait pas encore touché. Hésitant, il se penchant doucement, prudemment pour attraper le verre de sa main libre, l'autre maintenant les glaçons contre sa peau sous ses vêtements.

Il se figea un instant, à mis parcours, levant la tête vers l'homme qui venait de lui poser une question.
Il se redressa un peu, l'eau en main qu'il regarda un instant avant que la main tenant les glaçons ne sorte de sous sa chemise, posant le sachet sur sa cuisse pour aller fouiller dans une des poches de son blouson pour en ressortir le papier, maintenant un peu froisser.
Il prit le temps de boire un peu avant de se pencher à nouveau en avant posant le verre et la feuille qu'il fit glisser maladroitement vers l'homme avant de se rasseoir correctement, s'empressant de reposer le froid sur ses côtes n'ayant que peu apprécié la manœuvre.

La feuille, ce papier de livraison, si l'homme y regardait à deux fois, avec plus d’intérêt, il pouvait aisément voir qu'il ne s'agissait pas d'un vrai, pas même d'une photocopie. Tout avait été fait à la main avec un simple stylo. Que ce soit les lignes droites ou même l'écriture digne d'une machine à écrire bien que par-ci par-là quelques fautes s'y était glissé à cause de la mauvaise éducation du garçon. Pourtant la ressemblance avec un papier plus officiel était frappante si on ne s'attardait pas sur ces détails. Il parut aussi évident que l'adresse était bidon et que dans la case nom, en plissant les yeux, on pouvait discerner des noms supplémentaires sous celui de Jericho Lamb, comme si le gamin avait juste effacé et inscrit u nouveau nom à chaque fois selon sa victime.

Le garçon, tout en faisant attention à ne pas croiser le regard de l'homme, épiais sa réaction, s'attendant sans doute à le voir s'énerver face à la supercherie.

Il fut surpris de l'entendre à nouveau parler de l’hôpital, retenant un frisson à l'idée d'aller là-bas. Il ne répondit pas pourtant, regardant avec incompréhension le pokémon de l'homme se rapprocher de ce dernier pour poser son imposante patte sur lui, comme pour le faire plier. Il comprit encore moins les mots de l'homme adressé à son pokemon. Rassurer qui ? Lui ? Pourquoi ?
Il regarda avec curiosité, incompréhension le pokemon ensuite s'approcher de lui, se poser à côté du canapé. Le garçon se tendit un peu en le voyant si proche, au point d'avoir même un mouvement de recul, certes léger, mais présent, mais bien vite sembla rassurer en sentant passer dans ses cheveux les petites pattes du pokemon, comme si ce dernier le caressait.
Soul, retourner au plafond entre temps, observa la scène avec attention, pas agressif pour une fois comme s'il avait compris que l'autre pokemon n'était pas là pour faire du mal au garçon. Jaloux peut-être, mais il n'en montra rien.

Le garçon se tourna à nouveau vers l'homme lorsque ce dernier recommença à parler. Il voulut lui dire qu'il ne voulait pas aller à l'hôpital. Il avait peur de se retrouver là-bas, qu'on reconnaisse en lui un enfant ayant fugué et qu'on le retourne de force à sa famille. Non, il préférait souffrir maintenant plutôt que ça. Ce n'était pas comme s'il n'avait jamais eu à supporter une ou deux côtes brisées sans soins.

Ses yeux s’écarquillèrent à la proposition insensée de l'homme, celle de se faire passer pour son père. Non, non... Non... Il ne voulait pas de père, même pour faire semblant. Pour le garçon, avoir un père était synonyme de mort au mieux, de souffrance sinon... À cette idée, il se referma à nouveau, un peu, ramenant aussitôt ses jambes contre lui, comme pour se protéger à nouveau.

Le regard de l'homme vint se planter dans celui du garçon, mais bien vite ce dernier baissa les yeux, comme honteux, craintif.
Il ne sut pas si c'était cela, ou la vue du garçon apeuré à l'idée d'aller à l'hôpital, qui donna à l'homme de proposer une alternative. Rester ici, se reposer un peu, manger, guérir... Le garçon ne savait que penser de toute cette gentillesse soudaine.

"Royston...", murmura-t-il doucement pour répondre à sa question.

Un frisson le parcouru en s'entendant dire son prénom en entier, ce prénom qu'il haïssait tant. L'entendre était toujours signe de mauvais présage pour lui...

"Non... Roy... Juste... Roy.", se reprit-il doucement, tête basse.

Lui aussi voulait que toute ce passe bien, mais il ne comprenait pas pourquoi l'homme souhaitait une telle chose.
Craintif, prudent, hésitant, il releva doucement la tête, croisant une seconde fois le regard de l'homme.

"Pour... Pourquoi vous êtes gentil ?... Je vous ais voler... Vous devriez être en train de me taper encore... "



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Dim 25 Mar - 0:31
citer
éditer
x
  Dim 25 Mar - 0:31

Cet ignoble silence commence à te rendre complètement fou, tu te retiens de ne pas t’arracher les cheveux devant sa gueule mais tu es vraiment tenté de le faire tellement tu ne sais pas quoi faire. Tu te tiens la tête un peu douloureusement, pris de maux de tête plutôt violents, à croire que tu dois être quelqu’un de migraineux tant ceux-ci te prennent souvent. Par politesse, tu viens tout de même prendre la feuille que tu as demandé au jeune homme, la regardant plus attentivement, plissant les yeux pour mieux pouvoir lire.

C’est vrai qu’en regardant de plus près, il y a beaucoup d’erreurs, des caractères un peu tremblants, des traits baveux, mais de loin, cela semblait vraiment authentique. Tu regardes parfois le petit l’air surpris, faisant bien vite le rapprochement entre ce petit bout de papier et lui. Mais tu préfères éviter d’émettre des suppositions tout de suite, t’attardant un long moment sur la note griffonnée de toutes parts. Puis finalement, tu la reposes sur la table dans un long soupir.

« Je suppose que c’est toi qui as fait ça… Tu es vraiment très doué. Pourquoi tu ne mets pas tes talents au service de quelque chose ? Cela pourrait te permettre de gagner un peu d’argent, et d’avoir un peu de reconnaissance. »

Tu n’es pas vraiment sûr que le garçon soit quelqu’un aimant être vu et reconnu, mais si tu pouvais lui offrir quoi que ce soit autre qu’un repas et un toit le temps qu’il aille mieux, eh bien pourquoi pas. Mais tu restes assez prudent, préférant ne pas en dire plus sur ce travail, car c’est une proposition vraiment risquée et tu ne veux pas te retrouver avec un potentiel traître sur le dos ou quelqu’un appréciant énormément l’empire. Ah, l’empire… Rien que le fait d’y penser te donne des arrières goûts désagréables, et tu grimaces instinctivement en essayant de retirer ces goûts atroces dans ta bouche.

« Enchanté, Roys- Roy. Moi, c’est Jericho. Et pas de "j’ai ri chaud" ou je ne sais pas quoi, sinon je… Sinon tu dormiras dans ce foutu canapé. »

Tu étais à deux doigts de faire l’erreur de le menacer à nouveau en mentionnant tes poings, heureusement, tu as réussi à te rattraper avant de commettre un putain de drame. Tu éclaircis alors ta gorge, plutôt fier de ta petite acrobatie, puis tu te redresses en croisant les bras, un très léger sourire aux lèvres. Plus tu le regardes, plus tu as honte de t’être jeté sur lui comme un abruti avide de sang et de vengeance. Tu n’es pas sûr du temps qu’il te faudra pour gagner sa confiance et le faire parler un peu plus, mais tu espères sincèrement que ce sera pour bientôt.

Sa question te fige sur place, tu pourrais presque te changer en pierre à l’instant où il a terminé sa phrase. Pourquoi étais-tu gentil ? Très bonne question. Tu le regardes à nouveau, t’approchant timidement, venant t’asseoir sur cette table basse pas du tout adaptée qui craque sous ton poids et tu le regardes en osant tendre un bras vers lui sans aucune once d’animosité.

« Tu sais… Ce que je t’ai fait, il n’y a que les enculés de Grimecoal qui le méritent. D’habitude, je suis violent que lorsqu’on me fait un coup de pute, qu’on me menace, quand ma vie est en danger. »

Tu regardes Philippe qui s’est arrêté de s’amuser avec les cheveux du jeune homme et qui te regarde avec insistance. Tu n’as pas l’air de comprendre ce qu’il cherche à te dire pour cette fois, alors tu préfères laisser ton cœur parler en gardant finalement tes mains sur tes genoux. Tu te penches un peu vers lui, toujours sans avoir l’air agressif, puis tu fermes les yeux un moment pour déterrer quelques souvenirs douloureux que tu cherches à effacer tant bien que mal.

« Quand j’étais plus jeune, j’étais comme toi… J’ai arnaqué plein de gens, j’ai volé, je m’en suis pris plein la gueule. J’ai failli crever plusieurs fois peut-être, je ne m’en souviens plus. Et quand j’avais ton âge, j’aurais aimé avoir une main tendue, j’aurais aimé qu’on me vienne en aide. »

Tu te demandes bien si ton récit a une queue et une tête, parce que tu ne te sens pas en confiance ; mais il est vrai que ça t’aurait foutrement arrangé que quelqu’un t’héberge et te donne à manger comme ça, qu’importe que cette personne soit gentille ou méchante, tu étais tellement désespéré à l’époque que t’aurais pu faire tout et n’importe quoi pour t’éviter de risquer ta vie pendant une journée.

« Bon, sur le coup, je me suis vraiment mal comporté et je m’excuse encore une fois. S’il te plait, je pourrais répondre à toutes tes autres questions si tu veux mais ça sera pour plus tard. D’accord ? »

Tu te relèves enfin et tu préfères t’éclipser de longues minutes dans ta chambre pour tourner en rond là-dedans. Tu ne sais plus quoi faire, où te mettre, tu voudrais tellement te faire pardonner mais les choses ont l’air d’avancer à reculons, tu voudrais effacer toutes ses craintes mais la vie, c’est pas un kiwi et tout le monde n’est pas aussi naïf que tu peux l’être quand tu t’y mets. Tu te bouffes les doigts, t’arrachant la peau par petits lambeaux, t’attaquant ensuite à tes ongles alors que ton cerveau marche à toute allure. Puis finalement, tu ressors de la pièce et tu te diriges dans le salon, un peu perturbé.

« Philippe va te porter jusqu’à l’autre chambre, tu vas te reposer et on va voir si tu vas mieux après ça. Si tu as besoin de quoi que ce soit, tu me le dis maintenant ou tu m’appelles, mais pour le moment je veux juste que tu te reposes. »

En réalité, tu restes assez ouvert au dialogue, ne demandant que ça. S’il veut contester ce que tu lui proposes, il n’a qu’à le faire, en attendant Philippe se redresse après avoir brossé et arrangé les cheveux de Roy d’une manière plus que douteuse. Il tend ensuite ses grandes pattes et se tortille dans tous les sens pour réussir à le porter et l’emmener dans un lit qui sera beaucoup plus confortable que ce canapé complètement défoncé par sa faute.

« Je pense qu’une bonne nuit de sommeil te remettra un peu sur pieds. Si tu n’as pas confiance en moi, tu peux t’enfermer avec le verrou de la porte, je ne viendrai plus t’embêter. »

Suivant Philippe de très près, tu apportes avec toi le verre, quelques médicaments et le reste de nourriture pour aller déposer le tout sur la table basse à côté du lit. Tu te sens vraiment mal à l’aise, n’osant même plus regarder le petit dans les yeux, préférant le fuir et éviter de voir tout le mal que tu as causé sur un si petit corps sans défense. Tu recules ensuite jusqu’à sortir de la pièce, te préparant à vaquer à tes occupations.

« Mon Sarmuraï peut surveiller que je ne vienne pas troubler ton sommeil si tu veux, même si je pense que ton ami est bien plus doué que ce gros insecte. »

Tu grimaces en tirant la langue comme le ferait un enfant face à son pire ennemi. Philippe n’a pas l’air d’apprécier la provocation et vient te donner un petit coup de tête pour que tu arrêtes de faire le con. Tu te décales pour le laisser passer et tu t’adosses au mur à côté de la chambre.

« As-tu besoin d’autre chose, Roy ? »

On t’a toujours dit que les enfants avaient moins de mal à faire confiance aux autres quand ceux-ci connaissent leur prénom… En espérant que ça l’apaise un peu.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Dim 25 Mar - 5:04
citer
éditer
x
  Dim 25 Mar - 5:04

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy était presque gêné de le voir regarder son travail, cette fausse feuille de livraison qu'il savait pleine de fautes et d'approximations. Ce n'est pas comme s'il avait eu un modèle sous la main pour en faire une parfaite, il l'avait fait de tête et son orthographe était plus qu’approximatif, sans oublier le peu de matériel qu'il avait eu a disposition... Il n'avait même pas de seconde feuille pour la refaire un peu mieux au cas où il se serait planté et le stylo qu'il avait piqué il ne savait plus où bavait et crachait son encre sur la feuille comme un grand-père malade en fin de vie.

Pourtant, l'homme lui fit un compliment, à son plus grand étonnement. Ça le fit rougir, peu voir pas du tout habitué à cela, cachant à moitié sa tête derrière ses genoux pour cacher sa gêne et ses joues rouges bien qu'il ne comprenne pas où voulait en venir l'homme en parlant d'argent et de reconnaissance. Qui pourrait s’intéresser à ça ? Il ne savait rien faire d'exceptionnel et il n'était certainement pas doué pour ça... Il n'était doué en rien...

L'homme se présenta à lui sous le nom de Jericho. Le garçon le répéta doucement son nom comme pour l'imprimé dans son esprit. Il ne put retenir un très léger rire, faible et court, mais présent, à sa blague du "J'ai ri chaud". Il ne s'y attendait pas, ça le pris de court, mais il se stoppa bien vite de rire lorsqu'il se rendit compte de cela, redevenant l'espace d'un instant très craintif comme s'il s'attendait à ce que cela amène à de la violence de la part de l'homme.
Mais aucun coup, aucune agressivité ne sembla se pointer et le garçon osa aller plus loin en posant à son tour une question.

L'homme sembla déstabilisé un instant, mais se repris, s'avançant vers le garçon qui serra d'avantage ses jambes contre lui, par réflexe, plus mal à l'aise encore d'être approché si près que par peur. Il écoutant presque religieusement Jericho parler, sans vraiment comprendre sa logique. S'il ne frappait que ceux qui lui ont fait un mauvais coup, qui l'on menaçait... Le garçon en faisait parti non ? Il l'avait volé, l'avait même attaquer avec l'aide de Soul... Il méritait les coups encore non ?

Roy ne remarqua pas que le pokémon insecte avait cessé de jouer avec ses cheveux pour regarder son maître. Le garçon fixait de ses yeux noir l'homme, curieux. Il ne s'attendit pas à entendre de telle confession de sa part, et si le récit n'avait rien de réconfortant en lui-même, il rassura le garçon d'avantage lorsqu'il sut que l'homme avait sans doute vécu comme lui vivait actuellement.
Lorsque l'homme s'excusa à nouveau, Roy voulu lui dire que ce n'était pas nécessaire, il n'avait pas à s'excuser pour quelque chose qui était de la faute du garçon. Mais l'homme fut plus rapide, lui demandant de reporter ses questions à plus, ce que le garçon accepta doucement d'un signe de la tête, avant de s'enfuir vers ce qui sembla être la chambre.

Face à son absence, le garçon resta un instant immobile, avant de reprendre le paquet de gâteau entamé et d'en grignoter le contenu avec appétit, se stoppa de temps en temps pour tendre un gâteau à son fantominus qui descendait alors de son perchoir au plafond pour le gober avant d'y retourner, puis aussi, plus hésitant, au pokémon de Jericho qui avait été gentil avec lui jusqu'à présent.

L'homme revint avec une proposition, celle de dormir ce qui ne sembla pas une mauvaise chose pour le garçon fatigué par ses pleurs et la douleur. Le Sarmuraï se redressa pour le porter à nouveau entre ses puissantes pattes, Roy se laissa faire encore une fois bien qu'il fut moins gêné par la douleur, toujours présente, mais bien moins vive grâce à la glace appliqué dessus et au temps.

"Pas... Pas le verrou... ", murmura-t-il doucement, hésitant.

Un verrou n'était pas signe de protection pour lui au contraire, une porte verrouillé signifiait qu'il ne pourrait pas fuir. Son père avait l'habitude de l'enfermer pendant et après leur... Il préféra ne pas y penser, chassant cela de son esprit alors que le pokemon le déposa doucement sur le lit. Il parut encore une fois hésitant, peu sûr de comment il était sensé se mettre. La dernière fois qu'il avait dormi dans un lit remonte à... Loin, presque aussi loin que sa mémoire puisse remonter. Son père ne l'avait pas juger assez digne pour lui laisser ne serais ce plus qu'un simple drap miteux, et les pierres tombales, si elles lui apportaient un sentiment de sécurité, était loin d'être d'un grand confort.

Une ombre passant à ses côtés le rassura, Soul l'avait suivi, se postant à ses côté quelques instant avant de se dissiper dans les ombres de la pièce, plus présente ici que dans le salon bien éclairé. Il le surveillera et le protégea, le garçon en était certain.

Le regard du garçon se reposa sur Jericho et l'étrange échange qu'il avait avec son pokemon avant qu'il ne s'adresse à nouveau à lui.
Roy acquiesça doucement, luttant un instant pour trouver les mots juste avant d'aller au plus simple.

"Merci... "

C'était un remerciement sincère, pour l'avoir nourri, pour l’aider à se soigner un peu, pour le laisser dormir ici... Pour être gentils. Il avait toujours cette crainte persistante d'être frappé à nouveau, mais il avait toujours eut cette crainte, depuis la première fis que son père avait levé la main sur lui, et elle ne disparaîtra sans doute jamais, mais le garçon voyait bien que l'homme faisait tout pour qu'elle diminue en sa présence.

"Monsieur Jericho ?", commença-t-il avant que l'homme ne disparaisse.

Il se mordit un instant les lèvres, plus qu'hésitant par la demande qu'il souhaitait faire. Il n'était même pas certain que pour lui-même, ce soit une bonne idée, mais il en avait envie rien qu'une fois dans sa vie. L'homme avait déjà fait preuve de plus de gentillesse en une soirée que son père l'avait fait treize ans. Le garçon ne voulait pas abuser de cette gentillesse, car il avait peur qu'elle ne se tarisse et que l'homme redevienne violent, ou ne le jette à la porte, mais il voulait tellement... Juste une fois...

"Vous pourriez.... Vous pourriez rester un peu avec moi s'il vous plaît ?... Jusqu'à ce que je m'endorme ?", finit-il par demander timidement, hésitant, presque honteux d'une telle demande, baissant les yeux pour ne pas voir l'expression de dégoût que l'homme allait sans doute avoir à cette requête.

Il était un peu grand pour ce genre de demande, il avait quinze ans quoi, à peu près, il n'avait pas besoin, n'avait jamais eut besoin, de quelqu'un pour s'endormir le soir. Mais le garçon voulait savoir ce que cela pouvait bien faire, de s'endormir avec un vivant à côté, jusqu'à présent, il n'avait plongé dans le monde des rêves que seul ou en compagnie des morts, dans des lieux vide de vie, familiers, protecteur. Ici, le lit était peut-être confortable, il ne se sentait pas à l'aise seul, même avec Soul à ses côtés.



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Lun 26 Mar - 18:50
citer
éditer
x
  Lun 26 Mar - 18:50

Tu restes étonnamment silencieux malgré les emmerdes presque permanentes de ton Sarmuraï qui vient tirer sur les manches de ta chemise en te secouant un peu par la même occasion. Il sait que jamais tu ne lui feras plus de mal que quelques baffes, alors il en profite pour te défier bien trop souvent et t’empêcher de sombrer comme une pauvre merde dans on ne sait quelle dépression. En soit, il te sauve de bien des problèmes, en te forçant à garder la tête hors de l’eau, en t’évitant de te reposer sur tes lauriers ; le jour où il aura totalement pris le dessus sur ton autorité, c’est que quelque chose ne tourne vraiment pas rond. Peut-être fait-il ça inconsciemment, peut-être est-il assez intelligent pour avoir conscience de son importance par rapport à toi, tu n’en sais rien…

Tu étais sur le point de fermer la porte après avoir tapé doucement les grandes pattes qui t’entravaient dans tes mouvements, mais tu es très vite interpellé par le réfugié dans la chambre. Alors tu cesses tout mouvement, relevant les yeux vers lui pour venir le fixer. « Oui, Roy ? » Tu te veux calme, rassurant, mais au vu de ta tête encore bouleversée par les événements, ce n’est pas vraiment crédible. Tu lui laisses néanmoins le temps de s’exprimer, observant ses mimiques. Il n’a pas l’air très à l’aise, ce qu’il compte te dire semble vraiment le déranger. Tu commences alors à t’imaginer un peu tout et n’importe quoi, tu espères même qu’il te demande de lui-même de l’emmener à l’hôpital.

En vérité, tu t’attendais tout sauf à ça.

« Tu n’es pas un peu grand pour ça ? », dis-tu en posant ton regard sur lui. Tu insistes un peu, mais tu ne dis rien d’autre, ne préférant pas l’enfoncer plus qu’il ne l’est déjà. Mais sur le coup, tu te demandes bien pourquoi il a fait cette requête, toi qui lui as pourtant pété la gueule et les côtes quelques heures plus tôt.

Tu hésites un long moment, restant loin de lui, mais finalement tu disparais quelques secondes pour aller prendre un siège et le ramener jusque dans la chambre pour le déposer proche du lit ; tu ne vas tout de même pas lui faire vivre un cauchemar en allant t’asseoir au bord du lit, préférant prendre des pincettes plutôt que de te montrer trop enthousiaste tout d’un coup. Tu essayes de te mettre à sa place, réfléchissant comme un pauvre enfant réagissant très mal à la violence, c’est assez difficile étant donné que tu n’as jamais reçu de coups de la part de tes parents mais tu fais de gros efforts.

« Tu as besoin de la lumière aussi pour dormir ? »

Tu regardes la lampe de chevet à côté de lui, n’osant pas l’allumer. Puis tu cherches le Fantominus des yeux qui ne doit pas vraiment apprécier la lumière. Pour une fois, tu ne te montres pas égoïste et tu restes à l’écoute, t’installant bien confortablement sur cette chaise qui risque de t’accueillir durant de longues minutes, juste le temps que le gamin s’endorme. Tu l’observes un long moment avant de réaliser que ça pourrait potentiellement paraître étrange, alors tu tournes la tête pour regarder ailleurs et te gratter le cuir chevelu doucement. Philippe, curieux, cherche à nouveau à rentrer dans la pièce et tu viens l’accuser des yeux en fronçant les sourcils.

« Non. Va-t’en. »

Le gros insecte est déçu et se fait tout petit, préférant alors quitter la pièce pour vaquer à ses occupations – et sûrement abîmer un peu plus son canapé-jouet préféré. Après avoir grondé doucement, tu reportes ton attention vers Roy, n’osant plus lui dire grand-chose, préférant qu’il cherche le sommeil.

« Repose toi bien, et n’oublie pas que je suis à ta disposition si tu as besoin de quelque chose. »

Tu lui adresses ensuite un petit sourire, te prenant un peu au jeu de veiller sur lui. C’est assez étrange de s’occuper de quelqu’un comme ça, c’est nouveau, mais ça ne te déplaît pas pour autant. Auras-tu les épaules et la patience de continuer si tu décides de lui laisser le temps de récupérer en restant chez toi ? Pas sûr, mais autant se concentrer sur le moment présent.

Le temps passe, tu ne sais pas combien de minutes se sont écoulées depuis que tu t’es porté garant pour rester à ses côtés jusqu’à ce qu’il s’endorme. Cinq minutes, une demi-heure ? Une heure, peut-être ? Rien que le fait d’y réfléchir te fait un peu mal à la tête, mais une chose est sûre, il a fini par s’endormir – ou alors il joue très bien la comédie. C’est donc en silence que tu te lèves pour aller te diriger vers la cuisine afin de boire un grand verre d’eau avant de retourner à ton poste, veillant comme tu le peux le temps qu’il se repose, à l’écoute de la moindre demande.

Du moins, c’est ce que tu crois… Car tu as fini par t’endormir à ton tour, un sommeil profond et calme.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Mar 27 Mar - 2:15
citer
éditer
x
  Mar 27 Mar - 2:15

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy savait que sa demande était stupide. Il avait quinze ans bon sang, à peu près, il était trop grand pour ce genre de connerie ! Il avait toujours été trop grand pour ça ... L'enfant n'avait pas eut d'enfance alors il se rattrapait comme il peu.
C'est surtout... Qu'il ne voulait pas être tout seul, encore une fois.

Oh, en réalité depuis sa rencontre avec Soul, il n'avait jamais été tout seul, le pokemon le suivait partout, mais ce n'était qu'un spectre, incapable de prodiguer une quelconque chaleur même si parfois il essayait tant bien que mal à en prodiguer au garçon dans ses moments de faiblesse. Non, Soul était son ami, mais il ne pouvait remplacer un contact humain amical...
Le garçon ne désirait que ça, plus que la nourriture, un toit, un lit ou même survivre, il voulait juste rencontrer quelqu'un de gentil avec lui pour une fois... Cela n'avait jamais été le cas avant Jericho.

Ils avaient commencé sur de mauvaises bases certes, le gamin l'avait volé, l'homme s'était vengé avec ses poings, rien qui ne sorte de l'ordinaire à vrai dire. Roy n'était pas du genre rancunier.
Certes, il avait sans doute un ou deux côtes cassées, certes l'homme lui avait fait extrêmement peur de par sa ressemblance avec son père, certes l'enfant restait méfiant et craintif, mais il voyait bien que l'homme cherchait à se faire pardonner alors qu'il n'y avait rien à pardonner, vraiment. Il avait eut raison de le frapper, Roy le méritait après tout alors il n'allait pas lui en vouloir d’avantage pour cela...

Oui, il aura sans doute encore peur de lui pendant un moment, à rester sur la défensive en sa présence, mais l'enfant était suffisamment touché par la gentillesse inexpliqué et inexplicable de l'homme à son égard. C'est vrai quoi... Le gamin dormait dans un lit pour la première fois depuis... Il ne savait même plus, il avait cessé de compter les années. Il n'allait pas s'endormir le ventre vide non plus pour une fois.
Il avait encore faim, il avait tout le temps faim, mais il savait qu'il ne pourrait manger d'avantage, que c'était juste son corps mal-nourri qui lui réclamait d'avantage alors qu'il ne pouvait d'avantage avaler sous peine de tout recracher.

L'enfant baissa la tête en entendant l'homme lui rappeler qu'il était sans doute trop grand pour ce genre de demande. Le garçon le savait déjà ça... Mais pour une fois, juste une fois, il ne voulait pas dormir tout seul avec ses démons... Pour une fois, il ne voulait pas rêver de... Fantôme ? Il ne savait comment décrire cela, mais...

À force de dormir au cimetière, il voyait des choses étranges une fois les yeux fermés... Et clairement pas rassurante, ni apaisante. Il aimait dormir là-bas parce qu'il s'y sentait bien, en sécurité, comme protégé par les esprits hantant les tombes, mais en contrepartie, ces mêmes spectres qui veillaient sur son sommeil venait hanter ses songes, ceux qui à leur mort ne partent pas, reste attaché à cette terre, sont souvent ceux qui ont eux des morts violentes, atroces, douloureuses.
Avec le temps, l'enfant s'y était habitué, mais il n'en ressortait que plus fatigué encore et cela le poursuivait partout où il allait. Les rares fois qu'il dormait ailleurs que dans un lieu hanté, il continuait à voir ces choses et pour une fois, juste une fois, il voulait voir autre chose, il ne voulait pas rêver de ça... Il voulait une présence rassurante mais vivante, juste pour une fois.

L'enfant vit l'homme partir, sortir de la chambre, comprenant ainsi que l'homme n’accéderait pas à sa requête. Il en fut honteux, de demander une telle chose, s'allongeant et se recroquevillant sur lui-même, cherchant à prendre le moins de place possible dans ce lit bien trop grand pour lui de toute façon.
Il releva la tête lorsqu'il entendit l'homme revenir, surpris de le voir arriver et s'installer dans un siège qu'il venait de ramener avec lui.
L'enfant répondit à sa question d'un non de la tête, le fixant encore quelques instants, comme s'il ne croyait pas au fait qu'il est accepté de rester.
Il finit par reposer la tête sur le matelas, ses yeux commençant déjà à se fermer doucement. Il acquiesça faiblement aux paroles de l'homme bien que leur sens lui parurent flou alors qu'il commençait déjà à doucement tomber de sommeil. Il fut définitivement et profondément endormis à peine 5 minutes après.

Lorsqu'il rouvrit les yeux, il n'était plus allongé sur le lit dans l'appartement de Jericho, non, il flottait doucement dans son monde de rêve. Il ne fut pas surpris de se retrouver dans cet endroit, c'était devenu une sorte de chez lui à force de parcourir ces ruines.
Ici, il n'y avait ni ciel ni sol, rien que du vide, partout, parcouru par des îlots de terres se déplaçant au grès de courant invisible.

Les pieds du garçon vinrent doucement se poser sur le sol d'un de ses îlots. Il s'avança un instant, regardant autour de lui à la recherche de fantôme ou d'autre spectre venu hanter son sommeil, mais rien n’apparut. Il en fut soulagé, étrangement, pensant naïvement que la présence de l'homme les ai éloigné pour la nuit.
Il décida d'avancer, disparaissant en un nuage sombre, réapparaissant soudainement sur les bords d'un nouvel îlot non loin.

Là, face à lui, se tenait la silhouette immobile de Jericho, prostré, en pleurs. Le garçon n'osa pas bouger bien qu'il sache que l'homme ne pouvait ni le voir, ni l'entendre, il n'était pas réellement là, il n'était qu'une sorte de... Projection ? Roy ne saurait dire. Jusqu'à présent, les seuls qui lui tenaient compagnie ainsi était disparu, six pieds sous terre, recouverts par de lourdes pierres tombales.

Il finit par s'avancer, par contourner prudemment l'homme toujours aussi immobile, comme figé dans le temps. L'enfant accroupi face à lui, continuant de le fixer avec curiosité, remarquant enfin que l'homme serrait contre lui cette vieille veste qu'il portait, comme si sa vie en dépendait.

Au bout de quelques secondes, l'enfant se redressa, levant les yeux vers un nouvel îlot qui venait d'apparaître, dérivant doucement non loin et, comme un peu plus tôt, il disparut soudainement pour y réapparaître. Au centre de celui-ci, se tenait une cage emprisonnant une silhouette sombre, grande, imposante, plus encore que Jericho. L'enfant s'en rapprocha mais ne pus la distinguer d'avantage, comme s'il elle n'était qu'une ombre, une ombre portant cette même veste que Jericho, une ombre dont les mains dégoulinaient de sang.
L'enfant n'en fut pas effrayé pourtant, il resta calme, se contentant d'observer. Il avait vu bien pire que cela après tout pourtant un frisson parcouru son dos, comme un malaise, comme s'il se sentait de trop ici, qu'il devait partir.

Il s’apprêta à s'en aller, se retournant pour rejoindre un autre îlot encore et continuer d'avancer dans son rêve étrange, mais une vision le stoppa net, celle d'un homme imposant qu'il ne connaissait que trop bien et qui emplit son être de terreur.

Il se réveilla en sursaut avant d'avoir eut le temps de crier.
Sa poitrine mis à rude épreuve par sa respiration erratique, rapide, lui faisait mal à nouveau, mais il ne se plaint pas, se contentant de ramener ses jambes contre lui, les entourant doucement de ses bras, posant son front sur ses genoux pour tenter de reprendre doucement ses esprits.

Cela faisait depuis longtemps qu'il n'avait pas rêvé ainsi de son père, depuis sa fugue au moins. Il s'était toujours sentit serein, protégé, ne craignant aucun danger lorsqu'il parcourait son monde imaginaire. Il pouvait y voir les pires atrocités sans que cela ne le bouleverse le moins du monde.
Peut-être était ce le fait de dormir dans ce lieu inconnu, loin des tombes protectrices, ou bien ce qu'il avait vécu aujourd'hui qui l'avait secoué au point qu'il perde le contrôle sur son rêve lucide au point d'y voir sa plus grande terreur.

Il avait cru, naïvement, que la présence de l'homme dans la chambre, malgré la peur qu'il avait fait réapparaître en lui, éloigne ses démons pour la nuit, mais il avait plutôt éloigné les ombres et fantômes protecteur qui naviguait avec lui d'île en île pour lui montrer ce qui leur était arrivé.
Avec le calme revenant doucement, son rêve commença doucement à s’effacer, ne laissant que des étranges sensation, des étranges intuitions qui lui tordait le ventre. Il ne voulait pas oublier tout, il lui fallait écrire ce qu'il avait vu.

L'aube n'était pas encore levée, d'un coup d'œil, l'enfant vit que l'homme s'était endormi sur son siège, et il n'eut pas le courage de le réveiller alors doucement, prenant garde à ne pas faire de bruit, il se releva, descendant du lit pour se tenir debout sur ses jambes encore tremblante.
Soul, qui l'avait sans doute veiller toute la nuit depuis un coin sombre s'approcha de lui, l'aidant comme il le pouvait pour qu'il ne tombe pas, le guidant dans la pénombre jusqu'au salon.

Ensembles, ils atteignirent la table basse près du canapé où semblait dormir encore le Sarmuraï. Toujours sans un bruit, le garçon s'assit à même le sol, attrapant doucement le papier resté sur la table, celui du faux bon de livraison. De son autre main, il sortit un vieux stylo de sa poche et commença à dessiner au dos encore vierge du papier.

Il avait déjà oublié son rêve, il ne revoyait que des choses floues et la silhouette, cette sombre silhouette dans la cage, portant la veste de Jericho. Il ne voulait pas l'oublier alors il la dessina du mieux qu'il put. Un homme grand, plus grand que Jericho, la veste sur lui, les cheveux longs, le sang goûtant de ses doigts, un pistolet à ses pieds... Il ne se rappelait plus de son visage, l'avait il seulement vu ? Il ne savait pas, il ne savait plus, mais il tacha d'être aussi précis que possible en tout cas.



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Mar 27 Mar - 15:33
citer
éditer
x
  Mar 27 Mar - 15:33

Ton sommeil semblait très lourd, tu étais actuellement impossible à réveiller. Ta respiration se faisait lente mais régulière, et tu t’es fait avoir comme un bleu en pensant pouvoir rester éveillé toute la nuit dans l’espoir d’être à l’écoute de la moindre requête ; sauf que, le temps d’un instant, tu as oublié que tu n’étais plus tout jeune, et que rester debout jusqu’à une heure pas permise sans t’être préparé avant.

Tu es silencieux, mais il y a des moments où tu te mets à gronder et à t’agiter légèrement, restant tout de même sur cette chaise les bras croisés et la tête pendante. Tu étais en train de faire un rêve, souvent le même, rien de bien intéressant en soit mais c’est un songe qui te hante depuis bien trop longtemps et qui revient trop régulièrement. Parfois tu es perturbé, parfois tu souris, on se demanderait bien à quoi tu penses, puis tu finis par adopter à nouveau une expression neutre jusqu’à ce que tu réalises que tu t’es endormi. Tu te réveilles alors un peu en sursaut, essuyant ce léger filet de bave s’étant échappé de ta bouche entre temps. Tu frottes ensuite tes yeux tout doucement, ne faisant même pas attention à l’endroit où tu te trouves ; tu as complètement oublié qu’il y a un gamin chez toi.

Tu te redresses un peu pour t’étirer longuement avant d’aller regarder l’heure : trop tôt pour toi. Alors tu t’adossas à nouveau bien contre le dossier du siège, fermant à nouveau les yeux, prêt à te rendormir pour quelques minutes – pour ne pas dire une ou deux heures. Tu es reparti dans tes rêves, et cette fois-ci ceux-ci se montrent plus cléments et tu peux te reposer en paix, récupérant peu à peu de l’énergie pour pouvoir péter la forme le lendemain.

Tu ouvris les yeux une nouvelle fois sans même prendre le temps de regarder l’heure cette fois. Tu as toujours été habitué à te lever tôt, mais là, c’était peut-être un peu trop tôt… Silencieusement, tu te plias en deux en posant tes coudes contre tes cuisses, joignant tes mains, cherchant à remettre toutes tes idées en place. Tu mis un peu de temps à réaliser que Roy s’était levé, et c’est avec l’esprit encore un peu embrumé que tu te relevas en vitesse en ayant peur de t’être fait voler lamentablement. Titubant à moitié, tu parvins tout de même à sortir de la chambre en te frottant encore une fois les yeux avec insistance avant de bâiller à t’en décrocher la mâchoire.

Tu soupiras de soulagement en voyant l’adolescent dans le salon, éclairé par les très légers rayons du soleil se frayant un chemin timidement dans la pièce : il était très tôt, et tu mis beaucoup de temps avant de réaliser l’heure qu’il était. « Tu ne dors pas, Roy ? Tu vas mieux, au moins ? » Tu t’avances vers lui tout en gardant une certaine distance, parlant à voix basse pour ne pas réveiller l’imposante bête dormant à sa place habituelle. Il avait l’air très occupé, et tu préféras le laisser faire sa petite besogne dans son coin pour aller piquer quelques gâteaux dans un placard avant de revenir. Tu n’avais pas pris grand-chose, mais tu partageas ton casse-croûte volontiers avec le gamin, lui donnant la moitié de ta part en déposant les biscuits sur la table basse.

« Dis-moi, qu’est-ce que tu es en train de faire ? Je peux regarder ? »

Sans vraiment attendre sa réponse, tu t’approchas un peu plus vers lui, allant te mettre dans son dos pour regarder par-dessus son épaule. Tu plissas les yeux, n’arrivant pas vraiment à distinguer ce qu’il était en train de faire depuis tout à l’heure, l’éclairage n’aidant pas vraiment à te repérer. Et puis, progressivement, tu distinguas une silhouette, puis des vêtements, des cheveux… Un visage brouillé. Il était en train de dessiner quelque chose, mais tu n’avais aucune idée de ce que c’était.

Jusqu’à ce que tu aperçoives la cage.

Pris d’un haut-le-cœur, tu reculas vivement loin de lui, les yeux écarquillés et troublés sous la surprise. Tu déglutis difficilement, un nœud se nouant dans ta gorge, t’empêchant de respirer convenablement. Puis tu tiras sur la veste nerveusement, préférant t’en débarrasser pour aller la déposer négligemment sur le premier meuble venu.

« Comment… Comment ? »

Tu ne parviens pas à formuler ta question, tu ne sais pas comment lui demander ce à quoi tu penses. Tu te sens mal, terriblement mal, les souvenirs remontant péniblement jusque dans ton esprit, puis tu es violemment frappé par une crise de larmes que tu ne cherches même pas à cacher. Tu recules jusqu’à un mur, te laissant glisser jusqu’au sol, ramenant tes genoux contre ton torse pour aller cacher ton visage derrière ceux-ci. Tu te sentais si faible actuellement, pleurant la perte de ton amant sans chercher à alerter le garçon plus que ça. Pendant plusieurs minutes, tu te secoues dans tous les sens, tentant d’essuyer les perles humides avant qu’elles ne viennent terminer leur course sur tes vêtements, mais il est toujours trop tard. Tu restes dans cet état presque second une dizaine de minutes, reniflant régulièrement lorsque les larmes ne coulent plus.

« Tu sais… Tu sais que ce que tu viens de te dessiner… Me manque terriblement ? »

Si ça se trouve, il dessinait simplement un personnage au hasard, peut-être inspiré de toi, mais cette silhouette ne te ressemblait pas du tout, au contraire, elle avait toutes les caractéristiques de ton amant, celui t’ayant abandonné lâchement il y a bien longtemps. Tu relèves doucement la tête pour ne laisser apparaître que tes yeux rouges et gonflés, épuisés d’avoir fait un tel effort pour montrer ta souffrance.

« Tu le connais… ? Tu l’as déjà vu dehors ? », dis-tu entre deux sanglots que tu parviens à calmer facilement. « Désolé… C’est juste que… Bah, laisse tomber… Tu peux pas comprendre. » Tu tentes de te reprendre en main tant bien que mal, encore bouleversé et souffrant.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Mar 27 Mar - 23:00
citer
éditer
x
  Mar 27 Mar - 23:00

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy ne savait pas depuis combien de temps il était là, assis par terre en train de dessiner le peu qu'il se souvenait de son rêve, comme s'il avait eut un besoin urgent de le faire pour se rappeler. Ses côtes continuaient de lui faire mal à cause de cette position inconfortable, mais il ne bougea pas pour autant, il ignorait la douleur en se concentrant d'avantage sur sa tache.

Flottant non loin de lui, de temps en temps s'amusant à lui tourner autour pour regarder le dessin d'un air curieux, Soul continuait de l'observer. Il était habitué depuis longtemps aux actions parfois incompréhensives de son humain. Il savait que le garçon était bizarre, qu'il voyait des choses et que parfois, il se sentait le besoin de l'écrire, à défaut de pouvoir en parler à quelqu'un. Le pokemon l'écoutait lorsque ce dernier lui raconter ses rêves, ses visions, ses étranges intuitions et impressions, mais ce n'était pas la même chose que de pouvoir en discuter avec une personne pouvant l'aider à comprendre.

De temps à autre, le fantominus se stoppait, jetant un regard vers l'imposant sarmuraï dormant sur le canapé lorsque ce dernier bougeait dans son sommeil ou émettait un quelconque bruit. Rien ne semble perturbait Roy, comme si toute sa concentration était dans le dessin au point d'en oublier son entourage.
C'était donc au pokemon de veiller sur lui à la recherche du danger. C'était toujours ainsi, Soul ne s'en plaignait pas, c'était son rôle après tout, et qu'ils soient à l'abri dans un appartement encore endormi ne voulait pas dire qu'il relâchera sa garde.

Roy, trop concentré sur ses traits, n'entendit pas l'homme se réveiller et arriver dans le salon. Il sursauta en l'entendant lui parler, se tournant aussitôt vers lui par réflexe avant de couiner doucement, une main venant se poser sur ses côtes déjà douloureuses qui lui faisaient en plus payer ce mouvement brusque. Doucement, il se retourna vers sa feuille, reprenant son stylo pour continuer le dessin, sans un mot. Il avait presque fini et les souvenirs de son rêve s'estompaient bien trop vite pour qu'il perde ne serait ce qu'un seconde.

Il fut cependant plus ouvert à son environnement à présent que l'homme était réveillé. Il fit attention aux bruits de ses pas sur le plancher, levant doucement les yeux lorsqu'il revint de la cuisine, déposant des biscuits sur la table basse face au garçon qui saliva d'avance à l'idée de manger.
Maintenant qu'il avait perdu sa concentration et que les quelques images de son rêve se floutèrent à leur tour, il stoppa son dessin, attrapant d'une main, toujours un peu hésitante, le premier gâteau qui lui vint pour venir le fourrer dans sa bouche.

Le garçon se tendit un peu lorsque l'homme se rapprocha dans son dos, plus par réflexe qu'autre chose, n'aimant pas savoir quelqu'un dans un de ses angles morts alors il leva la tête vers lui, ne lui répondant pas à cause de sa bouche pleine. Soul lui aussi observait l'homme qui se penchait par-dessus l'épaule du garçon pour voir son œuvre, prudent.

L'enfant parut nerveux, plus que quelques secondes plus tôt en épiant la moindre réaction de l'homme, et elles ne se firent pas attendre. Roy regarda Jericho reculer, troubler, surpris, alors qu'il retira rapidement cette veste pour aller la poser loin de lui.
Le garçon se mordit les lèvres, conscient qu'il était fautif, comme toujours, qu'il aurait mieux fait de ne rien faire, de rester allonger dans le lit plutôt que de vouloir garder une trace d'un de ses étranges rêves.

L'enfant se sentit mal en voyant l'homme si désespéré, avachi contre le mur, des larmes coulant le long de ses joues. Doucement, il se releva, serrant les dents à cause de ses côtes, mais il parvint à tenir sur ses jambes. Le dessin en main, il s'avança vers l'homme se stoppa face à lui un instant, un peu désemparé, ne sachant que faire pour essayer de le calmer alors que cet état était de sa faute. Il savait que l'homme le jettera dehors une fois calmer, pas besoin de jeter d'avantage d'huile sur le feu.
Alors il vint se mettre à ses côtés, glissant lui aussi le long du mur pour s'asseoir par terre, ramenant ses jambes contre lui pour les étreindre, le dessin coller à sa poitrine.

"Je sais...", murmura-t-il doucement, l'air désolé pour répondre à la question de l'homme après un long moment d'attente incertaine.

Il baissa d'avantage la tête en sentant le regard rougis par les larmes de l'homme. Il était honteux, triste, peiné. Il s'en voulait pour avoir mis l'homme dans un tel état, il s'en voulait d'avoir vu cela dans son rêve, il s'en voulait d'être là tout simplement.

"Je comprends... Enfin, je crois...", continua-t-il, incertain, prudent.
"Il... Vous manque ? Je crois que vous lui manquez aussi..."

Il se stoppa un instant, se mordant les lèvres à nouveau, essayant de mesurer chacun de ses mots. Il ferait mieux de se taire, il le savait, tout ce qu'il dit, fait, pense, ça ne fait que blesser les gens et il ne voulait pas blesser l'homme qui avait été gentil avec lui, même après leur début plutôt violent.
Il s'en voulut de lui faire de la peine, et il partira sur-le-champ si l'homme le lui demandait.

"Je ne sais pas qui s'est... Je l'ai juste... Vu ?"

Il se stoppa à nouveau. Comment expliquer son espèce de don, sa malédiction ?

"Je vois des gens qui sont morts...", il se stoppa aussitôt, conscient qu'il venait de dire quelque chose qu'il n'aurait pas dû, il tenta de se rattraper. "Ah ! Mais lui il est pas mort !... Je crois... Je vois juste des... Choses... Parfois... Que je ne devrais pas voir..."

Il se mordit d'avantage les lèvres, jusqu'à sentir le goût du sang sur sa langue. Il était toujours nerveux, plus encore maintenant. Il enfuit sa tête derrière ses genoux, gêné, honteux.

"Pardon..."



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Jeu 29 Mar - 23:15
citer
éditer
x
  Jeu 29 Mar - 23:15

Tes mains viennent péniblement masser ta nuque alors que tu cherches à retrouver un souffle normal malgré ton nez bouché. Non, vraiment, même après bientôt dix ans sans le voir, il te fait toujours aussi mal et a laissé une profonde cicatrice dans ton cœur et ton esprit. Tu n’as plus entendu parler de lui depuis bien longtemps, et il aura juste fallu rencontrer un enfant ultra bizarre pour raviver de douloureux souvenirs. Tu soupires longuement, n’ayant pas la force de te jeter sur lui pour venir l’engueuler ou pire, le frapper. Cette idée ne semble d’ailleurs pas te venir en tête – tant mieux pour le petit Roy qui pourra récupérer plus facilement de ses côtes cassées.

Tu passes ton temps à renifler, faute d’avoir un mouchoir à portée de main. Mais au moins, tu as fini par te calmer et tu es à nouveau pleinement disponible bien qu’un peu bouleversé. Un frisson te parcourt l’échine alors que le garçon surenchérit en venant enfoncer un peu plus profondément le couteau dans la plaie béante de nouveau à vif. Tu ne peux d’ailleurs pas retenir ce petit gémissement plaintif, redressant le dos en adoptant une position fortement inconfortable. Tu finis tout de même par te calmer comme un grand garçon, retournant à ta position initiale quelques secondes avant d’étirer tes jambes en fermant les yeux.

« Ne dis pas que je lui manque. Il s’est foutu de ma gueule. »

La colère te monte vite à la tête, mais tu n’es pas en colère contre lui, plutôt contre ce salaud qui s’est joué de toi, qui en a profité avant de se faire la malle pour ne jamais revenir. Il t’a rendu service il y a longtemps, oui, mais il t’a promis monts et merveilles pour au final te faire tomber de très haut. Et ça, tu ne l’acceptes pas. Lentement, tu tournes la tête vers Roy sans vouloir te montrer agressif ou en colère, tu te contentes de l’écouter en hochant parfois la tête, attentif à la moindre de ses paroles ; tu flippes un peu alors qu’il parle de voir des gens morts, écarquillant les yeux, avant de te calmer à nouveau alors qu’il t’assure que ton amant n’est pas mort. Tu restes silencieux un moment, cherchant à quoi lui dire, n’y parvenant tout simplement pas.

Alors tu te redresses un peu, tu viens te mettre à genoux avant de doucement lui tapoter l’épaule, osant ce contact sans réfléchir aux conséquences, geste faussement paternel alors que tu ne sais pas t’y prendre du tout avec les enfants. Mais très vite, tu te rends compte de ta bêtise, alors tu viens poser ta main contre ta cuisse, un sourire gêné gravé sur tes lèvres.

« Tu n’as pas à t’excuser… », dis-tu d’une voix basse. Tu le regardes de haut en bas, venant même te pencher pour mieux observer son visage. « Je suppose que tu dois être quelqu’un de spécial. À ta manière. »

Tu continues à le fixer avec insistance avant de reporter ton attention sur le dessin qu’il tenait entre ses mains. Pris d’une idée de folie, tu viens tendre la main en te pinçant la lèvre, retenant ton souffle. « Je peux le revoir, s’il te plait ? » Tu attends qu’il te le tende pour mieux observer les détails, les vêtements, l’accoutrement, les cheveux, la posture de l’homme prisonnier. « Il a les yeux marron… Et les joues assombries par une barbe légère selon les jours. » Tu te remémores tant bien que mal des bons moments, lorsque tu passais de longues minutes à le regarder, sans qu’aucun de vous deux ne parle, toutes ces années passées dans le déni à ne pas admettre que tu étais tombé fou amoureux de lui alors que tu étais à deux doigts de le faire baigner dans son propre sang.

« Les gens qui sont morts… Il a fait d’horribles choses pour se protéger. Pour nous protéger… »

Tu hausses ensuite les épaules avant de lui rendre son dessin, te relevant en l’invitant à faire de même en osant lui tendre la main. Quelques secondes passent sans que tu ne fasses rien, puis tu recules avant d’aller doucement réveiller Philippe à coups de caresses sur sa carapace. Il lève instinctivement les yeux vers toi, étirant ses membres avant de se lever et de commencer à patrouiller dans toutes les pièces.

« Mais dis-moi… Tu fais souvent ce genre de rêves ? Comment ça marche ? »

Tu voudrais savoir, et tu voudrais également qu’il ait un peu plus confiance en toi, qu’il cesse d’avoir peur dès lors que tu tends une main – même si tu comprends parfaitement ses réactions d’un côté. Tu pars quelques secondes dans la cuisine, juste le temps de prendre à boire, puis tu reviens en déposant les quelques boissons sur la table basse avant de t’installer dans le canapé, invitant Roy à faire de même.

« J’aimerais que tu m’expliques tout… Depuis le début, si possible ? Qu’est-ce qui fait de toi… Ce que tu es ? »

Tu t’attends déjà à des réponses du genre "ça me vient comme ça", "je ne sais pas", mais tu as quand même un peu d’espoir, sait-on jamais. Ses rêves, sa capacité à copier plus ou moins bien les documents, tu voudrais savoir d’où lui viennent toutes ces capacités, comment il les as gagnées au fil du temps. Un enfant capable de ce genre de choses, c’est assez rare par ici.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Ven 30 Mar - 4:10
citer
éditer
x
  Ven 30 Mar - 4:10

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy voyait bien que l'homme était triste, que son dessin avait réveillé en lui des souvenir qu'il aurait préféré oublié. Il voyait aussi que ses mots lui faisaient plus de mal que de bien, comme toujours. Le garçon ne savait pas pourquoi il s'obstinait à continuer de parler, tout ce qui sortait de sa bouche ne faisait que blesser d'avantage les gens.
Dans un sens, voir une personne amoindrit, plus bas que terre et l'achever avec ses mots était une vision que le garçon aimait imaginer, ne serait ce que par vengeance envers ceux qui l'ont maltraité, envers la vie elle-même qui s'acharnait sur lui. Cependant... Le garçon n'aimait pas voir cela, surtout sur Jericho, l'homme qui avait essayé d'être gentils avec lui.

Le garçon finit par se taire, nerveux, mal à l'aise. Il se mordit les lèvres pour se forcer à se la fermer. Il ne voulait pas faire de mal, il ne voulait pas avoir à expliquer ce qu'il voyait, car il savait que l'homme changerait de comportement, qu'il deviendrait comme son père...
Le jour où son paternel avait appris, le garçon avait bien cru que cela serait son dernier. Même après sa fugue, les gens prenaient peur en l'entendant ou le voyant faire. Il n'était qu'une anomalie ici, il ferait mieux de rejoindre sous terre ceux a qui il parlait, ou croyait parler.

Il sentait déjà la colère de l'homme monter en lui, il savait que tôt ou tard, elle finirait par exploser à nouveau. Le garçon s'y préparait, il n'aurait pas peur cette fois, il saura se retenir de pleurer et de crier cette fois-ci, même avec des côtes déjà cassées. Il se forcerait à voir l'image de Jericho et non celle de son père cette fois-ci.

L'enfant sursauta en sentant la main de l'homme lui tapoter doucement l'épaule, sans aucune agressivité. Surpris, il en redressa même la tête, croisant le regard de l'eau avant de détourner aussitôt les yeux, plus par habitude de fuir le regard des gens par peur de les énerver qu'autre chose.
Jericho dut s'apercevoir que ce geste se voulant rassurant avait dû surprendre l'enfant puisqu'il cessa rapidement, venant déposer ses mains sur ses cuisses plutôt.

Il écouta l'homme parler, lui dire de ne pas s'excuser, même si l'enfant s'obstinait dans son esprit à se traiter d'idiot, car tout était de sa faute, lui dire qu'il devait être spécial, même si l'enfant remplaça mentalement ce nom par d'autres tel que "creepy", glauque, bizarre... Monstre... Démon...

Roy lui tendit le dessin lorsqu'il le demanda, sans aucune hésitation bien que sa main fut toujours tremblante. Il attendit ensuite en silence, tête basse, le verdict de Jericho.
Lorsque ce dernier lui retendit la feuille, il la refusa. Ce n'était pas pour lui à la base ce dessin, il ne savait pas qui il était, il n'avait aucun lien avec cette personne et puis, le dessin à présent empêcher le garçon de réutiliser la feuille comme faux bon de livraison. Il n'en avait plus l'utilité.

L'enfant releva la tête en sentant l'homme se redresser. Il observa quelques secondes la main tendue pour l'aider à se relever lui aussi. Il hésita quelques instants, très tenté par ne pas prendre cette main, par peur du toucher, par peur de l'adulte, parce que cette main avait plus de chance de lui faire mal que de l'aider en réalité, mais derrière cette main il y avait Jericho, l'homme qui certes l'avait battu et casser une ou deux côtes mais qui depuis essayer de se montrer gentil et compréhensif, il l'avait été bien plus que toutes les adultes que l'enfant avait pu croiser jusque-là. Alors timidement, toujours hésitant, il finit par prendre la main imposante de l'homme dans la sienne bien plus frêle et fragile.

Il se releva avec son aide, se mordant les lèvres pour ne pas gémir sous la douleur sourde dans sa poitrine suite à ce mouvement, se contentant de poser sa main libre dessus comme si cela allait l'aider à la calmer.
Une fois debout, restant immobile, dos au mur, Roy regarda Jericho aller réveiller son sarmuraï avant qu'il ne vienne lui poser une question, une question qui prit un peu de court l'enfant même si au fond, il s'attendait à l'entendre.

Le garçon ne lui répondit pas, du moins pas dans l'immédiat, restant contre mur en se tenant les côtes en attendant que la douleur se calme à nouveau. Il suivit du regard l'homme partir vers la cuisine, en revenir avec de quoi boire, déposant le tout sur la table basse avant de s'installer sur le canapé, invitant le garçon à le rejoindre.

Toujours hésitant, prudent, il se rapprocha, finissant par poser ses fesses sur le divan usé, ramenant doucement ses jambes contre lui dans une position qu'il jugea confortable pour l'instant, écoutant l'homme lui poser à nouveau des questions.

"Ce que je suis ?... Vous voulez dire un...."

Il se tue un instant, détournant le regard gêné. Il y avait tant de mots pour le décrire.
Sale gosse, enfant bizarre, garçon glauque, gamin des rues, mioche battu, voleur, démoniaque...
Il vint passer une main dans ses cheveux, remettant en place quelques mèches rebelles, remettant en place ses pensées aussi.

"Je ne sais pas trop par où commencer... Huuuum... Je suis né à...", il se stoppa encore une fois, finalement réticent à révéler cette information, comme s'il avait encore peur qu'on ne le renvoie là-bas. "Huuuum... Pas important... Huuuum... Pour... Ça...", il fit un vague mouvement de la main vers le dessin."ça a toujours été comme ça... Je crois... Je ne m'en suis rendu compte que le jour où... j'ai commencé à leur poser des questions... Hummm..."

Il se stoppa à nouveau, soudainement nerveux, jetant un coup d'œil vers Jericho, comme pour vérifier qu'il n'était pas choqué, ou en colère. Il savait que ce genre de chose avait tendance à effrayer ou agacé les gens... À les faire fuir ou à les énerver au point qu'ils se jettent sur lui pour le faire taire.
Voyant que l'homme n'avait aucunement l'intention de le frapper, du moins c'est ce qui lui sembla, il essaya de reprendre.

"La plupart du temps... Ils ne répondent pas vraiment, ils me montrent juste... La seule chose qui leur semble importante ?", il parut hésiter d'avantage sur la formulation de ses mots."C'est... Rare... Quand je rêve... De vivant... Huuuum.... C'est rare... Que je parle... À des vivants.... La plupart du temps, les gens préfèrent... Me taper dessus..."

Il se tue un instant, jouant nerveusement avec ses doigts, le regard fuyant, regardant partout sauf dans la direction de Jericho.

"Pour le.... Huuum... Papier... J'aime bien juste... Recopier... Des choses... Je ne sais pas vraiment bien lire... Huuumm... Écrire et compter aussi.... Alors je recopie comme je peux... Je n'ai pas vraiment le choix pour... Huuuum... Voler..."

Le dernier mot mourut dans sa gorge, comme s'il se sentait honteux. Après tout, il avait utilisé ce stratagème sur l'homme pour lui piquer quelque pauvres billets, il n'y avait pas de quoi être fier.


PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Ven 30 Mar - 23:59
citer
éditer
x
  Ven 30 Mar - 23:59

Tu souris doucement au garçon en te voulant rassurant encore une fois. S’il ne souhaite pas venir s’asseoir à côté de toi, eh bien tant pis pour lui, puisque tu n’es vraiment pas d’humeur à poser la main sur lui. Tu te sens comme plus léger, libéré d’un petit poids, à croire que te confier au premier connard venu te fait du bien ; tu es néanmoins resté assez évasif pour ne pas alerter les esprits, même si ça te brûlait la langue de tout lui raconter d’une traite sans chercher à tamiser les éléments. Tu te grattes doucement l’arrière de la tête, plissant les yeux sous la sensation de soulagement, une légère grimace gravée sur le visage lorsqu’il vient s’installer à tes côtés.

Gardant une certaine distance, tu le regardes comme tu le peux, le dévisageant parfois, allant regarder autre chose le reste du temps. Tu l’écoutes parler, te raconter un bout de son histoire, et évidemment il te raconte que ça lui vient comme ça, que ça a toujours été comme ça. Tu soupiras, un peu déçu, mais tu t’étais préparé à une telle réponse, voyant celle-ci comme le nez au milieu de la figure. Tu penches néanmoins la tête sur le côté alors qu’il continue de tout t’expliquer, hochant parfois la tête pour lui montrer que tu es attentif et que tu l’écoutes, que tu ne laisseras pas un mot filer sans l’enregistrer. Il a quand même dû avoir perfectionné sa technique à force d’arnaquer et de voler les autres, de quoi t’arracher un énième sourire en te rappelant tes jeunes années.

Tu laissas passer quelques longues secondes après qu’il ait fini de parler, osant à nouveau poser ta main sur son épaule avant de le secouer amicalement pour le rassurer. Mais encore une fois, tu as oublié ce que tu lui as fait plus tôt – sauf que cette fois tu as l’air de t’en foutre royalement. Tu le lâches après l’avoir bercé un long moment, restant toujours aussi silencieux, te penchant pour attraper une boisson que tu tendis presque trop timidement à Roy.

« Tu sais, il y a peu de gens comme toi. »

Bien sûr qu’il doit le savoir, il suffit de le regarder pour comprendre qu’il n’est pas un type comme les autres, il suffit de venir planter ton regard dans le sien pour remarquer ces horribles lentilles lui obstruant peut-être la vue, en un seul regard, tu peux apercevoir sa maigreur, et en un seul coup de poing tu peux constater qu’il est aussi fragile qu’une planche de carton mouillé.

« Tu pourrais mettre ce talent à l’œuvre. Je peux t’offrir un vrai travail, mais il va falloir faire des efforts ! »

Sur le coup, tu te montres un tout petit peu autoritaire, comme pour l’encourager à mieux faire. Puis tu te calmes assez vite, plutôt gêné de ta propre attitude tout en ne sachant pas si tu dois lui révéler tout de suite ce que tu as en tête. Saisir l’opportunité, c’est ce que tu as fait il y a longtemps, alors pourquoi ne pas laisser une chance à ce petit garçon ? Il était hors de question que tu le laisses repartir dans la nature comme ça, les côtes cassées et dans cette maigreur, d’ailleurs tu n'y penses pas sur le coup mais il devait te prendre pour un fou car tu lui proposes beaucoup de choses le lendemain d’une bonne baston.

« Je suppose que tu es né à Albion… Et tu dois être au courant que certaines personnes n’aiment vraiment pas l’empire… Tu vois où je veux en venir ? »

Comment amener un tel sujet assez sensible et mal vu ? Tu n’as jamais vraiment fait dans la dentelle, préférant être franc, mais était-ce là une bonne idée de venir dévoiler naïvement tes idéaux ? Tu n’en sais rien, venant exprimer ta frustration en venant te bouffer la lèvre jusqu’au sang, un goût métallique maintenant en bouche, gémissant sous la douleur de la nouvelle blessure à vif.

« Mes potes et moi… On est un peu comme toi : on vole, on fait des trucs un peu sales, on se fait même tirer par les oreilles – je me fais remonter les bretelles à leur place, mais ceux qui essayent de me recadrer et moi avons un point commun… Tu pourrais fausser des papiers au point qu’on les confonde avec des originaux après quelques années d’expérience. J’en suis sûr. »

Tu lui tends une main avec un large sourire se voulant rassurant, mais qui ne marche pas trop. « Si tu veux, je peux rentrer un peu plus dans les détails, mais tu dois me promettre de ne rien dire à personne. » Tu attends toujours qu’il prenne ta main, bien décidé à offrir un avenir à ce garçon perdu. Un avenir pas très radieux certes, mais au moins il ne courrait plus le risque d’avoir peur de ne plus jamais se réveiller le lendemain, mort de faim, de froid ou de quoi que ce soit d’autre. « Oh, au fait, quel âge as-tu ? Tu m’as l’air bien jeune… Pauvre enfant… »

Tu pariais sur un gros treize ans.
PP
PA
messages
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
:whut: !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 51
points d'aurore : 335
Messages : 92
Rang de prestige : D
Âge : 19 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuel
Métier : Médium/Faussaire
Avatar : Outsider - Dishonored
  Sam 31 Mar - 17:58
citer
éditer
x
  Sam 31 Mar - 17:58

Any Fools can be a father but it takes a real man to be a
♕ Daddy ♕
FT Jericho Lamb

Hiver 2013

Roy finit par se taire, gêné, presque honteux de raconter tout cela. Il savait que ce n'était pas normal, ni une bonne chose. Qui voudrait d'un gamin aussi bizarre et détraqué que lui ? Personne, c'était bien ça le problème, il n'avait personne et il n'aurait sans doute jamais personne avec ce discours. Il avait essayé de changer, pendant très longtemps, il avait essayé de satisfaire sans jamais y parvenir alors il avait fini par abandonner, par continuer à être bizarre, il n'avait guère le choix et il n'avait plus l’énergie pour se forcer à paraître un peu plus normal.

À présent, il s'en fichait. Il avait plus ou moins tout raconter à Jericho, maintenant, il s'attendait comme toujours au retour du bâton, sur sa peau, comme d'habitude. Son esprit avait été formaté comme cela, à toujours s'attendre aux conséquences, à craindre la moindre réaction des autres, à se préparer aux coups dès qu'il ouvrait sa bouche pour parler, ou même s'il osait respirer.
Jericho avait peut-être été différent en lui montrant plus de gentillesse en une journée que tous les autres adultes lui en avait offert en une vie entière, mais il restait un humain adulte, tôt ou tard, sûrement plus tôt que tard à présent, sa patience allait arrivait à sa fin.
Le garçon espéra juste qu'il le jette à la rue sans trop lui taper dessus à nouveau.

Pourtant, il osa commencer à s'habituer à cette gentillesse, à cet homme. Il savait qu'il le regrettera sûrement, que son rejet sera plus douloureux encore, mais le garçon était tellement affamé de contact humain qu'il commençait à être plus à l'aise avec cet homme, même si ce dernier avait commencé en lui cassant les côtes.

Il ne sursauta même plus lorsqu'une main qu'il comprit amicale au bout de quelques secondes, vint se poser sur son épaule pour doucement le secouer, ou le bercer, rassurant. Le garçon en aurait souri s'il se rappelait comment faire en présence de vivant.
Il resta pourtant hésitant dans ces gestes en acceptant la boisson que lui offrit l'homme, osant à peine détendre ses jambes pour s'asseoir convenablement sur ce canapé plutôt que recroqueviller en position de tortue assise.

Oui, il y avait peu de gens comme lui... Heureusement... Le monde ne se porte que mieux sans personne comme lui pour le parcourir, c'était presque à se demander pourquoi il était là lui...
Pourtant, il sembla que l'homme ne fît pas référence à la même chose, pas tout à fait.

Le garçon releva la tête vers l'homme, surpris, osant le fixer plus d'une seconde pour une fois. Il pensa mal entendre, l'homme lui proposait il vraiment un travail ? La proposition sembla si irréel qu'il ne réagit même pas à son ton un peu plus autoritaire là où d'ordinaire, il aurait baissé d'avantage la tête en signe de soumission. Il en fut si abasourdit qu'il dut l'espace d'un instant ressembler à un magicarpe, ouvrant et fermant la bouche, les yeux écarquillés alors qu'il continua d'écouter l'homme.
Il se ressaisit bien vite, bien que toujours sous le choc de cette proposition.

Il écouta l'homme lui parler d'Albion, de l'Empire... Oh oui, il comprenait... N'avait-il pas eux des géniteurs si fier de leurs ancêtres eux même fier résistant face à Kalos ? Le garçon lui n'avait pas vraiment d'opinions sur la question, avec la vie qu'il menait à présent, il avait d'autres préoccupations que cela.
Pourtant, il comprenait l'importance dans les propos de Jericho, il savait aussi que l'homme, sans lui en dire de trop encore, se mettait lui-même en danger en confiant ce garçon des rues qu'il avait ramassé à peine une nuit plus tôt.

Le gamin pourrait très bien refuser, s'enfuir et tout aller raconter à des forces plus compétentes que lui pour ce genre de cas, mais jamais Roy ne ferait cela. Déjà, parce qu'il avait peur des forces de l'ordre, il était encore mineur après tout avec une famille encore existante, ils n'hésiteront pas à le renvoyer chez lui ou pire... Et puis personne ne l'écouterait lui de toute façon, il était trop bizarre pour cela. Et enfin, Jericho avait été gentil avec lui, et semblait lui faire un peu confiance, un peu... L'enfant ne pouvait l'ignorer.

Roy regarda un instant la main tendu, hésitant, relevant une ou deux fois les yeux vers le visage de l'homme pour y voir un sourire qui lui parut rassurant. Puis, toujours aussi hésitant, tremblant, il leva sa main frêle pour la pauser dans celle plus imposante de l'adulte.

Il acceptait, sans avoir besoin de savoir plus, sans regret ni remords. L'homme avait été gentil avec lui, et lui offrait maintenant l'opportunité de vivre au lieu de survivre avec difficulté, comment pouvait, il refuser. Pour la première fois depuis une éternité, peut-être même depuis sa naissance, il se mit à espérer des jours meilleurs.
Qui aurait cru qu'une rencontre si violente et mouvementer pouvait aboutir à cela.

"J'ai quinze ans, je crois..."

Il se surprit à paraître un peu plus confiant, autant dans sa voix que dans ses gestes moins tremblant et hésitant.

"Je crois comprendre... Mon p..."

Bon il n'était pas assez confiant encore pour prononcer ne serait-ce que ce mot sans avoir la gorge et les tripes noué par la peur et l'angoisse.

"Hum... Il était un peu... Comme ça. Albion avant tout. Malgré ses effort je n'étais pas assez... Bien... Pour être un vrai Albionais."

Tout en prononçant ses mots, d'une main refermée en poing, il vint doucement, discrètement, taper contre sa cuisse, mimant des coups, mimant ce qu'il ne pouvait dire à haute voix et qu'il camouflait sous le mot "effort".

"Au fond... Je m'en fiche... Un peu. Je ne suis pas assez bien pour... Quoique se soit.", continua-t-il, légèrement plus hésitant, moins assuré."Mais... Mais... Mais si vous me proposez une telle chose... Je ne peux pas refuser. Je vais faire des efforts... Si je peux... Hum..."

Il baissa un peu les yeux, un peu gêné, les posant sur sa boisson qu'il n'avait toujours pas commencé, la gardant dans sa main.



PP
PA
messages
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
AAAAAAAHHHHHHHHHHHH
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 129
points d'aurore : 430
Messages : 187
Rang de prestige : B
Âge : 55 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Pansexuel, amoureux
Métier : Chef de bande
Avatar : Daud - Dishonored
  Mar 3 Avr - 14:11
citer
éditer
x
  Mar 3 Avr - 14:11

Ton sourire improvisé se perd assez vite car il est trop faux, mais tu as toujours espoir que le garçon vienne prendre ta main tendue. Et tu n’as pas eu à attendre une éternité puisque Roy s’était emparé de ta main. Sur le coup, tu le regardes bizarrement, à croire qu’il n’a pas mûrement réfléchi à ce que tu lui proposais, mais tu finis par retrouver une expression neutre avant de secouer doucement votre poignée de main comme pour sceller un peu plus ce nouveau contrat.

Bon, ce genre de "métier" n’était pas sans risques, il fallait éviter de parler publiquement de vos opinions, il fallait glisser quelques mots haineux entre deux compliments discrètement, et faire tout en finesse ne t’a jamais attiré ; tu as toujours préféré la brutalité à autre chose, le combat, le trafic, le chantage… Et c’est pour ça qu’on t’en veut beaucoup chez Idéalis. Mais ça peut encore passer car tu ne prends pas tant de risques ça, tu ne fais pas s’effondrer des bâtiments et tu ne kidnappes pas (encore) des personnes influentes de Kalos. Il n’empêche que tu casses bien les couilles Jericho.

« Et tu penses qu’avec moi tu sauras être un vrai Albionais ? »

Tu ne comptes pas en faire un putain d’extrémiste, mais il fallait tout de même qu’il rentre dans une des cases du groupuscule pour qu’on ne le prenne pas pour un espion ou on ne sait trop quoi. S’il le fallait, tu étais prêt à transmettre tout ce que ta mère t’a raconté au garçon pour légèrement influencer son esprit, mais tu es persuadé qu’il est assez grand malgré son âge pour se faire ses propres opinions et convaincre les futurs camarades qu’il côtoiera très bientôt. Tu risques juste de le surveiller lorsqu’il sera majeur, juste histoire qu’il ne te trahisse pas du jour au lendemain ; on sait jamais après tout, tu l’as ramassé comme ça sur un coup de tête après lui avoir fait regretter de s’être frotté à toi.

Lentement, tu viens le prendre dans tes bras sans trop le serrer pour tenter de lui faire oublier ce dont il vient de te parler. Ça ne doit pas être facile à raconter, et tu as bien fini par comprendre qu’il bloquait sur quelque chose. Quoi, exactement ? Il te faudra encore du temps avant de bien assimiler ses faiblesses. Même s’il ne doit pas vraiment apprécier ce contact, tu fais un peu l’égoïste et tu insistes, tu veux vraiment lui montrer que tu as fait une erreur en tapant avant de parler et que ça ne se reproduira pas – ou presque pas.

« Je ne vais te forcer en rien, tu fais ce que tu veux mais il va tout de même falloir que tu rencontres les autres un jour où l’autre. Je vais m’occuper de tout, je vais essayer de faire en sorte que tu sois bien accueilli. »

Tu marques une certaine pause avant de le relâcher en riant en imaginant le futur. Oh oui, il sera sûrement bien accueilli, mais toi…

« Par contre, ça risque de prendre un peu de temps. Il y a des fois où eux et moi on… On se tire un peu par les cheveux. »

Tu te lèves enfin et tu viens fouiller dans quelques armoires pour trouver quelques feuilles et un crayon que tu viens poser sur la table basse avant de repartir de plus belle pour aller chercher un peu plus à manger. Philippe, qui s’était terré dans un silence, redresse la tête et te suit dès lors qu’il devine que tu comptes aller dans la cuisine. Il tente de se faire tout petit et t’implore pour que tu lui offres à manger, ce à quoi tu réponds en venant lui claquer les pattes.

« Non Philippe, tu attends. Va faire un tour dehors, ça va te changer les idées. Mais je veux pas que tu sois dans mes pattes. »

Le gros insecte imite un cri semblable à un sifflement pour exprimer son mécontentement, t’écrase le pied de sa petite patte avant de te tourner le dos et d’aller pleurer aux côtés de Roy. Il le prend, le secoue et sanglote, il pense pouvoir vous faire craquer avec un caprice. Quand tu reviens les mains pleines de nourriture, il te regarde et se met à faire semblant de pleurer plus fort, te faisant rouler les yeux en grognant.

« Ne fais pas attention à lui, ce gros balourd a besoin d’un régime. » Tu viens te poser à nouveaux aux côtés du garçon, pointant du doigt les feuilles après avoir déposé les quelques sachets là où il y avait de la place. « Bien, si tu as envie, j’aimerais que tu reproduises un document, n’importe lequel. Je vais te trouver un modèle sur mon téléphone si tu veux. »

Tu veux voir s’il était si doué que ça. Maintenant qu’il était à l’abri et dans un endroit plus ou moins calme, peut-être que son talent sera plus visible ? Tu n’en sais rien, mais tu n’attends pas pour sortir ton mobile et chercher sur internet des images de référence ; ce n’est pas comme ça qu’il saura vraiment fabriquer de faux documents, mais on commence bien par là, non ?

« Ah, oui, j’ai oublié de te le dire : tu peux rester ici autant de temps que tu le veux, considère cet endroit comme ton nouveau foyer… Ou un point de passage. Je suppose que tu es un grand voyageur ? »

Ou fugueur, qu’importe. Il n’empêche qu’il peut te faire confiance… Tant qu’il n’en abuse pas trop et qu’il ne te pousse pas au bout.
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
Any Fools can be a father but it takes a real man to be a Daddy - FT Jericho Lamb
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum