AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Hiver
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
31/10/18
Découvrez la Gazette n°9 !
22/12/18
Les pokémons de l'hiver sont arrivés avec les premières neiges...
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Derniers messages

 

 De l'art d'être facteur // Léo

PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Ven 23 Mar - 14:45
citer
éditer
x
  Ven 23 Mar - 14:45

Front soucieux, sourcils froncés, Abigaël évitait autant que possible les yeux implacables d'Eliz. Elle n'écoutait son babil qu'à moitié, soupe de jargon administratif qui ne lui avait jamais véritablement plu. Ou plutôt, c'était sa logorrhée peu agréable sur le nouveau compagnon postal qui ne lui plaisait pas réellement

Franchement faiblard, blablablah.

Et puis si tu le perds à nouveau comme ton Goélise, tu vas cumuler les traumatismes, gningningnin.

Pourquoi ne pas prendre un Pokémon bipède qui pourrait te protéger, comme un Caninos tiens ? Ils n'en ont pas l'air, mais ils sont sacrément féroces...

Et ainsi de suite. La moscovite se retenait de tirer un juron peu glorieux en slave, que sa supérieure n'aurait pas compris, mais qui aurait vite compris son humeur ainsi que ses pensées. Être facteur, c'était éviter d'être poursuivi par les chiens agressifs, pas de s'en procurer un. Elle admettait néanmoins que les grands yeux ronds de Baïkal et son plumage d'un bleu éclatant ne suffiraient certainement pas à repousser les plus dangereux adversaires. L'oiseau reposait à côté d'elle, picotant quelques graines que la jeune femme avait mis à disposition. La Poichigeon s'était remise de sa mésaventure dans la forêt et  semblait avoir recouvert la santé. Abigaël n'avait pas tenté cependant de voir si elle serait assez résistante pour supporter les longs voyages qu'elle parcourait en tant que postière. Elle ne les reprendrait qu'en avril lui avait-on dit. Quatre mois pour se remettre de son bras cassé et de ses symptômes post-traumatiques, c'était bien assez, paraissait-il. Quoi qu'il en soit, elle ne s'était pas plainte.

Le grand air lui manquait. Le printemps approchant, elle sentait au fond d'elle-même qu'elle avait bien besoin de se dégourdir les pattes, particulièrement celle qui avait la sale tendance de se traîner un peu trop. Elle en avait besoin pour s'en sortir, mais aussi pour répondre au rendez-vous que Ronan lui avait fixé en avril dans sa lettre. Brève et détachée de toute émotion, celle-ci lui avait l'effet d'une explosion ou d'un coup de tonnerre.

Il avait trouvé sa lettre. Elle ne serait plus vraiment seule dans ce grands pays qu'elle ne connaissait pas. Le Johtoïte pourrait peut-être même l'aider à se faire un peu plus d'expérience en combat Pokémon. Avec les événements du Régalia, la jeune femme avait beaucoup réfléchi à tout cela. Perdre son Pokémon dans cette histoire lui avait beaucoup appris, notamment de ses erreurs. Qu'avril vienne vite, souhaitait-elle, pour enfin revoir ce drôle de garçon à la langue bien pendue et à la sagesse étrange qui imprégnait ses paroles.

Plus que Ronan, c'était son père qu'elle espérait revoir. Et c'était bien cela qui l'empêchait d'écouter Eliz et son babillage incessant, alambiqué de tournures lourdes et ennuyeuses, embrigadant le langage dans une ancre peu acceptable pour qui s'occupait des mots des simples habitants. Micha Andrïev avait visiblement retrouvé sa trace. Il était parti d'URRSM lui aussi. Sa venue la rendait aussi fébrile que sa future rencontre avec l'homme qu'elle cherchait depuis des mois et dont elle espérait un mot depuis toutes ces années. Mais, un silence particulier et une absence dans cette lettre visiblement écrite à la hâte, lui tourmentait l'esprit aussi bien qu'un repas avarié viendrait lui torturer les boyaux pour une nuit entière.

Qu'en était-il de sa mère ? Était-elle avec lui ?

Ce blanc lui était insupportable, si bien qu'elle en refaisait des cauchemars de sa fuite précipitée et sanglante depuis son pays natal. Ma-

Dis donc, ma grande, si j'ai pris la peine de te convoquer dans mon bureau, ce n'est pas pour que tu bailles aux corneilles et que tes oreilles écoutent le vent bruisser dans les feuilles !

La moscovite releva la tête, soudainement sortie de ces longues pensées :

Excuse-moi, c'est les médicaments qui m'appesantissent quelque peu l'esprit. Qu'est-ce que tu disais ?

En réalité, elle avait arrêté son traitement depuis des mois, mais Eliz n'en savait - et n'en saurait - jamais rien.

Il va falloir te rendre à Elyséa au plus vite dans les prochaines semaines. L'état-major a visiblement besoin d'aide sur une certaine affaire et un haut-gradé militaire t'aurait spécialement recommandée pour cette mission. Une histoire d'enquête ou de renseignement... Certainement lié à cette sale histoire de navire, j'imagine.

Ah, oui, oui... Certainement.

Elle avait récupéré les documents que la superbe blonde aux yeux bleus lui avait tendu. Si elle n'en montrait rien, cette nouvelle affaire qui débarquait dans sa vie la déstabilisait au plus haut point. Le général Witcan l'avait déjà entendue sur l'affaire du Régalia, il y a des mois de cela à Port-Tempête. De quoi pouvait-il bien avoir besoin à présent ? Abigaël avait son travail de témoin et de victime collatérale.

Voir, pleurer et raconter.

Il n'y avait plus besoin de dépoussiérer ces vieux dossiers. Enfin, se dit-elle, elle verrait bien quand elle serait sur place. Les militaires avaient leurs manies, dit-on. Elle écouta les dernières élucubrations d'Eliz sur les Poichigeons, avant de descendre des bureaux du siège et d'accéder à la belle grande salle où les rédacteurs de lettres venaient chercher leurs timbres, peser ces papiers aux airs si ridicules et anodins, avant de voir s'ils souhaitaient un service urgent, rapide ou "sans trop se presser", comme on le disait dans les régions Kalosiennes du Sud. A Kalos, il semblait que tout un chacun appréciait se compliquer la vie avec de drôles d'histoire d'administration tarabiscotée.

Onze, l'heure de la pause matinale qui allait cumuler avec la pause déjeuner.

Il y avait quelqu'un, pourtant. L'office désert ne pourrait lui apporter aucun secours ou aide, et il devrait attendre treize heures trente, voire quatorze heures si les assistants au dépôt du courrier ou au retour du colis se dépêchaient. Baïkal roucoulant sur son épaule, la casquette auréolé du Flambusard national Kalosien, Abigaël avait tout l'air d'être en service. Le pauvre rouquin attendrait bien longtemps avant que quelqu'un ne vienne s'en occuper.

La jeune femme se mordit la lèvre, grogna intérieurement, maudissant certainement son sens du service un peu trop développé. D'un pas boiteux, elle se dirigea vers le jeune homme, banal sans pour autant se fondre dans la masse. Les cheveux roux certainement, qui contrastaient fort avec ceux totalement blanc de la jeune femme, rangés en un chignon soigné sous sa casquette de service.

Vous arrivez à la mauvaise heure, lui dit-elle avec son accent slave dans un Kalosien approximatif. Les postes ont des horaires capricieux, comme tous les bâtiments publics. Qu'est-ce vous voulez donc faire ? Vous aurez peut-être de la chance, si le service que vous demandez est un des premiers à revenir.
PP
PA
messages

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Nox Oscuras

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
  Mer 28 Mar - 22:16
citer
éditer
x
  Mer 28 Mar - 22:16

Après tout le temps que j'avais passé dans la Chaîne Niffelhienne et donc par extension à Porte-des-rois, j’avais l’impression de m’être presque sédentarisé d’une certaine manière. Au-delà de cela, j’avais même l’impression de ne plus connaître que cette cité, moi qui pourtant était en voyage tout autour de Kalos… Alors, découvrir une ville aussi magnifique Léopic, c’était quelque chose d’assez extraordinaire ! Enlacée par deux fleuves, cette ville d’eau au climat capricieux avait pourtant la réputation d’une fille flamboyante si bien qu’elle était communément appelée dans toute la région la cité du Némélios et du Flambusard. Pas sûr de pouvoir voir un Flambusard voler dans le ciel aujourd’hui, me dis-je pourtant en constatant que ce dernier était chargé de nuages. Son humeur était maussade, et la mienne n’était pas si différente finalement. C’était d’ailleurs dommage d’être autant blasé, alors que je reprenais mon périple et voyais enfin de l’avancement dans la quête... Mais je n’avais pas le moral, à cause d’un e-mail que j’avais reçu plus tôt dans la journée. Un e-mail de mes parents.

Lorsque j’avais consulté ma boite de réception et que j’avais vu l’expéditeur, j’avais dégluti lentement. J’appréhendais énormément de prendre contact avec eux, depuis que j’avais quitté Johto, et j’étais resté d’interminables secondes à hésiter à l’ouvrir ou non. Et puis je m’étais quand même lancé, pour découvrir quelques pavés remplis d’émotion écrits par une mère qui se faisait du souci pour son fils. Mon estomac s’était noué à la lecture de ces lignes. Quand mon frère était mort après son long calvaire de plus de deux ans et qu’on m’avait su condamné au même sort, mes parents m’avaient de suite enterré dans leurs cœurs. Ce n’était pas quelque chose à quoi j’aimais beaucoup penser, ni encore moins dire, car aux yeux des gens ils passaient pour des monstres sans âme alors que j’étais convaincu que leur réaction était tout ce qu’il y avait de plus humaine. Ils perdaient leurs deux fils coup sur coup, Quoiqu’il en fût, je m’étais dit que c’était la peine et le chagrin qui les avaient faits agir ainsi, préférant se laisser emporter par les flots plutôt que d’essayer de nager à contre-courant… Et j’avais adopté la même attitude à leur égard en partant faire mon voyage, me coupant complètement d’eux pour que personne ne souffre. J’étais parti comme ça, presque profitant du choc de la mort de Gabriel pour m’éclipser et aller accomplir ce que je lui avais promis. Mais tout compte fait, j’étais surtout comme un Donphan qui partait se cacher pour mourir.

Je ne savais pas trop qu’en penser, mais une chose était sûre : ces démons revenaient me hanter. Qui avait été égoïste dans cette histoire, au final ? Devais-je me remettre en contact avec eux et répondre à cet e-mail, ou bien complètement l’ignorer ? Kalos était grand, après tout, et jamais ils ne me retrouveraient avant qu’il ne soit trop tard… Je secouai violemment la tête, car ce n’était pas une option que je voulais considérer, puis me pinçai les sinus, la tête penchée vers l’arrière. Je… J’imaginais que je verrais lorsque je serais installé au Centre Pokémon, car pris par mes émotions je n’étais pas arrivé à penser très clair.

Même à tête reposée, ce n’était pas si facile que ça de penser à tout cela. Mais je m’étais au moins décidé sur une chose : je devais leur répondre, et j’en avais marre de fuir. Mon équipe commençait à prendre forme et je me sentais mûrir tandis que je commençais ce bout de chemin en direction d’Elysea. Etais-je pour autant prêt à reprendre complètement contact, à leur échanger des messages tous les deux jours pour leur raconter ma journée ou leur parler de qui j’avais rencontré ? Je ne le pensais pas. Même, pour moi qui avais l’habitude de faire courir mes doigts sur le clavier tactile de la tablette, j’avais du mal à me lancer et à poser mes mots. Une lettre alors, plutôt ? Voilà l’idée que je retins : je leur répondrais par une lettre. Ce serait bien plus marquant qu’un simple courriel, et ils pourraient toujours la garder pour quand je ne serais plus là. C’est ce que je fis.

Je leur écrivis une belle lettre, assis à une table d’une salle commune du centre Pokémon du Vieux Léopic, Dundee ronflant avec sa tête posée sur ma cuisse. De temps à autres, je caressais sa tête en le regardant, me disant que j’avais bien de la chance de l’avoir… C’était à ce moment-là que j’eus une dée. Mes parents avaient toujours étés très stricts avec mon frère et moi et ils n’avaient jamais voulu que nous ayant un partenaire Pokémon. Les choses changèrent un peu lorsqu’ils apprirent notre maladie, et Gabriel et moi nous partageâmes en quelque sorte ce petit Kaiminus qui allait plus tard devenir mon meilleur ami, mais mes parents, eux, n’avaient jamais eu cette chance. Alors je décidai qu’en plus de leur envoyer cette lettre, je leur enverrais Milky. La petite Goupix d’Alola ne m’appréciait guère, sans doute à la fois à cause de son caractère mais aussi des circonstances de sa capture. Elle restait froide avec moi, et avec les autres Pokémons de mon équipe alors que même Jiaozi était très sociable malgré le fait qu’il m’était encore impossible de le dompter. Peut-être que sa douceur et son calme aiderait à apaiser mes parents, me dis-je en saisissant sa Pokéball dans ma main et en la contemplant. Après tout, Dundee était pour moi un rappel de la présence constante de mon frère à mes côtés et j’étais convaincu que Milky pourrait faire de même pour moi auprès de ma famille. Mais pouvais-je pour autant faire cela à mon Pokémon ? Si demain je recevais par la poste un Pokémon de leur part, pourrais-je m'en occuper comme cela sans me poser de questions ? Je n'en étais pas sûr. J'imaginai que la décision serait plus simple à prendre sur place.

Je me rendis donc, peu avant le déjeuner (et surtout l’heure de fermeture de l’office, qui pouvait être particulièrement stupide parfois) au bureau de Poste du quartier de la Croix-Roussil. Tout d’abord, je crus que c’était fermé avant qu’une jeune demoiselle aux cheveux argentés et au fort accent Moscovite ne vienne m’accueillir. Apparemment, c’était presque l’heure de la pause déjeuner. Sérieusement, à onze heures, me demandai-je, quelque peu surpris que la réputation des fonctionnaires Kalossiens soit justifiée. Lorsqu’elle me demanda de quel service j’avais besoin, je lui répondis :

"Bonjour mademoiselle. Je suis venu pour poster une lettre ainsi... Qu'envoyer un colis.", commençai-je poliment, affichant le sourire courtois qui me caractérisait souvent. J'avais hésité en prononçant ce dernier bout de phrase, et me rendis compte que la décision était encore moins facile à prendre. Je marquai une pause, puis repris : "Non, rien, oubliez. Juste une lettre, s'il-vous-plait."

Je m'étais ravisé. Débiné plutôt. Je n'étais pas encore prêt. Mais je comptais tout de même leur envoyer ma lettre. Je ne voulais toutefois pas qu'ils sachent d'où cela provenait, et comptais donc envoyer le tout sans inscrire d'adresse et de manière anonyme, sachant que mes parents me reconnaîtraient immédiatement. Allait-ce être possible, par les temps qui couraient avec le climat de tension qu'avaient instaurés Nox Oscuras et Idéalis ? C'était une des rares fois de ma vie où pour arriver à mes fins, j'étais prêt à raconter mon histoire quitte à lui faire verser une petite larme s'il le fallait...
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Mar 3 Avr - 0:26
citer
éditer
x
  Mar 3 Avr - 0:26

Le rouquin semblait réfléchir. Il s'était ravisé pour un colis. Un cadeau pour une femme ? Si celle-ci était aussi difficile que les slave, la jeune femme ne pouvait que comprendre le pauvre bonhomme. Il fallait réfléchir sur le cadeau et cela était bien naturel que le rouquin recule d'un pas, s'il voulait éviter de se prendre le pied dans le tapis.

C'est, du moins, ce que se disait Abigaël.

Elle lui rendit un sourire, gentil, mais effacé comme toujours, évitant un peu les regards, ne cherchant pas à attirer l'attention. Avec son accent moscovite, c'était bien raté pourtant. Elle remit une mèche en place, en regardant la lettre. Elle n'était pas timbrée. Relevant les yeux vers le jeune homme, elle lui dit d'une voix douce et polie :

Monsieur, vous avez oublier de franchiser votre lettre. C'est un long courrier que vous envoyez ?

Qu'elle était bête, se dit-elle, elle avait la lettre entre les mains, il lui suffisait de vérifier l'adresse. Ses grands yeux noirs se reposèrent sur l'enveloppe et la jeune femme remarqua avec étonnement que le papier blanc était vide d'encre. Elle releva ses yeux sur le drôle de rouquin, avant de reprendre, avec un air un peu étonné :

Mais, Monsieur, vous avez oublié de mettre l'adresse aussi ? Où voulez-vous donc l'envoyer ?

Il avait oublié certainement. C'est ce que disait la postière, sans chercher à élucider plus le problème, elle tendit la lettre au jeune homme, pour fouiller dans ses poches. Elle 'était quasiment certaine d'avoir un crayon ou un stylo dans ses poches. Baïkal, gênée par les mouvements de sa maîtresse, s'agita en roucoulant sur ses épaules, un peu agacée. Qu'elles étaient drôles, l'une avec sa casquette un peu trop grande pour son visage pâle et fin, l'autre, battant des ailes et roucoulant de tous ses poumons.

Finalement, la Poichigeon s'envola bruyamment, pour chiper la lettre d'entre les mains du jeune homme. Abigaël s'en rendit compte et roula des yeux, paniquée. D'une voix autoritaire et sévère, la moscovite somma le petit oiseau à redescendre bien vite sur terre :

Hé ! Baïkal ! Redescends ici, ce n'est pas pour toi ma grande !

Mais l'oiseau s'en moquait, elle battait des ailes, ses plumes bleues éclairées par les lampes, roucoulant d'une manière aussi agaçante qu'un pigeon puisse faire. Et Abigaël boitait, tandis qu'elle essayait d'attraper ce nouveau petit compagnon, capricieux et imprévisible. Ses bonds de grenouille n'avaient rien de remarquable !
PP
PA
messages

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Nox Oscuras

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
  Mar 3 Avr - 19:10
citer
éditer
x
  Mar 3 Avr - 19:10

Elle n'avait pas l'air bien dégourdie, cette petite postière... Non, c'était plutôt qu'elle avait l'air très maladroite. Vu qu'elle était très jeune, je me demandai si elle n'était pas même simplement stagiaire et s'il ne fallait pas que je lui demande à voir sa responsable... Mais je me ravisai, en songeant que ce serait sans doute un peu rude. Et puis, j'étais bien placé pour savoir que ce n'était pas parce qu'on faisait jeune que l'on était incompétent et de nombreuses fois certaines personnes avaient fait cette erreur par rapport à moi. Etait-ce là la malédiction de ceux qui ne faisaient pas leur âge ? Quoiqu'il en fut, ma lettre était désormais entre les pattes (ou plutôt dans le bec) du Poichigeon aux couleurs peu communes de la jeune femme, et cette dernière lui courait derrière pour essayer de le rattraper, en vain. Je soupirai doucement, puis, allant chercher à ma ceinture la Pokéball de Dundee, l'envoyai au milieu de la pièce. Dans un flash de lumière bleue, mon compagnon apparut en lâchant un cri féroce, se demandant sans doute pour quel combat il était appelé. Il fronça rapidement les sourcils lorsqu'il se rendit compte que c'était pour une toute autre raison que je l'avais appelé.

"Hey mon grand, récupère ma lettre qui est dans le bec de ce Poichigeon, veux-tu ?", lui commandai-je. Puis, quasiment sans marquer de pause, je jugeai bon, voire même vital, de préciser : "Sans les abîmer ni l'un ni l'autre !"

A bien y réfléchir, c'était sans doute une très mauvaise idée. Dundee était... Pataud, au mieux, si on voulait dire du bien de lui. Il ne faisait pas vraiment dans la dentelle, aussi peut-être que lui demander de me filer un coup de main pour une tâche qui demandait un minimum de délicatesse n'était pas vraiment des plus optimisés... Il n'y avait qu'à espérer qu'il ne casse rien dans le bureau de poste ! Toujours était-il qu'il avait l'air d'avoir compris le message, puisqu'au lieu de chasser le Poichigeon en lui courant derrière (comme il le faisait quasi-systématiquement quand nous baladions en ville) comme le faisait sa Dresseuse, il resta immobile au centre de la pièce pour jauger la situation. Et puis, au moment où le Poichigeon qui continuait de sautiller croisa le regard de Dundee, ce dernier lui fit sa plus vilaine Grimace, pour l'effrayer... Et à ma grande surprise cette tactique fonctionna, et le Pokémon volatile s'arrêta net dans sa course en lâchant un roucoulement plus aigu que la normale. La jeune femme en profita alors pour attraper en le serrant dans ses bras son oiseau dissident, qui ouvrit grand le bec pour piailler de nouveau, laissant cette fois-ci tomber ma précieuse lettre que j'allai ramasser par terre.

Toute gênée, la demoiselle s'approcha à nouveau de moi en baissant la tête, s'excusant à de multiples reprises.

"Allons, ne vous en faites pas...", dis-je simplement en levant la main. Je tapotai le crâne de Dundee pour le caresser, en guise de félicitations pour sa mission accomplie avec un étonnant succès, et le fit revenir dans sa Pokéball. Je marquai ainsi une courte pause et reprit, m'adressant à nouveau à elle : "J'imagine que ce n'est votre Pokémon que depuis récemment, n'est-ce pas ? Vu comment vous avez du mal à vous faire obéir !"

C'était dit sur le ton de la plaisanterie. Je sentais que j'avais un petit peu besoin de parler, comme ça, de tout et de rien à cette jeune femme. C'était le genre de conversation qui faisait partie de la routine de la vie quotidienne et qui me manquaient, durant ce voyage... Je me mis alors à fixer la lettre que j'avais récupérée et que je tenais entre mes mains, puis repensai à la question de la postière. Revenant à notre sujet de discussion initial après toutes ces péripéties, je lui répondis :

"Sinon, pour en revenir à votre question... Oui, ce serait pour l'envoyer vers Johto. Vers cette adresse.", dis-je en lui pointant l'écran de ma tablette du doigt, et où l'adresse du domicile familial était affichée. Rien que revoir le nom de la rue ou nous habitions... C'était douloureux, et je peinais à le cacher sur mon visage. Cela faisait longtemps que nous n'étions plus une famille heureuse et unie... Peut-être pour le mieux.
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Mer 4 Avr - 12:30
citer
éditer
x
  Mer 4 Avr - 12:30

Il était plus doué qu'elle, c'était certain. Abigaël ne put s'empêcher de jeter un coup d’œil admiratif au gros reptile bleu et blanc. Il avait utilisé une technique à laquelle elle n'aurait pas du tout pensé elle-même ! Le Pokémon lâcha un bâillement énorme tandis qu'elle louchait sur lui avec un air curieux, signe de son flegme, assez étonnant par rapport à l'énergie qu'il avait montré en sortant de sa Pokéball. A la question du rouquin, la moscovite hocha la tête, tout en esquissant un sourire et caressant la tête de la Poichigeon récalcitrante :

Je l'ai attrapée il y a une semaine à peu près... Elle est encore jeune et n'a pas eu l'air d'apprécier que je prenne un peu trop de temps avec vous ! Mais si elle me repique des lettres, je vais avoir du mal à assurer le service sur la région... Elle s'arrêta un instant, avant de s'accroupir pour regarder le Pokémon du jeune homme. Dites-moi, je n'en avais jamais vu dans le coin ! Il a l'air sacrément costaud, je n'aimerais pas passer sous ses quenottes !

Elle voulut pendant un instant, caresser le museau du crocodile sur deux pattes, mais se ravisa. Pas une bonne idée, se disait-elle. Le garçon était pourtant bien étonnant et elle devait s'avouer admirative du duo qu'il formait avec son compagnon de route. Avec Spoutnik, elle avait peut-être formé ce duo... Ou elle aurait pu, si elle n'était postière. Il avait manqué quelque chose dans leur relation, certainement. Mais Abigaël ne voyait pas quoi. Légèrement perdue dans ses pensées, elle se releva vite quand il lui rappela l'objet de sa venue. Elle frémit un peu quand il dit "Johto", mais n'en laissa rien paraître qu'un imperceptible tremblement qui parcourut ses mains.

Elle hocha la tête et reprit son stylo, avant de désigner la lettre que le rouquin avait à nouveau dans les mains, et lui demanda poliment :

Vous permettez ?

Abigaël essayait d'être la plus professionnelle possible. Elle se remettait dans le bain, se disait-elle. Après deux mois qu'elle n'avait pas travaillé, il fallait bien se réhabituer à l'ambiance, aux protocoles et à toutes les consignes alambiquées que l'on donne aux postiers. Le jeune homme donna son assentiment d'un signe de tête et elle prit donc la lettre, avant de noter l'adresse qu'il lui avait indiqué sur sa tablette. En retournant la lettre, elle remarqua qu'il n'avait pas noté son adresse personnelle, celle de l'expéditeur. Elle fronça les sourcils, soucieuse et embêtée. Il voyageait, alors ? Cela expliquerait qu'il ne donne pas d'adresse, oui. Il avait eu l'air plutôt peiné en lui montrant la destination de ce si-petit bout de papier. La lettre devait contenir les mots d'une affaire importante, embêtante, voire douloureuse. La jeune femme ignorait tout en vérité, mais n'osait lui demander d'explication. Secret et discrétion professionnelle de mise, évidemment.

Je ne veux pas vous embêter plus, mais... Voulez-vous qu'on indique l'adresse d'un relais de poste pour l'adresse d'expédition ? C'est au cas où vous attendriez une réponse. Vous pourrez la chercher sur un relais qui se trouve sur votre route, ou ici, si vous pensez rester dans la ville pendant quelques temps !

Baïkal s'était reperchée sur son épaule, roucoulant doucement et et défaisant la mise de son chignon. Ses mèches grises lui tombèrent doucement sur ses joues, elle fit un signe de la main et les gros yeux à la Poichigeon pour lui faire comprendre que là n'était pas le moment de l'embêter. Mais cette dernière finit par se frotter fortement contre sa joue réclamant visiblement bien plus d'attention et d'affection à sa maîtresse que d'habitude. Manière de se faire pardonner pour sa bêtise première ? Peut-être bien, qui sait.

Vous venez de Johto ? Sacrée région, hein ! J'y fait un tour il y de cela plusieurs années, j'avais beaucoup aimé les paysages... Beaucoup plus moderne et développé que chez moi ! essaya-t-elle de lui demander de manière détournée, tout en résistant à l'envie d'éternuer, tant Baïkal se frottait contre sa frimousse.
PP
PA
messages

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Nox Oscuras

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
  Jeu 5 Avr - 20:12
citer
éditer
x
  Jeu 5 Avr - 20:12

"Si ça n'est pas obligatoire... Je ne préfererais pas.", répondis-je calmement à sa première question. Je ne m'attendais pas à recevoir de réponse, et je n'étais pas vraiment sûr d'en accepter une quand bien même elle arriverait. J'avais besoin d'un peu de temps, de traiter une chose à la fois : j'étais déjà heureux, après tout, d'avoir fait ce premier pas, même si le bonheur n'était pas vraiment l'émotion que j'aurais choisi pour qualifier ce que je ressentais actuellement. Bref, toujours était-il que la jeune postière ne semblait pas forcément s’opposer au fait que je ne mentionne pas de nom ni d’adresse, à mon grand soulagement. Après tout, c’était peut-être effectivement moi qui me faisais des films quant à la sécurité postale que je devais sans doute exagérer, dans les temps qui couraient… D’autant que pour ma défense, Archibald lui-même ne s’était pas montré très rassurant quant à la situation de la région. C’était bien ma veine, d’avoir du entamer mon périple à ce moment-là… Je chassai ces pensées de ma tête : je ne comptais pas m’empoisonner l’esprit à penser et repenser aux éventuels augures que le Général Kalossien avait pu voir. D’autant que la jeune postière avait l’air bien trop innocente et insouciante pour se préoccuper de tout ce qui pouvait se passer en dehors de sa routine quotidienne… Mais peut-être que je me trompais… ?

"Non, vraiment, ça ira très bien comme cela, je vous remercie.", répétai-je à la demoiselle pour lui confirmer à mon choix. Elle haussa un sourcil mais se reconcentra bien vite sur sa tâche, notant scrupuleusement l'adresse sur l'enveloppe. En voyant celle-ci, elle releva le fait que je venais de Johto et me parla de son propre voyage qu'elle y avait fait, et notamment du fait que l'endroit était bien plus moderne que là d'où elle venait. Je fis rapidement le lien dans ma tête avec son fort accent Moscovite, et étais désormais certain quant à ses origines. Elle avait réussi à piquer ma curiosité. Aussi, en attendant que le logiciel informatique contre lequel elle pestait du fait de sa lenteur ne valide mon envoi, je lui répondis :

"Johto est une région magnifique, mais elle n'a pas, je trouve, le charme qu'a Kalos... Ni la variété de paysages ou bien même l'histoire. Comme vous l'avez deviné je suis effectivement en voyage dans la région, et j'aime vraiment mieux. Là d'où je viens, à part la Tour Cendrée et la Tour Carillon Rosalia et éventuellement le Lac Colère, il n'y a pas grand chose à voir.. Par contre, par rapport à la Moscovie, je ne saurais pas vraiment dire...", commençai-je, m'interrompant après avoir prononcé ces mots, pour marquer une légère pause. Peut-être avais-je parlé un peu trop vite ? Je repris, en me justifiant : "Enfin, je suppose que vous êtes Moscovite, à votre accent, ou bien je me trompe ? Mon père est originaire de Germania, et son accent n'est pas vraiment comme le votre, qui sonne plus slave, alors je me suis dit..."

J'espérais ne pas m'être montré trop rude en disant cela. J'essayais d'être tout le temps courtois et respectueux, mais parfois il arrivait que certaines paroles blessent sans le vouloir, par maladresse. J'essayai de me rattraper, sans doute aussi gauchement que précédemment ou lorsque la jeune femme pourchassait son Pokémon en boitillant :

"Cela fait longtemps que vous habitez Kalos, du coup ?"
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Mer 11 Avr - 14:12
citer
éditer
x
  Mer 11 Avr - 14:12

Abigaël tressaillit. Il ne laissait pas d'adresse. Il ne souhaitait pas qu'on le retrouve, ou qu'on lui réponde. A la manière de Ronan, se disait-elle. Elle resta silencieuse un instant, le regardant de ses grands yeux noirs en amande, à la fois grave et sérieuse dans ce regard qu'elle lui jetait. Elle ne dit rien, elle ne demanda rien, mais le jeune homme avait dû certainement voir qu'elle s'était arrêtée à ses mots et qu'elle y avait réfléchi.

Soit, il ne voulait pas qu'on suive sa trace, ou qu'on ne lui réponde. Peut-être que la réponse serait trop douloureuse. Ou peut-être qu'il n'attendait pas de réponse, justement.

Il repartit vite sur les questions et les avis qu'elle avait lancés sur sa région d'origine. Manière comme une autre d'éviter les discussions gênantes. Sans le savoir, il se lançait sur un terrain bourbeux pour la jeune femme. L'URRSM. Ou la Moscovicie, comme on l'appelait autrefois. C'était l'appellation passée, qui n'existait plus au présent et qui subsistait dans les mémoire, malgré les efforts du parti unique pour la faire disparaître. On n'oublie jamais ses origines, dit-on, elles restent gravées dans notre sang et dans notre mémoire collective. Elle n'en laissa rien paraître, esquissant juste un léger sourire, tamponnant la lettre en précisant "Pas d'adresse d'expédition".

Je viens de l'Est, oui. Je connaissais un peu le Kalosien par ma mère, qui était originaire de la région, mais malgré cela, mon accent ne me camoufle pas tant que cela ! précisa-t-elle avec un léger rire. Baïkal était venue lui réclamer des caresses et la postière lui gratta doucement le cou, en-dessous de son bec, tandis que le petit Pokémon continuait de roucouler avec plaisir. Je suis arrivée il y a presque huit mois dans la région. Je ne pouvais plus rester en URSSM, la vie était devenue un peu trop difficile là-bas. Même si à Kalos, la vie n'est pas non plus aisée, entre cette drôle de secte et les révolutionnaires d'Albion...

Voilà ce que faisait Abigaël en général. Rester vague sur les questions, dire du vrai en le floutant. Il ne saurait jamais ce qu'il s'était passé là-bas. Les Kalosiens, voisins des Moscovites, savaient bien ce qu'il s'y passait. Les Johtoïtes eux, n'avaient que peu d'informations leur perçant de ces murs de glaces du grand Est de cette région. Remettant en place ses cheveux gris clairs, elle finit par lui demander, de façon grave, mais en même temps, avec cette manière qu'ont les gens de parler de l'actualité ou des potins :

Vous avez entendu parler de l'attentat du Régalia ? Ce qu'il s'est passé sur la côte Ouest, en automne ?

Elle aurait aimé ajouter "J'y étais", mais elle ne garda qu'un silence un peu pincé et sombre.

PP
PA
messages

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Nox Oscuras

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
  Mer 11 Avr - 18:22
citer
éditer
x
  Mer 11 Avr - 18:22

Elle me parla un peu de là d'où elle venait, sans trop rentrer dans les détails, et sans non plus que je ne lui demande. Je n'étais pas forcément le mieux placé pour demander à quelqu'un de parler de son passé. C'était quelque chose qui pouvait absolument rester personnel, si elle le voulait. Elle me fit néanmoins esquisser un sourire nerveux lorsqu'elle parla de secte et de révolutionnaires Albionnais. La situation à Kalos était loin d'être drôle, mais la manière dont elle présentait les choses était amusante, en y repensant. En quelle sorte, l'intrigue de cette région dans laquelle je venais moi aussi d'arriver faisait penser à celle d'un jeu vidéo, ou d'un mauvais film. Elle avait raison, en disant que c'était étrange. C'était d'ailleurs pour cela qu'Archibald m'avait demandé de remonter vers Elysea, et de voir si la Ligue pouvait avoir besoin d'un Dresseur comme moi au cas où quelque chose de bizarre se produirait. Quelque chose de bizarre... Exactement comme les évènements qui s'étaient déroulés à bord du Régalia, et qu'elle venait de mentionner.

"Je n'étais pas encore arrivé à Kalos quand ça s'est produit.", répondis-je tout d'abord, ne comprenant pas vraiment où elle voulait en venir. Le ton était assez léger, comme si elle voulait parler de la pluie et du beau temps, mais je pouvais en même temps discerner quelque chose de caché derrière ces mots en apparence si anodins. J'ajoutai : " Mais, oui, j'ai vu ce qui s'était passé dans les journaux. Un bateau de croisière attaqué par des terroristes d'Idéalis, c'est bien ça ? Je dois avouer n'avoir suivi cela que d'un œil. De toute manière, je ne comprends même pas l'attaque en premier lieu... Après tout, il me semblait que les Albionnais avaient plus recours à du terrorisme politique, qu'ils avaient plus tendance à attaquer des sites-clefs de l'Empire, ou quelque chose comme ça. Alors attaquer un bateau..."

Je relevai la tête en direction de la jeune femme qui me regardait d'un air un peu interloqué. Je m'étais peut-être un peu emballé, en allant me poser des questions qui n'avaient sans doute pas lieu d'être. Après tout, l'armée et les gens haut-placés comme Archibald devaient déjà y avoir réfléchi et peut-être même répondu, sans bien sûr nécessairement en informer le grand public. Je ne comprenais toutefois pas pourquoi la jeune femme aux cheveux blancs me parlait de cela. Après tout, l'attaque s'était passée il y a plusieurs mois de cela, déjà... Aussi, je conclus en lui posant directement la question :

"Pourquoi cette question ?", demandai-je donc à la postière, avant d'éventuellement voir les choses sous un autre angle. Se pourrait-il que... Je marquai une nouvelle pause, puis plus lentement demandai encore une fois : "Connaissiez-vous quelqu'un qui y était ?"
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 364
points d'aurore : 962
Messages : 466
Rang de prestige : B
Âge : 24 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Mer 9 Mai - 12:29
citer
éditer
x
  Mer 9 Mai - 12:29

J’ai connu quelqu’un qui y était, répondit-elle doucement, avec un sourire maigre.

Abigaël caressa doucement les plumes de Baïkal, qui se reposait à présent sur son épaule, ne sachant que dire de plus sur le coup. Elle y avait été, elle avait vu. Elle n’avait pas vaincu, c’était la catastrophe qui l’avait mise à genoux, plus qu’elle ne s’était relevée. Des mois plus tard, elle était incapable d’en parler pourtant. Ce n’était pas si aisé, face à quelqu’un que l’on ne connaissait pas, de parler d’une telle chose qui avait eu l’effet d’un séisme sur sa vie.

Elle a perdu son Pokémon à cette occasion et elle a eu du mal à remonter la pente. Elle a mis du temps à s’en remettre. A relever la tête hors de l’eau. Elle avait un bras cassé, mais ce n’était pas physiquement qu’elle avait mal. Aujourd’hui, elle songe à quitter son travail, le seul qu’elle ait jamais su faire de toute sa vie, parce qu’elle a été incapable de protéger ce qui lui était cher. La thèse du terrorisme, c’est ce qu’ils disent aux médias. C’est en partie vrai, j’imagine. Mais ce qu’ils y ont vu, ce qu’ils y ont vécu, c’était… Différent et inexplicable, ajouta-t-elle avec un soupir amer.


C’était difficile de parler de soi. C’était difficile de faire sortir le pus des plaies purulentes, si l’on devait user d’une métaphore appropriée à la situation. Parler de soi à la troisième personne dans ce cas, c’était une manière d’éloigner la douleur, la peine et le chaos ambiant qui lui revenait de nuit en nuit. La cellule psychologique lui avait dit que l’on mettait du temps à se remettre de ce genre de traumatisme. On lui avait dit la même chose, lorsqu’elle était arrivée avec sa jambe en charpie à Kalos, qu’elle avait fui l’URRSM, qu’elle avait laissé sa maison, sa famille et que la traque avait commencé. Elle en avait réchappé. Peut-être en réchapperait toujours. Quel jour s’effondrera-t-elle définitivement pourtant ?

Plus le temps passait, et plus elle se détachait le plus possible de ses émotions. Certainement pour se protéger, pour s’empêcher de péter un câble. Elle en avait presque oublié Ronan, le passé et le futur. Seul comptait le présent, ses journées mornes et caetera, et caetera… Jusque-là, c’était tout ce qui avait compté. Puis, il y avait eu ces deux lettres. Et la moscovite sentait en elle-même que tout changeait. Qu’elle avait peut-être enfin envie d’en parler pour se bouger le cul. Le rouquin était capable de faire obéir son reptile bleu sans problème, ils formaient un duo brillant. Elle esquissa un léger sourire, avant de rajouter, la mine un peu sombre :

Ce quelqu’un, c’était moi à vrai dire. Je vous envie avec… Dundee, c’est bien ça ? Je n’ai pas vraiment réussi à développer ce lien avec mon compagnon précédent. On s’entendait sans mal, pour ce qui était de la poste. Le combat, c’était une autre affaire… Je me demande si cela a encore un sens, au final, que j’y reste. On m’a parlé de formations pour s’améliorer en combat Pokémon… Pour être mieux préparé face aux heures sombres que traverse le pays. Mais ça ne vaut peut-être pas le coup. Elle se perdit dans sa logorrhée, pensive, avant de demander subitement au jeune homme : Vous êtes dresseurs non ? Qu’est-ce que vous en pensez ? Mon Poichigeon est peut-être encore un peu jeune pour tout ça… Ou est-ce que ça pourrait m’aider ?

Elle culpabilisait encore, cela se voyait à sa mine préoccupée. Que faire lorsque l’on perd tout et que l’on se perd soi, c’était une grande question. Abigaël s’était tue subitement, ses grands yeux noirs fixant le rouquin, à l’attente d’une réponse. Elle finit par se détourner en secouant la tête et en revenant à sa lettre, sur laquelle elle ne rajouta rien qu’un “Cas exceptionnel”. Ils étaient habitués aux cas spéciaux dans l’administration, de toute manière. La lettre partirait, mais pouvait bien ne pas arriver. Le jeune homme ne serait pas traçable, comme il l’avait demandé.

Oubliez, c’était peut-être indélicat de ma part. Vous aviez d’autres choses à faire la poste de Léopic, monsieur... ?
PP
PA
messages

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Nox Oscuras

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur

Équipe Pokémon :



Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 507
points d'aurore : 1438
Messages : 275
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuel
Métier : Sans-emploi
Avatar : Emiya Shirou - Fate Series
Chevalier d'Honneur
  Mer 4 Juil - 0:22
citer
éditer
x
  Mer 4 Juil - 0:22

Je n'avais pas prononcé le moindre mot, et l'avais écoutée parler. Je l'avais écoutée me raconter l'histoire de son "amie", qui s'était finalement révélée n'être qu'elle-même. J'avais commencé à m'en douter, au fur et à mesure qu'elle s'était ouverte à moi, cet inconnu qui se rendait petit à petit compte qu'il n'était pas la seule personne en Kalos avec qui la vie n'avait pas été clémente... Et je n'avais rien dit, restant dans ce mutisme respectueux, presque religieux quand bien même je ne l’étais pas. C'était assez dur, ce qu'elle me racontait, ce qui lui était arrivée. Je savais ce que c'était, de voir sa vie être chamboulée par la perte d'un être cher, je le savais mieux que quiconque... Et le fait qu'il s'agisse d'un Pokémon, dans son cas, ne changeait pas grand-chose à cela ; dans le monde où nous vivions, certains de ces compagnons pouvaient même nous être plus proches que notre propre famille... Voire même la seule, dans le cas d’une immigrée Moscovite venue seule à Kalos, pensai-je en la regardant. Au final, elle me ressemblait un peu, malgré cette fragilité dans laquelle elle semblait enveloppée : moi aussi, sans mes Pokémons, j’étais seul… Et s’il venait à leur arriver quelque chose, en particulier à Dundee, je ne savais pas ce que je ferais. A l'image de la jeune demoiselle qui passait régulièrement ses doigts fins entre les plumes de son Poichigeon, je caressai également mon compagnon de toujours, en le grattouillant sous le menton. Il était tout pour moi : un membre de ma famille, mon premier Pokémon, mon meilleur ami, tout ce qu'il me restait de mon défunt frère, ainsi que le symbole de la promesse que je lui avais fait... Alors évidemment, le lien qui nous unissait n'était semblable à aucun autre.

Elle sembla essayer de se changer les idées en revenant au motif premier de la visite, en me demandant si j'avais autre chose à faire à la poste. Je lâchai un léger soupir. C’était facile, de changer de sujet après ce long monologue qui ne m’avait pas laissé le temps de répondre. Je pouvais comprendre qu’elle soit plus dans l’esquive et la fuite que dans la confrontation, surtout après ce qui lui était arrivé, mais… Parfois la seule façon de surmonter ses problèmes était de foncer dedans la tête la première.

"Vous savez, je pense qu'il n'y a pas vraiment "d'âge" pour s'entraîner, pour devenir plus fort. Pardonnez ma rudesse, mais je crois que ce n'est qu'une excuse que vous vous donnez, sans doute suite à cette tragédie que vous avez vécue. Ce qui vous est arrivé est terrible, certes... Mais je pense que les choses vont s'empirer au vu du climat qui règne actuellement en Kalos... Alors vous n'avez malheureusement pas le luxe de vous morfondre, de détourner le regard. Il faut vous ressaisir, vous relever, et si le monde autour de vous ne s'améliore pas... Battez-vous. Les Pokémons...", commençai-je en faisant passer ma main sur le crâne de mon Crocrodil. Je marquai une pause en faisant filer mes doigts entre les dentures de sa crête, comme cherchant mes mots. C'était vraiment difficile de lui expliquer quelque chose d'aussi intime, d'aussi personnel. D'exprimer quelque chose qui ne peut-être que ressenti. Finalement, je repris : "... Les Pokémons n'hésitent pas à se blesser pour leurs Dresseurs. Alors il faut simplement être prêt à faire la même chose, à se jeter corps et âme dans la bataille. Et parfois, on met un genou à terre... Mais ce qu'en se relevant encore et encore que l'on tisse vraiment un lien spécial avec ses Pokémons."

Je baissai légèrement la tête après avoir fini de parler, comme pour m'excuser de la violence que pouvaient contenir mes propos. J'avais le sentiment que c'était ce qu'elle avait besoin d'entendre, certes, mais je me sentais tout de même mal, et je me dis alors que je ne pouvais pas la pousser à terre sans ensuite lui tendre une main pour l'aider à se relever.

"Euh, désolé, je me suis peut-être un peu emporté.", lâchai-je alors, assez embarrassé par cette tirade qui avait pour but premier de la motiver plus que de l'abattre. C'est alors qu'une idée, simple mais efficace, me vint en tête. Aussi, je me mis à acheminer une proposition, après une courte pause, en revenant au motif premier de ma visite : "Ah, si, vous pourriez peut-être me renseigner... J'imagine qu'en tant que postière, vous connaissez les alentours, non ? Y'a-t-il une zone remplie de Pokémons sauvages, pas trop loin de Léopic ? Plus elle est dangereuse, mieux c'est !"

J'espérais vraiment ne pas l'avoir froissée, dans tous les cas... Je la sentais capable d'y arriver, mais était-elle prête, elle, de son côté ?
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
De l'art d'être facteur // Léo
 Sujets similaires
-
» Le facteur accro à la lingerie féminine...
» évaluation comparée des facteurs de l’insécurité
» Le facteur
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum