AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Printemps
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
24/02/18
Découvrez la Gazette n°6 !
01/04/18
Hoopa prend le contrôle du forum !
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Abigaël
Administratrice
Derniers messages

 

 Adam Belladone; Vivons de telle sorte que, lorsque viendra le temps de mourir, même le fossoyeur soit désolé.

PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :




Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 00
points d'aurore : 25
Messages : 14
Rang de prestige : C
Âge : 25 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Bisexuel
Métier : FOSSOYEUR DE GLASTHEIM; DRESSEUR
Avatar : Amaimon (Ao no exorcist)
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :




Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 00
points d'aurore : 25
Messages : 14
Rang de prestige : C
Âge : 25 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Bisexuel
Métier : FOSSOYEUR DE GLASTHEIM; DRESSEUR
Avatar : Amaimon (Ao no exorcist)
  Jeu 17 Mai - 23:26
citer
éditer
x
  Jeu 17 Mai - 23:26

Adam
Belladone
25 ans
Albion
Masculin
Bisexuel
Fossoyeur de Glastheim; dresseur
Adam Belladone
Fossoyeur sinistre au regard d'enfant, jeune garçon reclus parmi les fantômes adepte du jardinage, fan des histoires qui font froid dans le dos et des sucreries ; Adam est un bien étrange personnage. Ni bon, ni mauvais. Il fait passer ses intérêts avant tout le reste et il passe ses journées à creuser en compagnie de sa Poupée. Quand il ne creuse pas, il fume. Feuille de Mystherbe et poudre de Rafflesia, on pourrait facilement le confondre avec un hippie étrange, mais c'est là que le monde se trompe. Il est violent, passion morbide pour le sang et la débauche. Son attitude constamment blasée cache ce qui semblerait un psychopathe qui a été trop longtemps tenu en laisse, poussé par la jalousie. Une jalousie qui l'a aveuglé et qui l'a écarté du droit chemin. Adam n'est pas un ange, ni un démon. Il est ce que l'homme fait de meilleur, et de pire.
Rang : C
Starter
Poupée
Mimiqui (♀)
C
Prudent
Caractère
Enterres les graines de ta vie sous la terre, laisses fleurir la haine, épanouis toi dans le désespoir et succombes à l’amour de l’au-delà. Garçon joyeux, garçon souriant, mais garçon coincé autrefois entre des femmes toutes plus ignorantes les unes que les autres. Ses mains qui se tendent pour réclamer à mère un peu de tendresse, câlineries qu’elle donnait à contrecœur. Il le sentait, elle ne l’aimait pas. Pas comme il l’aurait espéré en tout cas. Pas assez à ses yeux. Chagrin à la base inoffensif qui s’est propagé dans ses veines comme un poison. Le sourire a cessé d’être arboré sur son visage. Adam en demandait trop. Plus qu’il n’était possible à sa mère de fournir. Appétit jamais rassasié sans sombrer dans la dépression, il était funambule entre la solitude et le profit. Enfant né avec une petite cuillère en argent dans la bouche, il n’a jamais manqué de rien malgré tout. Cela l’a rendu capricieux sans faire de scandale. Il est discret, depuis toujours. Quand quelque chose lui déplaît, il ne le fait pas savoir tout de suite. Ses mots changent peut-être, mais pas son faciès. Faciès figé dans le néant, tableau d’un cœur meurtri et solidifié. Ses doigts claquent pour commander, pointent l’objet de ses envies et il envoie Poupée le chercher. Car il est charismatique dans sa façon de se tenir. La moquerie ne fait pas partie de ses habitudes, et cela le rends respectable, d’une certaine manière.
Quoi de plus normal quand on a l’habitude de côtoyer une famille meurtrie par le décès d’un proche. Il faut savoir se tenir, bien qu'incapable de ressentir la moindre compassion. Adam sait faire la part des choses. C’était un jeune homme brillant qui aurait pu faire une grande carrière en science, s’il n’avait pas choisi de se consacrer corps et âme à sa lubie. Une passion pour le corps et les spectres, la volonté de savoir ce qu’il y a après la mort. Une espèce de Docteur Frankenstein caché dans le cimetière de Glastheim.

Contraste élevé entre le petit garçon et le jeune adulte. Comment ? Comment est-ce possible ? Autrefois, il aurait tout fait pour avoir l’intention de ses parents. Enfant parfait, mais ni cadet, ni aîné. Un garçon de famille “officielle” dont ses deux sœurs, sous prétexte qu’elles étaient des filles sans doute, intéressaient davantage leur mère. Cela pourrait faire sourire d’apprendre qu’il allait jusqu’à s’habiller avec des robes pour attirer l’œil de ses parents, mais ce n’était pas une fierté. Plutôt un péché mignon inavoué qu’il garde encore au jour d’aujourd’hui. Ils ne prêtaient attention que lorsque le mot héritage s’invitait dans la conversation, et c’est la frustration qui a grandi. Encore et encore, comme les rosiers grimpants qui recouvraient la façade de leurs maisons, jusqu’à faire disparaître le blanc dans son cœur et sur les murs. De cet amour insatisfait, la noirceur a commencé à s’immiscer. Il s’isolait, il ne voulait plus être à leur côté. Après le père, c’est le fils qui disparaissait régulièrement. Moins loin que son géniteur cependant, il se contentait d’aller dans la serre familiale, au fond du jardin. Il y plantait herbes et fleurs, aromates et arbrisseaux. Il s’en occupait comme la prunelle de ses yeux, sous prétexte que cela lui permettait de se vider l’esprit.

Manier la terre pour réduire ses problèmes en poussière, il a également une vilaine addiction pour les drogues en tout genre. D’où la présence de ses cernes qui ne disparaissent jamais de son regard, de ses yeux toujours fatigués. L’insomnie le frappe régulièrement et il essaye de trouver Morphée perché sur une large branche du platane trônant au milieu de son territoire. Il prend soin des morts, mais pas de lui. Bec sucré, c’est la seule chose qui témoigne que l’ancien garçon n’est pas tout à fait parti. Des sucettes, des bonbons, des gâteaux en tout genre, il en mange toute la journée. Cela ne le choque pas plus que ça, puisqu’il perd les kilos en maniant la pelle et les cercueils. Derrière les bonjours lancés avec politesse, l’absence de sourire, cette moue grave et sa nonchalance, le démon se cache. Il est tapi dans son ombre, attendant la nuit. Pupuce sur son épaule (tel est le surnom de sa fidèle pelle), il s’en va déterrer les corps des Pokémons et des hommes pour les ramener dans son cagibi à l’abris des regards. Sans aucune once de dignité, il les dissèque, il les trifouille et farfouille leurs entrailles avec une sucette coincée entre ses dents. Le secret de la vie dans leurs organes vitaux, prenant note du moindre élément intéressant, il leur parle et leur raconte les nouveautés de ce monde. Il les aime, ses morts. Il s’estime pardonnable, car il est le seul à faire attention à eux, à prendre soin d’eux. La minutie malgré ses ongles très long semblable à des griffes, il lui arrive parfois de retirer quelques pièces pour les garder dans des bocaux de formol. Bocaux entreposés dans un placard fermé à clé. Il y a de tout et quand les morts ne suffisent plus pour satisfaire son appétit de curiosité, il passe à l’attaque. Il tue, sans remords et sans cœur, en s’excusant tout de même de son geste. Les vivants ne l’intéressent pas, ils ont davantage d’intérêt à leurs yeux lorsqu’ils ne poussent plus un soupir.
Pour la science, pour la découverte, tout est permis. Enfin, surtout pour ses rêves, ses passions. Dommage que ses passions le rendent détestable, mais il s’arrange pour que ses petites folies nocturnes restent entre lui et Poupée. Car aux yeux de tous, il est le fossoyeur de Glastheim pas méchant pour deux sous. Certes, excentrique et gourmand, adepte du travestissement, de la luxure et des drogues en tout genre, mais qui ne ferait pas de mal une mouche.
Histoire
Où est né votre personnage et où a-t-il grandi, comment a-t-il été éduqué ?

Histoire qui démarre au cœur de la capital d’Albion, à Duskclock. C’était une charmante ville, c’est du moins le souvenir qu’il en a. La demeure familiale se trouvait au abord de la ville. Vaste jardin, grand manoir, portail menaçant, les cèdres et les vieux chênes qui trônaient autour de la bâtisse donnaient un petit côté champêtre à cette maison qui suintait la fortune à des kilomètres. Fortune, pouvoir, aristocratie, voici le milieu dans lequel Adam a grandi. Fils de bourge, fils d’un coureur de jupon, unique garçon de la demeure, il ignore le nombre de frères et de sœurs qu’il peut posséder. Son père partait très tôt le matin, et ne revenait jamais à la même heure le soir. Petit, il remettait la faute au travail, emmitouflé dans une certaine forme d’innocence. Puis en grandissant, en suivant sa mère partout où elle allait, son interprétation a changée. Colère noire qui venait gâcher le fond de teint de sa mère, jalousie intense et frustration immense, Adam se prenait une gifle quand il s’aventurait trop près de sa mère en furie. Pas un pardon, pas une excuse, pas d’explication. Il se contentait de tourner les talons. Pire encore, c’est Adam qui s’excusait. Il demandait pardon pour être présent dans cette maison, visiblement de trop parmi les femmes. Deux ne suffisaient pas, il a fallu qu’une nouvelle survienne : Hazel. Hazel l’impétueuse, Hazel la téméraire, Hazel tout le contraire d’Adam. Elle était ce qu’il n’était pas : intéressant, drôle, attachant, courageux. Alors, Adam l’ignorait et ignorait les conseils de son aînée, révoltée par son comportement. ”Tu n’as pas à me dire ce que je dois faire. Maintenant, sors, s’il te plaît.”
Le rôle de grand-frère ne lui allait pas, il préférait s’isoler dans ses livres. Si ses parents l’ignoraient autant qu’il ignorait ses sœurs, il allait tout faire pour se démarquer de la grande. Très tôt, Adam s’est pris de fascination pour le miracle de la vie, et en particulier les végétaux. Il voyait la petite graine, puis il jetait un œil aux arbres dans son jardin : incroyable. L’humain aussi, bien qu’il ne s’égarait pas dans les comparaisons beauf et vulgaire. Le principe était le même, et il s’est mis à étudier. Médecine, pour être plus doué encore que son père. Il ne jouait pas avec ses sœurs, il préférait lire et enregistrer.

L’éducation qui valait ceci sans doute. Après tout, il fallait représenter le nom Belladone. Il fallait se tenir droit à table, savoir faire les courbettes à temps, parler bien et nourrir la conversation. Rigueur et bienséance obligatoire, des leçons inculquées avec succès même s’il n’a jamais vraiment oublié la valeur du labeur. Ce qui lui manquait cependant, c’était de réaliser les choses avec ses mains. Interdiction d’aller dans les cuisines, dans les jardins, ou bien faire le ménage. Il y avait des servantes pour ça, nul besoin de s’en occuper. Alors Adam aidait les employés dans le dos de sa famille. C’est pour cela d’ailleurs qu’il était aussi apprécié par les domestiques : il était attentionné. Ajoutez à ça le charisme naturel qu’il a fini par forger à force d’être formaté à l'aristocratie, et on a un garçon noble de corps et de cœur.
Cependant, le mental ne suivait pas forcément et à force d’étouffer son chagrin, il a fini par exploser et le manger petit-à-petit. Ses pleurs s’asséchaient, tous absorbés par l’oreiller de son lit. Son sourire s’évaporait, dérobé par la déception. Absence à répétition du père et de la mère, Adam devint insensible. Ce qui l’avait sans doute achevé, ce fût quand ses parents l’ont envoyé en pension pour ses études. Il avait pris ceci comme une façon de se débarrasser de lui. Bien que son ambition a pu le consoler, il ne se sentait pas bien. Un fils à papa qui arrive en internat, bien souvent, cela fait des étincelles. C’était dur, très dur, trop dur. Les railleries à son égard, les coups sans raisons et la mise à l’écart. Il n’avait personne vers qui se tourner pour se consoler, hormis son oreiller. Cela dit, il pouvait remercier ce séjour pour une chose : pour l’avoir endurci à tel point que son cœur est devenu pierre. Il est rentré chez-lui, mais cela avait un goût de cendre. Tous avaient bien vu qu’il avait changé, qu’il leur en voulait. Deux mois après, il était déjà reparti. Il a quitté cette maison, se sentant capable de voler de ses propres ailes avec Poupée. Il n’avait plus besoin de ses parents, il n’a jamais eu besoin d’eux de toute manière. Car il savait pertinemment que si ça aurait été le cas : ils n’auraient pas été là pour lui. Parce qu’ils ne voyaient que l’héritier. La plante verte, le prochain visage de la compagnie Belladone. Et ça, il s’y refuse catégoriquement.

Comment est votre personnage, dans la vie de tous les jours ?

Au quotidien, c’est un jeune homme “charmant”. Charmant ne signifie pas forcément séduisant, mais disons plutôt qu’il sait se tenir. Adam ne parle pas pour ne rien dire, et un cimetière est semblable à une bibliothèque : le silence est roi. Il se lève tous les matins pour l’ouverture de son lieu de travail. Chargé des clés du portail, il n’est jamais en retard. Ponctualité rime avec respect, et il ne tient pas à avoir des réclamations quant à son efficacité. Des tombes à perte de vue, un vent glaçant qui se coule dans les cols, l’endroit n’est pas propice aux rencontres et cela l’arrange. Déjà petit, il n’était pas très sociable. Il passait le plus clair de son temps enfermé dans sa chambre à bouquiner. Depuis, ses occupations ont évolués au fil des années. Toujours aussi férue de conte et d’histoire, les légendes sur les bêtes mythologiques qui l’occupaient autrefois ont été remplacées par des thèses sur le transfert de gène de pokémon à humain, sur les maladies incurables, sur l’anatomie de l’être humain et des différentes bestioles. Il vit dans un cabanon, au plus profond du cimetière. Une petite maisonnette qui doit bien lui changer de la vaste demeure d’autrefois, mais il apprécie. L’espace réduit lui donne la sensation d’être enfermé dans un cocon confortable où tout lui est permis. Les “clients” entrent au fur-et-à-mesure, et il leur dit bonjour seulement lorsque l’attention si prête. Les vivants ne l’intéressent pas, encore moins les veufs et veuves aigris qui pénètrent dans son jardin secret pour saluer leurs frères, leurs amis, leurs amants.
Jamais sans sa pelle, sans Pupuce comme il l’appelle, ni sans Poupée qui le suit partout où il va. Il parcourt les allées, fleurit les tombes et nettoie les dalles encrassées. De temps-en-temps, il se permet de s’absenter pour aller en ville afin de se réapprovisionner en gâteau, en bonbon et en boisson. Ainsi, il peut profiter de ce détour pour prendre des nouvelles de l’extérieur, aussi inintéressantes soient-elles. Oui, tout est dénué d’intérêt à ses yeux et c’est bien là son défaut comme son atout. Son manque de culpabilité l’empêche de devenir larmoyant lorsqu’une vieille dame fraîchement veuve vient pleurer à sa porte. Il ne fait pas preuve d’hypocrisie ou de fausse-pitié, mais il ne montre pas la moindre once de cruauté. Une neutralité parfaite qui lui permet de faire attention à ses mots et ses propos. Le curé lui fait souvent des reproches d’ailleurs, car ce n’est pas digne d’un fossoyeur. Mais à quoi bon, il est juste l’homme qui creuse les trous. Il hausse les épaules et il s’enferme de nouveau dans sa bulle.

Cependant, quand la nuit tombe et que les derniers visiteurs s’en aillent. Que sa clé enclenche la serrure du portail et verrouille l’entrée, son regard devient sombre. Il s’allume un joint pour encaisser plus facilement ce qu’il s’apprête à faire et il se déterre le dernier arrivé. Minutie et discrétion obligent, il le retire de son cercueil et il demande à Poupée un petit coup de main pour l’emmener dans le sous-sol de son cabanon. Là-dedans, il le dépose sur la table d’opération, vérifie que son outillage est opérationnel, puis il troque sa pelle contre son scalpel. Ses rêves de médecine ne se sont pas tout à fait envolés. Adam n’a juste plus aucune limite ni dignité pour assouvir ses désirs de connaissance. Quoi de mieux qu’un être en chair et en os pour observer les organes et les maladies susceptibles de l’envahir quand il est encore frais. Parfois, il se vante d’en savoir plus sur ses morts que leur proche. Déterminé la cause de leurs morts est semblable à un jeu pour lui, et il aurait été un bon médecin légiste s’il n’avait pas décidé de n’en faire qu’à sa tête. Quand un organe s’avère à voir une déformation ou une tâche étrange qu’il ne connaît pas, il le prend pour le plonger dans un bocal afin de le conserver et nourrir son petit cabinet de curiosité. Lorsque l’aube approche, il use de fil de suture et de son aiguille pour refermer les dommages qu’il a causés. Il nettoie le corps une fois de plus et il dépose une branche de bruyère avant de refermer le cercueil. Un cadeau humble pour pardonner son affront. Il l’enterre de nouveau, et il retourne au portail pour démarrer une nouvelle journée.

Que fait votre personnage dans l'Empire de Kalos ?

Ni militaire, ni membre du conseil, Adam aurait pu être un brillant médecin. "Aurait" seulement, car c’est une toute autre voix qu’il a choisi. Égoïste avec ses propres facultés, il ne les met pas à profit des autres. Car les autres sont ennuyants, les autres ne les méritent pas. Jugement un peu trop hâtif sur le monde, certes. Il est totalement désintéressé par ses bourdonnements de vie autour de sa personne. Les études en médecine lui ont permis de décrocher son doctorat avec aisance. D’abord, il souhaitait devenir professeur Pokémon. Puis il a revu ses ambitions à la baisse, réalisant qu’il n’y avait que sa Mimiqui qui l’intéressait. Médecin légiste lui parlait plus, car il est évident que c’est plus facile d’opérer un mort et de lui faire n’importe quoi qu’un vivant. Si nerfs sectionnés il y a, il ne risque pas de provoquer des dommages collatéraux : son patient ne craint plus rien. En feuilletant les livres de médecine, il a développé son attirance pour la vie et la mort, pour le corps des autres, et leurs esprits sans jamais ressentir la moindre honte. Question demeurant sans réponse, il s’est trouvé un but et il s’est enfoncé dedans. Comme les grandes villes ne lui permettaient pas de réaliser ses recherches en toute tranquillité, question d’une densité de population -et d’oreilles curieuses- trop élevée, il a décidé de s’isoler à Glastheim. Un lieu de villégiature idéale qui est devenu son chez-lui. Les histoires autour de cette ville et des pseudo-fantômes qui la hantaient l’ont fasciné et il est resté, tel un Escargaume accroché à son rocher. À l’abri des regards et des curieux, il se mit lui-même à nourrir ces histoires, notamment avec un fait récent, marquant pour lui la chute en Enfers.
Peu de temps après son arrivée, il fit la rencontre d’une charmante jeune femme dont il tomba éperdument amoureux. Une jolie blonde, adoratrice des plantes qui s’occupait avant lui de fleurir les tombes. Adam avait longuement réfléchi à la manière dont il pouvait l’aborder pour lui déclarer sa flamme. Il avait pensé à une promenade autour du Loch Domhain afin de lui raconter les différentes versions de la légende qui entoure ce lac. Mais aussi de partager avec elle ce qui est sa seconde passion : la botanique. Il a donné rendez-vous à la charmante fleuriste du village pour aller en promenade. Après une longue marche, et le tour du lac réalisé, Adam s’est agenouillé devant elle pour lui demander à ce qu’elle vienne vivre avec lui, déclarant sa flamme, partageant ses envies, ses projets d’avenir avec la jeune femme. Peut-être était-il allait trop vite en besogne. Peut-être que la possibilité qu’elle refuse ne lui avait pas traversé l’esprit. La demoiselle, tétanisée par cette demande, s’excusa mille et une fois auprès du nouvel arrivant, ne pouvant accepter, car elle était déjà promise à un autre. La fureur le prit alors soudainement, comme si toutes les années accumulées de colère et de haine venaient guider son geste. Il a saisi une pelle abandonnée non loin, et d’un violent coup, il lui fendit le crâne en deux. Elle s’est écroulée, à demi-consciente, mourante, et ce n’est qu’à ce moment qu’Adam se rendit compte de la gravité de son geste. La folie se dessinait dans ses yeux, regardant son œuvre avec peine, mais fascination aussi. Si tu n’es pas à moi, tu ne seras à nul autre, puis il l’embrassa, il la déshabilla et Dieu vous garde de savoir ce qu’il fit de son corps ensuite. Une fois son ultime méfait accompli, il glissa des pierres dans ses habits pour alourdir son corps, et il la jeta dans le lac. On raconte que par les jours de brume, son fantôme surgit des eaux et Adam se trouve là, au bord, à l’accueillir.

Cette pelle qui lui a servi à tuer sa “bien-aimée” est toujours là, appuyée à son épaule, creusant dans le cimetière. Peu de temps après cet incident, et pour honorer sa mémoire en quelque sorte, il devint fossoyeur de Glastheim. Beaucoup étaient étonnés de voir un jeune homme de la ville, et d’une riche famille qui plus est, se casser les reins et remuer la terre pour eux. Mais il aime son métier. Il aime cette charmante ville. Il n’est pas toujours le bienvenu depuis que cette sordide histoire plane au-dessus de sa tête, et Adam n’a jamais cherché à démentir. Il se contente de se taire, de prendre le journal et une pinte de bière brune, puis il repart avec son fagot entre les lèvres.
Métier qui nécessite un cœur bien accroché. Cela tombe bien, il n’en a pas. Du moins, il n’en a plus. Il repense parfois à sa jolie fleuriste, et il se dit que c’était une erreur. Que son esprit lui a joué un tour. Il est persuadé que l’amour a décidé de l’ignorer. D’abord sa mère, ses sœurs. Puis ensuite, sa jolie blonde devenue fantôme du lac. Si tel est son souhait, alors Adam aussi ignorera la magie du cœur. Froid, glacial, un brin sarcastique, il n’a néanmoins pas perdu sa méthode pour oublier ses problèmes : le jardinage. Il continue de planter des graines, d’entretenir les massifs et d’arracher les mauvaises herbes pour que cela soit beau à la vue. Des couleurs dans un lieu froid et morne, ce n’est pas si mal.

Pour ceux qui se demanderaient pourquoi il n’a pas été arrêté, il ne vous dira rien. Mais il est difficile d’emprisonner quelqu’un quand aucune preuve ne répond à l’appel. Et c’est d’autant plus embêtant quand il s’agit du corps qui demeure introuvable.


Que pense votre personnage d'Idéalis et de Nox Oscuras ?

Une distraction journalière, au grès des lignes posées sur le papier froissé. Adam ne se sent pas pleinement concerné par les conflits et les injustices de ce monde. Et de fil en aiguille, il est donc normal qu’il ne s’intéresse pas plus que cela aux deux organisations qui se battent en duel pour savoir qui aura la part du lion. Le seul mérite qu’il accepte de leur accorder, c’est d'égayer ses journées et d’animer l’extérieur. La paix n’est qu’un euphémisme à ses yeux, le monde serait bien vide sans un conflit. C’est ainsi. L’équilibre doit être conservé, mais pour lui donnait naissance, deux parties opposées doivent se disputer. Ainsi, il naît à leur centre, comme une limite infranchissable. Désintéressé, il suit néanmoins de près les agissements des Nox Oscuras. Pas un sourire, pas une esquisse, tout juste des yeux qui s’écarquillent. Rien, et pourtant tant de curiosité cachée dans ce corps inerte. Il pourrait remercier ces terroristes de faire tourner son commerce. Grâce à eux, il ne s'ennuie pas. De nouveaux morts arrivent tous les jours, plus ou moins entier, et ils lui assurent un bon rythme de travail. Bien que ce dernier ne soit pas vraiment menacé par la conjoncture économique. Le monde a toujours eu besoin de quelqu’un pour faire le sale boulot, ou celui dit immoral sur lequel la majorité souhaite fermer les yeux. Il hausse simplement les épaules, paumes tendues vers le ciel. Une façon d'acquiescer en silence face à ce qui semblerait être une magnifique démonstration de ce qui saute aux yeux : l’être humain a une soif insatiable de guerre, de combat et de violence. C’est pour cette raison qu’il ne se sent pas plus différent qu’un autre, et qu’il ne possède pas de moral. On peut toujours trouver pire que soi, et il ne voit pas en quoi cela est mal de répondre à ses plus bas instincts. L’homme est un prédateur depuis la nuit des temps, il est normal d’en arriver à tuer pour le plaisir.
C’est inhumain, j’en conviens, et c’est pour cette raison qu’Adam pourrait faire un excellent Noxien. Cependant, il n’a eu aucun contact encore avec ces gens. Mais s’il devait il y en avoir un, et que proposition il y aurait, il accepterait sans doute si l’offre est suffisamment alléchante. Il aurait bien du mal à quitter son cimetière, mais il voit bien quelques statues de pierre décorer ses tombes pour leur donner vie.


Quelle relation votre personnage entretient-il par rapport à ses pokémons ?

Pokémon, en voilà un nom qui le met dans un état proche du déni. Seule Poupée est l’un des rares Pokémon pour qui il a de l’estime. Mais c’est parce que leur histoire a commencé il y a 10 ans déjà. Un récit qui a démarré sur les chapeaux de roue. Adam ne voulait pas un pokémon, il savait ce que cela signifiait dans sa famille. Il avait vu sa grande-soeur en recevoir un à ses 15 ans et lorsque ce fut son tour, il a vacillé. Que pouvait-il bien faire d’un petit compagnon ? Ses parents lui avaient demandé ce qu’il souhaitait et le premier qui lui avait traversé l’esprit, c’était Pikachu. Adam avait confirmé sa demande, tiraillé entre la crainte et l’excitation. Un compagnon ne serait pas de refus dans cette triste maison, mais il ne voulait pas que ses parents le mettent à la porte. Sauf que lorsque sa mère est revenue avec la pokéball et qu’un Mimiqui en est sortit, il n’a pas osé lui dire qu’elle s’était trompée. En voyant les craintes et les doutes de son maître, la Mimiqui est retournée dans sa pokéball et elle a boudé pendant trois jours sans vouloir en ressortir. Adam a dû s’excuser à voix basse pour qu’elle daigne enfin à sortir, et cela a été le début de leurs amitiés. Poupée, c’est ainsi qu’il l’a appelé car il dormait -et il dort encore- avec. Son déguisement l’intriguait, et Poupée refusait de lui montrer son vrai visage. Il s’est intéressé à la lubie de cette espèce, la raison pour laquelle les Mimiqui se déguisent en Pikachu et il a fini par développer de la compassion à son égard. Elle demeure toujours sa seule amie et sa seule confidente. Même durant sa période à l’école.
Quant au dressage et aux combats pokémons, cela a commencé surtout par volonté de se défendre durant les pauses déjeuner. Le lien qui unit Adam et Poupée était devenu tellement fort qu’ils enchaînaient les combats pour clouer le bec aux ignares de sa classe. À tel point que l’on est en droit de se demander si ce n’est pas la Mimiqui qui est à l’origine du changement de comporte d’Adam. C’est encore aujourd’hui le seul moyen qu’il a de se défendre, surtout contre les Pokémons Spectre qui hantent le cimetière. Certains sont devenus ses amis, habitués de le voir errer entre les tombes. D’autres se montrent plus réfractaire à son égard et refuse sa présence. Il se retrouve alors obligé de les combattre et d’accroître la force de Poupée.

Une exception parmi tant d’autre, car s’il fallait prendre le cas des pokémons en général, Adam les voit davantage comme des poids, des entraves. Être dérangé est bien la chose qui l’agace le plus, et les Fantominus farceurs lui donnent du fil à retordre. Mais ça, ce n’est pas valable que pour les Pokémons. Car il traite tout le monde à la même enseigne. Si le perturbateur est pokémon, ou humain, cela revient au même : il s’arrange pour lui montrer prestement la porte de sortie.
Cela dit, comme tout bon dresseur qui se respecte, il a une dreamteam qui lui trotte en tête. Il planifie encore, mais il a quelques espèces comme Corboss ou bien Exagide qui l’intéresserait.

Quel est le but de votre personnage ?

Un but, des ambitions. Adam est tenté de dire qu’il n’en a aucun. Son confort et sa situation actuels lui conviennent très bien, et il ne voit pas pourquoi il devrait s’attacher à des rêves irréalisables. Il ne peut pas vraiment dire que cela soit la vie dont il rêvait, car il n’en avait aucune. Plus jeune, il se contentait d’obéir, d’écouter les moindre ordres et reproches qu’on lui faisait. C’était ça son but auparavant : plaire à Père et à Mère pour avoir enfin toutes leurs attentions. Mais cela n’avait pas suffi. Tout ce qu’il faisait ne leur avait jamais suffi, et il n’est même pas sûr qu’aujourd’hui encore, ils prêtent une quelconque attention à lui. Savent-ils où il vit à présent au moins ? Il y a fort à parier que non. Alors il se contente de vivre au jour le jour et de nourrir ses funestes distractions. Semblable à un Granivol noir qui se laisse porter par le vent, il revit tous les jours une journée sans fin, mais il est satisfait d’avoir un tant soit peu de tranquillité. Peut-être est-il actuellement en train d’en chercher une ? Une raison de vivre. Mais on ne peut pas dire qu’il fait preuve de bonne volonté. Après tout, il a tué celle qui pouvait prétendre à ce titre, noyant ainsi toute chance de trouver le bonheur un jour. Il relativise, il fait comme si de rien était, convaincu que son bonheur, c’est ce qu’il vit actuellement. Seul, en compagnie de Poupée, loin de la ville et de ces histoires d’héritages, plongé dans ses expériences de savants fous nourrissant son cabinet de curiosité. Sa famille ne l’intéresse plus. Elle ne fait plus partie de son monde. Adam a coupé les ponts à grands coups de ciseaux avec et il trouve que depuis qu’il a fait ce geste, il se sent mieux. Libre. Libre de faire ce qu’il souhaite, libre de choquer la morale. Libre de continuer ses recherches, libre de se sâlir les mains pour satisfaire sa curiosité.
Sociopathe de haut-niveau, psychopathe juvénile, il ne faut pas croire. Il a parfaitement conscience de ce qu’il fait, et c’est ce qui le rend plus terrifiant encore. Qui sait ? Peut-être y-a-t-il une cause noble derrière ses agissements. Peut-être que s’il souhaite tant percer le mystère de la vie et de la mort, c’est pour ramener sa fleuriste à la vie. Faire d’elle son épouse, aussi silencieuse soit-elle. Cela serait totalement idéaliste et utopiste, mais quelques miracles subsistent dans ce monde, pourquoi n’arriverait-il pas à en réaliser également ? Personne ne peut savoir, il n’est pas le plus bavard des fossoyeurs, hormis quand on le pousse à bout. Qu’on le coince dans ses derniers retranchements, quand on fait grimper la colère et la folie en lui. Mais, je tiens à vous prévenir tout de suite; ce n’est pas dit dans ces cas-là que vous en sortiez vivants.
Shirosaki
Avatar du personnage : Amaimon (Ao no exorcist)
Parrain : Nope
Un petit mot : réf. la fiche d'Azazel (même si je ne me souviens plus ce que j'ai dis XD). Et demain, c'est mon anniversaire, je prend 25 ans ! (glisse le mot comme ça, l'air de rien)
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 319
points d'aurore : 855
Messages : 371
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 319
points d'aurore : 855
Messages : 371
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Sam 19 Mai - 13:51
citer
éditer
x
  Sam 19 Mai - 13:51

Coucou et rebienvenue Adam !

Hâte de voir ce que tu vas faire de ce troisième frère !

Bon courage pour la suite de ta fiche ;)
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :




Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 00
points d'aurore : 25
Messages : 14
Rang de prestige : C
Âge : 25 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Bisexuel
Métier : FOSSOYEUR DE GLASTHEIM; DRESSEUR
Avatar : Amaimon (Ao no exorcist)
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :




Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 00
points d'aurore : 25
Messages : 14
Rang de prestige : C
Âge : 25 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Bisexuel
Métier : FOSSOYEUR DE GLASTHEIM; DRESSEUR
Avatar : Amaimon (Ao no exorcist)
  Sam 19 Mai - 14:16
citer
éditer
x
  Sam 19 Mai - 14:16

Merci /o/

Avec tous vos morts, ça manquait de fossoyeur à mon gout alors soyez gentils, les éparpillés pas d'trop, vous savez qui ramasse derrière maintenant /PAN

J'espère que ça vous plaira ♥ je décline toute responsabilité sur ce personnage -->
PP
PA
messages
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 319
points d'aurore : 855
Messages : 371
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Bouh !
Équipe Pokémon :






Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 319
points d'aurore : 855
Messages : 371
Rang de prestige : B
Âge : 23 ans
Région d'origine : URSSM, un petit village du nor
Orientation : Non défini, à vrai dire
Métier : Postière
Avatar : Sophie Hatter de Howl's moving castle
  Dim 20 Mai - 22:29
citer
éditer
x
  Dim 20 Mai - 22:29

Et recoucou Adam !

Un nouveau personnage, à la fois terrifiant, inquiétant et fascinant, je dois dire ! Mais somme toute, vraiment intéressant, dans tout ce qui le constitue et la manière dont tu l'as construit par rapport à son histoire familial ! Amuse-toi bien avec ce petit bleu !


Bienvenue
sur Aurora
Félicitations, ta fiche est validée ! Bienvenue chez les Dresseurs de l’Empire.  Tu peux commencer ton aventure au rang C avec 5 pokéballs. Il te faut maintenant créer ta Trainer Card ici avant de commencer à jouer. Ensuite, à toi la liberté ! Tu peux trouver un partenaire de RP via les demandes, rejoindre le discord par ici … Nombre de possibilités s’offrent à toi !
Nous te souhaitons de passer un excellent moment sur Aurora Millenarius !
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
Adam Belladone; Vivons de telle sorte que, lorsque viendra le temps de mourir, même le fossoyeur soit désolé.
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum