Partagez | 
 

 [FB] [Aislinn C. O'Sulleavan] Noblesse

Animateur // Dresseur de rang C
avatar


Région d'origine : Unys/Albion

Messages : 39

Expérience : 310

Expérience dépensée : 20

Groupe social : Roturier/Aristocratie [Sang royal]

  Jeu 3 Nov - 10:08

Noblesse
Aegis Thelema & Aislinn C. O'Sulleavan
Deux mois auparavant

Un bal de la noblesse ? C'était intéressant, je devais l'avouer. J'avais été assez surprise de voir une invitation à y participer, dans ma boîte-aux-lettres. En fait, il s'agissait plus d'un « cadeau » de l'un de mes clients qui espérait que je fasse un article sur les changements dans le train de vie de la noblesse d'Albion depuis son invasion, par l'Empire de Kalos. Plutôt deux fois qu'une ! Je trouvais l'idée extrêmement séduisante, étant donné ce que je comptais faire ici, recueillir des informations directement sur le terrain et avec la bénédiction des personnes visées, c'était absolument parfait ! Le bal se déroulait dans le Quartier Historique de Dusklock, un endroit des plus pertinents, je devais l'avouer. Comme quoi, ça montrait bien que certains étaient nostalgiques et j'espérais pouvoir parler ce soir avec certains d'entre eux.

À cette occasion, je m'étais arrangé pour passer chez le couturier, mon client réglant la note, j'avais carte blanche sur la tenue à adopter. Étant donné que j'étais là en tant que journaliste et que j'avais donc besoin de mon matériel, je pouvais me permettre bien plus de fantaisies que les autres femmes conviées, qui faisaient toutes parties du gratin d'Albion. Au final, je portais une tenue ressemblant fortement à mes habits habituels, mais faits dans un tissu de bien plus haute qualité : une chemise blanche en laine de Lainergie, un veston rouge brodé d'or avec un élégant nœud papillon noir. De plus, je portais une jolie petite jupe noire et des mocassins gris, dont la couleur faisait passablement penser à celle d'un Rhinocorne. J'avais également les cheveux complètement détachés, pour une fois. Évidemment, j'avais autour du cou mon appareil mon bon vieux Polaroid z2300, certes un peu imposant, mais qui avait le bon goût de combiner les avantages de l'argentique et du numérique. De plus, j'avais comme à l'habitude mon petit sac où je rangeais mon nécessaire à écriture ainsi que le journal de mon ancêtre, dont je ne me séparais jamais.

La salle de bal était extrêmement luxueuse et la richesse vomissait de tous les pores de cette dernière ; grands lustres en cristaux, vitraux médiévaux et autres œuvres d'arts de l'ancien temps, extrêmement coûteuses, sans l'ombre d'un doute. Il y avait plus de monde que je n'aurait pensé au premier abord, un peu plus d'une cinquantaine, à vue de nez. Il y autant de femmes que d'hommes et chaque personne dégageait une aura particulière, disposait d'un certain « charisme » auquel je n'étais pas habitué... tout du moins, pour le moment. Il y avait bien trop de monde pour que je puisse poser des questions à chacun, mais heureusement tout était prévu : mon client, qui avait lui-même quelques contacts s'était arranger pour qu'une personne s'occupe de moi et réponde à mes questions : une aristocrate du nom d'Aislinn C. O'Sulleavan. Pour la repérer, j'avais une photo à ma disposition : il s'agissait d'une magnifique jeune femme aux cheveux blonds et aux yeux verts, il serait assez simple de la retrouver.

C'est après quelques minutes que je finis par la retrouver, debout dans un coin de la pièce. Elle portait, comme toute demoiselle de bonne famille dans une situation pareille une robe resplendissante, qui devait être bien plus coûteuse que ma tenue. Rapidement, je me dirigeais donc vers elle, en essayant l'air d'avoir plus confiance en moi que ce n'était véritablement le cas, car j'avais le trac. Et dire qu'il n'était que huit heure trente du soir. La soirée promettait d'être longue, vraiment...

- Mes respects, Lady O'Sulleavan.

Tout en parlant d'un ton extrêmement respectueux, je m'étais incliné très légèrement, main sur le cœur, comme le voulait lune ancienne coutume d'Albion, presque oubliée par le peuple. Pour le coup, je pouvais remercier mon journal, qui m'aidait énormément dans ce genre de cas étant donné qu'il y avait foule d'informations de tous genres, dedans. Après quelques instants, je repris la parole, toujours d'une voix posée et respectueuse, espérant avoir l'air plus confiante que je ne l'étais réellement.

- Je suis Aegis Thelema, journaliste indépendante. Un de mes clients m'a dit que je pourrais être confié à vos bons soins, pour mon article, je me trompe ?

Je ne me trompais pas, mais la politesse voulait que je reprécise tout ça, afin qu'il n'y ait aucun problème de compréhension entre nous. Enfin, d'un geste agile, mes doigts dérobèrent un verre de vin, sans doute extrait de nectar de Gaulet ou de Parasect, avant de lui tendre pour lui offrir. De mon côté, je n'étais pas encore majeure : hors de question de boire de l'alcool, donc.

- À votre santé !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice //Dresseuse de rang C
avatar


Région d'origine : Albion

Messages : 229

Expérience : 383

Expérience dépensée : 60

Groupe social : Aristocrate et universitaire en devenir

  Jeu 3 Nov - 12:32

Un monde, mon terrain de jeu
Noblesse
Duskclock – Début août

Certes, il avait fallu faire un deux heures de train pour rejoindre Duskclock depuis Athenaeum. Certes, dans bal, des fêtes, Aislinn pouvait y participer à tous, et dieu sait que les invitations ne cessaient jamais d’arriver à son adresse de résidence officielle, à Glastheim. Enfin… Non, elle ne pouvait pas rater ce bal, un des rares où son père se rendait depuis…Des années. Pour les affaires bien plus que pour la danse par ailleurs. Néanmoins, même si la jeune femme ne se l’avouer pas forcément, le voir entouré, et parler avec certes des inconnus, mais le parler déjà dans un tel endroit lui faisait plaisir.

Il avait beau avoir s’approcher de la cinquantaine, il restait magnifique. Bien moins souriant que dans l’enfance d’Aislinn, mais toujours cette attitude droite, et ce charisme naturel qui plaisait tant. C’est ensemble qu’ils rentèrent dans l’immense bâtiment historique, elle au bras de Lord Lester O’Sulleavan, de nombreux regards tombant sur eux. Pourtant, ils se séparèrent assez vite, Aislinn avait beau aimer son père, parler toute la soirée d’affaires et de pures mondanités des hautes-sphères ne l’intéressaient pas vraiment. Les cristaux illuminaient la salle, et alors que de nombreux couples valsaient déjà au centre, les cheveux d’Aislinn semblaient faire concurrence aux nombreuses dorures de la salle. Alors que la plupart des femmes portaient des robes richement décorées, des coiffures somptueusement travaillées, Aislinn avait toujours eu le don d’attirer le regard sans ces artifices. Une robe sombre, volante couvrait son corps, brodée soigneusement avec quelques fils d’or, s’arrêtant juste au-dessus des genoux, dévoilant ses jambes dressées sur des talons de cette même couleur nuit. Quelques bijoux dorés, et une broche délicate maintenant de ses cheveux attachés. Il n’était pas rare qu’elle attire la jalousie de quelques jeunes femmes qui hésitaient à l’imiter, craignant de paraître vulgaires, chose qui se ressortait en rien de l’aura d’Aislinn.

On venait naturellement la saluer, quelques vieilles connaissances de ses parents lui demandant comment s’était déroulé ses études, la complimentant également comme souvent. Aislinn qui avait le talent de glisser dans ce monde tel un poisson dans une eau troublante. Mais la plupart des jeunes de son âge ne l’intéressaient pas. Oh certes, quelques jeunes hommes pouvaient se montrer des plus… Attirant, mais tellement ennuyeux. C’est alors qu’elle se décidait à commencer réellement sa soirée, s’éloignant de la foule pour commencer ses observations, qu’elle fut interrompue à nouveau, par une jeune femme… Qu’elle n’avait jamais vu encore dans ce genre de mondanités.

Lady O’Sulleavan… Lady. Ce mot ne put s’empêcher de raisonner lourdement dans le cœur de la jeune aristocrate. Certes son père se trouvait être Lord O’Sulleavan, mais personne n’osait réellement utiliser le terme de Lady pour Aislinn. Pas par manque de respect, au contraire… Mais beaucoup craignaient de se référer à Aurore O’Sulleavan, la mère disparue d’Aislinn. Pourtant, elle était également Lady O’Sulleavan, et n’eut pas trop de mal à cacher son trouble. Elle écouta la jeune femme se présenter, et à voir ses efforts largement visibles pour utiliser les manières de cours, Aislinn devinait parfaitement que cette jeune inconnue n’était pas accoutumée à ce genre d’évènement… S’occuper d’elle ? Pourquoi pas. Au moins, cette présence inattendue pouvait apporter un peu de piment à cette soirée, et elle accepta le verre d’un geste vive mais léger « Merci, Aegis. Et bien… Je n’étais pas au courant, mais d’accord. Enfin, je peux vous guider si vous le désirez. » Un réel sourire apparut sur ses lèvres, alors qu’elle se pencha légèrement en avant pour la saluer.

« Après, je ne pense pas forcément être la meilleure guide, sauf… Si vous désirez découvrir ce monde avec un peu plus d’action. » Un éclair joueur traversa son regard, alors qu’elle alla déposer son verre un peu plus loin, sur le trajet, elle rencontra quelques jeunes hommes, lui souriant doucement, leurs regards en disant tellement plus que les maigres mots qu’ils se permettaient de dévoiler. Néanmoins, Aislinn se chargea de faire quelques présentations auprès de la jeune femme et lui laisser prendre des photos, imaginant bien que c’était ce qu’elle recherchait. « J’ai quelques connaissances qui doivent arriver d’ici une demi-heure je pense. En attendant… Tout dépend du sujet de votre article. »

Des nouveaux pas de danse à la mode ? Les dernières marques de vin aux riches tables ? Ou simplement, un évènement mondain de plus à couvrir ? Quoiqu’il en soit, Aislinn ne comptait pas laisser Aegis de côté, mais pour autant, elle ne comptait pas, ne pas s’amuser en cette soirée.
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS




Dernière édition par Aislinn C. O'Sulleavan le Jeu 3 Nov - 22:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animateur // Dresseur de rang C
avatar


Région d'origine : Unys/Albion

Messages : 39

Expérience : 310

Expérience dépensée : 20

Groupe social : Roturier/Aristocratie [Sang royal]

  Jeu 3 Nov - 13:29

Noblesse
Aegis Thelema & Aislinn C. O'Sulleavan
Aislinn n'était pas au courant ? C'était étrange, je devais l'avouer. Elle ne semblait pas mentir et pourtant, j'étais persuadée que c'était bien elle, que je devais venir voir. La seule possibilité était donc que mon client ait... tout simplement oublié d'avertir la demoiselle. Super, génial... comment j'étais censé faire, moi maintenant ? Heureusement qu'elle semblait disposée à m’accueillir et répondre à mes questions, tant mieux. Cette constatation me tirait une belle épine du pied, tant mieux !

- Je tiens à vous présenter mes excuses, en ce cas. Il semblerait que mon estimé client a tout simplement oublier d'en référer à vous. Merci de bien vouloir m'aider, dans tous les cas.

J'étais légèrement plus détendue, juste un petit peu. Aislinn semblait être à première vue une personne sympathique qui répondrait à mes questions. J'avais eu un peu peur au début de tomber sur une petite princesse imbue de sa personne, mais ça ne semblait pas être le cas et je lui rendis son sourire, de manière bien plus polie tout de même. Je connaissais ma place pour le moment et je ne comptais absolument pas en sortir : il ne fallait surtout pas que j'attire l'attention sur moi de manière négative. Pas en présence de tant de membres de la noblesse d'Albion.

- Ne vous inquiétez pas, toutes les méthodes me vont tant que mon article sera intéressant et véridique.

Je n'étais pas comme la plupart des autres journalistes, qui voulaient surtout vendre et faire du chiffre, quitte à masquer la vérité. Je n'y voyais aucun intérêt : à quoi bon faire du journalisme si les informations transmises étaient fausses ? Il n'y avait réellement rien à en tirer. C'est en réfléchissant à comment aborder le sujet de cet article que je prenais quelques photos, pendant que la blonde accomplissait à merveille son travail de guide. Plus les poignées de main défilaient, plus je me trouvais à l'aise. En fait, j'arrivais à assimiler très rapidement les notions et l'attitude requise, comme si j'avais ça gravé dans le sang... ce qui était en quelque sorte le cas, effectivement.

- Le sujet de mon article traite sur l'évolution de la noblesse d'Albion, depuis son invasion par l'Empire de Kalos.

Comme à l'habitude, j'étais extrêmement sérieuse lorsque j'abordais ce sujet, plus par tic qu'autre chose et je m'en voulais instantanément ; je semblais plus concernée par le sujet que je ne le devrais normalement. Et merde, déjà une boulette, il n'y avait plus qu'à espérer que la demoiselle ne relève pas, autrement je risquerais de perdre mes moyens. Non, il fallait que je conserve le secret. Autrement, je serais dans une situation inextricable. C'est donc rapidement que je me repris.

- Je suis bien consciente qu'il s'agit là d'un sujet sensible et je comprendrais que vous ne voudriez pas répondre. C'est juste que le sujet intéresse beaucoup de monde : comment la vie des personnes les plus influentes et puissantes d'Albion a changé depuis ce « regrettable accident ».

Damn, j'avais vraiment du mal et j'appuyais certains mots plus que je ne le voulais. Allez, reprends-toi, Aegis et reste calme. Oui, voilà, respire profondément. Afin de me calmer, je pris un jus d'orange qu'un serveur portait sur son plateau, alors qu'il passait à nos côtés. La soirée promettait d'être longue, pensais-je, tandis que je laissais le liquide couler lentement dans ma gorge.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice //Dresseuse de rang C
avatar


Région d'origine : Albion

Messages : 229

Expérience : 383

Expérience dépensée : 60

Groupe social : Aristocrate et universitaire en devenir

  Dim 6 Nov - 0:22

une page tournée
Noblesse
Duskclock – Début août

Les danseurs tournoyaient, et les rires se faisaient plus forts dans la salle, alors que le champagne kalosienne coulait de plus en plus dans les verres cristallins. Aislinn en attrapa un et se retourna vivement vers Aegis, imaginant que la jeune femme devait se trouver un peu perdue au milieu de tout ce petit monde. La jeune aristocrate trempa ses lèvres dans le liquide doré, son regard cessant de papillonner pour rester posé sur Aegis, l’écoutant enfin totalement.
En entendant le sujet que devait traiter son article, elle peine à rire, il faut dire que ce sujet était assez étrangement tabou, mais il finissait inlassablement par remonter en surface lors de fêtes dans les plus grands domaines du pays. Pendant quelques secondes, elle se revit. Aislinn, six ans, cachée dans la penderie à les écouter tous parler… Tous ses grands de ce monde, parlant du temps de leurs ancêtres, et de l’injustice ainsi que de l’oppression de Kalos.

« Hum… Votre article pourrait contenir autant de facettes et d’avis que de personnes présentes à cet événement. » Elle sourit, reprenant une gorgée, avant d’ajouter « Je pourrais essayer d’être la plus neutre possible, études d’histoire obligent ». Un serveur qui passait à quelques mètres d’elle fut rapidement interpellée alors qu’elle déposa la coupe quasiment vide en le remerciant d’un sourire charmeur dont elle possédait le secret que personne n’avait encore réussi à percer. Puis elle se rapprocha d’Aegis, complice et attrapa sa main, l’entraînement avec elle. Il n’y avait pas de violence dans ce geste, au contraire, elle tentait d’éviter la foule, et arriva à l’autre bout de la salle, et pénétra dans un somptueux couloir aux murs en bois massifs, et le sol d’un marbre des plus beaux du royaume. Tout de suite, le bruit se fit moindre, elle lâcha doucement sa main mais continua à avancer sur quelques mètres, avant de s’adosser et la regarder.

« Je n’étais naturellement pas présente, mais comme vous pouvez vous en douter, tout à changer il y a deux cent ans. Finalement à l’heure actuelle, ce nouveau monde, seuls très peu ont encore du mal à l’assimiler. D’une manière générale, forcément l’emprise permanent de Kalos a été très dure à supporter au début mais maintenant… Bien qu’elle soit toujours présente, tout le monde s’y est habitué. Le reste, cela provient de mes cours d’histoire… Et d’une vieille partie de ma famille. » Elle fit signe à Aegis de la rejoindre, estimant qu’il était assez impoli de la laisser plantée au milieu du couloir. «  Les familles de la noblesse sont pour la plupart, assez aimées, surtout celles qui ont su se mêler à ce changement… Et de la part des plus vieux, celles qui sont restées se battre quand les armées kalosiennes sont arrivées. La famille royale et une partie de sa court, encore aujourd’hui, cette partie de la noblesse est assez facilement rejetée, à cause de leur fuite qui a été considérée comme une trahison et une lâcheté. »

Un domestique passa rapidement et inclina doucement sa tête vers les deux jeunes femmes, laissant à Aislinn le temps de souffler avant d’ajouter : « Aujourd’hui, tout le monde voit Albion et Kalos comme un seul et même empire. »
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animateur // Dresseur de rang C
avatar


Région d'origine : Unys/Albion

Messages : 39

Expérience : 310

Expérience dépensée : 20

Groupe social : Roturier/Aristocratie [Sang royal]

  Dim 6 Nov - 10:13

Noblesse
Aegis Thelema & Aislinn C. O'Sulleavan


Je ne m'intéressais plus que très peu aux autres personnes de la salle et aux danses auxquelles elles s'adonnaient. Après tout, si Aislinn ne m'avait présenté que quelques personnes, c'est que les autres n'étaient pas dignes d'intérêts... pour cette fois, tout du moins. Je demeurais néanmoins prudente afin que des oreilles indiscrètes n'écoutent pas notre conversation : la blonde semblait ne pas avoir remarquer mes paroles, mais il n'en était peut-être pas de même pour des petites fouines. Il fallait faire le plus attention possible, je n'avais pas le droit à l'erreur.

Être la plus neutre possible ? Autrement dit, elle avait elle-même sa petite opinion, sur le sujet. C'était compréhensible, en même temps et j'espérais intérieurement qu'elle soit à peu près la même que la mienne, car la noble pourrait ainsi devenir une alliée de valeur. Mais il ne fallait pas mettre la charrue avant le Tauros, pas de précipitation, surtout. Je notais tout de même qu'elle faisait des études d'histoire dans un coin de ma tête, cette information pourrait s'avérer très utile, plus tard. Enfin, si les cours prescrits ne sabotaient pas l'Histoire d'Albion, de quelque sorte que ce soit. J'en doutais un peu mais bon, il fallait partir du postulat que ses connaissances étaient solides.

- Je me doute, Lady O’Sulleavan, après tout, un sujet pareil doit être abordé avec des pincettes.

C'était peu de le dire et j'en étais sans doute bien plus consciente qu'elle ne pouvait s'en douter. C'était peut-être à cause de ça d'ailleurs, que la jolie blonde me prit par la main afin de m'attirer dans un endroit où nous serons plus au calme, un couloir, à première vue. C'est en sentant ses doigts entre mes mains que je me rendis compte, l'espace d'un instant à quel point elle était belle. Damned, ressaisis-toi, Aegis, c'est pas le moment de fantasmer ! Malheureusement, je sentis mes joues prendre une teinte légèrement rosée, pendant un instant. Est-ce qu'elle s'en était rendue compte ? Peut-être, je ne pouvais en être sûre.

Toujours est-il que maintenant que nous étions au calme, on pouvait enfin discuter de ce qui nous intéressait vraiment, ouf ! Reprenant tout mon sérieux, je notais ce qu'Aislinn me disait, sur un petit calepin, sous forme de notes rapides. Il y avait beaucoup à dire et il fallait donc en faire la synthèse, en ne notant que les choses les plus importantes. Mon visage se crispa néanmoins à plusieurs moments, notamment quand elle aborda le sujet de la « lâcheté » de ceux qui avaient fuis. Je savais que ce n'était pas son opinion personnelle, mais tout de même. Et il en était de même par rapport au fait que beaucoup considéraient désormais que tout le monde voyait les deux régions comme n'en faisant qu'une. Ceci me fit l'effet d'une douche froide et pendant quelques secondes, je ne faisais que regarder le vide, réfléchissant aux conséquences que ça pouvait avoir. Oui, en effet, c'était logique, après tout, c'était comme ça depuis deux-cent ans. Le travail à faire était encore plus important que je ne le pensais.

- Je vois, c'est très intéressant même si personnellement, il y a certains points que je ne partage pas. Peut-être que ces familles attendent juste le bon moment, trouvant ridicule de se donner dans une cause perdue d'avance à cause du Dragon Blanc ?

Le Dragon Blanc, Reshiram. Tout ça était à cause de lui. Mais il n'était plus, il n'y avait nul puissance supérieure qui permettait à Kalos d'écraser Albion, désormais... et je comptais bien en profiter. Oui, j'avais pas mal d'informations désormais et j'étais plutôt satisfaite. Enfin, il faudrait sans doute que je creuse encore un peu et je comptais bien profiter de cette soirée pour ça. En plus, il restait du temps à Aislinn.*

C'est ce qui était prévu, à l'origine. Oui, j'imaginais que la soirée allait se dérouler comme ça, sans aucune conséquence importante. Mais malheureusement, ça n'allait pas être le cas, à cause d'une simple chose : la Loi de Murphy. Si quelque chose de pire doit se passer, alors ça arrivera, comme la tartine qui tombe toujours du côté du beurre sur le sol. D'ailleurs, cette métaphore était tout indiquée à la situation. En effet, alors même que j'étais en train de récupérer de mon sac un nouveau stylo, car le premier commençait à ne plus avoir d'encre, un objet tomba de ce dernier, quand je m'apprêtais à ressortir ma main. Un carnet, qui semblait assez vieux, dont la couverture était de rouge et d'or mais avec néanmoins des pages jaunies par le temps. Mais ça n'importait que peu. Tout ce qui importait, c'était les écritures gravées sur la couverture. Des écritures qui formaient les mots suivants : À mes Héritiers, Carnet d'Arthur Of Saxia Cobourg Gotha Of Albion, Dernier des Rois. Sans compter le symbole de l'ancienne famille royale d'Albion...

C'est avec une vivacité qui m'était jusqu'ici méconnue que je récupérais l'ouvrage, accroupie et le visage caché par mes cheveux. Il était de nouveau bien à l'abri dans mon sac mais... le mal était fait.

- Vous... vous l'avez vu ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice //Dresseuse de rang C
avatar


Région d'origine : Albion

Messages : 229

Expérience : 383

Expérience dépensée : 60

Groupe social : Aristocrate et universitaire en devenir

  Dim 6 Nov - 23:23

un faux pas et tout s'écroule
Noblesse
Duskclock – Début août

« Le Dragon Blanc… Reshiram était puissant, et il l’est encore je pense, mais aux yeux de tous, la famille royale et la plupart des hauts nobles ont fui par lâcheté… » La jeune femme vu coupée par le bruit du « livre » résonnant en frappant le sol, sur le marbre et faisant un écho dans tout le couloir. Un emblème bien connu encore gravée sur quelques monuments du pays, des lettrines dorées aux sens évocateur… Aislinn avait déjà vu de tels ouvrages, son père en possédait quelques-uns dans son bureau, ou plutôt la bibliothèque du manoir des O’Sulleavan.

Forcément, la jeune noble ne s’attendait pas à trouver un tel livre dans le sac d’une journaliste, mais en voyant la réaction… Disproportionnée ? D’Aegis, elle comprit que faire un commentaire trop vif ne serait pas forcément une bonne idée. « Oui, je l’ai vu. Mais je vous rassure, on ne guillotine pas la première personne qui s’intéresse apparemment de très près à l’ancienne famille d’Albion. » Aislinn lui sourit, avant de s’approcher et lui tendre la main « Enfin en tous cas, je n’ai pas de Scalproie dans mon sac, et je n’ai encore jamais tué quelqu’un. » Pourtant malgré son sourire qui se voulait réconfortant et sincère, la jeune fille semblait toujours très tendue voir pâle… « Vous voulez vous assoir ? »

Elle posa la question mais pour autant, sa décision était déjà prise : hors de question de la laisser faire un malaise de nervosité au risque qu’elle se blesse en tombant. Elle l’entraîna à nouveau mais doucement, traversant le couloir et arrivant près des cuisines où quelques serveurs riaient et les cuisiniers hurlaient derrière les commis qui ne semblaient pas aller assez vite à leur goût. Pas forcément le meilleur environnement, mais au moins, il y avait des chaises sur le côté. La jeune femme l’aida à s’assoir avant de se mettre à côté d’elle, mais debout. « Ma famille était très proche de la royauté d’Albion. » Elle ne regardait plus Aegis, regardant devant, face à elle. Ce n’était pas vraiment un sujet sensible, mais la jeune femme avait conscience des sacrifices subis par sa famille lors de la grande guerre. « De mémoire, certains de mes ancêtres étaient des généraux, ou des conseillers des Rois et Reines. Et quand la famille royale s’est enfuit, ils sont restés, et… Disons que certains de mes ancêtres sont morts un peu trop tôt. Pour autant comme je t’ai dit, pour beaucoup, on n’y pense même plus, c’est du passé lointain et l’Empire actuel assure une puissance mondiale des plus impressionnantes. »

Elle s’arrêta quelques instants avant de sourire à nouveau « si qu’on voit ce journal te fait peur à ce point, rassure toi, je ne n’en parlerai pas à toute la salle et je ne vais pas envoyer de lettre recommandée à l’Empereur pour dire qu’une jeune journaliste fait des articles qui pourraient lui déplaire. »
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animateur // Dresseur de rang C
avatar


Région d'origine : Unys/Albion

Messages : 39

Expérience : 310

Expérience dépensée : 20

Groupe social : Roturier/Aristocratie [Sang royal]

  Lun 7 Nov - 0:43

Noblesse
Aegis Thelema & Aislinn C. O'Sulleavan


Je tremblais de tout mon corps, tandis que ce dernier refusait de bouger. Merde, merde, merde ! Comment j'allais faire pour me sortir de ce mauvais pas ? Je n'en savais rien et j'étais au bord de la panique. Bon sang, une faite aussi idiote que ça ! Comment j'allais faire, désormais pour me faire discrète ? J'avais beau réfléchir au quart de tour, aucune idée ne traversait mon esprit, tandis qu'Aislinn commençait à s'approcher de moi. Bordel ! Que pouvais-je faire ? Rien du tout, c'était terminé, tout était terminé. Enfin, c'est ce que je pensais.

Non, au contraire elle était très douce dans ces gestes, comme une mère aimante envers son enfant. Pour autant, je n'étais toujours pas bien et sa petite blague ne fit aucun effet sur mes nerfs qui étaient actuellement mis à rude épreuve. J'avais énormément de mal à me calmer, tandis qu'Aislinn me dirigeait en me prenant par la main vers un endroit où je pourrais m’asseoir. Pendant ce court trajet, je ne parvins qu'à prononcer que quelques mots. Tout doucement.

- Vous n'avez pas l'air de comprendre pourquoi je suis en possession d'un tel ouvrage...

Il y avait clairement écrit le terme d'Héritier, sur la couverture. Avait-elle fait le rapprochement et faisait comme si de rien n'était ? Possible, je ne le savais pas. Dans tous les cas, elle ne semblait pas mentir et rien dans son attitude ne pouvait laisser présager d'une traîtrise. Néanmoins, je n'étais toujours pas calme, à la limite de la paranoïa. Si elle décidait de révéler ça à d'autres personnes, l'information remonterait rapidement et en moins de deux, mon identité serait révélée. Il fallait absolument éviter ça.

Nous étions légèrement éloignées des cuisines, avec pour seul bruit celui des alchimistes du goût qui étaient en train de travailler. Moi, j'étais assise sur une chaise, tandis qu'Aislinn était debout, à mes côtés, toujours très douce. J'écoutais alors attentivement ce qu'elle disait, sa famille était donc très proche de la mienne, à l'époque ? Oui, maintenant qu'elle en parlait, un paragraphe sur la sienne me revenait en mémoire.

- Oui, c'est écrit dans ce journal...

Puis, je retournais dans mon mutisme, tandis qu'elle parlait. Du passé, personne n'y pensait plus... j'avais un peu de mal à y croire, à vrai dire. À priori, elle semblait vraiment sincère en pensant ça et il y avait sans doute une part de vérité dans son discours. Mais il était impossible que tout le monde soit de cet avis. Je n'y croyais tout simplement pas, sinon à quoi bon cacher mon véritable nom ? Cela n'avait aucun intérêt.

- C'est faux... Si l'Empereur avait vent de mon existence... ça ne sera pas sans conséquence.. Et ce n'est pas une question d'article...

Les mots coulaient doucement et avec hésitation de mes lèvres. J'avais du mal à organiser mes idées et ma gorge était sèche. C'est après une courte pause que je repris lentement la parole, en parlant de plus en plus bas. Je ne voulais que personne d'autre n'entende. J'avais toujours la tête baissée.

- Et si... et si c'était par dépit, que les gens avaient acceptés ? Et puis ces livres d'histoires... ils sont bien différents de ce qui est écrit dans ce journal, de manière général. C'est facile de cacher des choses et travestir ce que l'on montre, quand on massacre et que l'on prend possession d'une région sans son consentement...

Silence, pendant quelques instants.

- Et si... et si l'Héritière par le Sang était de retour... Vous pensez vraiment que les gens s'en ficheraient et que ça n'engendrerait pas des conflits et des camps différents ? Et si sa Famille s'était cachée, attendant la bonne occasion... et qu'elle était de retour ici, après avoir appris la vérité... Et si... elle avait pour but de redonner à Albion sa splendeur et sa fierté d'entente ? Protégeant le peuple et permettant à tout à chacun de vivre heureux, en éliminant la pauvreté et la maladie. Mais qu'elle était faible et sans aucun allié...

Silence.. Une nouvelle fois. Aislinn n'était pas sotte, de ce que j'en savais. Les pièces du puzzle devaient commencer à s'assembler peu à peu dans son esprit. Il ne lui manquait sans doute qu'une dernière pièce avant de pouvoir le compléter. Une pièce que je lui donnais, dans un souffle unique et glacial, tandis que je commençais à me sentir vraiment mal, les nerfs à bout, de très légères larmes coulaient de mes joues.

- Et si le nom que la « journaliste » vous avait donné... était faux... et que son véritable nom était bien plus lourd de conséquences que ça ?...

Attente.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondatrice //Dresseuse de rang C
avatar


Région d'origine : Albion

Messages : 229

Expérience : 383

Expérience dépensée : 60

Groupe social : Aristocrate et universitaire en devenir

  Ven 11 Nov - 0:32

la discrétion, un talent rare
Noblesse
Duskclock – Début août

Très bien. Les deux jeunes femmes étaient loin d’être seules alors que les cuisiniers, commis et serveurs déambulaient autour d’elles, dans une énergie folle. Ô merci jeune et… Mignon serveur - bien que moins distrayant que Raphaël aux yeux de la jeune femme - ! Quand il passa à côté d’elles, Aislinn attrapa une coupe de champagne, et à chaque parole d’Aegis, elle ne se retient de boire une gorgée, n’osant pas imaginer la fin de cette conversation, non pas qu’elle était surprise… Mais dépitée. Ce n’était pas si exceptionnel qu’il y ait des descendants de la famille royale d’Albion, fort heureusement, les mariages arrangés et l’exil ne rendaient techniquement pas stérile. Une fois qu’Aegis cessa de parler, tremblante comme une feuille et presque encore plus pâle que les minutes précédents, Aislinn déposa d’un geste vif la coupe et se redressa bien « Suis-moi. »

Elle imposait un ton bien plus directif, alors que sans vraiment l’attendre, elle continua à longer les couloirs, loin de tout le brouhaha des cuisines. Aegis put la voir compter discrètement les portes avant de rentrer dans l’une d’entre elles après avoir vérifié qu’il n’y avait personne. Une bibliothèque, majestueuse et richement décorées, dans laquelle les pas – surtout les talons – d’Aislinn résonnaient en battant le parquet. Une fois Aegis bien rentrée et la porte fermée, Aislinn se retourna vivement vers elle : « J’ai compris pourquoi tu es en possession de ce livre, je ne suis pas idiote. Je l’ai compris et… Beaucoup de personnes auraient pu comprendre dans tout ce bâtiment. Tu as dit clairement que tu avais du sang royal alors que des serveurs et domestiques passaient devant nous. Domestiques qui racontent tous à leurs employeurs. » La jeune femme soupira, se laissant tomber dans l’un des fauteuils massif mais moelleux de la pièce.

« Et est-ce que tu es consciente que toutes les familles d’Albion, peu importe leurs rangs se sont mêlées à des Kalosiens ? L’Empereur n’était pas fou, le meilleur moyen de conquérir définitivement une terre et que son autorité ne soit pas contestée, c’est en absorbant la noblesse adverse. Et tu sais combien de nobles de cette pièce pourraient te livrer, ou du moins donner ton nom à l’Empereur pour bien se faire voir ? Beaucoup. » La jeune femme passa sa main sur son front, avant de poursuivre, essayant de faire comprendre à Aegis qu’elle-même pourrait très bien aller voir l’Empereur et lui donner cette héritière. « Je ne pense pas que l’Empereur agirait, son pouvoir est immense et il domine à présent des milliers, des millions de citoyens, les nobles lui apprendraient ton existence uniquement en espérant une place encore plus haute dans la noblesse. Que compterais-tu faire ? Face à l’Empire, que peux-tu faire, Aegis ? »
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Animateur // Dresseur de rang C
avatar


Région d'origine : Unys/Albion

Messages : 39

Expérience : 310

Expérience dépensée : 20

Groupe social : Roturier/Aristocratie [Sang royal]

  Ven 11 Nov - 13:27

Noblesse
Aegis Thelema & Aislinn C. O'Sulleavan
- Pardon... j'ai perdu mon calme pendant quelques instants.

J'écoutais attentivement ce qu'elle était en train de dire, parfaitement consciente qu'elle avait raison. Bien évidemment, l'Empereur n'était pas idiot et avait pris ses dispositions afin d'assurer son pouvoir. C'était évident, il n'était pas idiot et je fis signe de la tête, pour stipuler que je le savais déjà. Il faut dire que c'était une tactique de base et il aurait été très idiot de ne pas en profiter. Néanmoins, si je ne me trompais pas, il y avait une erreur de calcul, avec cette méthode et je comptais bien en profiter, mais pour l'heure, j'attendais de voir ce qu'elle avait à me dire.

Au moins, elle ne semblait pas ressentir de l'hostilité, envers moi. Tout du moins, pas encore et il était vrai que j'étais dans une situation délicate, pour le moment. Les nobles locaux, me livrer à l'Empereur juste pour espérer avoir une meilleure place ? Je n'en étais pas étonnée, je devais l'admettre, même si c'était fort déplaisant. En tout cas, désormais j'avais les éléments en main pour lui répondre, mais il fallait cependant que je réfléchisse à comment tourner la chose. Après quelques secondes, je finis par lui répondre.


- Il n'est pas question de ce que je peux faire, mais de ce qui doit être fait... Et si je ne le fais pas, alors personne d'autre ne le fera.

Oui, c'est ce que je pensais, j'en étais intimement convaincue. Par ses paroles, je montrais clairement à Aislinn que je ne faillirais pas et que j'accomplirais les objectifs qui complimentaient. Toujours est-il que, pendant que je la regardais, mes yeux reflétaient une confiance de plu en plus grandissante. Ses mots, son caractère, son paraître, à mon avis, elle n'était pas du genre à se moquer. Non, elle écoutait vraiment ce que je disais et donc, il y avait des chances raisonnables à ce que je puisse la convaincre de me rejoindre. C'est pour ça que je décidai de parler avec mon cœur, cette fois.

- Si les nobles seraient vraiment capable de me dénoncer, alors je ferais en sorte de raviver leur flamme, leur fierté d'ancienne famille d'Albion. Vous l'avez dit vous-mêmes : l'Empereur à prit ses précautions, mais ça veut dire aussi que les familles en question n'avaient pas tellement le choix, à l'époque. Comme pour l'invasion. Je reste intimement convaincu qu'au fond d'eux-même, il reste une parcelle de fierté, que j'arriverais à faire grandir, pour les rallier à ma cause. À moins que l'Histoire même de notre peuple et notre Héritage n'aie plus aucune importance pour eux, mais j'en doute.

Et oui, voilà l'erreur de l'Empereur, selon moi. Après tout, il n'avait aucunement laisser le choix aux nobles et bafouillait ce que nous avions construit durant des siècles et des siècles. J'attendais quelques instants, afin de lui parler de nouveau, avec une voix de plus en plus assurée.

- Si l'Empereur se préoccupait vraiment d'Albion, alors le taux de chômage ne serait pas aussi élevé. Il n'y à qu'à voir Grimecoal, qui tombe en décrépitude et finira par ne plus exister, si personne n'aide ses habitants. Autrement dit, il ne s'occupe pas du peuple et je ne le tolère pas. Un Empereur, ou un Roi doit faire passer les besoins de son peuple en premier. Il n'a pas à magouiller dans son coin des prises de bec pour toujours plus de pouvoir.

Je repris mon souffle alors, afin de recommencer à parler, en regardant droit dans les yeux ma compatriote.

- Un Roi doit agir en tant que guide. Il doit protéger son peuple, mais également lui servir de guide, de modèle et être source d'inspiration. Il doit être un modèle tel que le peuple tout entier brule d'envie d'être comme le Roi, tout en l'acceptant en tant que Protecteur et Guide. Car un Roi ne peut pas régner seul, un Roi solitaire ne vaudrait rien.

Oui, tout devenait de plus en plus limpide, pendant que je parlais.

- L'Empereur est fort, certes, mais pas invincible. Tout simplement car il n'a fait que se reposer sur ce qu'à battît ses ancêtres, qui eux-mêmes n'ont fait qu'imposer leurs choix aux autres. Certes, l'Empire est désormais puissant et le chef de ce dernier permet sans doute au peuple de vivre un quotidien à peu près normal. Mais... Je le vois bien, il ne guide personne, il ne fait qu'être un Chef Solitaire. Et j'ai l'intime conviction qu'il à tort, car en n'agissant pas comme Guide, il ne fait qu'empêcher le peuple d'agir par lui-même et reste tout seul. Ce qui n'est pas le rôle du Roi. Il ne sert que lui-même, une telle personne, qui ignore le peuple et ses souffrances est un idiot.

C'est ce que je pensais vraiment, mais je n'avais pas encore terminé de parler. Loin de là, même.

- Ce que je vais faire, c'est raviver la flamme et la fierté des habitants d'Albion. Je vais les protéger et leur servir de guide, en les aidant du mieux possible. C'est une entreprise qui prendra énormément de temps, mais j'arriverais à rallier les gens à ma cause afin de refaire d'Albion le fier Royaume qu'il mérite d'être. J'aiderais tout le monde, sans aucune distinction et je sais qu'un jour, je parviendrais à établir une monarchie constitutionnelle et indépendante de Kalos, où chaque personne pourra faire entendre sa voix. Ce n'est pas un Idéal auquel j'aspire, mais une Réalité que Nous créerons tous ensemble, une Réalité que j'arriverais à faire brûler dans le corps de toute les Albionnais. Sans toutefois tomber dans des travers de conquêtes absurdes, c'est pour ça que je n'userais pas de violence à moins d'y être obligée et je ne chercherais jamais à me venger de Kalos. Je tiens simplement à ce qu'Albion retrouve son identité.

Un silence de quelques instants, avant de reprendre la parole, une dernière fois. Je savais que mes prochaines paroles allaient être extrêmement importantes, pour la suite. Et c'est pour ça que mon regard brûlait, tout comme mon sang et mon aura. Comme si mon sang royal était en train de peu à peu se réveiller réellement.

- Un Roi existe pour son peuple. Sans peuple, il n'y a pas de Roi... C'est pour ça que je demande humblement votre soutien, Lady O'Sulleavan, afin de m'aider. Ce ne sont pas des paroles en l'air, j'accomplirais réellement ce que je viens de dire et si par aventure je venais à vous décevoir... Alors, vous n'aurez qu'à m'amener vous-même à l'Empereur, je ne résisterais pas.

J'avais mis un genoux à terre, de manière humble, en attendant sa réponse, qui n'allait pas tarder à arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
 

Revenir en haut Aller en bas
 
[FB] [Aislinn C. O'Sulleavan] Noblesse
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ce n'est pas la beauté de la femme qui ensorcelle, mais sa noblesse
» {{ NOBLESSE ETRANGERE
» Registres/honneurs de la haute noblesse du Poitou disparue
» Noblesse du Poitou (Archives)
» 8. Diverses chartes (Avocats, Noblesse, Bourgmestre, Tribun)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurora Millenarius :: Albion :: Duskclock :: Quartier historique-
Sauter vers: