Partagez | 
 

 Départ [Privé Evariste]

Dresseur de rang D
avatar


Âge : 16

Région d'origine : Kalos

Messages : 21

Expérience : 15

Expérience dépensée : 0

Groupe social : Roturier

  Mar 6 Déc - 18:16

« La maison est derrière, Le monde est devant... »
Départ
Papa et Mama disaient toujours que l'aventure était dangereuse et inutile. Papa travaillait dur tous les jours, à l'usine pokéball de Romant-sous-Bois. Il partait tôt et rentrait tard, sans que jamais un pokémon ne l'assiste dans son travail. L'élevage et le dressage ne l'avait jamais intéressé, ce qui est tout de même un comble, vu la profession qu'il exerce.
Mama, elle, travaillait comme serveuse dans le café du village. Pour elle aussi, les horaires étaient durs. Mama avait un peu peur des pokémons, c'est peut-être pour cela qu'elle refusait si obstinément le départ d'Helwige. Tanna était bien la seule à soutenir la jeune fille dans son projet d'aventure pokémon. Elle avait aidé à acheter la pokeball qui avait permis la capture du petit zorua d'Helwige. C'était également elle qui avait aidé à cacher le pokémon à ces parents bornés et à les convaincre de laisser partir Helwige à son aventure pokémon. Cela n'avait pas été simple. « Baguenauder à travers champ ne te permettra pas de gagner ta vie ! » avait grommelé Papa. « C'est terrifiant ! » avait pleuré Mama. Mais pourtant, Helwige était là, sur le chemin de l'aventure. La maison loin derrière elle et l'inconnu à porté de main. «  Au revoir, Papa ! Au revoir, Mama ! » avait juste dit Helwige dans un sourire.
Elle marchait maintenant d'un bon pas, léger et bondissant, sur la voie de terre battue de la route 110. Les plaines s'étalaient à perte de vue autour d'elle et la brise salée qui faisait voler ses couettes rousses lui annonçait que Rocella n'était plus très loin. Par hasard plus que par préférence, elle avait décidé que cette ville serai la proche étape de son voyage. Elle avait dû traverser la Capitale avant d'atteindre cette route et, si elle avait au départ pensé que cela serai moins dangereux que de partir dans une montagne escarpée, elle n'en était plus aussi sûre à présent. Distraite par les millier de découvertes qu'offraient chaque mètres carré de la ville, Helwige avait manqué plus d'une fois de se faire renverser par les automobilistes pressés de la Capitale. Elle en était quand même ressortie émerveillée. La tour de fer, les arcs des rois, les boutiques, les lumières... Cela n'avait rien à voir avec ce qu'elle avait vu jusqu'à présent. A vraie dire, à part Romant-sous-Bois et ses marais, elle n'avait pas vu grand-chose, ses parents n'ayant pas été très permissifs. Aku, elle, n'était pas tout à fait aussi enthousiaste. Toujours hors de sa pokéball, elle avait été confrontée à tous les dangers possibles et imaginables qu'une ville puisse abriter. Une fois le calme de la campagne retrouvé, Aku avait longtemps boudé Helwige. Longtemps, jusqu'à ce qu'elle soit fatiguée de marcher et se résigne à demander à monter sur l'épaule de sa dresseuse. Helwige se stoppa un instant sur le bord de la route. Un nouveau souffle de vent iodé fit voler sa chevelure et ébouriffa la fourrure de son zorua, qui ne retint pas un petit grognement agacé. En contrebas se déployait le paysage côtier des alentours de Rocella. On pouvait deviner les goélises et les bekipans voler autour du surplomb rocheux qui abritait la ville fortifiée. Émerveillée, Helwige poussa un grand cri en bondissant de joie, ce qui failli faire tomber Aku de son perchoir. Le zorua poussa un nouveau grognement agacé que la jeune fille ignora parfaitement. Plus rien ne pouvait gâcher sa joie.

- Nous y sommes presque, Aku !

Fit-elle de sa petite voix mélodique.
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS


HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orchedin.forumactif.org/
Scientifique de rang B
avatar
Région d'origine : Albion - Impkeep

Messages : 16

Expérience : 605

Expérience dépensée : -

Groupe social : Universitaire

  Mer 14 Déc - 18:53

« C'est en se trompant de chemin que l'on arrive quelque part »
Départ
En parcourant les routes de Kalos, il était difficile de ne pas s’apercevoir que cette région était beaucoup moins sauvage que la douce Albion qu’Évariste appréciait tant. Élyséa l’avait dégoûtée dès qu’il y était arrivé, avec tout cet étalage de modernités et de lumières à en griller la rétine dont la capitale se paraît une fois la nuit tombée. Sa seule envie alors avait été de prendre le premier train ou avion possible - qu’importe - pour aller se réfugier dans les rues mille fois plus agréables de Duskclock - quitte à parler de capitale régionale. De même, dès qu’il était entré sur la route 110, l’effervescence humaine se manifestant sous la forme de cars entiers bondés de touristes et de routes bien aménagées pour le transport routier l’avait déconcerté. Pourtant, les bouffées d’air pur qu’il avait pu respirer en arrivant dans les vastes plaines l’avait calmé. De même, l’alternance des pelouses calcaires avec des bancs plus argileux lui permettait de constater qu’il n’y avait guère de différences entre Albion et Kalos sur le point de la terre elle-même - et que le seul détail qui les distinguaient clairement était probablement les hommes qui les habitait et les espèces Pokémon que l’on pouvait y trouver.

Il n’aimait pas Kalos, c’était un fait. Mais ce qui lui posait problème n’était pas les environnements variés que l’on pouvait y trouver mais plutôt le peuple qui y résidait. Pour être plus précis, même s’il y avait un certain dédain pour l’ensemble des habitants de Kalos en général, celui-ci n’avait que peu d’emprise sur sa personnalité et le reste reprenait facilement le dessus - en tout cas ça avait été le cas les quelques fois où il avait dû collaborer avec des savants venant de là. Dans l’ensemble, ce n’était pas suffisamment important - sauf peut-être à l’égard de la noblesse - pour qu’il restreigne sa curiosité et limite son aire de recherche à sa région natale et à l’étranger. De fait, il avait décidé d’aller fouiller un peu cette région de son pays - même si cela lui déplaisait - qu’il ne connaissait au final que peu, dans l’espoir d’y trouver des éléments qui pouvaient être dignes d’intérêt pour ses recherches. L’un de ces éléments parmi tant d’autre se trouvait sous ses pieds depuis plusieurs heures déjà - et l’avait suivi tout le long de ses déambulation le long des plaines qui bordaient la route. Des échantillons de roche avaient été prélevés, numérotés, et référencés soigneusement pour être par la suite comparés à ce que l’on pouvait trouver chez lui - même s’il n’avait pas vraiment de doute sur le fait que c’était pareil.

Avant qu’il ne s’en aperçoive, l’air avait changé légèrement de composition, devenant plus marin et les cris de quelques Goélise se faisaient entendre, annonçant qu’il se rapprochait de la mer - et par là-même de Roscella. La route surplombait les côtes et, perché du haut de celles-ci, il était difficile d’évaluer la hauteur à laquelle il était situé par rapport au niveau de la mer. Il était pourtant évident que la centaine de mètres était passé - sans même chercher à quantifier quoi que ce soit. Son pied creusa un peu la terre jusqu’à en retirer un petit caillou banal et tout sale qui, une fois nettoyé, se révéla être semblable à ceux qu’il avait pu voir jusque là : un vestige d’une mer jadis. Ou, en tout cas, c’est comme ça que la plupart des articles de recherche actuels identifiait les dépôts calcaires de ce genre que l’on retrouvait parfois jusqu’en plein milieu du continent - sauf qu’il ne pouvait pas vraiment vérifier cela à Albion. Il se questionna tout haut sur la présence de tout cela un peu partout - qui soulevait plusieurs problématiques et semblait appeler à faire des recherches complémentaires. Jusqu’à quelle altitude ces dépôts se retrouvent-ils ? Que trouve-t-on le long de la chaîne Niffelhienne ? Et y a-t-il eu un déplacement suffisant de ces masses rocheuses pour leur permettre de se retrouver à une telle altitude ? Sinon, il semblerait nécessaire d’envisager des crues torrentielles qui aient pu permettre une telle montée eustatique. Tout cela semblait n’être que des divagations sans fondements telles que les paroles qui pourraient sortir de l’esprit d’un homme fou, mais certains mythes laissaient suggérer le fait qu’il tel épisode puisse avoir été possible par le passé. Mais il était possible de leur trouver une sorte de fondement en se penchant sur les légendes atalantes.

Il porta une cigarette à ses lèvres et l’alluma. Il préférait ne pas vraiment donner de crédit à ces cultes qui avaient longtemps prospéré alors que lui-même privilégiait fortement la foi en Saint-Arceus, mais il n’avait guère le choix d’écarter des réponses possibles juste parce qu’elles ne lui siéent pas à l’heure actuelle. Et il était possible qu’une révision cosmogonique puisse permettre à plusieurs religions vraisemblablement divergentes d’être réunies dans une foi unique - ou plutôt une vérité scientifique, si l’on était optimiste. Balayant ces pensées en jouant un peu avec la fumée pour se distraire, il repris ses esprits, se concentrant sur la chose qu’il aimerait trouver avant d’arriver à Roscella - parce que ce n’était pas tant la ville qui l’intéressait que les côtes, justement. Actuellement, il était en haut. S’il arrivait en bas, il serait en bas. C’était quelque chose de très simple, et pour arriver d’un point à un autre, il était nécessaire de trouver un dénivelé - sauf que ce dénivelé pouvait exister de plusieurs façons et que tant qu’il restait en haut de la côte elle-même, il ne verrait pas grand chose de la falaise. De même, une fois en bas, il aurait du mal à trouver ce qu’il cherchait parce qu’il serait sans doute suffisamment descendu topographiquement pour qu’un fossile semblable à ceux qu’il espérait trouver ait la signification qu’il espérait. Ce n’était pas un Pokémon qu’il recherchait, mais du corail ou quelque chose du genre. Parce qu’il y avaient des personnes qui pouvaient dater avec précision les événements si on leur apportait ce genre de données. Et qu’en datant le haut, le milieu et le bas, il serait plus simple d’étudier la faisabilité d’une crue par un être légendaire. Il devait donc descendre en longeant la falaise - sauf qu’il ne connaissait pas vraiment grand chose aux sentiers du coin, ce qui voulait dire qu’il lui était nécessaire de demander à quelqu’un. Son regard se posa donc naturellement sur la seule autre personne présente dans les environs - mis-à-part ces véhicules grouillants qui ne s’arrêteraient de toute façon pas - c’est-à-dire une jeune fille avec des couettes rousses, qui était bien plus jeune que lui et semblait émerveillée du paysage. Il n’était pas d’obtenir une réponse, tomber sur un dresseur étant probablement plus probable que sur un local - surtout étant donné qu’elle semblait accompagné d’un Zorua -, mais posa tout de même sa question après s’être approché, dévoilant au passage un petit accent albionais.

«- Excusez-moi jeune fille, mais est-ce que vous savez s’il existe un chemin qui descend le long des falaises pour atteindre Roscella ?»

Si cela ne donnait rien, il pourrait toujours tenter de demander à Cleph de flotter sur le côté pour essayer de repérer un chemin ou que ce soit. Et s’il n’y en avait pas... Il préférait ne pas vraiment songer à la possibilité d’être obligé d’utiliser du matériel d’alpinisme juste pour ça - et même s’il devait le faire, ça ne serait certainement pas aujourd’hui.
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dresseur de rang D
avatar


Âge : 16

Région d'origine : Kalos

Messages : 21

Expérience : 15

Expérience dépensée : 0

Groupe social : Roturier

  Ven 23 Déc - 16:47

Départ
Si Rocella était ce que la plupart des gens admiraient en se trouvant au bord de cette falaise, Helwige, elle, préférait laisser son regard errer au loin, vers l'horizon. La ligne insaisissable délimitant terre et ciel était d'autant plus admirable lorsqu'elle se fondait entre l'azure céleste et marin. Helwige n'avait d'ailleurs jamais vu la mer. Tout comme elle n'avait jamais vu de goélise ou de si haute falaise. Elle pouvait s'émerveiller de tout cela, aussi anodin que puisse paraître ces choses. En revanche, Rocella ne la préoccupait pas, même si c'était sa destination. La cité fortifiée avait beau attirer des centaines de touristes, Helwige trouvait qu'on la vantait bien plus que nécessaire. Il y avait tant de personnes pour s'exclamer devant la finesse architecturale ou esthétique d'un bâtiment, et si peu pour féliciter Dame Nature des beautés qu'elle avait créée en ce monde. Helwige aimait des choses simples. Le bruit des vagues se brisant en contre-bas, les chants des goélises, le vent et les fragrances de la mer pouvaient suffire à la combler. A un tel point qu'elle aurait été capable d'oublier que son objectif premier était d'atteindre Rocella. Fort heureusement pour Aku, qui n'aurait sans doute pas apprécié de faire tout ces kilomètres pour la simple vu de l'horizon, une voix tira la jeune Dresseuse de ses pensées.

- Excusez-moi jeune fille, mais est-ce que vous savez s’il existe un chemin qui descend le long des falaises pour atteindre Rocella ?

C'était une voix lente, calme, grave et décorée d'un drôle d'accent, qui fit sourire Helwige. Elle avait déjà entendu un tel accent à Elysea, mais elle ignorait de qu'elle région il pouvait être originaire. L'amusement et sa vague réflexion passés, Helwige se décida à faire face à son interlocuteur. Elle eut le plus grand mal à dissimuler sa surprise devant l'apparence, qu'elle trouva étrange, du nouvel arrivant. Sans doute déjà bien plus grand que la moyenne, il en apparaissait d'autant plus géant à la jeune fille qui elle, était plutôt petite. De très long cheveux flottaient derrière lui, au gré du vent. Helwige n'avait que rarement vu une chevelure aussi longue, surtout chez un homme. Cette rivière fut ce qui retint le plus l'attention de la jeune fille et, aussi incongru que cela puisse être, sa première pensée fut de vouloir essayer d'y faire toute sortes de coiffures amusantes. Il portait des vêtements simples et plutôt sombres qui, par leur banalité, contrastaient avec le reste de son apparence, pour le moins surprenante. L'odeur de cigarette qui flottait autour de lui vint irriter l'odorat d'Helwige, et plus encore celui d'Aku. Il n'était pas dans les habitudes d'Helwige de cacher ce qu'elle pensait, mais quelque chose lui disait que, durant son voyage, elle devrait éviter de se montrer trop directe envers des inconnus. Aku, elle, n'eut pas ce tact. Aussitôt qu'elle aperçut l'homme, elle prit peur et, d'un saut périlleux, prit son apparence avant de se cacher derrière sa dresseuse. Les zoruas avaient ce réflexe de dissimuler leur identité s'ils se sentaient menaçés. Mais pour le coup, le résultat n'était pas très convaincant. Devenue bien plus grande qu'Helwige, Aku ne parvenait pas à disparaitre derrière elle. Helwige rassura son pokémon d'un regard amusé. Le zorua reprit sa forme vulpine mais resta derrière sa dresseuse, sans doute pour cacher son embarras plus que par timidité. Helwige s'excusa platement auprès du grand homme, sans parvenir à éteindre la lueur malicieuse qui brillait dans son regard. Quand elle pu enfin parler sans s'éparpiller en éclats de rire, elle répondit d'une voix fluette :

- Non, désolée. A vrai dire, je viens juste d'arriver et je n'ai même pas encore réfléchi à comment descendre...

Elle posa un index fin sur sa bouche en une mimique songeuse, laissant voir ses longs ongles qui d'habitude passaient inaperçus. Elle réfléchissait à un moyen de rejoindre la cité en évitant de marcher encore trop longtemps, ce qui ne plairait sans doute pas à Aku. Mais elle abandonna rapidement sa vaine réflexion, intriguée par le grand homme aux cheveux amusants. Insouciante du fait que ses questions pouvaient se révéler très indiscrètes, elle reprit avec entrain :

- Vous aussi vous devez vous rendre à Rocella ? Qu'avez-vous de beau à y faire ?

Elle conclu par un petit sourire amicale. Après tout, s'ils étaient amenés à faire le voyage ensemble, autant que cela ce fasse dans la bonne humeur.
© ASHLING POUR AURORA MILLENARIUS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orchedin.forumactif.org/
Contenu sponsorisé
 

Revenir en haut Aller en bas
 
Départ [Privé Evariste]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vraie Raison du Départ de Batista
» Départ non réfléchi et vite regrété.
» Patrimoine de Coupvray: Part de Brie
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater
» Les membres du CEP frappés d’interdiction de départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aurora Millenarius :: Kalos :: Réseau Routier de Kalos :: Route 110-
Sauter vers: