AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Automne
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
31/10/18
Découvrez la Gazette n°9 !
31/10/18
Découvrez l'animation Spooky Scary Skelenox !
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Derniers messages

 

 Boy, that escalated quickly. (Partie I) | Chani

Aller à la page : 1, 2  Suivant
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Ven 10 Nov - 19:21
citer
éditer
x
  Ven 10 Nov - 19:21

Il commençait à faire frisquet. Cybèle ne se passait plus de sa grande écharpe gris anthracite ; elle lui apportait comme un nuage de douceur et de chaleur. La jeune femme en avait bien besoin, sa gorge la faisant souffrir ; elle s'habillait toujours très léger, pas trop frileuse et coquette. Tous les jours la même rengaine ; collants noirs, petites chaussures à lacets et ce long trench-coat gris élégant qu'elle avait payé une fortune-- pour ainsi dire, un bon mois de surgelés infâmes et de pâtes sans beurre avaient suivi cet achat déraisonnable. Mais au moins, Cybèle avait du style.

Elle n'aimait pas passer ses journées enfermée dans son studio ; la minuscule chambre lui donnait la nausée, un peu claustro sur les bords, et elle se sentait plus sans son élément dehors, dans la jungle de gratte-ciels ; à observer ce qui se trame dans la ville, les voyous, les sans-abris, les nouvelles têtes. Ceux qui vivent et ceux qui survivent.

Il commençait à faire frisquet. Cybèle avait arrêté sa lecture, entamée sur un banc dans un parc quelconque quelques heures plus tôt, et marchait depuis déjà quelques minutes afin de regagner son refuge ; elle n'avait jamais eu de véritables embrouilles hors des mauvais quartiers depuis son arrivée à la ville lumière, et ne vagabondait de toute façon pas très souvent le soir. Courageuse, ça, elle l'était, mais pas idiote ; et elle savait que hors des circuits empruntés par les ivrognes et autres fêtards à la lueur des étoiles, un coup de dague dans le dos était vite arrivé, et ça, même elle, Faucon, n'y survit pas.

Mais alors que Cybèle empruntait diverses ruelles pour être chez elle le plus rapidement possible, elle aperçut du coin de l’œil une silhouette louche et clopinante. Il ne lui semblait pas avoir vu ce personnage un jour dans son voisinage et elle ne s'en inquiéta que quelques fractions de seconde avant de retourner vagabonder dans ses pensées. Néanmoins, ses sens étaient en alerte, malgré ses mains toujours enfoncées au fond de ses poches.
Au tournant d'une autre rue quelques mètres plus loin, elle aperçut sur le reflet d'une fenêtre une figure familière. L'étrange personnage semblait la suivre : que l'on y soit habitué ou pas, cette poursuite commença à stresser (mais surtout à agacer) Cybèle, qui détestait les types dans ce genre. S'il pouvait lui arriver quelque chose de terrible, c'est bien qu'un gars pareil connaisse son adresse, aussi la jeune femme décida-t-elle de faire un détour afin de s'assurer qu'elle se faisait bien stalker par ce malade probablement un peu ivre.

Tandis que l'heure avançait et que le ciel s'assombrissait peu à peu, Cybèle s'aventura une nouvelle fois dans une ruelle entre deux bâtiments résidentiels-- et alors, un bruit retentit derrière l'éboueuse, avant qu'une douleur poignante ne la saisisse aux hanches ; le stalkeur avait apparemment apprécié son trench-coat également et l'avait frappée afin de la rendre plus vulnérable à son assaut. Il se saisit ensuite de sa victime et entreprit de la faire taire-- s'il savait, il ne se serait pas donné la peine d'occuper l'une de ses mains pour rien.

En effet, il n'avait pas assailli la bonne personne, et pour cause ; Cybèle répondit immédiatement au coup en serrant son poing droit avant de décocher une sacrée mandale à son agresseur. Voilà qu'elle lui assénait maintenant un coup de genou cinglant, avant de se baisser et d'effectuer ce qui ressemblait à un uppercut (mêlé à probablement d'autres techniques de combat diverses et variées) au pauvre bougre qui ne s'y attendait pas. La rage se lisait dans le regard de la jeune femme, et de la pure haine déformait son élégant faciès, mêlé à un dégoût et un mépris évidents.

Pauvre con, sont les mots qui traversaient son esprit à ce moment précis, tandis que son unique œil fixait avec dédain le visage rougi par l'alcool du truand.

L'homme à terre (probablement à moitié par effet de surprise), Cybèle n'arrêta pas son assaut là, et s'acharna sur le scélérat pour lui passer l'envie de recommencer, et à ses copains aussi, s'ils étaient là, quelque part ; profitant de ses mains gantées et de l'absence de personnes dans la ruelle, la demoiselle s'en donnait à cœur joie. Un coup de pied, puis un autre, et encore un, dans le silence-- l'homme au sol, recroquevillé. Une révolte silencieuse submergea l'agressée, et les rôles s'en voyaient inversés ; de victime, Cybèle passait à bourreau, et son châtiment finalement mené à bien, elle partit sans un regard ni un regret pour son assaillant, knocked out.

* * *

Finalement rentrée chez elle, vautrée sur son lit, Cybèle se délectait de bâtonnets de viande huileux et de coquillettes fades à la sauce tomate. Le silence régnait dans son studio, et elle s'en alla ensuite prendre sa douche... Pour en ressortir aussitôt. Plus de savon. Et il était hors de question pour la dame citadine de se passer d'un bon nettoyage en règle après avoir sué toute la matinée au milieu des ordures et tabassé ce déchet en après-midi. En jurant intérieurement, c'est passablement agacée que la révolutionnaire quitta à nouveau son studio après avoir enfilé rageusement son beau trench-coat qui faisait tant d'envieux et sa douillette écharpe anthracite en nuage, pour le plus grand bonheur de Hrund qui eût le droit d'avoir le chaud plaid pour lui tout seul.

Mais alors qu'elle arpentait la rue qui menait à son épicerie habituelle de sa démarche énervée, non loin du lieu de son agression, Cybèle n'avait aucune idée de ce qui l'attendait ; et si elle avait soupçonné ne serait-ce qu'un instant la soirée qui se tramait, peut-être se serait-elle passée de savon ce soir-là.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Lun 13 Nov - 17:48
citer
éditer
x
  Lun 13 Nov - 17:48

Les mots de mon mentor résonnait dans ma tête. Si quelqu'un appel, tu décroches et tu passes l'affaire poliment à une autre personne, je pars en intervention tout seul, j'espère que ça ne te dérange pas trop, j'estime que tu es trop jeune pour celle-ci. Trop jeune, trop jeune. Je suis une grande fan de films d'horreur, ça n'allait pas être un mort ou deux qui m'aurait fait peur. J'avoue que sur ce coup là, il m'avait vexée. Moi, la grande Chani Harkonnen, j'étais obligée de rester dans un petit bureau de la police et de répondre au téléphone pendant que mon mentor lui, se permettait de résoudre un crime.
C'est avec frustration que je me suis assise à la place de Monsieur Cederblad. Son fauteuil en cuir était beaucoup plus moelleux que ma chaise en fer. Etant toute seule dans la pièce pour un bon moment, j'ai fait ce qui me plaisait. J'ai cherché un cigare dans les affaires de mon mentor et -sans l'allumer, bien sûr-, je l'ai porté à ma bouche. Papy me tuerait si je commençais à fumer. J'ai ensuite posé mes pieds sur le bureau,écrasant au passage quelques feuilles qui traînait dessus. Puis, tout en prenant une pose badass, je me suis imaginé dans une dizaine d'année.

- Oui, inspectrice Harkonnen à l'appareil... Comment ça, un meurtre en plein dans le quartier des affaires ? Oui, j'arrive tout de suite !

Haha. Il me tardait. Nils me lança un regard désespéré. La boule de poil avait l'habitude de me voir fantasmer comme ça, mais ça le laissait toujours perplexe. Après tout, un cochon ça ne devait rien comprendre aux enquêtes et à toutes ces choses là. Nils il comprenait quelques attaques et quelques ordres, pour le moment c'était déjà pas mal. J'allais devoir commencer à l'entraîner pour qu'il me soit utile pendant mes enquêtes. J'adore mon Nils, mais depuis que je l'ai, je ne m'en suis jamais vraiment occupé. Il ne sait pas vraiment se battre, il a un bon flair mais je ne lui ai jamais appris à s'en servir à bon escient. J'allais avoir du travail mais depuis quelques jours je m'étais fixée cet objectif.

On frappe à la porte du bureau. Instantanément, je jetais le cigare par terre et j'enlevais mes pieds du bureau.

- Oui ?

Mon coeur palpitait. Sur ce coup là, j'avais eu très chaud. C'était seulement la secrétaire qui amenait des papiers. Des dossiers avec des numéros, je n'avais pas le droit de les ouvrir bien sûr. Chani n'avait le droit de rien faire parce que Chani était trop jeune. Elle referma la porte derrière elle. Des fois je trouvais la vie vraiment dure avec moi.

Driing.

Je décrochais instantanément à la première sonnerie.

- Allo ? Oui, la grande Chani Harkonnen vous écoute ! ... Non monsieur Cederblad est en intervention... non, non, je ne suis pas sa secrétaire, je suis son assistante ! ... Oui, dites moi tout.

Une femme avait trouvé le corps d'un homme dans une ruelle, il ne semblait pas en bon état et elle avait appelé la police ainsi que les secours sur le champ. Encore une enquête qui me passait sous le nez. Néanmoins, je demandais à la femme où tout ceci venait de se passer. Je regardais alors l'heure. Normalement je devais partir du bureau qu'à 18h. Il était 17h46. Si j'attendais un quart d'heure, le corps allait être emmené et jamais je n'allais pouvoir m'entraîner et enquêter.

- Très bien madame, je vous passe l'un de mes collègues, ils vont se charger de l'enquête.

J'ai rapidement rassemblé mes affaires, j'ai fait signe à Nils qu'on partait et je me suis rendue sur les lieux rapidement. La police et les secours n'étaient pas encore arrivé. La dame attendait devant la ruelle, entouré d'un gilet en laine pour éviter d'avoir froid, elle semblait préoccupée. Evidemment qu'elle l'était, elle venait de trouver un homme inconscient dans la ruelle à côté de chez elle. Je l'ai contourné avec Nils pour m'approcher de l'homme. Il respirait, il avait plusieurs hématomes sur le visage, et du sang coulait d'une plaie au niveau de son ventre. C'était beaucoup moins facile à regarder qu'à la télé. C'était du vrai sang qui coulait d'une vraie personne. Je me suis enfoncé un peu plus dans la ruelle pour reprendre mon souffle. Bizarre que ça me fasse cet effet. Il n'était même pas mort, juste salement amoché. Je me suis adossé sur un mur, derrière une poubelle. Mon coeur palpitait de nouveau. Nils ne faisait pas le fier non plus, mais il s'est rapproché de moi pour me réconforter.

Merci boule de poil. Il se mit a renifler activement, puis a gratter la poubelle. Je me penchais légèrement pour voir ce qu'il y avait dessous. Un portefeuille avait glissé dessous. Je l'ai ramassé avant de me faire approcher par quelqu'un.
Un ambulancier me demandait de partir avant de salir la scène. Il m'escorta de l'autre côté de la ruelle ou déjà quelques personnes venaient de se rassembler. En attendant, deux hommes déposèrent le corps sur un brancard et commencèrent à le transporter vers l'ambulance.

Je me suis écarté légèrement de la foule pour pouvoir fouiller dans le portefeuille. Ce n'était pas celui de la victime, j'avais pu l'observer de près et ça tête ne collait pas. Alors c'était sans doute le portefeuille du criminel ! Je l'ai rangé pour le moment. Si je voulais mener l'enquête, j'allais devoir interroger les personnes autour de moi avant.
Je me suis approchée d'une jeune fille qui venait de se mêler à la foule. Elle était plus grande que moi, les cheveux blancs et un cache oeil. Hardcore. J'ai directement sorti une belle phrase d'accroche.

- Excusez moi de vous déranger, vous savez ce qui vient de se passer ici ?

PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Lun 13 Nov - 22:39
citer
éditer
x
  Lun 13 Nov - 22:39

Cybèle ne pensait à rien de spécial tandis qu'elle marchait en direction de l'épicerie. De sa démarche tranquille, comme à son habitude, elle se tenait la tête haute, surplombant le monde et jetant un œil  à tout ce qui pouvait bien se passer autour d'elle. Finalement, marcher le soir dans son quartier ne la dérangeait pas tant que ça. Avec une certaine satisfaction, la jeune femme inspira l'air de la nuit naissante à grandes bouffées, profita du silence, et regarda loin à l'horizon, pour apercevoir... Une masse de monde ?! Retentit alors au loin la sirène d'une ambulance et de la trop connue voiture de police. Mais qu'est-ce que... ?! Alertée, l'éboueuse pressa un peu le pas pour apercevoir quelque chose avant que tout ne soit obstrué par la flicaille, et--

Oh.

Un faciès bien familier, quoique couvert d'hématomes disgracieux (pour le plus grand bonheur de notre albinos) et en mauvais état. Surprise, avant que le corps ne disparaisse de sa vue, la jeune femme crut apercevoir du sang. Du sang ?! Par Arceus. Bordel de merde. Elle lança un regard angoissé à ses bottines, heureusement immaculées. Mais quand même, qu'est-ce que, enfin, il était vivant ? Ou pas ? S'il était vivant et qu'il se réveillait, il se souviendrait forcément d'elle. La criminelle maudit son albinisme et son œil crevé. Mais attend, ok, elle l'avait rossé mais pas à ce point quand même ?! Pas qu'elle en ait quelque chose à foutre, il pouvait bien crever dans un caniveau pour ce que ça changerait à sa vie, mais  l'Albionaise était surtout inquiète pour elle. Elle avait souvent atterri à la police, mais jamais pour meurtre. Ou pour blessures graves. Enfin pour ce dernier cas, elle avait toujours plaidé la légitime défense. Hum.
La fière donzelle pouvait dire adieu à tous ses grands rêves de gloire si jamais elle se retrouvait derrière les barreaux. Oh, non, quelle horreur. Pourvu qu'il meure sans rien dire et qu'on ne retrouve jamais son ADN sur son cadavre.  

La jeune femme s'apprêta à faire demi-tour, pour éviter tout ennui et réfléchir chez elle au calme à ce qu'elle pourrait dire pour sa défense. Ce n'était pas le premier corps qu'elle voyait. Ce ne serait pas le dernier non plus. Honnêtement, avec son œil crevé, ce n'étaient pas des hématomes qui allaient lui retourner l'estomac, ni même un peu de sang. Par contre, la boule qui lui montait à la gorge et sa panique naissante qui se muait en colère inexplicable concernait surtout les conséquences de cet incident sur son futur-- et cette impression de ne pas avoir de prise ce qui se déroulait maintenant. Elle, enfin, sa tête, son esprit, ses souvenirs-- tout ce petit monde était persuadé qu'ils n'avaient pas tué un homme ni même laissé qui que ce soit en état d'agonie. Ou bien il était super fragile. Genre syndrome des os de verre. Ou je sais pas quoi. Et pourtant il était là ?! Embarqué par une ambulance, en sang, couvert de coups. Pas moyen qu'il soit resté plus d'une heure au sol comme ça ?!

Il fallait qu'elle dégage. Tout de suite.
« Excusez moi de vous déranger, vous savez ce qui vient de se passer ici ? »

QUOI ENCORE ?! C'est pas le moment !
On a encore besoin d'elle pour visiter le quartier ? Ou bien est-ce encore un enfoiré qui vient l'enrager pour passer le temps ?! Cybèle se retourna d'un geste, manifestement agacée, pour se retrouver nez à nez avec une gamine. En tout cas, elle en avait l'air. Avec sa petite bouille angélique et ses yeux scintillants. Brrrr.

Le souffle court, Cybèle s'efforça de se calmer et fit attention à ne montrer aucun signe extérieur de tout ce qui pouvait bien lui passer par la tête. Outre le fait qu'elle avait envie, à ce moment-là, d'enfoncer la tête de cette adolescente six pieds sous terre pour son mauvais timing, elle se disait surtout qu'il valait mieux agir comme un citoyen normal, voire admettre qu'elle avait aperçu un type louche dans le coin peu avant. Ne pas lui mettre un vent. Ne pas lui mettre un vent. Calme. Zen. On va jouer la carte de la semi-honnêteté ; c'est à dire, dire la vérité, en cachant volontairement certains faits. De toute façon, la petite n'avait aucune raison de se méfier d'elle.

Sans pour autant sourire (faut pas pousser mémé dans les orties), la jeune femme sortit sans se presser un carnet de la poche de son joli trench-coat pour y écrire quelques mots avec un critérium bleu. Cette gamine n'avait beau être qu'une passante venue se renseigner sur l'incident, elle pouvait tout aussi bien devenir témoin un jour. J'en sais rien, je les ai juste vus emporter un homme qui avait l'air mal en point. Je me souviens qu'il y a à peu près une heure, j'avais vu une personne louche traîner par là en rentrant chez moi. Ça n'a peut-être aucun rapport cela dit.

La muette montra son message à la jeune demoiselle, et lui laissa le temps de le lire avant de refermer son calepin pour le glisser dans sa poche. Elle espérait que ça lui suffirait. Faisant mine de s'intéresser à ce qui se passait du côté de la scène de crime quelques instants, la jeune femme fit ensuite un signe qu'elle voulait amical à l'adolescente et repartit chez elle le cœur battant.
Heureusement qu'elle n'était pas tombée sur un détective de la Ligue Impériale ! Avec un soupir de soulagement, Cybèle se dit qu'elle n'était vraiment pas passée loin de la catastrophe.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Mar 14 Nov - 19:32
citer
éditer
x
  Mar 14 Nov - 19:32

Heureusement qu'il y avait des gens honnêtes et bienveillant dans cette ville ! La dame...Demoiselle... femme que je venais d'aborder se mis à gribouiller sur un carnet et, en quelques secondes à peine, je posais mes yeux sur une écriture un peu brouillonne, mais tout de même élégante. Pourquoi elle ne voulait pas me parler ? En plus d'être bizarre avec ses cheveux blanc et son cache-oeil, elle devait faire sa timide en plus. Un éclair de génie traversa mon esprit. Mais non, elle devait être muette, ou sourde, ou les deux. J'étais vraiment une bonne inspectrice. Je posais mon regard vers le carnet pour lire rapidement ce qu'elle venait d'écrire.

Elle ne savait pas grand chose, elle avait vu comme tout le monde autour de moi, le jeune homme qui était mal en point. Mais elle était utile tout de même ! Elle ajouta qu'elle avait vu un homme louche, il y a une heure de cela. Cela pouvait m'aider, comme m'induire totalement en erreur. Je me mis à réfléchir activement, oubliant totalement de la remercier pour son aide. C'était fort possible qu'il se soit fait poignarder par un homme louche. C'était rare de voir des hommes ivres à cette heure-ci, alors ça pouvait être une vengeance personnelle ! Ou alors, on avait devant nous un complot, mais ça allait être impossible à découvrir sans avoir l'identité de l'homme gravement blessé.

Je repris mes esprits quand l'ambulance activa les sirènes à côté de moi. Elle amenait la victime à l'hôpital, je pouvais toujours le retrouver pour lui poser des questions plus tard. Pour le moment j'allais me concentrer encore un peu sur les témoins. Peut-être qu'une autre personne avait vu quelque chose ! Je me suis approché d'une femme, la trentaine sûrement. Je me suis mise à côté d'elle.

- Excusez-moi madame, est-ce que vous savez ce qui s'est passé ici ?

Aucune réaction de sa part. J'ai toussoté à côté d'elle, mais rien ne fonctionnait. Elle m'ignorait. Ah bah bravo. Elle se tourna vers moi et sursauta. C'était plutôt moi qui devait avoir peur, j'étais tombé dans un quartier de fous ! Elle semblait être désolée, du moins c'est ce que je pouvais en déduire en regardant son visage. Elle bougea ses mains dans tous les sens. Est-ce que c'était ça la langue des signes ? Merde, je comprenais rien. J'ai voulu m'excuser et aller interroger quelqu'un d'autre mais ils commençaient déjà à partir.

Merde. Il ne me restait plus qu'une seule solution. J'ai repensé à la fille de toute à l'heure puis j'ai pensé, sans méchanceté-, qu'entre handicapées elles allaient pouvoir se comprendre. J'ai cherché la fille aux cheveux blancs du regard. Elle se barrait elle aussi. Merde. J'ai fait signe à la deuxième de me suivre et j'ai trottiné vers la première fille. Je l'ai dépassé et je lui ai barré la route. Je voulais lui demander de l'aide, alors j'ai haussé un peu le ton et j'ai bien articulé ces quelques mots.

- Désolée de te déranger encore, j'aurais besoin de ton aide pour poser quelques questions à cette femme !

Sans même savoir si elle était d'accord, j'ai commencé à faire mon discours qu'elle devait traduire.

- Alors voilà ce que tu vas dire. Je m'appelle Chani Harkonnen. J'aimerai savoir si elle a vu quelque chose, si elle habite dans le quartier et si elle connaît la victime.

PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Jeu 16 Nov - 22:52
citer
éditer
x
  Jeu 16 Nov - 22:52

Cybèle ne put retenir, malgré la situation, un large sourire qui lui montait jusqu'aux oreilles. Qu'est-ce qu'elle avait l'air bête cette fille, à se donner autant de mal pour articuler ses mots. D'autant plus qu'elle lui avait parlé totalement normalement il y a trente secondes. Il faut vraiment pas être futé.

Néanmoins, l'albinos maudissait cet amas de coïncidences étranges qui lui tombaient dessus ce jour-là. Déjà, elle se faisait stalker-- puis il lui manquait du savon, et ensuite le type qu'elle avait frappé une heure avant était mystérieusement assez mal en point pour avoir attiré flics et pompiers au moment même où elle décidait de faire des emplettes, et après ça une gamine venait lui demander des informations, et, cerise sur le gâteau, la nana en question tombait ensuite sur la seule sourde-muette du voisinage pour se dire évidemment : « Tiens si j'allais faire chier la muette que je viens déjà d'importuner » ?  
Franchement, Cybèle commençait à croire en l'existence d'un truc mystique genre destin ou karma. Et quel que soit ce machin, ça se retournait contre elle, en plus de visiblement ne pas vouloir la laisser s'échapper.

Tandis qu'elle observait la pauvre femme qui accompagnait la jeune fille-- visiblement dubitative vis à vis de la situation vu ses yeux de merlan frit, la borgne se dit que ça lui prendrait plus de temps d'essayer d'expliquer à sa dynamique interlocutrice qu'elle n'avait pas envie de l'aider et qu'elle pouvait bien se démerder toute seule que d'accepter de faire l'intermédiaire quelques minutes entre elle et son témoin. Elle entreprit donc de transmettre le message de la petite brune en agitant les mains rapidement et avec précision.

Hochant la tête avec un air grave (elle avait enfin compris ce qu'on lui voulait), la sourde répondit alors en langage des signes à Cybèle. Traduit en mots, ça donnait à peu près ça ;

J'habite dans cette rue et je viens de rentrer du travail, je suis très étonnée de ce qui se passe aussi. Je n'ai vu que les vêtements de la victime mais je pense qu'il s'agit d'un homme qui traîne souvent dans les environs parce que sa silhouette m'est familière. Peut-être un ivrogne ou un sans-abris.

Lorsqu'elle s'aperçut que son interlocutrice avait fini de s'exprimer et qu'elle devait donner son rapport à la gamine, l'éboueuse commença donc à réfléchir à un truc à raconter qui soit crédible. Elle avait toujours eu de bons résultats en récits d'invention. En effet, au beau milieu de cette intervention, Cybèle avait arrêté de payer attention à la femme en face d'elle, son regard s'étant fixé derrière l'épaule de la sourde. En effet, il y avait là-bas une jolie fille que l'albinos s'était empressée d'admirer avant qu'elle ne disparaisse définitivement de sa vue (et puis, c'était plus intéressant que ce que racontait l'autre merlan frit).  Du coup, voici ce que la borgne montra très sérieusement à l'adolescente ;

Elle habite dans la rue. Elle est pas très étonnée de ce qui arrive à ce type parce qu'elle l'a souvent vu complètement ivre ici en train de faire des trucs comme manger des insectes ou bien courir après des Poichigeon, et qu'en plus il aborde les gens sans raison (surtout les filles). Du coup elle en déduit qu'il est complètement stupide/attardé/qu'il mérite ce qui lui arrive. Elle veut aussi savoir si tu es célibataire.

En face, tandis que Cybèle tenait la page loin de la vue de la sourde, cette dernière hochait la tête avec enthousiasme, son regard braqué sur la petite brune en attente d'un remerciement. Pendant ce temps-là, l'albinos se demandait ce que cherchait cette morveuse à poser des questions aussi précises ; ce n'était pas madame-tout-le-monde qui se renseigne gentiment sur l'incident. Peut-être jouait-elle à la détective ? Quelle candeur. Les ados de cette génération sont vraiment dans leur monde. Et bêtes. En tout cas, elle était contente d'avoir pu rediriger sa haine de la victime quelque part.

Néanmoins, étant donné la gravité de la situation dans laquelle la demoiselle s'était fourrée (si ce type finissait par clamser à l'hôpital, alors même l'influence d'Idéalis ne pourrait pas sortir la jeune femme du pétrin), Cybèle commençait à se demander si elle ne devrait pas accompagner l'enquêtrice en herbe dans ses recherches, et profiter de sa voix pour essayer d'en apprendre plus sur ce qui s'était passé. Tout ce que la borgne pouvait faire afin de se protéger, c'était bien d'acquérir un maximum d'informations. Elle était persuadée d'avoir été manipulée d'une façon ou d'une autre-- la demoiselle avait beau retourner ses souvenirs des dernières heures dans tous les sens possibles, impossible de se rappeler d'une quelconque trace de sang ou même d'un coup porté au ventre du stalkeur qui soit assez fort pour le blesser ainsi. Tout était confus dans son esprit et l'Albionaise commençait à se demander si elle ne se créait pas de faux souvenirs ; enfouie en elle, la panique côtoyait sa fierté qui lui disait de ne pas se laisser affecter par toute cette histoire. De laisser ce type infect à son sort, quel qu'il soit. Mais tout de même, cette affaire...

C'était louche.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Ven 17 Nov - 12:30
citer
éditer
x
  Ven 17 Nov - 12:30

Franchement, cette fille était vraiment une personne gentille et charitable. Elle m'aidait à communiquer avec la deuxième témoin sourde, et ça, c'était vraiment bien pour l'avancée de mon enquête. Je les regardais agiter les mains dans tous les sens, sans trop savoir à quoi tout ça correspondait. Tout ce que je pouvais faire, c'était me concentrer sur leur visage pour essayer de déceler une émotion. Elle semblait choquée... ou bien étonnée plutôt. Peut-être qu'elle connaissait la victime vaguement ? C'était impossible qu'elle le connaisse plus intimement, elle aurait l'air beaucoup plus bouleversée sinon. Hmm... Si elle l'avait déjà vu quelque part, peut-être qu'on allait pouvoir se rendre à son domicile, ou bien interroger ses proches. La sourde muette avait fini d'agiter ses bras dans tous les sens. C'est l'autre invalide qui pris le relais, écrivant à vive allure ce qu'elle avait compris.

Je trépignais d'impatience. J'avais envie de savoir toute la vérité sur cette histoire. Je voulais la résoudre avant un autre inspecteur, je voulais qu'on me remercie, qu'on m'applaudisse, qu'on scande mon nom encore et encore et... bref, l'enquête.
Je déposais les yeux sur son carnet. Toujours la même écriture, je me mis à lire rapidement son résumé.
Témoin n°2 habitait dans la rue, elle devait donc bien connaître le quartier. Peut-être que j'allais pouvoir lui poser plus de questions après tout. La suite me paraissait un peu plus surréaliste. L'homme avait une réputation d'ivrogne et de coureur de jupons et, d'après ce qu'elle disait, il était également fou. Il mangeait souvent des insectes... Quoi ?
J'étais partagée entre l'incompréhension, le dégoût et le mal-être. J'ai toujours mangé à ma faim et en entendant-ou plutôt lisant ça, je me rendais compte que les pauvres gens d'Elyséa devaient vraiment souffrir.
Alors je comprenais pourquoi il courait après des Poichigeon, le pauvre homme n'avait sûrement que ça pour se nourrir. Je déposais le regard sur Nils, si un jour je mourrais de faim, je n'allais jamais pouvoir me résoudre à manger un quelconque Pokémon.

Je continuais ma lecture qui était de plus en plus bizarre. Témoin n°2 paraissait être une fille gentille et bienveillante, voilà qu'elle devenait méchante. Personne ne méritait de se retrouver seul et à la rue ! Encore moins de finir ivrogne ou fou. Il avait du passer des hivers bien rudes, et des étés à mourir de faim. J'avais beaucoup de peine pour lui.
Je relus la dernière phrase deux fois. Elle veut aussi savoir si tu es célibataire. ... Quoi ? J'écarquillais les yeux. Je commençais à me demander qui était le plus fous dans ce quartier. Je secouais mes mains dans tous les sens. Non, non, non. Enfin, oui, je l'étais, mais non je n'étais pas du tout intéressée par ses avances. N'importe quoi ! Moi qui voulait lui poser plus de questions j'allais la laisser partir finalement.

Je lui fis comprendre que j'avais fini de l'interroger et elle reprit sa route vers chez elle. J'attendis qu'elle soit à bonne distance, puis je me retournais vers la femme aux cheveux blancs. Haussant toujours la voix et articulant bien.

- Encore merci pour ton aide, il y a vraiment des personnes bizarres dans ce quartier !

Je réfléchis quelques instants. Son témoignage n'avait pas beaucoup aidé. On pouvait supposer que c'était un ivrogne, voilà tout. Mais je ne pouvais pas déduire pourquoi on avait essayé de l'assassiner. Sans tous les hématomes qu'il avait sur le visage, on aurait pu déduire à un simple accident. L'ivrogne aurait trébuché sur un objet tranchant, il se serait ouvert le bide et fin. Mais là, on pouvait en déduire qu'il y avait eu une bagarre. Peut-être une simple querelle d'ivrogne, certes, mais celui qui avait fait ça devait payer tout de même.  
Je déposais le regard vers la fille aux cheveux blancs. Je ne voulais pas mêler une civile à une histoire qui pouvait mal tourner, j'allais devoir lui faire comprendre que notre collaboration allait s'arrêter ici, tout en étant sympathique avec elle. Après tout, elle avait été d'une aide très précieuse, je ne voulais pas qu'elle se sente rejeté. Déjà qu'elle avait du l'être pendant son enfance à cause de son handicape, je ne voulais pas en rajouter une couche. Je lui ai donc fait comprendre que je devais continuer mon enquête toute seule.

- Enfin voilà, voilà. Merci pour ton aide du coup. Je pense que je vais aller voir dans les environs si je ne peux pas trouver un campement de SDF, genre sous un pont ou dans une usine désaffecté. J'aimerai leur poser quelques questions sur la victime. Mais je ne veux pas t'embêter plus que ça, merci beaucoup de m'avoir aidé... Madame.

Parce que je ne connaissais toujours pas son nom, ça allait être madame. Je me demandais si elle allait comprendre toute ma phrase, j'étais allée un peu plus vite qu'avant. J'étais un peu pressée par le temps. Je ne voulais pas aller dans un endroit glauque en pleine nuit, seule, sans personne pour m'aider. Bon, j'avais bien Nils, mais je ne l'avais jamais entraîné pour me défendre. Tout d'un coup, je regrettais un peu de lui avoir dit de partir.

PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Ven 17 Nov - 22:36
citer
éditer
x
  Ven 17 Nov - 22:36

Oh, par Arceus. Cybèle s'était enfoui le visage dans son écharpe anthracite pour cacher son sourire. Encore un peu et elle en aurait la larme à l'oeil-- il fallait voir la tête de l'adolescente lorsqu'elle avait lu les fausses avances de la sourde-muette. En plus, on dirait qu'elle avait tout gobé sans se poser de questions. Cybèle ne pouvait même pas réussir à deviner ce qui lui passait par la tête en cet instant, mais son imagination fertile lui fit penser aux plus délicieux scénarios, ce qui l'amusait profondément.
La situation aurait dû être assez grave pour alarmer la muette, et elle aurait dû s'éclipser et ne pas se mêler de cette histoire, mais franchement, là, là, c'était une perle. Une putain de perle. Impossible, impossible, enfin-- impossible de se concentrer sur le problème du blessé avec une boule de naïveté et de paillettes pareille juste à côté.

Cybèle pleurait presque de son unique œil à force de lutter pour garder son sérieux lorsque la gamine commença à s'adresser à elle avec cette articulation et ce ton exagérés. En plus, ah, aha, SOUS UN PONT ! Elle allait trouver des SDF SOUS UN PONT !! Oh, c'était trop. Elle allait se faire défoncer. Cybèle l'imaginait déjà se ramener sous un pont avec sa petite bouille d'ange et tout en espérant y trouver un petit village organisé de sans-abris. Ils l'inviteraient sûrement à manger des insectes avec eux. Ah... Occupée à canaliser son fou rire, Cybèle ne nota même pas qu'on s'était adressé à elle en utilisant le terme « Madame ». Heureusement.

Par contre, ce qu'elle avait compris, c'est qu'elle pouvait rentrer chez elle. Alors c'est ce qu'elle fit. D'un pas tranquille ; de retour vers son havre de paix.
Mais alors que sa gaieté la quittait peu à peu, la solitude et l'obscurité ramenèrent à son esprit l'angoisse de se faire rattraper par la police. Jetée en prison comme un chien-- personne pour la libérer. On est pas à Grimecoal. Les flics sont pas aussi pourris à Élyséa. Sécurité de la capitale oblige. Cybèle était une dure, pour sûr, mais elle était prête à tout pour conserver sa liberté et apprendre la vérité sur le sort de ce type, et une chose était sûre : elle n'y arriverait pas en rentrant chez elle.
C'est vrai qu'avant d'avoir observé la candeur de l'adolescente en action, l'albinos avait envisagé de suivre cette fille qui paraissait si enthousiaste à l'idée de faire de la lumière sur cette affaire. En fait, l'idée la réjouissait, quelque part. Mieux valait rigoler un peu du comportement aberrant de cette nana , plutôt que de se morfondre seule dans son lit. S'inquiéter. Difficile de disparaître avec un cache-œil et de l'albinisme. Et puis, elle finirait bien par apprendre une chose ou deux.

C'est donc au pas de course que Cybèle rattrapa la petite brune, avant de sortir son carnet et d'y écrire quelques mots à la hâte. Elle inventa une excuse pourrie que de toute façon l'adolescente allait sûrement gober pour avoir l'autorisation de l'accompagner. (Au pire si c'était non elle lui cassait la gueule et puis elle serait bien obligée de dire oui).

Tu ne peux pas aller sous les ponts pour aller chercher des SDF toute seule. Ils sont dangereux à cause de la vie difficile qu'ils mènent,
(Cybèle se mordait la lèvre inférieure pour rester de marbre) ce sera moins risqué si on est deux. En plus, si tu croises encore une sourde, je pourrais aider. Deal ?

* * *

Cybèle marchait tranquillement aux côtés de la détective en herbe. Elle se demandait si ses parents n'étaient pas un peu inquiets que leur fille se balade toute seule en pleine nuit comme ça. De toute façon, quelle importance. Ils devaient se dire que ça serait pas une grande perte.

L'albinos ne s'exprima pas durant le trajet qui les mena toutes les deux sous un pont, conformément aux plans de l'adolescente. Elles étaient passées par plusieurs ruelles, sous les indications de la borgne qui pointait telle ou telle direction, connaissant les alentours comme sa poche. De temps à autres, la nuit tombant, on entendait des rires diffus. Des groupes d'amis partant en soirée, dans des bars.

Le pont était plutôt grand. Sous celui-ci se trouvait effectivement des SDF, au nombre de deux, qui s'abritaient probablement au cas où il pleuvrait pendant la nuit. Ils ne regardèrent pas d'un bon œil les deux silhouettes qui se dirigeaient vers eux, tandis que Cybèle faisait signe à Chani de faire très attention à elle, sinon couic.
(C'était trop drôle).

Une fois plus proches, il était clair que les deux sans-abris n'avaient pas la même expérience de la rue. Le premier était vieux et abîmé, mal rasé, vêtu d'un épais manteau usé-- tandis que le premier était relativement jeune mais mal rasé également, les cheveux en bataille, des cernes sous les yeux. Il devait avoir été foutu dehors par ses parents, ou bien viré de chez lui. C'était manifestement récent en tout cas. Cybèle avait toujours un peu de peine en voyant ces personnes dehors, mais se disait également que si elle avait pu se sortir de la merde-- alors ils avaient qu'à se bouger le cul. Que la vie soit aussi simple que ça ou pas ne l'intéressait à vrai dire pas du tout. Ce qui ne l'empêchait pas de parfois venir en aide à ceux dans le besoin, par simple respect de leur condition (elle était passée par là aussi).

Maintenant, toujours aussi peu loquace que d'habitude, Cybèle attendait avec impatience que sa jeune amie fasse part de son enquête aux deux dangereux et terribles SDF.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Dim 19 Nov - 13:27
citer
éditer
x
  Dim 19 Nov - 13:27

Je devais prendre mon courage à deux mains. Ça ne devait pas être si terrible que ça d'aller voir des gens dans le besoin, sous un pont, alors que la nuit était déjà tombée. Je frissonnais légèrement, les inspecteurs aussi avaient la vie dure, des fois il fallait vraiment qu'on se sacrifie pour notre enquête.
Je regardais la femme aux cheveux blancs s'éloignait petit à petit. Non mais j'avais fait le bon choix en lui disant de partir. Ça pouvait vite tourner au drame et je ne voulais surtout pas mettre une civile en danger. ... Je ne voulais pas me mettre en danger non plus, mais j'y étais contrainte. La vie d'un homme avait été gravement touché, je me devais de retrouver le coupable.
Je me suis mise en route, je connaissais bien la ville et je connaissais bien les endroits que mon grand-père m'avait interdit de fréquenter. Un pont en particulier abritait souvent des sans abris et en plus de cela, il était juste à côté de l'endroit où s'était passé la tentative d'homicide. C'était un pont assez grand, il surplombait de la terre et non pas de l'eau, ce qui rendait l'air sec et non humide. Il y avait peu de courant d'air là-bas, ce qui était parfait pour faire un feu, ou faire rôtir des Rattata. Enfin, moi j'en savais rien, c'était mon grand-père qui m'avait dit tout ça ! Je m'en fichais un peu que le pont surplombait de la terre ou de la mer, tant que je pouvais trouver quelques sans abris qui pouvait m'aider. Je me mis à réfléchir quelques instants. J'allais leur demander de l'aide, mais je n'avais rien à leur offrir en retour.
Je me suis mise à réfléchir quelques instants. De quoi avait vraiment besoin des SDF ? Hmm... de la nourriture peut-être ? Ou alors un foyer bien chaud et bien douillet ? Hmm... mais non ! Ce dont les SDF avaient le plus besoin, c'était de l'attention et un peu d'amour et ça, je pouvais facilement leur en donner.

On vint m'interrompre dans mes pensées. J'ai d'abord cru qu'un sans abri venait me quémander de l'attention, j'eu alors un petit mouvement de recul. Mais c'était seulement l'handicapé de tout à l'heure. La jeune femme venait de me rattraper et elle avait de nouveau sorti son carnet. Je dois dire que j'étais plutôt soulagée de la voir elle plutôt qu'un autre type louche.
Je déposais les yeux sur une nouvelle oeuvre d'art. Elle me disait que c'était dangereux d'aller voir les SDF toute seule. Je le savais bien, mais à la voir aussi craintive, je me demandais bien ce qu'ils allaient pouvoir me faire. Peut-être qu'ils étaient cannibales ou pire encore. Je déglutis difficilement tout en continuant ma lecture. Elle me proposait son aide, autant pour gérer les sans abris que pour m'aider à traduire au cas où on croiserait un autre sourd-muet. Deal ou pas deal. Telle était la question. Mon côté professionnel me disait de la laisser hors de tout ça, mais mon côté je suis une jeune fille de 16 ans, seule, la nuit, qui commence a flipper un peu, me disait de la laisser venir avec moi. Finalement, je penchais plus pour ce côté là. J'avais cédé et je l'avais laissé venir avec moi.

Par contre je ne connaissais toujours pas son nom. Je me sentais un peu bête, j'avais pris son témoignage ainsi que le témoignage d'une autre personne, mais je ne leur avais même pas demandé leur identité. Pourtant c'était la base quand on enquêtait. Je me rassurais en me disant qu'elles ne m'avaient rien fourni d'extraordinaire et que, par conséquent, leur témoignage n'était pas primordial. Cependant, si cette femme là restait avec moi, j'aurais bien aimé connaître son identité. Je me mis à réfléchir à un moyen subtile de lui demander.
En attendant, on venait de traverser le quartier et on venait d'arriver à côté du pont. En le contournant légèrement, on avait facilement rejoint les dessous obscures de la bâtisse. Ici, pas de feu dans un vieux tonneau, juste deux hommes qui semblaient discuter un peu plus loin. La dame m'intima de faire attention, elle mimait un égorgement. Très rassurant. J'allais rester sur mes gardes. Je m'approchais un peu plus à l'intention des SDF, passant devant Nils pour le protéger au cas où ils auraient envie de le manger.

Je ne savais pas trop comment aborder le sujet. Si je disais que j'étais dans la police j'allais sûrement les faire fuir, je devais la jouer ruser. Je pris alors mauvaise mine, m’emmitouflant encore plus dans mon manteau puis on s'est rapproché des deux hommes. Je devais leur faire croire que j'étais comme eux pour en apprendre plus. Je pris une voix de loubard.

- Yo les mecs, comment ça va ? 'Fait un peu froid ce soir j'trouve. 'Z'auriez pas une canette de binouze qui traîne dans le coin ? Ma pote et moi on a besoin de se réchauffer un peu, si vous voyez ce que j'veux dire.

Les deux hommes écarquillèrent les yeux au fur et à mesure de mes propos. Ils avaient tout gobé, ça se voyait !

- Ouais on a fugué toutes les deux ce soir de chez nos parents, mais à ce qui paraît le quartier est plutôt retourné, y'a un de nos cheum qui s'est fait poignarder. Vous en avez entendu parler ?

L'un des deux hommes, le plus vieux des deux ne semblait pas tout comprendre, il secoua légèrement ses mains tout en me répondant avec un petit accent du nord.

- Oh non vous savez on veut pas d'ennuie, et on a pas d'argent sur nous pour vous payer.

Nous payer ? Je savais que les bougres allaient nous demanderez de l'argent. Je me retournais vers la dame qui m'accompagnait, j'avais peut-être une idée pour détendre l'atmosphère.

- Nan vous inquiétez pas, on veut pas de tunes on est comme vous les mecs, on vit sur les trottoirs. Ma pote par exemple, elle parle jamais, ça a toujours été la misère pour elle, vous vous rendez compte. Un peu comme ce type qu'on a retrouvé à moitié mort dans une ruelle, mais je vous en ai déjà parlé. Au fait moi c'est Chani. Tiens vas-y toi, présente-toi aussi, faudrait pas qu'on leur fasse peur non plus.

Je la regardais intensément, il ne fallait surtout pas qu'elle leur fasse peur. Elle devait au contraire se présenter et continuer à les interroger, mais je n'étais pas sûre qu'elle allait comprendre tous mes signes.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Dim 19 Nov - 17:05
citer
éditer
x
  Dim 19 Nov - 17:05

Cybèle n'avait jamais été aussi heureuse de ne pas avoir de voix.
La jeune femme était prise d'un fou rire colossal qu'elle tentait tant bien que mal de cacher en fourrant en partie son visage dans son écharpe. Entendre la petite brune s'adresser comme ça aux sans-abris avait été la goutte de trop. C'était pas croyable. Comme si toute inquiétude s'était subitement envolée de l'esprit de l'albinos, celle-ci s'efforça de ne pas en entendre plus pour ne pas empirer son cas et se rapprocha d'un mur pour y trouver un appui. Elle en avait littéralement la larme à l’œil. Lorsqu'en plus la gamine causa de « se réchauffer », ce devint impossible de stopper la muette dans son accès de gaieté-- elle ressentait l'envie irrésistible d'aller faire un tour.

« Un de nos cheums ». « Cheum ». Impossible. Non mais c'était pas possible. Puis fallait voir la tronche des pauvres types aussi ! Cybèle savait que les petits bobos de la ville se faisaient des idées sur les personnes défavorisées, mais là, à ce point, enfin, comme s'ils parlaient comme ça ! Elle allait se réveiller c'est pas possible. Tu m'étonnes que je sois dans la merde avec des débiles pareils en haut de la pyramide, se disait-elle.

Voilà que du coup les deux gars les prenaient pour des prostituées. Loin d'en être vexée, Cybèle se plongea à nouveau dans une crise de fou rire de laquelle il lui semblait impossible d'émerger. Encore un peu et la petite allait croire qu'elle pleurait. Ça serait la cerise sur le gâteau. En plus, elle en rajoutait une couche, jusqu'à inventer une vie à la pauvre Cybèle qui ne savait plus comment se sortir de là. Elle ne pouvait pas avoir plus raison au niveau de la misère de notre albinos-- ce qui, finalement, amusait encore plus la principale concernée qui s'imaginait grandir dans un quartier bourré de gens qui disent « cheum », auquel cas elle n'y aurait sûrement pas survécu.

Cybèle se fit ensuite la remarque qu'elle avait intérêt à rattraper un peu le tout, sinon les pauvres hommes allaient en effet probablement fuir, terrifiés par les yeux scintillants de cette petite brune. Ou bien éclater de rire. Pour l'instant, ils se regardaient seulement d'un air interloqué. Tout en essayant de calmer ses soubresauts - dus à son fou rire -, la muette entreprit d'écrire quelques mots sur son carnet. Elle espérait que la lumière de la ville était suffisante pour y voir. L'éboueuse ne se risqua pas à dévoiler son vrai nom-- il était si rare qu'elle craignait qu'on ne la retrouve trop facilement si jamais cette affaire prenait une tournure plus sérieuse.

Ne faites pas attention à elle, il faut dire qu'elle a été un peu perturbée par la vie. Je m'appelle Cyfeune et je veille sur elle (toujours caché par son écharpe, son sourire s'élargissait encore suite à sa bêtise), en fait nous cherchons des informations sur un crime qui a été commis pas très loin d'ici dans un quartier résidentiel.

Prenant garde à ne pas montrer ce qu'elle écrivait à la jeune Chani, Cybèle-- enfin, Cyfeune laissa le temps aux deux SDF d'intégrer ce qu'elle venait de dire. Ils hochèrent la tête, un peu rassurés (bien que sûrement intrigués par le nom étrange de la jeune femme). Endossant son rôle de tutrice rassurante, la borgne adressa un petit OK à la petite brune qui attendait derrière elle. Elle continua ensuite à écrire, voyant bien que ses interlocuteurs attendaient la suite.

La victime est un homme brun, plutôt d'âge mûr
(elle s'assura de ne pas mettre plus de détails que nécessaires, qui pourraient dénoncer sa participation au massacre : détailler le visage suffirait) possédant de très épais sourcils ainsi qu'une barbe assez fournie. Vous connaissez quelqu'un qui pourrait être concerné par cette description ?

Le plus vieux des deux types réfléchit alors quelques instants, avant de secouer la tête. En revanche, il semblerait que le jeune ait quelque chose à dire ;

« Je vois peut-être qui c'est. Je, enfin, euh » il était incertain de ses dires, probablement effrayé à l'idée de se faire dénoncer. Cyfeune lui adressa un regard compréhensif en tentant de lui faire comprendre grâce à ses mains qu'il ne risquait rien, discrètement. Elle ferma son carnet et retourna ensuite auprès de Chani.

« Cyfeune, c'est ça ? », dit-il donc, « je connais peut-être un type dans le genre qui vient souvent dans le coin. Enfin c'est peut-être pas lui, mais si c'est lui que vous cherchez, alors c'est un dealer. Il vend pas mal de drogue », son ton avait subitement baissé, comme pour se montrer plus discret, « et j'ai déjà travaillé pour lui quand j'avais vraiment besoin de fric. »

Cyfeune observa le jeune homme quelques instants. Il avait vraiment l'air paumé dans sa vie, lui. Ce n'était pas un gars des rues, endurci par les épreuves, mais sûrement un bobo qui avait eu une sale embrouille et s'était retrouvé là, sous ce pont, avec le vieux. Trop confiant. Il parlait trop facilement. Même son camarade le regardait, l'air de lui conseiller d'être plus méfiant. À voir s'il accepterait de parler davantage.
Néanmoins, ça lui apportait d'autres informations sur la victime. S'il s'agissait bien de la même personne, alors il y avait des chances que finalement, la muette ne soit pas une meurtrière. Un lourd poids s'envolait de ses épaules-- mais y restait tout de même attaché comme par une chaîne. Elle n'avait encore aucune preuve définitive.
Mais pour l'instant, Cyfeune devait respecter le rôle qu'elle s'était donné. (Enfin, que Chani lui avait donné, surtout). Après avoir tapoté sur les épaules de la jeune demoiselle, voilà que l'albinos pointait ses oreilles, son sourire toujours dissimulé par sa large écharpe.

Elle était sourde. Il fallait qu'on lui répète les infos.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Dim 19 Nov - 23:30
citer
éditer
x
  Dim 19 Nov - 23:30

Heureusement, ma partenaire savait rattraper les situations un peu désespérées. Elle ne m'avait pas montré ce qu'elle avait gribouillé sur son carnet, mais elle devait encore mieux parler la rue que moi. Je devais peut-être me focaliser un peu plus sur mon accent. Ou dire des trucs encore plus typé. Alors que je restais légèrement en retrait, je me mis à travailler ma posture. Je pris une pause grossière, les genoux légèrement fléchit, les mains dans les poches, un air renfrogné. Je m'imaginais leur sortir des "wesh mes gars sur, bien ou quoi ?", leur taper des checks, cracher par terre, fumer un joint et siffler les jeunes filles. Bon ça allait être compliqué de trouver des jolies jeunes filles sous un pont à une heure pareil, mais on pouvait toujours rêver.
La jeune femme avait bien fait son travail. Les deux hommes se concertèrent, le vieux n'avait aucune informations mais le plus jeune semblait savoir quelque chose. Je me suis immédiatement remise dans la conversation pour écouter son témoignage.

Sa voix tremblotait légèrement, il n'était pas rassuré, ça se voyait. Il hésitait à tout nous dire, ce qui avait le don de m'énerver un peu. J'avais voulu le prendre par le col et lui dire de cracher le morceau immédiatement, mais la jeune femme aux cheveux blancs pris les devants. Elle le calma en lui faisant signe avec ses mains que tout allait bien. Il parlait la langue des signes lui aussi ? Incroyable !

Cyfeune ? Ce nom était vraiment nul. Je regardais la jeune femme de haut en bas. Non elle ne pouvait pas s'appeler... Cyfeune, c'était beaucoup trop ridicule pour être vrai. Oh ! Je venais de comprendre. Elle utilisait un surnom pour éviter qu'on la retrace si jamais tout ça virait au drame. Comme je la comprenais, rah, moi aussi je me devais de trouver un surnom, au cas où. J'allais bientôt devenir célèbre, je ne voulais pas qu'on sache toutes les mauvaises choses que j'avais faite à côtés de toutes mes enquêtes résolues.
Le jeune garçon continua son explication. Il semblait avoir une piste solide qui pouvait nous aider à retracer le blessé. Apparemment il venait souvent dans le coin, c'était donc un habitué de ce pont. Mais apparemment c'était un dealer. La réalité me frappa soudainement. Les pauvres SDF qui mouraient de faim et froid se droguaient sous les ponts, c'était vraiment horrible comme vision ! Du moins, s'il disait vrai, je comprenais mieux pourquoi on avait essayé de l'assassiner. Mon papy m'avait toujours dit que quand on était lié, de près ou de loin, à la drogue, on finissait mal. C'est pour cela qu'il ne fallait pas dealer, et encore moins fumer.
Le jeune homme fini par une déclaration qui laissa un froid. Lui même était un petit dealer. Je regardais les autres personnes autour de moi. On allait éviter de relever cette dernière information. Cyfeune, puisque tel était son nom de code me demandait de traduire ce qu'il venait de dire. Ah bah oui évidemment, elle n'avait rien compris ! Le SDF n'avait même pas pris la peine de bien articuler pour qu'elle puisse le comprendre. J'vous jure. Je lui fis signe de me suivre, je me décalais de quelques pas afin de lui parler sans éveiller trop les soupçons. Puis je me suis souvenu que pour lui expliquer, j'allais devoir hausser la voix. Alors j'ai rajouté quelques pas en plus.

- Le jeune vient de dire qu'il le connaissait sûrement. Si c'est vrai ce qu'il raconte, c'est un dealer qui vient souvent les fournir en drogues. Je ne sais pas ce que tu leur as dit mais beau travail Cyfeune.

J'accompagnais ce dernier mot d'un clin d'oeil bien grossier pour être sûre qu'elle le remarque. J'avais compris son stratagème et je comptais bien lui faire savoir. Je me suis ensuite retourné vers les deux jeunes hommes. Certes on venait d'apprendre qu'il dealait un peu de drogue, mais on ne savait pas qui était son fournisseur. Oh par Arceus, si je pouvais résoudre cette enquête et démanteler un réseau de drogue en plus de cela, j'allais être adulé. Je me suis rapprochée du jeune homme. Je devais jouer le jeu, jouer le rôle que je m'étais donné. J'ai baissé légèrement la voix pour éviter de mettre tout le quartier au courant.

- Et... tu sais où on pourrait trouver son fournisseur, histoire que Cyf' et moi on se fasse un peu de blé pour cette nuit ?

Le jeune garçon semblait un peu plus timide avec moi. Je le regardais dans les yeux avec mon air le plus déprimé. Au fond de moi, je savais que mon personnage voulait de l'argent, je le savais, et je voulais qu'il le sache aussi. Il reprit la parole mais fut cette fois ci un peu moins bavard.

- Je ne connais pas le fournisseur, mais je connais un petit coin où les dealer se réunissent, peut-être qu'ils vous prendront pour vendre dans un quartier. ... Ils se réunissent dans le quartier résidentiel, à côté de la statue d'Amphinobi.

La statue d'Amphinobi ? Ça ne me disait rien. Je ne connaissais que le quartier résidentiel où j'habitais, c'est à dire le quartier pour riche. Cette statue d'Amphinobi devait se trouver dans un quartier un peu plus défavorisé. Je remerciais le SDF, après les sans abris, j'allais devoir me confronter aux dealers. Si papy me voyait...

J'ai pris Cyfeune en retrait pour lui expliquer la situation, mais également pour lui demander son vrai nom, parce que je n'en pouvais plus de l'appeler comme ça.

- Je pense qu'on va devoir continuer à jouer le jeu, on va aller soutirer des informations aux dealers, avec un peu de chance, l'un deux pourra nous en dire plus ! Mais tu sais où se trouve la statue d'Amphinobi, dans le quartier résidentiel ? Jamais entendu parler personnellement. ... Au fait, c'est quoi ton vrai prénom ? Cyfeune c'est bidon, haha !

Je terminais sur une pointe d'humour ; je pouvais bien m'amuser un peu. Si on suivait le plan, dans quelques minutes, on allait se retrouver dans les endroits les plus sombres de cette cité étincelante.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Lun 20 Nov - 10:45
citer
éditer
x
  Lun 20 Nov - 10:45

Cybèle écouta avec une attention feinte ce que sa partenaire d'enquête avait à lui dire. C'était toujours aussi délicieux de la voir gesticuler comme ça, sans même parler de son vieux clin d’œil. Bravo Sherlock. Tu as compris l'astuce. Néanmoins, il faut dire que ça aurait beaucoup amusé notre jeune femme si la petite brune pensait vraiment que son nom était Cyfeune. Mmmh...

Il semblerait que les sans-abris avaient mordu à l'hameçon de l'histoire de Cybèle. Ceux-ci répondaient aux questions de la jeune Chani sans plus se préoccuper de son comportement étrange. C'est donc ainsi qu'elles eurent le droit à de nouvelles informations ; l'albinos loua sa chance d'être tombée sur ce jeune homme anormalement confiant pour une personne dans sa condition. Enfin, ce n'était pas la première fois. À croire que paradoxalement, la borgne attirait a sympathie des autres.

Elles allaient se retrouver dans une histoire de drogue, maintenant. Ça va, c'est pas le pire, mais Cybèle savait bien que dans ce domaine particulier, les règlements de compte sont nombreux. Pour le coup, elle espérait que la détective en herbe se montrerait vraiment méfiante et prendrait un nom de couverture, au cas où. Après voilà, les dealers ne sont pas des suppôts de Satan non plus. Mais mieux valait prendre ses précautions.

La gamine prit Cybèle à part pour lui expliquer la suite. Franchement, la borgne était tellement divertie par les initiatives de la jeune demoiselle qu'elle n'avait aucune envie d'en prendre par elle-même, se laissant juste porter par le flux des événements. La statue d'Amphinobi... Ah, c'était une statue d'Amphinobi. Cette affaire apportait décidément de la lumière sur beaucoup de choses. Cybèle s'était toujours demandé ce que c'était que cette horreur. Néanmoins oui, elle savait où ça se trouvait. À vrai dire, c'était à deux ou trois rues de son appartement.
Elle jeta un œil impassible à la petite boute-en-train. Voilà qu'elle se moquait de son nom d'emprunt. C'est pas gentil, ça. Je vais lui apprendre, moi.

Cybèle se plaça à la lumière d'un lampadaire pour écrire à Chani. Vu l'obscurité, elle devrait bientôt passer au téléphone. Elle déteste les claviers de ces trucs. Erk. C'est avec un sourire naissant dissimulé dans son écharpe que la jeune femme montra son carnet à la demoiselle.

Je m'appelle vraiment Cyfeune, hein. Puis Chani c'est pas mieux, tu sais.
(Elle avait finalement décider d'incarner Cyfeune, tutrice responsable lors de cette escapade nocturne) Je sais où se trouve cette statue.

La muette espérait poser un bon gros malaise suite à la déclaration de sa partenaire, comme quoi « Cyfeune » serait un nom bidon. Mais elle n'allait tout de même pas lâcher sa voix portative ici ; invitant la jeune à la suivre, l'albinos s'engagea dans diverses rues. Elle était étonnée de voir que ça avait été aussi simple de trouver la profession de la victime. La suite n'allait probablement pas être aussi facile. La borgne se disait qu'il faudrait peut-être plutôt prendre une approche de filature au lieu d'aller confronter les gens en face à face. Un dealer qui parle de son employeur et de ses clients est sacrément nul, après tout.

La ville s'était plongée dans un silence oppressant, tandis que la nuit avait posé son voile sombre sur les bâtisses et les rues vides. Elle était tombée à une vitesse incroyable ; voilà l'automne pour vous. Sereine, habituée de ces ambiances normalement inquiétantes, Cybèle faisait résonner les talons de ses bottines sur les pavés, et le son se propageait en écho dans les ruelles-- elle songeait à cette histoire de drogue, et au sang qui maculait les vêtements de la victime. Si ce type avait vraiment été attaqué et potentiellement tué après son intervention à elle, est-ce que ça faisait de la borgne une complice ? Si ça se trouve, ils l'avaient observée, tandis qu'elle le rouait de coups. Pour mémoriser son visage. Son cache-œil. Sa silhouette. Et s'ils la reconnaissaient ? Problèmes, problèmes. La situation devenait tortueuse, et l'albinos se demandait bien dans quoi elle s'était embarquée ce soir-là. Elle ne pouvait empêcher l'inquiétude de poindre dans son esprit malgré son caractère endurci par les années de délinquance, et une myriade de pensées l'occupaient.

Afin d'arrêter de broyer du noir, Cybèle écrivit donc à l'enquêtrice qui l'accompagnait. Elle se dit qu'il vaudrait mieux en apprendre plus sur la demoiselle si elles continuaient à travailler ensemble. (Puis, à titre personnel, ça pourrait lui servir si elle en avait besoin comme témoin dans un futur proche). Elle arracha une feuille de son calepin, avant de s'apercevoir qu'on y voyait presque rien, et soupira d'un air agacé tandis qu'elle sortait finalement son téléphone pour y écrire un message.

Pourquoi tu t'intéresses autant à cette affaire, au fait ? Tu pourrais être au lit, à cette heure-ci.

Tendant l'appareil à son interlocutrice, Cybèle s'aperçut au même moment qu'elles approchaient de leur destination. Elle attira la demoiselle dans le recoin d'une rue, d'où on pouvait voir la statue d'Amphinobi, avant de lui écrire à nouveau.

Essaie de repérer si tu vois quelques vendeurs d'ici. On devrait éviter de trop attirer l'attention, non ? Mieux vaut éviter de s'attirer des ennuis.

C'est surtout que Cybèle ne voulait pas se faire reconnaître. Elle préférait ne pas prendre trop de risques et simplement s'adresser à une personne ou deux, plutôt que de foncer droit dans la gueule du loup. Du coup, elle continuait de jouer le jeu de la rue dangereuse, la rue qui te fait couic au moindre faux pas.
Mais avec le tempérament particulier de la jeune Chani, impossible de savoir comment ça allait se passer.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Mar 21 Nov - 11:36
citer
éditer
x
  Mar 21 Nov - 11:36

Et là, c'était le drame. Je m'étais moqué de son vrai prénom. J'avais eu tout faux depuis le début, elle n'avait pas utilisée de pseudonyme pour couvrir ses arrières. J'étais à la fois choquée et déçue. Moi qui pensait qu'elle avait été super intelligente, en fait je me trompais depuis le début. Elle était bête. Elle avait donné son vrai prénom à de parfaits inconnus qui pouvaient très bien être très dangereux... Oui j'avais fait pareil, mais moi c'était différent. J'étais la grande Chani Harkonnen et... et bien, je savais que ces deux sans abris n'allaient pas nous faire de mal. Néanmoins, elle s'était moqué de mon prénom aussi. Même si c'était de bonne guerre, j'étais un peu vexée. Moi je l'aimais bien mon prénom, c'était mon papa qui l'avait choisi.
Elle connaissait l'emplacement de la statue, ça me rassurait un peu. Elle était peut-être débile, mais elle était cultivée, et ça c'était important pour notre enquête. Ne connaissant pas du tout ce nouveau quartier, je la suivais sans faire d'histoire. C'était bizarre, mais je lui faisais confiance quasi aveuglement. Je venais de lui dire qu'on allait interroger des dealers de drogue, et Cyfeune me suivait malgré tout. C'était pourtant dangereux comme mission. Les dealers de drogues n'étaient pas réputés pour être des gentils vendeurs de glace. Non, dans la rue, le marché noir, c'était glauque, dangereux et j'en passe. Moi-même je n'étais pas rassurée à l'idée d'y aller, mais je devais retrouver le coupable.
J'allais essayer d'en apprendre plus sur mon apprentie inspectrice, pour comprendre qu'est-ce qui l'animait à me suivre dans mon enquête.

On arriva rapidement à destination. Cyfeune devait vraiment connaître ce quartier. On était arrivé très rapidement et surtout, on était arrivé dans une rue peu fréquentée qui donnait directement sur cette statue d'Amphinobi. Je regardais discrètement. Ça ressemblait à un Amphinobi ça ? Les jeunes des quartiers défavorisés n'avaient vraiment pas de chance, ils n'avaient pas de belles statues à regarder. Si ça c'était de l'art, alors je voulais bien m'appeler Cyfeune moi aussi !

Une lumière vive m'éclaira soudainement le visage. Cyfeune venait de sortir son portable et elle venait de marquer quelque chose dessus. Bonne idée, ça allait être plus facile à lire que dans le noir. Je regardais le téléphone. Pourquoi est-ce que je m'intéressais à cette enquête ? C'est vrai que je ne lui avais rien dit. Honnêtement, j'aurais pu lui dire la vérité, si seulement elle n'avait pas rajouté cette dernière phrase. Ha. Ha. Ha. Je la regardais d'un air blasé. Même si j'étais chez moi à cette heure-ci, je ne serais pas encore couchée. Son humour était dépassé. Néanmoins, je n'avais pas prévenu papy, il devait s'inquiéter de ne pas me voit à cette heure-ci. J'allais devoir lui écrire un petit message également. Elle m'attira dans un recoin, pour être encore plus proche de la place. Elle écrivait de nouveau sur son portable.

Très bien. Je sortis le mien également. 7 appels manqués. Oups. J'envoyais un message rapidement à mon grand-père. "J'suis chez une amie, je rentrerai tard, bisou." Voilà qui allait le rassurer. Je relevais la tête, et posais mon regard sur le portable de Cyfeune.

Je devais voir si je trouvais un dealer, maximum deux. J'étais d'accord, je ne voulais pas confronter le gang entier, je n'étais pas folle non plus. Je fis oui de la tête, avant de me décaler légèrement. Je voyais la place. Accoudé à la statue, une dizaine de jeunes discutaient. Alors voilà nos dealers. Ils étaient néanmoins beaucoup trop pour les confronter directement. Je rédigeais un petit message sur mon portable. Je ne voulais pas attirer leur attention.

J'en vois une dizaine à côté de la statue, on va devoir attendre qu'ils se séparent avant d'agir. Nouveau message de papy : Tu.Aurais.Pu.Me.Prévenir.Plus.Tôt.J.Avais.Fait.Un.Gâteau.De.Foie.De.Volaille.Bon.C.Est.Pas.
Grave.Bisou.Ma.Petite.Paupiette.


Je sentis mon portable vibrer. Mince, papy m'avait répondu quand j'avais fait lire mon message à Cyfeune, elle avait du tout lire. Oh non, j'avais manqué le gâteau de foie de volaille... 'fait chier.

Malgré mon estomac qui criait famine -parce que c'est vrai que j'avais rien mangé depuis midi-, je reportais mon regard vers la statue, ils étaient toujours agglutiné. On allait devoir attendre encore un peu. J'ai continué d'écrire sur mon portable. Heureusement qu'elle n'était pas aveugle !

Et pour répondre à ta question, je m'intéresse à cette affaire parce que j'aimerai devenir inspectrice.
J'adore les enquêtes c'est tout. Ah et désolé de m'être moqué de ton prénom. Cyfeune c'est... fun comme prénom. Et toi,
pourquoi tu as décidé de m'accompagner ? Tu pourrais être chez toi, tranquille, plutôt que dans une histoire de meurtre et de drogue.


Sans même le voir, le gang se sépara en plusieurs petits groupes, ils se dirigeaient dans toutes les directions. Sûrement pour commencer leur petit trafic. Moi je continuais d'écrire, je lui montrais par la suite mon message, attendant sa réponse.

PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Mer 22 Nov - 14:53
citer
éditer
x
  Mer 22 Nov - 14:53

Cybèle avait surpris le message du grand-père de Chani.
Aucune émotion n'avait paru sur son visage pâle, grâce à son impassibilité légendaire, et aussi au fait que, quelque part, après le fou rire de tout à l'heure, elle s'était préparée au pire.
Mais dans son esprit, la borgne oscillait entre rire et dégoût. Rire. Quel grand-père pataud, avec cette façon d'écrire. Chani est toujours collée à la jupe de l'autorité parentale. Que ce soit papy ou maman, quelle importance. Dégoût. Du gâteau de foie de volaille ? Beurk ! Qui mangerait un truc pareil ?!

Néanmoins, ce n'était pas vraiment le moment de faire n'importe quoi. Si les dealers voyaient deux petites silhouettes les observer depuis un coin de rue, ils risquaient de s'approcher, et une fois repérées, nos deux détectives allaient avoir du mal à tromper leur méfiance à nouveau. Enfin, encore que Cybèle ne s'y connaît pas trop, en drogue. Elle a fait beaucoup de choses peu recommandables dans sa vie, mais voir les ravages des drogues et autres alcools sur le corps de son beau-père ainsi que sa mort prématurée l'a définitivement guérie de toute addiction voire attirance envers ces vices. Pour ainsi dire, l'albinos s'est toujours tenue éloignée de ce type de commerces, de par chez elle souvent liés aux mafias, gangs et autres trivialités des bas-fonds.

Rien d'étonnant à ce que Chani dise vouloir devenir inspectrice. Quelque part, bien que ce soit une nouvelle information, Cybèle s'y attendait un peu. Néanmoins, qui dit inspectrice dit, dans le mille, Ligue Impériale. Il faut dire que l'Empire régit tout ce qui a trait à ce type de professions au maximum, et bien que des boîtes privées existent, de nombreux inspecteurs sont au service de la Ligue.
... Mais on ne peut pas dire que l'albinos se méfiait de l'adolescente pour autant. Ça aurait pu être le cas si elle apprenait la véritable position de la petite brune au sein de la Ligue Impériale, néanmoins, elle lui apparaissait toujours comme une enfant de riche avec des rêves plein la tête, qui allait probablement au collège ou un truc dans cet esprit-là, pour le moment. Rien de très surprenant non plus à ce que la détective en herbe demande à Cybèle ce qui l'amenait dans cette histoire. Enfin, Cyfeune, puisqu'elle avait complètement gobé cette histoire de prénom.

(L'intéressée ne put retenir un sourire très amusé).

Maintenant, il fallait trouver une couverture. N'importe quelle histoire stupide suffirait à convaincre la gamine, mais si Cybèle se retrouvait à être interrogée, alors ce serait une autre histoire. Même si, si tout se passait bien, elle n'avait pas grand-chose à craindre. On allait pas en vouloir à une gentille passante d'avoir voulu éviter des ennuis à une adolescente, si ?

Je suis pas facilement choquée par ces histoires et je me suis dit que si tu étais vraiment déterminée à t'aventurer toute seule de nuit en ville, alors autant t'accompagner. De toute façon j'étais curieuse aussi à propos de cette affaire. En plus, j'aimerais écrire un livre alors il me faut expérimenter le plus de choses possibles.


Cybèle jeta un œil à la place tout en montrant son message à son interlocutrice. Ah, mince. Les dealers s'étaient déjà séparés et plusieurs d'entre eux étaient hors de vue. Les plus proches venaient... Dans la direction de nos deux protagonistes ! Plutôt que de chercher une discussion avec les trafiquants, Cybèle plaqua une main sur la bouche de Chani pour lui éviter de parler, puisqu'elle ne pouvait pas voir les deux hommes de son angle, pour ensuite lui faire signe de se taire en pointant les dealers derrière elle.
L'albinos commençait à connaître le personnage de la petite brune, aussi décida-t-elle de ne pas retirer sa main tout de suite au cas où celle-ci commencerait à mimer un dealer de drogue ou Arceus sait quoi. Elle l'entraîna dans un recoin de la rue, derrière un amas de caisses un peu nauséabond, avant d'écrire d'une main sur son téléphone, l'autre maintenant toujours la brune en silence.

Je pense qu'on devrait d'abord les écouter. Si la victime est vraiment liée à ce trafic, alors le fait qu'on l'ait retrouvée dans cet état doit être un sacré sujet de discussion parmi ses "collègues".


Cybèle ne connaissait pas le fonctionnement du trafic de drogue-- il devait y avoir plusieurs groupes différents, non ? Elle espérait être tombée sur le bon. Relâchant enfin Chani, l'albinos resta en silence derrière les caisses, tandis que les deux trafiquants parlaient de futilités. À propos de nanas qu'ils auraient vu en soirée ou quelque chose comme ça. Enfin. C'était un peu vulgaire. Cybèle portait un œil attentif à sa camarade d'infortune pour voir si de telles histoires la choquaient ou pas. Il semblerait que le client attendu ne vienne pas, d'où, peut-être, l'agacement palpable des pauvres gars qui attendaient dans la ruelle froide.

Les dealers alternaient entre phases de silence oppressantes, et discussions très discrètes durant lesquelles il fallait tendre l'oreille (Cybèle faisait mine de ne rien comprendre, bien évidemment). Ils ne semblèrent pas évoquer durant ces premières minutes d'informations intéressantes--

Quand soudain, l'un d'eux partit faire une ronde pour vérifier qu'ils n'étaient surveillés ni par des flics, ni par des ennemis du milieu, se méfiant de l'absence de client. Il s'approchait dangereusement de la cachette de nos deux damoiselles ; Cybèle, inquiète, s'aperçut que sortir de l'endroit discrètement était impossible. Elle aurait pu fuir seule et probablement s'en sortir, mais de une, Chani était là, de deux, ça n'en valait probablement pas la peine. Le type allait sûrement s'énerver en les voyant là mais il ne suspecterait pas tout de suite une opération d'espionnage, une enquête ou autre.

Enfin, avec un peu de chance.
Pourvu qu'il ne s'énerve pas, et/ou qu'il ne soit pas défoncé ?
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Jeu 23 Nov - 20:04
citer
éditer
x
  Jeu 23 Nov - 20:04

J'attendais sa réponse avec impatience. Plus elle restait à mes côtés, plus la situation s'envenimait entour de moi. D'abord les SDF, ensuite les dealers. Je commençais à croire qu'elle était responsable de tout cela, ou alors qu'elle me portait vraiment la poisse. Au choix. Elle pianota rapidement sur son téléphone et me le colla au visage. Ouais, c'est bien ce qui me semblait. Elle portait la poisse, seulement la poisse. Elle écrivait que les histoires dans ce genre ne lui faisaient pas peur et que ma détermination à résoudre l'enquête l'avait poussé à me suivre. Je sais. On m'a toujours dit que j'avais une certaine aura de leader, les gens aimaient me suivre parce qu'ils savaient qu'ils pouvaient compter sur moi. Elle m'écrivait également que l'enquête l'avait interloqué et que ce genre d'histoire aurait été parfait dans un livre policier. Justement ça tombait bien, elle voulait en écrire un de livre. Je m'extasiais deux secondes. J'adorais les livres policier, j'adorais même lire en général. J'imaginais déjà son oeuvre. Une magnifique, belle et intelligente enquêtrice qui résolvait le complot de drogue de plus ardu de l'histoire de la drogue. Sa fidèle acolyte -au prénom tordu- à ses côtés. Ce livre ferait un carton.

Néanmoins, je décidais de croire sa motivation. Ça lui donnait assez de crédit pour qu'elle ait envie de me suivre. Alors que je comptais lui répondre par message, elle plaqua sa main sur ma bouche. ... ??? Ses doigts froids m'avaient surpris. Tellement surpris que j'ai marmonné quelque chose malgré tout.

- Hmm !!! Maismmmm qu'est-quemmmm

C'est alors que j'ai réalisé ma connerie. Merde, si elle m'avait caché la bouche, c'est que quelqu'un, sûrement l'un des dealers s'étaient approché. Elle m'intima de me taire en portant sa main libre à ses lèvres, mimant un chut. J'hochais légèrement la tête. D'accord, je me taisais. Elle montra ensuite derrière moi. Oui c'est ce que j'avais cru comprendre. On se déplaça un peu plus loin de la ruelle quand elle le décida. Elle laissa sa main glaciale sur ma bouche, me dirigeant avec dans la ruelle. On se cacha derrière des caisses en bois. Ça sentait vraiment mauvais, on devait être derrière un kebab, c'était pas possible. Je portais ma manche de manteau à mon nez pour me couvrir. Je voulais éviter qu'on nous remarque en vomissant partout.

J'écoutais le plan de Cyfeune. On devait d'abord les écouter discuter et ensuite agir. Je pensais aussi que c'était la meilleure chose à faire. Je secouais légèrement la tête, évitant de prononcer le moindre mot maintenant qu'elle avait retiré sa main. Je me devais de rester discrète et d'écouter attentivement pour faire un contre-rendu à Cyfeune. Je tournais la tête vers les deux dealers. Du coin de l'oeil, je pouvais en apercevoir un. L'autre était caché par son collègue ; j'entendais seulement sa voix. Je me concentrai pour en entendre le maximum.

J'avais mon portable dégainé, prêt à écrire le conversation à la jeune femme. Je retenais les mots clefs et les pianotaient sur l'écran tactile.

- Meuf, meuf, dernière soirée trop bien, défoncés, avait fait son affaire dans les toilettes de la boite de nuit. il avait envie de pisser. Client qui tarde.

Voilà tout ce que j'avais pu gratter avant que les deux se séparent. L'un deux avait apparemment décidé de faire une ronde pour voir si tout se passait bien aux alentours, s'il n'y avait pas d'oreilles attentives à leur conversation par exemple. Merde, merde, merde. Je me retournais vers Cyfeune, elle semblait ne pas savoir quoi faire non plus. Il approchait dangereusement. Regardant un peu partout autour de lui. On ne pouvait plus fuir, même si j'étais forte à la course, je n'allais pas abandonner d'aussi tôt. On pouvait toujours se cacher derrière les caisses comme dans ce célèbre jeu vidéo ! ... non, il allait nous voir. Tant pis. Je me mis à remuer la pile de caisse. Elle s’effondra, bien évidemment, grillant notre couverture. Des bouteilles en verre et des canettes de bière jonchaient le sol.

Je venais d'avoir une autre idée. Je ramassais la canette de bière. Bingo, il en restait un dans le fond, merci le SDF qui devait squatter cet endroit de temps en temps. Je versais le reste de la boisson sur les affaires de Cyfeune, elle empestait maintenant l'alcool à vu de nez. Je me saisis d'une bouteille de vin de rouge bon marché. Puis je m'exclamais, d'une voix se voulant alcoolisée.

- Tu pô pas faire attention, putaaaain.

A ce même moment, le dealer venait de passer par dessus les caisses, se demandant pourquoi elles étaient tombées. Il était bien là, devant nous. Il devait se demander ce que deux jeunes filles faisaient ici, bourrée.Pour plus de réalisme -du moins, je l'espérais-, je cognai Cyfeune dans le visage. Bien sûr, j'avais fait en sorte de ne pas trop lui faire mal. Mon coup l'avait touché, mais comme j'imitais bien les SDF (maintenant que je connaissais bien leur mode de vie), j'avais fait en sorte de le lancer en biais, comme si ma tête tournait. Ça avait nettement amoindrie la puissance. Ça n'avait pas laissé le dealer indifférent. Il s'était approché de nous pour nous séparer.

- Arrêtez bande de pochtrons, vous battez pas. Eh mec, vient voir, vite.

Le deuxième accouru comme s'il y avait le feu.

- Regarde sur quoi je viens de tomber, deux beautés, totalement bourrées.

Je lançais un regard vif et discret à Cyfeune. Mon plan avait fait un flop, les deux étaient venus nous voir et voilà que maintenant ils se mettaient à nous dragouiller. On devait vite agir pour éviter le pire.
Je me relevais difficilement. Jouant mon rôle d'alcoolique à merveille. Puis je déposais mon doigt sur la poitrine de l'un des garçons. Ils étaient tous les deux plutôt jeunes, ce qui me fendait le coeur. Je devais en savoir plus sur le crime qui s'était commis cette après midi. Et vide. Je devais réunir le plus d'informations possible, et me barrer le plus vite possible avec l'écrivaine.

- Vous avez... de la drogue sur vous mes mignons ? Mon fournisseur habituel est pas venu, j'ai entendu dire qu'il... était MORT. ASSASSINE. Quelle plaie.

Je postillonnais en grande quantité sur le jeune homme. Mon haleine ne devait pas trop empester, mais la vinasse bon marché faisait très bien le travail. Les deux se regardèrent tristement. Apparemment ils étaient au courant de quelque chose.

- Ouais... on en a entendu parler, pauvre Paolo, c'est encore un coup de ces Sanguinaires. Dès qu'on s'étend dans leur quartier, ils le prennent mal. Bref, vous voulez quoi ? On a un peu de tout, mais ça ne sera pas gratuit.

Je regardais Cyfeune. J'attendais de voir ce qu'elle voulait faire. Acheter de la drogue et en apprendre plus sur ces mystérieux Sanguinaires, ou bien fuir. Je la suivrais quoi qu'il arrive.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Ven 24 Nov - 10:49
citer
éditer
x
  Ven 24 Nov - 10:49

PUTAIN mais quelle GROGNASSE !
...

C'est à peu près ce qui traversait l'esprit de Cybèle à ce moment-là, tandis que tout chez elle empestait la bière tiède et les ordures. C'est pas possible d'être aussi conne, se disait-elle aussi. Elle aurait pu TOUT faire. TOUT. Sauf ÇA.
Merde quoi, son trench-coat tout neuf.

Voilà qu'elle faisait maintenant la fille bourrée. Si elle ne puait pas autant l'alcool, Cybèle aurait pu probablement avoir un fou rire et une envie terrible de jouer le jeu avec cette gamine riche complètement paumée, mais là, elle avait juste envie de la frapper (pour la seconde fois depuis leur rencontre, quand même), envie qui se multiplia par environ cinq cent lorsque la muette se prit une petite patate dans la tronche. Immédiatement, la borgne s'apprêta à répliquer, énervée, lorsque l'un des dealers vint les séparer.

Ben dites-donc, il tombait bien, lui.
C'est vrai que Cybèle devait éviter de flinguer sa couverture. En revanche, il suffit pour lui d'évoquer le fait d'être tombé sur « deux beautés totalement bourrées » pour raviver la flamme de la haine chez notre galante albinos. Celle-ci écouta en silence la petite scène totalement surréaliste se dérouler devant elle. Incroyable, les dealers gobaient vraiment tout le cinéma de cette gamine. Cybèle avait toujours autant envie de la frapper cela dit. Tout comme les vendeurs de drogue ; tiens, c'est ce qu'elle allait faire là maintenant tout de suite, d'ailleurs, comme ça, ça lui fera un peu les nerfs et ça réveillera ses bras, ça faisait trop longtemps que--

Les Sanguinaires ? Qu'est-ce que c'est que cette connerie encore ?
L'ancienne combattante se calma tout de suite. Ah non, il manquait plus que des embrouilles avec un gang maintenant. Même si leur nom était sacrément stupide. Les Sanguinaires, je te jure. Encore un peu et ils débarqueraient tout en noir avec des casquettes KORN ou quelque chose dans cet esprit-là.

Bon. Il fallait trouver un autre moyen de se défouler. Cybèle fit mine de tituber, jouant le jeu de Chani puisque les deux types avaient l'air de gober ça, et-- oh ! Elle commença à tituber vers la petite brune, de façon incontrôlable, et, ça, ça alors ! Son bras, dans une tentative de rétablir une certaine balance, le poing étrangement serré, s'écrasa contre le visage de la détective en herbe sans ménager la force de l'impact. Voyant qu'elle allait tomber, l'un des dealers se précipita vers la muette pour la relever en la tenant par le bras ; dans son délire alcoolisé, l'éboueuse ne parvint pas à retrouver son équilibre immédiatement, donnant un coup de boule au type en question. Manifestement confuse, la borgne commença alors à avoir une crise de toux, qui se solda par le crachat d'un mollard sur la chaussure du dernier gars.

Voilà.
Ça, c'est fait.

Inutile de préciser que les deux dealers n'étaient pas vraiment contents (il râlaient sur l'Albionaise en continu), mais ils semblaient avaler complètement cette histoire de bière (il faut dire que Cybèle puait, merci Chani). Retrouvant enfin son équilibre de façon presque miraculeuse, notre enquêtrice d'un soir retrouva ensuite la faculté d'écrire sur le clavier de son téléphone, heureusement épargné de la pluie d'alcool. Pour ne pas griller sa couverture, la jeune femme fit cependant mine de taper à côté et de, genre, faire glisser ses doigts sur les lettres. Elle n'avait aucune idée de comment se comporte habituellement une personne torchée à ce point, puisqu'elle vivait l'ivresse totalement différemment, finalement.

Mzis on est pds en dangzr qsi on "était sds clidnts ,,,


Montrant le message d'un air alarmé, Cybèle regarda l'un des dealers se rapprocher du téléphone en plissant les yeux pour tenter de comprendre ce qu'elle disait. Elle en avait peut-être fait un peu trop ?

« Elle est sacrément torchée ta copine, ma jolie » Dit-il, tandis que Cybèle, elle, se disait quelle horreur, « mais nan, les Sanguinaires s'attaquent pas aux clients t'inquiètes. Par contre ils risquent de les contacter pour les ramener vers leur business à eux. »

Les deux gars se regardèrent. Ils n'étaient pas bien certains de devoir en dire autant, mais après tout, ils se trouvaient face à des clientes, belles, complètement bourrées, de nuit, et manifestement inquiètes. Peut-être auraient-ils une chance avec elles ?

« Je sais pas comment ils se démerdent mais ils ont jamais été suspectés dans aucune affaire louche comme ça » Il parlait clairement moins fort, « soit personne ne retrouve l'assassin, soit c'est une autre personne qui porte le chapeau. Ils tirent vachement profit des bagarres. Sinon, t'es muette, ou c'est moi qui te rend sans voix ? »

L'information fit sauter un battement de coeur à Cybèle-- il était donc possible qu'elle ait été observée en tabassant le dénommé Paolo. Soudainement perdue dans ses pensées, rattrapée par l'inquiétude de mettre en péril une situation stable gagnée au bout de toute une vie de galères, la jeune femme n'entendit même pas les tentatives de flirt des deux garçons. L'éboueuse n'avait pas besoin d'en savoir plus ; elle agrippa sa jeune compère par le bras, avant de saisir de l'autre une boîte en carton remplie de saloperies... Pour la lancer sur les dealers, qui se retrouvèrent maculés de déchets. Dans l'obscurité, ils ne reconnaîtraient pas leurs visages, d'autant plus qu'elles n'avaient pas vraiment été fidèles à elles-même : Cybèle commença donc une course folle à travers les ruelles pour semer les deux hommes avant qu'ils ne commencent à les poursuivre.

C'est qu'elles n'allaient jamais s'en sortir sinon, vu comme c'était parti.
Finalement à une distance raisonnable, abritée sous un préau, Cybèle lâcha enfin Chani pour reprendre son souffle. Elle avait perdu toute colère, ne sachant plus quoi faire de ses pensées qui allaient dans tous les sens. D'un œil impassible, la jeune femme observait la petite brune ; allez Chani, dit une connerie. Ça me remontera.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Ven 24 Nov - 14:12
citer
éditer
x
  Ven 24 Nov - 14:12

Je m'étais retourné pour voir ce que la jeune femme comptait faire. Maintenant tout reposait sur ses frêles épaules. Elle fit semblant de tituber tout en se levant. Oui parfait Cyfeune, tu jouais ton rôle à merveille. Elle s'avança vers le groupe, apparemment elle voulait parler un peu plus. Elle avançait avec difficulté puis commença à lever son bras. Elle voulait vraiment partir en baston avec les deux gars ? En tous cas j'étais prête à l'aider si on se mettait sur la tronche. Le poing de la jeune femme porta, mais pas sur la bonne personne. Une vive douleur me pris à la mâchoire. Je chancelais à mon tour. Heureusement que je n'étais pas vraiment saoule, je serais tombée sous le coup sinon. Je me demandais bien ce qu'elle foutait ! Aie. Je frottais le point d'impact avec ma main. Je continuais de regarder la scène surréaliste. Les effets de l'alcool sur Cyfeune devaient vraiment être ravageurs.
Elle tituba et l'un des dealers la rattrapa in extremis. Elle parvint tout de même à lui asséner un puissant coup de boule puis à cracher sur le dernier. Et bien. Soit elle jouait hyper bien la bourrée, soit elle était vraiment en colère contre nous tous. Ou alors... elle avait un plan ! Bien sûr, ça ne pouvait être que ça. J'étais sûre que son plan aurait marché sans me donner un coup de poing, mais bon.
Résumons la situation. Elle avait tapé sur la seule personne qui était de son côté, elle avait blessé l'un des dealer et l'autre était en rogne à cause du crachat sur ses chaussures. Où voulait elle en venir ? Elle pianota sur son portable avec difficulté. Oui je ne devais pas oublier mon rôle moi non plus. Après tout, je venais de me prendre une grosse patate en pleine figure, je pouvais toujours réagir à ça. Dans mon coin, je lançais des petits Aiiiie, aie, aiie avant de me retourner vers le portable.

Un message quasi incompréhensible était affiché. Elle jouait encore une fois magnifiquement bien le jeu. J'avais presque envie de l'applaudir, mais ça aurait compromis notre mission. En voyant le portable, l'un des garçons se renfrogna, j'espérai qu'il n'allait pas nous griller maintenant. Heureusement que l'autre était vraiment con et qu'il croyait notre histoire sur parole. Il nous confessa des informations importantes sur le groupe des Sanguinaires. Apparemment ils n'hésitaient pas à anéantir la concurrence sans scrupules, profitant de la moindre opportunité pour se débarrasser des autres gangs de la ville. En faisant ça ils faisaient d'une pierre deux coups. Moins de concurrence et plus de clients pour eux. C'était des génies. Du crime, certes, mais des génies. Je n'écoutais même plus la fin de la conversation.

Si tous leurs crimes passaient à la trappe, alors ça allait être dur de les arrêter. Si on ne retrouvait pas l'assassin assez vite, il allait pouvoir s'en tirer facilement. Je ne voyais maintenant plus qu'un seul moyen de retrouver le suspect. Je devais-wow.
Rapidement, Cyfeune me fit comprendre qu'il était l'heure d'y aller. Elle m’agrippa le bras pour se mettre à courir, puis elle lança une pile de déchets sur les voyous. Ils avaient été tout autant surpris que moi. On se mit à courir comme des dératés, je suivais la jeune femme de ruelle en ruelle, elle me tenait toujours le bras. Je priais Arceus pour qu'ils ne nous poursuivent pas. Je ne savais pas me battre, je ne voulais pas me battre. Le coup de poing de Cyfeune m'avait suffit.

On déambula pendant de longues minutes. Mon poumons me brûlaient, mon souffle était pourtant glacé. On s'arrêta enfin. Jamais ne j'avais tapé un si grand sprint. Jamais je n'avais couru aussi vite de ma vie. Jamais... je... rah. Je repris mon souffle difficilement. Je devais dire que Cyfeune avait bien géré la fuite. Timing PAR-FAIT.
Alors que je pliais les genoux et que j'avais posé mes bras dessus pour m'économiser, je levais le pouce en l'air pour signifier à la jeune fille que c'était parfait. Génial, on les avait semé et en beauté. Une fois ma respiration de nouveau correcte, j'ouvris la bouche de nouveau.

- Alors là j'dois dire... que c'était génial ! A croire que tu es née pour être une fuyarde. Le timing était parfait, la diversion pour les ralentir aussi. Je pense qu'ils n'ont même pas pris la peine de nous courir après. Ils ont du être trop surpris. Aaaah... Je soupirai longuement. Jamais je n'oublierai ce moment, il était beaucoup trop tendu et épique à la fois.

Je portais ma main sur ma joue. Ça me lançait toujours. Je posais le regard sur Cyfeune, elle avait mangé elle aussi.

- Désolée pour tes vêtements, j'ai paniqué en le voyant approcher, c'était la seule solution.

Enfin, il y en avait sûrement des centaines d'autres, de solutions, qui auraient toutes aussi bien marchés, mais celle-là avait fait l'affaire. Je repris mes esprits peu à peu maintenant qu'il n'y avait plus aucun danger. On ne pouvait pas confronter deux gangs comme ça, s'ils arrivaient à tuer des gens sans laisser de traces, ils devaient être balèzes. Je n'étais pas non plus suicidaires. Je ne voulais pas retourner dans les rues, je voulais plutôt me reposer un peu avant de continuer mon enquête sur un autre front. Je voulais aller interroger la victime directement. Il avait été sûrement admis à l'hôpital général d'Elyséa pour une opération en urgence. Il allait se réveiller seulement le lendemain -s'il avait survécu-, alors on avait le temps.

Je ne pouvais toujours pas congédier Cyfeune, si elle voulait connaître le fin mot de l'histoire pour son roman, elle devait tout apprendre. Toute la vérité. Alors on avait pas le choix. On allait être obligé de passer la nuit ensemble et d'aller voir le pauvre assassiné au petit matin. Mon ventre gargouillait, mes yeux me piquaient. Je voulais faire une pause. J'en avais marre de courir partout, de stresser face à des gens peu recommandables. Bref, je voulais me poser. Je repris la parole -encore une fois-.

- Je pense qu'on peut laisser les deux gangs pour le moment, on va éviter de se mettre entre deux feux, haha. Il ne nous reste plus qu'une chose, on va devoir se rendre à l'hôpital pour demander directement à la victime ce qu'il a vu de son agresseur. Avec ça, on pourra sûrement dresser un portrait robot et... malheureusement, ça sera la seule chose qu'on pourra faire pour notre enquête... J'en avais déjà fait pas mal cela dit. Le lendemain, j'allais pouvoir le dire à mon mentor et récolter toute la gloire. Je continuais mon monologue après avoir repris mon souffle. Malheureusement on va devoir attendre demain pour lui parler, il doit être en train de dormir à cette heure-ci.
Tu penses qu'on peut se reposer et manger un peu avant d'y aller ? Je... j'ai pas vraiment envie de rentrer toute seule chez moi. J'habite de l'autre côté de la ville, alors...


Oui j'avais peur de recroiser des SDF, des sans abris, des alcooliques, des dealers. Elyséa de nuit, ça me faisait peur.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Sam 25 Nov - 15:20
citer
éditer
x
  Sam 25 Nov - 15:20

Cybèle regardait Chani en haussant légèrement les sourcils. Mais c'est pas possible. À quel point pouvait-elle être gentille et naïve, cette fille ? Elle n'avait même pas relevé le coup de poing. Pourtant, ça avait l'air de lui faire un peu mal. Pire encore ; la détective semblait fière de sa partenaire muette. Quel drôle de numéro, celle-là.

Elle semblait épuisée. Probablement pas très sportive ; Cybèle, elle aussi, était un peu essoufflée, mais la borgne avait vite retrouvé ses aises. Elle avait juste un point de côté à cause de cette course imprévue et désorganisée-- d'autant plus qu'elle avait dû traîner la petite brune sur tout le chemin. Honnêtement, l'albinos se demandait comment cette gamine pouvait ne pas flairer le danger à ce point. C'est peut-être ce qui la rendait si crédible aux yeux de tous, le fait qu'elle ne soit pas entravée par la peur ou la méfiance. Mais tout de même, Cybèle n'osait pas imaginer ce qui lui serait arrivée si elle était restée seule. Encore un peu et elle allait prendre le thé avec les deux dealers, aussi, non ?

Soupir las. La muette ne pensait pas se tromper en se désignant comme une sorte d'ange gardien. Bien qu'elle soit venue à la base pour son propre bien, voilà qu'elle assurait celui de la jeune Chani.
Néanmoins, l'adolescente trouvait toujours les bonnes pistes par miracle. C'est pour cette raison que Cybèle n'objecta pas lorsque sa comparse proposa d'aller voir la victime à l'hôpital le lendemain ; même si dans les faits, ça posait un gros problème.

Puisque la victime n'a sûrement pas oublié le visage de son premier agresseur.
Qui est, comme on le sait bien par ici, Cybèle.

L'intéressée se savait en train de jouer avec une situation délicate, mais elle avait aussi gagné la confiance de Chani. Il lui suffirait de rester à l'extérieur de la chambre et d'être prête à décamper en cas de problèmes. Avec un peu de chance, la détective en herbe déciderait d'axer davantage la conversation sur les Sanguinaires, ou bien la victime décrirait Cybèle d'une façon particulièrement vague.
Dans tous les cas, à coller ses oreilles contre la porte, la borgne y gagnerait quelque chose.

Mais en attendant, Chani ne pouvait pas rentrer chez elle. Et aussi égoïste que soit notre albinos, elle ne voulait pas laisser cette fille seule toute la nuit dehors, ni passer elle-même une nuit blanche dans ces rues sordides. La seule solution était de l'inviter à son appartement. Avec toute cette course, on en était un peu loin, mais bon, ça leur ferait les jambes.

Cybèle nota un message sur son téléphone. Bon sang ce clavier tout petit, quelle horreur.

Suis-moi. J'habite pas très loin d'ici, tu peux bien rester une nuit.

Et de partir immédiatement sans attendre la réponse de la demoiselle. Cybèle comptait se dépêcher ; il ne fallait pas que Chani ait le temps mémoriser le chemin jusque chez elle, au cas où la victime se souviendrait de son agresseur le lendemain matin. Heureusement, difficile de se rappeler par où l'on passe quand toute la ville est plongée dans l'obscurité.
Cybèle jeta un œil impassible à sa squatteuse du soir. N'importe qui à sa place se serait méfié de ce genre d'offre. Et d'ailleurs, n'importe qui aurait refusé de s'aventurer seul aussi tard la nuit pour interroger des inconnus à propos d'un meurtre.

J'te jure, cette fille.

Elles passèrent pas de nombreuses ruelles, Cybèle s'échinant à éviter la zone de la statue d'Amphinobi-- au loin, on voyait parfois des groupes de fêtards, des personnes profitant du calme nocturne pour se promener dans le quartier, sûrement quelques junkies et autres petits malins jouant à la racaille.
Mais finalement, les deux comparses arrivèrent au pied d'un immeuble qui ressemblait exactement à tous les autres présents dans le quartier ; blanc-gris, rectangulaire, plutôt terne. Avec une clé, Cybèle déverrouilla la première porte, avant de devoir en ouvrir une deuxième qui séparait les boîtes aux lettres des appartements. Elle gravit deux escaliers et s'arrêta au bout d'un couloir pour ouvrir sa propre porte à elle.

Clic.

La lumière s'alluma sur un très petit appartement. Un couloir menant sur une pièce qui servait à la fois de chambre, salon et cuisine-- une salle de bain avec le strict minimum sur la droite. Les murs nus étaient blancs, si ce n'est pour les quelques post-it colorés de rappel et autres pages avec des idées de romans collées ici et là près du bureau et sur l'armoire du couloir.
L'endroit était étonnamment propre ; on voyait que Cybèle portait une grande attention à son milieu de vie, et mine de rien, elle ne manquait pas de confort. Bien que l'énorme lit présent dans la pièce principale soit visiblement un clic-clac plutôt banal, les draps, la couette et les oreillers étaient de très bonne qualité, sans même parler du plaid manifestement doux posé négligemment dessus, et dans lequel était lové un Furaiglon qui se réveillait péniblement de son sommeil réparateur. On voyait d'ailleurs dans l'armoire du couloir que l'albinos possédait une véritable collection de ces tendres étoffes ; il y avait au moins quatre ou cinq plaids soigneusement pliés dans l'un des compartiments du meuble aux battants vitrés.

Autres éléments évidents ; les livres. Beaucoup de livres. Trop de livres. L'unique bibliothèque de l'appartement, se situant à l'entrée de la pièce principale, en était remplie ; sur chaque étagère, les livres étaient rangés tant bien que mal, certains empilés au dessus d'autres-- ceux qui n'avaient pas trouvé leur place dans le meuble prévu à cet effet étaient posés sur un bureau extrêmement simple à l'autre bout de la pièce, ou même empilés juste à côté, au sol. On notait d'ailleurs au dessus de ce même bureau une étagère accrochée au mur, sur laquelle étaient soigneusement rangée une sacrée collection de vinyles, avec à côté d'eux un amoncellement moindre de CDs.

Près de la grande fenêtre qui tenait d'ailleurs plus d'une baie vitrée, se trouvait un perchoir en plastique imitation bois sur lequel reposait un Sonistrelle chromatique qui se cachait le visage à l'aide de ses ailes, et deux gamelles remplies d'eau et de... céréales de riz soufflé ?! Bon. Très bien.

Cybèle rentra tranquillement et retira son trench-coat gris et son écharpe avant de les balancer avec nonchalance dans un panier de linge sale près de la porte d'entrée. Un observateur (pas si) aguerri pouvait remarquer sur son avant-bras gauche des cicatrices, et même, s'il était assez malin, faire le lien avec le Furaiglon fatigué qui s'était maintenant séparé avec peine du plaid dans lequel il était allongé plus tôt.

L'albinos passa ensuite une note à son invitée ; fais comme chez toi. Elle ouvrit son placard pour y prendre des vêtements de rechange et retira sans attendre le T-shirt qu'elle portait actuellement, sans la moindre gêne, pour ensuite aller dans la salle de bain et prendre une douche.
Lorsqu'elle ressortit au bout d'approximativement dix minutes, la borgne avait revêtu un jogging plutôt ample et un débardeur noir, plus à l'aise comme ça pour rester chez elle. Elle jeta à nouveau ses vêtements sales dans le panier prévu à cet effet et ajusta son cache-œil afin qu'il, comme son nom l'indiquait, cache correctement son œil.

L'éboueuse s'aventura ensuite dans le salon sans un mot ni un regard à Chani, avant de se saisir d'un vinyle dans sa collection, puis de le démarrer sur son lecteur personnel, posé sur une commode derrière son lit. C'était une habitude, chez Cybèle, de se créer un bruit de fond-- tant qu'à faire, agréable au possible.




La jeune femme alla ensuite voir ce qu'il restait à manger, tandis que son Furaiglon sautillait autour d'elle pour essayer en vain d'attirer son attention. Le repoussant du bout du pied avec un soupir, l'albinos alla ensuite voir à nouveau la petite brune, la fixa un instant, avant d'écrire quelque chose sur son carnet.

Voici ce qu'elle lui montra ;

Pour manger, il reste ;
- de la viande panée
- des steaks hachés
- des nouilles
- du riz
- des fricadelles
- des coquillettes
- des patates
- de la sauce soja sucrée
Tu veux quoi ?


Cybèle se doutait bien que la petite Chani allait avoir faim après toutes ces aventures. Quant à elle, elle avait déjà pu manger un peu avant de partir, aussi l'albinos n'était-elle pas affamée.
... Après un petit moment passé près de la brune, la borgne ne put s'empêcher de grimacer légèrement. Elle se leva, laissant l'adolescente avec la note sur ce qu'il restait à manger, et revint aussitôt avec un short et un t-shirt qui seraient peut-être un peu amples pour la demoiselle...

Mais qui sentiraient moins mauvais.
Il faut dire que se planquer derrière des ordures, ça n'aide pas beaucoup à sentir la rose. Peut-être que la détective en herbe voudrait prendre une douche également ?... Au cas où, Cybèle lui montra les vêtements, tentant de faire comprendre qu'ils étaient pour elle, avant de les poser dans la salle de bain, et de revenir aussitôt aux côtés de son invitée de la soirée, pour savoir ce qu'elle souhaitait manger, assise en tailleur sur le lit.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Sam 25 Nov - 21:41
citer
éditer
x
  Sam 25 Nov - 21:41

Je devais bien avouer que les mots qu'elle venait d'écrire sur son portable me réchauffait le coeur. Elle avait un chez soi, et pas très loin en plus. Je soupirais de soulagement. Je n'allais pas devoir rentrer chez moi seule, dans la nuit glacée. Bien sûr je me méfiais un peu. Après tout ce qu'on venait de vivre, je trouvais ça un poil bizarre qu'elle accepte une inconnue aussi facilement chez elle. Mais bon, j'étais fatiguée, j'avais besoin de manger et d'un peu de repos, je ne pouvais pas dire non. J'avais toujours Nils avec moi si je sentais que quelque chose de louche se tramait. Je décidais alors de la suivre sans dire plus de chose.
Je pensais déjà au lendemain. J'espérais vraiment que la victime n'était pas morte dans la nuit, je n'avais pas besoin de ça pour mon enquête. J'avais tout un tas de questions déjà prêtes, ce qu'il avait retenu de son agresseur, même la moindre petite chose qui pouvait nous aider à le retrouver. Est-ce qu'il savait pourquoi on avait menacé sa vie par exemple ? Si les dealers avaient dit vrai, il avait du y aller trop fort avec ces Sanguinaires. J'étais à fond dans mon enquête, mais la fatigue me rattrapait. Je devais fermer les yeux au moins une heure ou deux.
On parcouru différentes ruelles, j'avais l'impression de tourner un peu en rond, sûrement le sommeil qui me faisait halluciner. On arriva bien vite devant un petit immeuble gris. Rien ne le distinguait vraiment des autres. Je suivis la jeune fille sans tarder, je ne voulais pas me retrouver à la rue. Après avoir franchi trois portes, on arriva enfin dans son humble demeure. Humble, ce n'était pas vraiment le mot. C'était petit, sans vie, plutôt froid avec cette couleur de mur. Un appartement minuscule qui devait mesurer à peine le quart de ma maison. J'en avais de la chance finalement. Je découvrais au fur et à mesure l'appartement. Directement à droite, une porte à moitié ouverte laissait entrevoir une salle de bain. La lumière de la pièce principale n'éclairait pas suffisamment l'intérieur, je ne pouvais rien distinguer de plus que des toilettes. En face de moi, il y avait seulement un grand lit avec un Furaiglon, emmitouflé dans un plaid qui devait être bien moelleux. La pièce principale était relativement propre malgré les deux Pokémons qui vivaient ici. La cuisine était petite, mais sûrement assez grande pour cuisiner. Il n'y avait même pas la place pour mettre une table, des tabourets faisaient l'affaire sur le semblant de bar. Elle ne devait pas faire de grosse soirée. Le plus surprenant, c'était les livres qu'on pouvait retrouver un peu partout dans l'appartement.

Son alibi était valide, elle ressemblait bien à une écrivaine. C'était même le parfait cliché. Un petit appartement miteux qui sentait un peu le renfermé, des livres qui jonchaient le sol et qui remplissaient la bibliothèque à ras bord. Des carnets qui devaient receler d'écrits en tout genre.
Je pouvais faire comme chez moi. Malheureusement, ça n'avait rien à voir avec chez moi. Ma chambre faisait la taille de sa pièce à vivre, j'avais une bibliothèque quatre fois plus grosse, un puissant ordi, un grand lit en hauteur, des milliers de coussins et poufs pour me détendre et flâner quand je lisais. J'avais presque envie de lui acheter des étagères pour qu'elle puisse ranger quelques livres en plus. Je me suis assise sur le lit, proche du Pokémon oiseau. Cyfeune venait de retirer son t-shirt et de partir vers la salle de bain.

Bien, je pouvais en déduire qu'elle allait se laver. Normal, elle puait l'alcool, moi aussi d'ailleurs, je ne sentais pas super bon. J'avais transpiré dans mes vêtements, j'étais poisseuse, couverte de détritus et un peu de vin avait même tâché mon jean. Je pouvais faire comme chez moi, certes, mais je ne me sentais pas très à l'aise. J'ai regardé le Furaiglon, il me regarda également, mais d'un mauvais oeil. Ce n'était pas une bonne idée de le déranger. L'autre Pokémon, un Sonistrelle aux couleurs flamboyantes semblait dormir, j'allais éviter de l'embêter aussi. Je ne voulais pas sortir Nils, de peur que les deux Pokémons oiseaux paniques. Après tout je ne les connaissais pas du tout, je ne savais même pas que Cyfeune était une dresseuse. Je me suis relevé pour m'approcher de la petite collection de livre. J'entendais l'eau couler. J'avais bien le temps de feuilleter tout ça. J'en pris un au hasard que je connaissais pas du tout. Le titre était plutôt énigmatique, la 4ème de couverture encore plus. Je me suis assise à la même place qu'avant, juste à côté du Furaiglon.

Après avoir lu quelques lignes, mon regard se tourna brusquement. Il s'était rapproché de moi et il me fixait. Un duel de regard s'en suivit pendant deux bonnes minutes. Qu'est-ce qu'il voulait à la fin ? Je tendis l'oreille. L'eau coulait toujours. ... ... Je poussais légèrement le Pokémon avec le livre. Il agrippa avec ses serres le bouquin, avant de le prendre avec son bec. Oups. Je le poussais d'autant plus, mais le bougre restait accroché. Je me mis à le secouer dans tous les sens. Rien à faire, ses serres avaient percés le bouquin, il était solidement encré. L'eau venait d'arrêter de couler. Je n'avais plus vraiment le temps de le détacher. Je me chuchotais à moi-même.

- Allez va-t'en l'oiseau, lâche le livre, lâââââche.  

Tout en secouant l'ouvrage, je bougeais mon autre main à côté de lui pour le faire lâcher. Finalement au bout de quelques secondes, l'oiseau décida que ma main était plus intéressante et il essaya de l'attraper, en vain. J'avais été un peu plus réactive que lui, j'avais alors bondit hors du lit pour aller remettre le bouquin dans la bibliothèque. Je le cachais comme je pouvais, essayant de le faire rentrer entre deux gros volume.

C'est à ce moment que Cyfeune sortit de la douche. Elle avait adopté un style beaucoup plus simpliste, jogging et débardeur. Je ne pouvais pas la blâmer. Je lui souris mais elle continua sa route sans même m'adresser un regard. Plutôt froid. L'oiseau s'en prenait maintenant à elle, ouf, il n'allait pas me suivre plus que ça. Elle ouvrit le frigo et quelques placards. Peut-être qu'elle allait préparer à manger ? Une bonne côtelette de viande ou du bon poisson. Je pris un autre livre -tout autant au hasard- avant de voir qu'elle venait de m'écrire quelque chose.

Le repas n'allait pas être de luxe, j'aurais du m'en douter. Il y avait de la viande, mais je me disais que si elle était panée, elle ne devait pas être de super bonne qualité. Les steaks hachés pouvaient toujours faire l'affaire, mais à voir la tête de la jeune femme, elle ne voulait pas cuisiner toute la soirée. Il y avait toujours la simplicité, des nouilles, des coquillettes, du riz et des patates. Ah, et des fricadelles, mais je n'en avais jamais mangé. C'était toujours l'occasion de tester ? Alors que je relevais la tête de la note. Cyfeune m'indiqua la salle de bain et quelques vêtements propre. Effectivement, je puais, elle s'en était rendu compte elle aussi. Je la remerciais, puis je lui demandai ce fameux repas.

- Je n'ai jamais goûté de fricadelle, ça peut être sympa de tester ! Je ne sais pas ce qui s'accorde le mieux avec par contre, ne t'inquiètes pas si tu ne veux rien faire à côté, je mangerai de la sauce soja au pire, haha. Bon je vais à la douche du coup, je pue les ordures.

Je rentrais dans la deuxième pièce du petit appartement. Une petite douche, un lavabo et des toilettes rudimentaires. Ça collait parfaitement avec le reste de l'appartement cela dit. J'enlevais mes habits, tout en prenant soin de regarder la porte de temps en temps. Je ne voulais pas être espionné pendant ma douche.
Je me lavais rapidement, je ne voulais pas utiliser toute son eau chaude -on n'sait jamais-. Je remis ensuite mes sous-vêtements puis mes vêtements de rechange. Le t-shirt noir était vraiment ample, ça me faisait un beau décolleté, le short glissait un peu, mais il ne tombait pas totalement, c'était au moins ça. Je tressais mes cheveux rapidement, pour éviter qu'il ne gonfle trop en séchant. Je sortis de la petit pièce, laissant des traces de pas mouillé sur le sol. Ça sentait plutôt bon. Les fricadelles étaient dans la poêle et une casserole de nouille était en train de bouillir. Je me suis assise sur l'un des tabouret, attendant que le repas soit prêt. Je ne savais pas trop quoi dire, après tout ce qu'on avait vécu ce soir, j'étais un peu morte de l'intérieur. Malgré tout, je ne voulais pas laisser de blanc trop longtemps.

- Tu as vraiment une belle collection de livres ! C'est dommage que ton appartement soit si petit, je pense que tu pourrais en entasser encore plus. Je disais ça tout en zyeutant les alentours, tournant sur mon tabouret. - Tu as vraiment de beau Pokémon aussi, ils ont l'air... en pleine forme. Je tournais de nouveau sur mon tabouret pour me remettre face à la cuisine. - Moi je n'ai que mon Marcacrin pour le moment, mais je compte me constituer une équipe du tonnerre. Tu pourrais peut-être me donner des astuces pour en capturer ?

Je baillais. Cette nuit blanche allait être compliqué à tenir, mais je devais le faire, je n'avais pas le choix. J'avais peur que si je n'allais pas super tôt à l'hôpital, les Sanguinaires allaient se charger de l'assassiner encore une fois, et donc d'effacer leur trace dans cette affaire pour de bon.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Dim 26 Nov - 17:03
citer
éditer
x
  Dim 26 Nov - 17:03

Tout en sifflotant, Cybèle sortait quatre fricadelles surgelées de son congélateur tandis que son invitée était partie se doucher. Avec Hrund dans les pattes, l'albinos faisait bien attention à ne trébucher sur rien tandis qu'elle se saisissait ensuite d'une poêle pour y mettre un peu de matière grasse. Avec quoi accompagner la viande ? Il ne restait pas grand-chose. Pensive, la borgne observa quelques instants le contenu de son étagère, avant de jeter son dévolu sur des nouilles plutôt simples. Moui, ça ferait l'affaire.

Après tout ce remue-ménage, du calme était appréciable. Cybèle hésita à consulter les informations sur son téléphone, mais décida de ne pas s'infliger du stress superflu, se concentrant sur sa cuisine. De toute manière, la véritable enquête ne pourrait commencer qu'une fois que la police aurait trié toutes les informations données par la victime. Puis si cet imbécile avait fait un portrait robot de l'albinos, alors elle serait vite au courant, ses informations se situant dans les fichiers du commissariat à cause de son casier judiciaire très fourni. Depuis son adolescence à Grimecoal, l'éboueuse avait été arrêtée pour vol à l'étalage, vol à la tire, agression, combats clandestins bien entendu, bagarres-- et encore, elle n'avait jamais été attrapée dans les deux ou trois affaires de cambriolage où elle avait participé plus jeune. Sans parler de tous les petits délits accomplis sans se faire choper non plus.

Cybèle soupira. Elle était vraiment mal partie dans cette affaire. Peut-être pouvait-elle demander le soutien d'Idéalis afin de lui apporter un peu d'aide à leur échelle ? L'organisation était un véritable filet de sécurité pour une ancienne délinquante comme elle. La violence n'arrêtait pas de revenir la hanter, que la jeune femme le souhaite ou non.

Ah. Voilà que la jeune Chani avait fini sa douche. Cybèle ne put retenir un sourire amusé ; ses vêtements étaient vraiment trop amples pour l'adolescente, qui s'installait déjà au comptoir. La petite brune commença aussitôt à papoter. Elle n'avait pas tort au sujet des livres ; Cybèle en avait trop et nécessitait plus d'espace. Enfin, c'est ce qu'elle souhaitait le plus au monde, de pouvoir partir de ce studio pourri et s'installer dans une demeure plus adaptée à sa personne. Mais c'est plus facile à dire qu'à faire. Jetant un œil à la détective en herbe, Cybèle se dit qu'elle était vraiment complètement déconnectée de la réalité. D'un autre côté, ce n'était pas vraiment de sa faute.
La borgne nourrissait une véritable rancune envers la Ligue Impériale pour laisser d'aussi gros écarts se créer au sein même de ses frontières. Pendant que cette gamine découvrait à peine que la misère existait bel et bien, des dizaines d'enfants naissaient toujours dans les taudis de Grimecoal, dans la misère, l'insalubrité et la famine qui régnait autour de la ville minière. Et encore-- toutes les villes ont leurs bas-fonds fétides. Cybèle ne connaissait que son expérience personnelle.

Le bruit de friture s'arrêta, tandis que l'albinos éteignait le gaz d'un geste somme toute un peu sec, comme agacée. Elle égoutta en silence les nouilles qui avaient fini de chauffer et dressa deux assiettes blanches de façon très simple ; une portion de nouilles à gauche, deux fricadelles à droite. Chacune.
La borgne sortit ensuite de la sauce soja de son frigo ainsi que du sel et une bouteille de ketchup et partit s'installer aux côtés de son invitée. Hrund, quant à lui, s'était perché en haut de l'étagère à droite de la gazinière et fixait Chani d'un air insistant et peut-être un peu intimidant.

Cybèle avait récupéré son carnet pour s'exprimer à Chani, lorsqu'elle se leva tout à coup, toujours aussi froidement, pour sortir deux nouvelles gamelles et y glisser des morceaux de fruits pour le Sonistrelle, et des quelconques bouts de viande crue pour Hrund. Plaçant ensuite les récipients près de la fenêtre, la borgne observa ses deux compagnons se ruer sur la nourriture avant de reprendre son critérium tout en s'asseyant de nouveau sur le tabouret.

Son illustre camarade d'infortune avait demandé des conseils de capture. Ça tombait bien, Cybèle s'y connaissait, en capture. Celle de son Sonistrelle avait été après tout, une réussite éclatante. La borgne passa avec solennité une feuille à la brune qui contenait des astuces ; pour capturer un pokémon, soit il décide de rentrer tout seul dans une pokéball, comme mon Furaiglon Hrund, soit tu dois l'affaiblir et lui lancer la pokéball dessus, comme le machin avec les fruits là. En général, un bon coup dessus fait l'affaire.

Le « machin » dévorait des morceaux de poire et d'abricot, la gueule barbouillée de purée de fruits. Satisfaite de son intervention, Cybèle ouvrit alors sa bouteille de sauce soja sucrée et en aspergea généreusement ses nouilles, avant de s'offrir une noix de ketchup à côté de ses fricadelles.
Fort bien. C'est un repas, ma foi, très... Cosmopolite.

Suite à cet émouvant moment de transmission de savoirs, le repas se déroula sans que Cybèle ne daigne s'exprimer à nouveau durant de longues minutes. La jeune femme se délectait de ses fricadelles au ketchup, mêlant cette saveur légèrement piquante à la douceur sucrée de ses nouilles à la sauce soja-- tandis que le vinyle jouait toujours, laissant un bruit de fond agréable. L'albinos se rappela alors de ce qu'avait dit Chani un peu plus tôt ; elle était bien curieuse de voir un Marcacrin en chair et en os. Saisissant alors son carnet, la borgne s'adressa à nouveau à son interlocutrice : n'hésite pas à faire sortir ton pokémon. Il a peut-être faim. S'il mange des fruits ou de la viande (Cybèle n'avait aucune idée de ce qu'un Marcacrin mangeait, et l'optique de voir le petit cochon dévorer des restes de rongeurs ne la choquait pas) tu peux te servir dans le frigo.

Une fois le repas fini quelques minutes plus tard, Cybèle débarrassa la table et flanqua la vaisselle sale dans l'évier, repoussant le moment de la faire à plus tard. Il n'y avait qu'un lit, mais ce ne serait pas très gênant-- il était grand, et ni Cybèle ni Chani n'avaient l'air d'être habitées par une pudeur extraordinaire.
L'albinos se dirigea ensuite vers sa bibliothèque pour trouver quelque chose à lire, faisant glisser ses doigts sur les ouvrages ; son regard s'arrêta sur celui percé plus tôt par Hrund quelques secondes, avant de finalement se poser sur un autre livre policier : une enquête menée par un personnage fictif bien connu à Kalos, puisque venant de la région d'à côté.
En sifflotant, la borgne prit également son carnet au passage et s'installa en tailleur sur son lit, avant de se plonger dans sa lecture. Au bout de quelques minutes néanmoins, la jeune femme décida de s'adresser à nouveau à son invitée. En effet, on n'était pas exactement en plein week-end ; comment allait-elle faire pour aller au collège ? Ou au lycée ? Enfin, qu'importe ; au fait, tu vas pas avoir des problèmes pour tes cours ? Ils vont pas appeler tes parents si t'y es pas demain matin ?

Cybèle, bien entendu, ne se doutait absolument pas du métier de la petite brune-- prenant son projet de devenir détective pour un rêve naïf, l'albinos ne pouvait décidément pas prendre au sérieux l'adolescente, la pensant toujours écolière.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 1491
points d'aurore : 1126
Messages : 924
Rang de prestige : S
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Héroine de l'Aube
  Dim 26 Nov - 20:19
citer
éditer
x
  Dim 26 Nov - 20:19

Je continuais de me balancer sur le tabouret tout en attendant le repas. Ca sentait bon, j'espérai qu'elle n'allait pas essayer de m'assassiner en me faisant manger du poison ou quelque chose dans le genre. Alors que mon esprit batifolait sur les différents post-it de l'appartement, Cyfeune dressa les deux assiettes et sortit quelques accompagnements. Génial, le repas s'annonçait... à la bonne franquette, comme on dit. Des nouilles et des petites saucisses bizarres. Jamais ne j'avais mangé ça, ça allait être une nouvelle expérience encore une fois.
Alors qu'elle préparait les gamelles de ses Pokémons, je remarquai que le petit Furaiglon était là, perché sur le meuble de la cuisine. Il me fixait. Instinctivement, je regardai le livre qu'il avait abîmé. Personne n'allait m'accuser moi de toute façon. Je plissais les yeux pour essayer de le faire fuir, mais il n'y avait rien à faire. Le stalkeur avait choisi sa proie et c'était moi. Heureusement, une fois les morceaux de viande fraîche dans sa gamelle, l'oiseau se désintéressa de moi rapidement pour aller manger. Ouf, j'allais au moins pouvoir passer le repas tranquille. Ce n'était pas facile de manger quand on se faisait épier par quelqu'un.

Je baissais le regard vers la note de Cyfeune. Pour capturer un Pokémon, il y avait plusieurs moyens. La méthode facile, où le Pokémon rentrait de lui même dans une Pokéball et l'autre solution, un peu plus bourrin, que tous les dresseurs utilisaient. Ce n'était pas forcément plus clair pour moi. On devait les affaiblir d'une manière ou d'une autre pour ensuite les capturer. J'en prenais note. On allait bientôt passer à table, je mourrais de faim !

Je suivis l'exemple de Cyfeune. Je mis quelques gouttes de ketchup dans mes féculents et un peu de sauce soja sur mes fricadelles. Je coupais un petit bout, l'enrobais délicatement de sauce soja, puis je portais le tout à ma bouche.
Franchement, ce n'était pas exceptionnel, mais quand on a une faim de Lougaroc, ça passe. La pauvre Cyfeune ne devait pas avoir un train de vie bien élevé pour manger des choses comme ça. Le repas se déroula dans le calme. Je n'avais pas encore mal au ventre, la viande ne devait pas être truffé de poison. C'était une bonne chose. Un énième mot. Je pouvais faire sortir mon Marcacrin de sa Pokéball et lui donner à manger également. J'eu un flash. Depuis quand il était dans sa Pokéball celui-là ? A croire que je l'avais fait rentrer sans même m'en rendre compte après l'épisode des SDF !

- D'accord Cyfeune, merci beaucoup !

J'espérai ne pas réveiller les voisins en criant comme ça, il était assez tard, je ne voulais pas que le jeune femme ait des soucis à cause de moi. Remarque elle mettait de la musique à une heure tardive, les voisins devaient être habitués. Ou alors il y avait une bonne isolation. Je finissais mon assiette avant de me diriger vers mes affaires sales. La Pokéball de Nils était encore dans mon manteau. J'avais regroupé mes affaires dans la salle de bain pour éviter de polluer tout l'appartement avec l'odeur. Mauvaise idée, la pièce sentait maintenant les ordures... Beurk.

Nils était bien content de sortir enfin de sa Pokéball, il avait l'habitude de dormir en dehors de celle-ci. Cyfeune était vraiment généreuse, nous laisser fouiller son frigo' pour manger, c'était vraiment très aimable de sa part. Le régime alimentaire de Nils n'était pas compliqué, le petit cochon mangeait tout. Absolument tout. J'ouvris le frigo et pris la première chose qui me tombait sous la main. En l'occurrence des fruits, poire et abricot. Pourquoi pas. Je m'assis à même le sol et m'amusais à nourrir Nils, fruit après fruit. Il avait faim le glouton !
Pendant que je m'occupais de mon Pokémon, la propriétaire des lieux se mit à choisir un livre. Panique, panique. Elle ne devait surtout pas prendre la mauvais. Je me stoppais quelques secondes. Laissant ma main en l'air avec le fruit qui pendait. Le Marcacrin n'étant pas assez grand pour l'atteindre se mit à sautiller avec énergie, avant de finalement me l'arracher des mains. Cyfeune venait de prendre un livre totalement différent. Ouf. J'étais sauvée. Je continuais mon repas, soulagée.

Quelques minutes plus tard, alors que le petit cochon se léchait les babines, la femme me tendit une autre note. Elle semblait s'inquiéter pour mes études, comme c'était gentil. Je laissais échapper un petit rire. Avant de lui rendre son carnet.

- Haha, non, mes parents ne vont pas s'inquiéter pour moi, je... ne les vois plus trop en ce moment. Je préférais rester vague sur mes parents, je ne connaissais pas ma mère et mon père... et bien, il était à Léopic, pétrifié. C'est plutôt mon grand-père qui va m'engueuler si je ne me présente pas au travail demain ! Je fais mes études à l'école de police en fait, en ce moment je suis en service, du coup je dois me présenter au commissariat. Mais ce n'est pas grave si je suis en retard, si je reviens avec une affaire parfaitement résolu, il ne m'en voudra pas. ... Enfin je n'pense pas.

En fait, j'étais sûre qu'il m'en voudrait totalement. Chani c'est beaucoup dangereux ce que tu as fait. Tu aurais pu te faire tuer Chani. Tu prends beaucoup trop de risques. Tu es trop jeune Chani. Demain, mon prénom allait résonner dans tout le commissariat. Je soufflais longuement. Tant pis, mon père aurait été fier de moi.

Nils s'aventurait un peu plus dans l'appartement. La vue légèrement troublé à cause de ses longs poils, il flairait le sol jusqu'à l'emplacement des deux gamelles.
Je me relevais pour ensuite m'asseoir à côté de Cyfeune. Il n'y avait pas de télévision. C'était maintenant que je m'en rendais compte. J'allais devoir passer ma nuit blanche à lire des livres et surfer sur mon téléphone. Le contact avec les Pokémon oiseau ne se passait pas très bien. La Sonistrelle ne bougeait pas d'un pouce tandis que Hrund (j'avais compris qu'il s'appelait comme ça), ne bougeait plus, fixant la boule de poil sur pattes. Il fouinait dans les gamelles -qui malheureusement- étaient déjà vide depuis quelques minutes. Désolé mon petit Nils, le repas de ce soir était vraiment léger. La Sonistrelle déploya rapidement son aile, faisant valser le cochon dans tout l'appartement.

Je me relevais rapidement pour récupérer mon Pokémon. On allait pas les forcer à s'aimer non plus. Je pris un livre au hasard et j'allai m'asseoir à côté de Cyfeune, adossé au mur. La nuit allait être longue, très longue.

- Et toi sinon, qu'est-ce que tu fais dans la vie ? Tu m'as dit que tu voulais écrire un livre, tu vis de ta passion ou tu as un travail à côté ?

Oui je m'intéressais à elle. Un petit peu. Je baillais longuement. J'attendais qu'elle me réponde par papier, malheureusement, après 1h du matin, mon cerveau, n'était plus trop opérationnel. J'allais bientôt sombrer dans le sommeil malgré moi.
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
Boy, that escalated quickly. (Partie I) | Chani
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Partie de chasse entre amie [ Nuage Argentée ]
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum