AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Hiver
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
05/12/17
Découvrez la le marché de Noël !
06/10/17
Réouverture du forum ! Aurora V2.0 !
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Paige
Administratrice
Derniers messages

 

 Boy, that escalated quickly. (Partie I) | Chani

Aller à la page : Précédent  1, 2
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Lun 27 Nov - 21:19
citer
éditer
x
  Lun 27 Nov - 21:19

Cybèle bloqua quelques instants sur la réponse de Chani vis-à-vis de son école-- non, c'est pas vrai. Le destin la poursuivait, le karma voulait sa peau ; de toutes les gamines du monde, il fallait tomber sur celle qui travaillait à un commissariat. À quel point l'albinos pouvait-elle être malchanceuse ? Elle l'aurait su plus tôt, la borgne se serait éloignée bien rapidement de la petite brune. Mais maintenant, c'était trop tard.
Cependant, l'adolescente n'avait pas l'air de fouiner et semblait même vouer une certaine confiance à son hôte, sans la suspecter le moins du monde d'être impliquée dans cette sordide affaire. Cybèle pouvait en jouer ; en tant que témoin plaidant son innocence, Chani était une pièce de choix. Oui, c'est ça : il fallait tourner cette nouvelle inattendue en quelque chose de positif. Voilà. No stress, zen. Calme.

La jeune femme décida de ne pas réagir faute de savoir quoi dire (dans sa situation, on peut la comprendre), et dirigea son attention vers le Marcacrin de son invitée. Voilà une créature bien amusante, aux airs de serpillère : Cybèle pouvait complètement voir le rapport entre la petite bête et sa dresseuse. Le même air niais. Gentil. Un peu benêt.

Voilà qu'il se faisait rosser par le Sonistrelle, d'ailleurs.
Cachant son sourire amusé avec son livre, Cybèle observa Chani aller récupérer son compagnon. Ah. C'est bien mes Pokémon, ça. Même si ce Sonistrelle, c'est quand même une sale bête.

La muette était sur le point d'aller ranger son vinyle, qui avait fini de jouer, lorsque Chani s'intéressa un peu à son hôte. Cybèle n'était pas très à l'aise en parlant d'elle même et évitait au maximum d'aborder des sujets personnels (encore plus maintenant qu'elle savait la petite brune de la police). Néanmoins, ne pas répondre aurait été rude, et la borgne ne voulait surtout pas paraître rude, aussi sortit-elle son carnet à nouveau et se débrouilla pour écrire suffisamment d'informations pour qu'on lui fiche la paix ; je n'ai pas encore publié, ça en est toujours au stade de projet, pour le roman. En fait je suis éboueuse. J'économise pour louer un plus grand appartement.
C'est vrai. Cybèle souhaitait vraiment écrire un livre, un jour-- mais ce jour n'était toujours pas arrivé. La borgne noircissait des pages et des pages sans jamais trouver d'idées vraiment intéressantes et novatrices. On dit souvent qu'un artiste est simplement quelqu'un qui n'a pas trouvé ce qu'il cherchait dans tout ce que ses prédécesseurs ont laissé derrière eux-- Cybèle n'avait pas encore trouvé quelque chose qui manque au monde. Ni qui lui manque à elle. Elle avait juste eu l'occasion de remarquer que la littérature se voulant complexe, réaliste et adressée aux adultes était finalement un amas de drames lui donnant envie de se jeter par la fenêtre au bout de deux ou trois lectures. Cybèle ne venait pas chercher encore plus de tristesse et de désarroi en lisant ; elle essayait d'y trouver de l'humour, un peu d'espoir, de rêve, d'aventure. Profiter de ce médium si simple aux possibilités infinies qu'est le papier pour développer un récit qui ne pourrait exister que sous cette forme.

Elle observa Chani bailler, avant de jeter un œil à son réveil. 01 : 14. C'est vrai qu'il était plutôt tard ; mais heureusement pour elle, la borgne n'avait pas besoin de beaucoup d'heures de sommeil pour se sentir en forme. Néanmoins, elle se doutait que l'adolescente devait être épuisée, aussi l'albinos partit cette fois ranger son vinyle pour de bon, avant d'éteindre la lumière du salon pour allumer une petite lampe sur la commode derrière le lit. La jeune femme se glissa ensuite prestement sous la couette après avoir laissé un petit mot à Chani ; quand tu voudras dormir, éteint la lumière sur la commode. Bonne nuit.
Au moins, ça réglait le problème de la conversation. L'albinos préférait rester seule avec ses pensées ; d'autant plus que sa jeune amie lui cassait les oreilles à hurler comme ça. Mais bon, c'était un peu de la faute de la borgne, ça ; à lui faire croire une pseudo-surdité pour s'amuser.

Tandis que leur dresseuse jouait l'endormie, Hrund et son acolyte noir et turquoise observaient d'un œil méfiant le Marcacrin, toujours installé sur le lit. Tandis que la chauve-souris abandonnait rapidement son observation pour se suspendre à son perchoir et s'endormir tête en bas, le Furaiglon, lui, ne s'arrêta pas là, en bon dominant, et s'approcha en sautillant du lit, avant de bondir dessus. Il saisit ensuite le plaid, toujours en vrac sur la couverture, du bout de son bec et s'en alla avec pour s'installer à côté de Chani. Lové dedans, le regard braqué sur les intrus.

Bonne nuit, bien sûr.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 218
points d'aurore : 250
Messages : 238
Rang de prestige : B
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 218
points d'aurore : 250
Messages : 238
Rang de prestige : B
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
  Mar 28 Nov - 13:37
citer
éditer
x
  Mar 28 Nov - 13:37

Elle était éboueuse. Son image de fille de cool et badass venait de se briser en mille morceaux. Son travail consistait à ramasser les déchets des autres toute la journée, puis elle devait se rendre dans un centre de tri pour décharger cette accumulation de débris. Au moins, elle avait le mérite de nous faciliter la vie. Mais éboueuse. Je l'imaginais assise aux commandes d'un camion-poubelle, une combinaison intégrale verte et une casquette qui venait orner le crâne de cette jeune femme d'apparence si chic. Avec ses goûts vestimentaires, jamais je n'aurais deviné qu'elle faisait un métier comme ça.
Je regardai la petite note qu'elle venait de me passer. Je pouvais dormir quand je le souhaitai. Dans le même lit, sous la même couverture du coup... ? Je ne voulais pas en arriver jusque-là. On n'était pas devenue meilleures amies en quelques heures. J'éteignis la lumière peu de temps après, posant le livre que je tenais jusque là. Je m'étais allongé en travers du lit, à côté des pieds de la jeune femme. Je m'étais recouverte du plaid doux et moelleux, je tenais Nils dans mes bras. D'un, je ne voulais pas qu'il embête les autres Pokémons et de deux, je ne voulais pas que les autres viennent l'embêter. J'étais bien, au chaud, prête à m'endormir.

Mon plaid me fut violemment arraché par le Furaiglon de l'éboueuse. Je n'avais pas bougé d'un poil. J'avais froid maintenant, c'était malin. Je me recroquevillai encore plus sur mon Marcacrin. Il était chaud, avec sa douce fourrure... Bonne nuit mon petit Pokémon. Bonne nuit Cyfeune. Bonne nuit maudits Pokémons oiseaux.

Un bruit de fond me sortit de mon sommeil. J'étais allongée sur le ventre, mes jambes dépassaient du lit, ainsi que mon bras gauche. J'avais mal partout. Ce n'était pas la meilleure nuit de ma vie. J'avais encore la tête dans le brouillard, je ne sentais plus Nils près de moi. J'entendais des bruits au loin, mais je ne savais pas d'où ça provenait. Je sifflais à Nils de revenir près de moi. Siffleeeee-siffle. Un long, un court.
Malheureusement Nils ne revint pas près de moi. On entendit des gros boom dans tout l'appartement. Je me relevais rapidement. Le Furaiglon était vraiment possédé ! Après avoir foncé dans le bar, il se retourna pour foncer dans mon Marcacrin. Heureusement, il esquiva au dernier moment. Le Pokémon oiseau fonça dans le meuble près du lit. Laissant une jolie trace de bec. Puis il continua de poursuivre mon Pokémon. Je levais pour aller chercher la Pokéball de Nils. Je devais obligatoirement le faire rentrer pour que l'oisillon arrête son attaque. Je fouillais dans mon manteau. J'entendis un nouveau boom. Cette fois ci, le pauvre perchoir venait de se briser, réveillant la chauve-souris qui dormait tranquillement. C'était vraiment le boxon ici ! Le Marcacrin se retrouvait pris au piège dans le couloir, à côté de moi. Il reculait au maximum vers la porte. Le Furaiglon lui fonçait dessus. Vite. Je le fis rentrer dans sa maison virtuelle in extremis. L'oiseau planta son bec dans la porte, restant bloqué quelques secondes.

Je me relevais rapidement pour m'éloigner le plus vite possible. Quel réveil ! Je me retournais vers Cyfeune, pointant du doigt son Pokémon qui avait du mal à se dégager.

- C'était quoi ça ? Pourquoi il a attaqué mon Pokémon ?!

Je n'étais pas vraiment en colère ou furieuse, j'étais un peu confuse. Si par malheur Nils s'était fait toucher, il aurait pu riposter et... non attendez, il n'avait jamais attaqué personne de sa vie. Il n'aurait pas pu riposter ! Bande de fou. J'attendais sa note d'explication tout en regardant mon portable. Il était 8h47. On avait bien dormi malgré tout. Les heures de visites commençaient dans moins d'un quart d'heure. Je m'habillais de mes anciens habits. Tant pis si je puais toujours. Je ne pouvais pas me balader en ville en short et t-shirt alors qu'on était en automne.

- On doit se dépêcher, il faut y être le plus tôt possible !

Sinon un autre inspecteur allait arriver avant moi. C'était fort possible que quelqu'un ait été mis sur l'enquête et qu'il aille poser des questions à la victime aujourd'hui. Si quelqu'un passait avant moi, il allait récolter toutes les informations et mon enquête allait vraiment tomber à l'eau. Vite Cyfeune, vite ! On avait pas le temps de petit déjeuné, on devait y aller maintenant.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Mar 28 Nov - 19:03
citer
éditer
x
  Mar 28 Nov - 19:03

Un sifflement lointain.
Maintenant, un bruit sourd, distant. Encore un autre. Encore un autre. Ils se rapprochaient, plus forts, encore plus forts, jusqu'à vriller les tympans de Cybèle.

L'albinos ouvrit son unique œil dans un sursaut. BOOM. Elle se redressa vivement, si vivement que sa vision se brouilla-- son crâne la fit souffrir un court instant. BOOM. Bruits de pas. Agitation. BOOM. Des cris stridents.

... Mais ?!

Avec un bâillement vigoureux, Cybèle regarda autour d'elle, fatiguée. Elle eût la surprise d'apercevoir un Marcacrin acculé par Hrund. C'est bien, Hrund ! Vire cet intrus de là ! Comment est-il entré, d'ailleurs, ce con ?
A- Attend voir. Oh bon sang, c'est vrai. Chani. Cha-hut. Cha-tastrophe. Elle avait encore frappé. Se pourrait-il que, les sifflements ?... Ne soient pas un rêve ?...

C'est pas vrai. Elle avait sifflé. Par Arceus, elle avait sifflé. La bonne séquence, en plus. Je t'explique ; Cybèle est une dresseuse. Cybèle est muette. Voilà décidément deux phrases qui ne vont pas ensemble ; et pour pallier au problème conséquent que représente son incapacité à parler, la jeune femme a développé une technique alternative de dressage consistant en sifflements de séquences en morse. En l'occurrence, Hrund avait été entraîné spécialement pour répondre immédiatement et sans protestations à certains sifflements lorsqu'ils provenaient de sa dresseuse. Comme il faisait pas très clair et qu'il devait dormir à moitié, ce pauvre con avait cru que Cybèle lui ordonnait d'attaquer ses invités, alors qu'en fait, c'était juste Chani qui sifflait pour une raison quelconque.

Le rapace, en ce moment, devait se dire quelque chose dans l'esprit de « j'en étais sûr, je les sentais pas, ces types ! ». Pauvre imbécile. Et Chani, quelle andouille, sérieusement. Que fichait-elle à siffler comme ça ?! Voilà d'ailleurs que la petite brune se remettait à crier sur la borgne d'un air perdu. Hrund, lui, s'était tellement donné à fond que son bec était resté planté dans la porte. Elles sont vraiment en carton, ces portes. La proprio allait péter un plomb.

L'air hagard, Cybèle fixa l'adolescente d'un oeil terriblement blasé, avant de s'extirper avec lenteur de son lit, en poussant la demoiselle de son passage. Putain, le perchoir. Ça coûtait cher, ces saloperies. Voilà ce qu'on gagne à faire la charité. Avec un soupir à fendre l'âme, l'albinos se dirigea vers Hrund et le tira sans ménagement de la porte en bois, avant de le lancer tout aussi délicatement dans l'appartement. Le volatile, déstabilisé, battit des ailes en piaillant avant de se diriger à nouveau vers Chani ; sa dresseuse lui adressa un sifflement courroucé (aussi courroucé, en tout cas, qu'un sifflement puisse l'être) qui stoppa immédiatement l'assaut du Furaiglon. Ne sachant que faire au sujet de son perchoir brisé, l'oiseau partit s'accrocher à la branche cassée... Par terre. Bon sang.

Toujours à moitié dans ses rêves-- trop pour s'énerver, bien heureusement pour Chani, Cybèle se dirigea ensuite vers des post-it, et nota dessus d'une écriture maladroite, ayant totalement oublié son numéro de gentille assistante ; comment tu crois que je donne des ordres à mes Pokémon ? En parlant ? Crétine. La jeune femme en jogging marcha ensuite vers la petite brune et lui colla le carré fuchsia sur le front d'un geste appuyé, avant de repartir au lit. On verra tout ça plus tard.

... Mais le repos bien mérité de Cybèle fût de courte durée, puisque son énergique invitée se mit bientôt à crier une nouvelle fois, comme quoi il fallait se dépêcher. Se dépêcher pour ?... Oh, merde. Paolo. L'histoire de gangs et de drogués. Tout se mélangeait dans l'esprit embrumé de la muette, qui regarda l'heure. 8h51.

Déjà ?!

Mince. Cybèle n'avait pas non plus intérêt à ce que d'autres inspecteurs soient là avant elle. Il fallait qu'elle extorque des informations au suspect avant tout le monde, et si possible qu'elle parvienne à se retrouver seule avec lui pour lui faire oublier son visage. Avec Chani, ce serait un jeu d'enfant-- et fini les problèmes. Peut-être vaudrait-il mieux qu'il meure, mais si ce satané stalker s'en remettait, la police insisterait moins sur les recherches.

La borgne se releva d'un coup, sa vision se brouilla à nouveau : tant pis pour la douche, la dernière datait d'il y a huit heures de toute façon. La jeune femme enfila prestement de quoi courir avec aisance : un jean un peu plus ample, des baskets de ville et un T-shirt large. L'albinos ne prit pas la peine de se maquiller (pas le temps) et se donna juste quelques coups de brosse, avant d'embarquer ses Pokémon à sa ceinture et de choper une bouteille de jus de fruit qu'elle vida au goulot, pour ensuite lancer une bouteille d'eau à Chani.

8h57.

Cybèle se dépêcha de sortir de son appartement et maintint la porte ouverte le temps que la petite brune se grouille de la rejoindre.
Elle courut dans la rue pour attraper le bus qui passait à 09h00 non loin de là ; le sésame pour arriver rapidement à l'hôpital sans correspondances. Dedans, il n'y avait que des gens partant au boulot. Le boulot. Merde. Avec tout ça, Cybèle avait complètement oublié son travail ; sortant son téléphone, la borgne s'inventa une excuse pour ne pas y aller, prétextant qu'elle allait leur envoyer un certificat médical bientôt. Il y avait plus important à faire, là.

9h17.

La muette espérait que les flics décideraient de laisser Paolo se reposer. Elle marchait d'ores et déjà rapidement en direction de l'hôpital, droit devant Chani et elle, avant de s'arrêter devant la porte qui menait à l'accueil. La borgne tapota ses poches. Pas de carnet. Elle sortit avec dépit son téléphone ; je resterais devant la porte de la chambre pour te prévenir si des enquêteurs approchent. Au fait, comment on rentre ? On est pas de la famille. Il faut que tu leur racontes un truc, sinon t'avanceras jamais dans ton enquête.

... Et, surtout, Cybèle n'avancerait jamais dans sa collecte d'informations.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 218
points d'aurore : 250
Messages : 238
Rang de prestige : B
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Ligue Impériale
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 218
points d'aurore : 250
Messages : 238
Rang de prestige : B
Âge : 17 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétérosexuelle
Métier : Apprentie inspectrice
Avatar : Atsuko Kagari | Little Witch Academia
  Mer 29 Nov - 10:14
citer
éditer
x
  Mer 29 Nov - 10:14

Je décollais délicatement le post-it de mon front. Elle donnait vraiment des ordres à son Furaiglon... en sifflant ? Il faut croire qu'elle n'était pas si bête que ça pour inventer un nouveau langage pour se battre. Je comprenais mieux pourquoi le Furaiglon avait essayé de m'attaquer. Après je ne savais pas comment j'avais fait pour siffler Furie. De toutes les attaques de ce petit oisillon, il avait fallu que j'en siffle une offensive, la poisse. Je ne relevais pas le dernier mot de la note, Cyfeune ne devait pas être du matin, voilà tout.
Je trépignais d'impatience, pourquoi devait-elle mettre si longtemps pour s'habiller ? Elle se coiffait ? Mais on avait pas le temps de se coiffer. Je regardais rapidement le reflet de mes cheveux sur mon téléphone. Bon d'accord, j'avais besoin d'un coup de brosse moi aussi. Ça ne faisait pas très pro de se balader avec les cheveux en pétard. Une fois prête, on sortit enfin de l'appartement. On attrapa un bus à 9h, on y était presque. Après un quart d'heure de trajet et deux petites minutes de marche, on y était. L'immense hôpital central d'Elyséa nous faisait face. Cyfeune m'exposa sa stratégie. Elle resterait dehors, à l’affût du moindre danger pendant que moi, j'allais devoir poser les questions au jeune Paolo. Pour rentrer dans sa chambre j'avais déjà élaboré mon plan.

La porte automatique s'enclencha, puis une deuxième. Qu'est-ce que je pouvais haïr les hôpitaux. Je sais, c'est un peu cliché dit comme ça. Ma grand-mère est resté pendant un mois ici avant de mourir, ce sont les seuls souvenirs que j'ai dans cette immense clinique. Pas très joyeux.
Je m'approchais du comptoir. J'avais au préalable sorti mon badge d'inspecteur de police, je le gardais toujours près de moi. Je le montrais à la charmante secrétaire, un sourire charmeur sur le visage. Non cette technique ne marchait pas que pour les mecs. Laissez moi faire.

- Bonjour, inspectrice Harkonnen, je viens poser des questions à un dénommé Paolo qui a été admis ici hier soir. On a tenté de l'assassiner, je suis sur l'enquête.

La secrétaire semblait surprise de mon jeune âge. Mais connaissant le prénom de la victime, pourquoi on l'avait fait rentrer à l'hôpital et quand, elle jugea que c'était effectivement moi qui avait hérité de l'enquête.

- Chambre 456. Suivez les panneaux.

Elle ne s'attarda pas pour poser plus de questions. Nous non plus, je fis signe à Cyfeune de me suivre. Les fameux panneaux indiquaient comment trouver la chambre. 456, donc étage 4. J'appuyais sur le bouton de l'ascenseur. Le 56 indiquait le couloir et ensuite le numéro de chambre. C'était vraiment simple. Le numéro était devant nous. Je me retournais vers Cyfeune pour mettre les choses au clair une dernière fois.

- Bon c'est simple, si tu vois quelqu'un arriver, tu toques discrètement et tu restes dans le couloir pour ne pas paraître trop suspecte, d'accord ? ... Allez, la grande Chani Harkonnen rentre en jeu !

Deux petits coups secs sur le bois. Je n'attendais pas qu'on m'ordonne d'entrer, j'ôtais mon manteau à l'entrée de la chambre et me présentais de nouveau à l'homme. Paolo, c'était bien lui. Il était allongé sur le lit, il était réveillé, il n'avait pas l'oeil très vif, mais il semblait pouvoir parler. La télévision était réglé sur les dessins-animés, mais ça ne semblait pas l'intéresser plus que ça. Je sortis de nouveau mon badge pour lui montrer.

- Bonjour Paolo, mademoiselle Harkonnen, police impériale d'Elyséa, je suis là pour vous posez quelques questions à propos de hier soir. Votre agression.

Instinctivement, mon regard se promena sur la couverture blanche jusqu'à l'endroit où il s'était fait poignarder la veille. Bien sûr je ne voyais rien, mais je savais que c'était là. Brrr. Tout ce sang, rien que d'y repenser j'avais de nouveau des nausées. Calme Chani.  Je devais paraître impassible, c'était mon métier après tout. Je me décidais à poser ma première question.

- Vous vous sentez mieux ?

Tout d'abord, il fallait rassurer la victime. Se la mettre dans la poche comme on dit. Ce n'était pas tout le temps facile, mais ça pouvait aider pour la suite de l'enquête. Paolo se contenta d'hocher la tête. Il n'était pas très bavard. J’enchaînais, je ne voulais pas que son attention se porte sur les dessins-animé.

- Est-ce que vous vous souvenez de ce qui s'est passé hier soir ?

Ces souvenirs semblaient être difficiles à remémorer. Il chercha ses mots plusieurs fois avant de commencer à parler. Sa voix était rêche, un peu comme s'il avait fumer trois paquets de cigarettes avant que j'arrive.

- Je me souviens... je... je... j'avais un rencard. Oui voilà, un rencard avec une fille. Je ne la connaissais pas du tout, juste par messages. On s'est retrouvé... elle... euh, m'a tabassé je crois bien. Je suis resté inconscient pendant... aucune idée de pendant combien de temps. Quand je me suis réveillé, on m'a transpercé par derrière avec un couteau ou je sais pas quoi.

Je restais sans voix. Il s'était fait tabasser et poignarder dans la même soirée, sans doute par la même personne. Il était vraiment tombé sur une mauvaise personne. Je voulu continuer à le questionner, mais on toqua à la porte. Mince, le signal. Je paniquais intérieurement. Peut-être n'était-ce qu'une infirmière... La poignée se tourna délicatement. Puis la porte s'ouvrit doucement. Une grande silhouette se dessina.

J'étais morte.

Monsieur Cederblad, en chair et en os. Mon mentor. Il avait fait le déplacement jusqu'ici pour interroger la victime. Il avait eu l'affaire. J'étais morte. Il allait savoir que j'avais passé la nuit dehors à faire la chasse aux brigands. Je devais prendre les choses en main, et vite.

- Paolo je vous présente mon collègue, monsieur Cederblad, il va m'épauler pour l'enquête.
Alors vous étiez sur le point de me décrire votre agresseur.


Je n'osais pas tourner la tête, le regard pesant de mon mentor me transperçait. Il le savait. D'un regard, il savait tout. Il n'avait pas bronché, acceptant son rôle d'apprenti devant la victime. On devait faire corps pour ne pas l'embrouiller. L'enquête repris de plus belle.

- Cette fille était vachement jolie. Elle avait les cheveux blancs comme la neige, un oeil rouge, l'autre était caché par un morceau de tissu rouge. Elle avait de beaux vêtements. Un beau manteau gris. Ah...

Il soufflait péniblement. Mon visage venait de se décomposer. Cheveux blancs, un oeil rouge. Cy... Cyfeune ? Je croisais le regard de mon mentor. Il l'avait bien vu, la jeune fille qui attendait devant la porte. C'était la parfaite description de l'agresseur. On sortit rapidement. Elle avait compris elle aussi, elle s'était mise à courir et la course poursuite commença.

Cyfeune mais enfin... pourquoi... ?
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 67
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Mer 29 Nov - 19:56
citer
éditer
x
  Mer 29 Nov - 19:56

Chani avait tout gobé. Comme d'habitude : Cybèle était ébahie par la naïveté de la jeune détective. La petite brune venait d'entrer dans la chambre, tandis que l'albinos se tenait près de la porte-- très près, assez pour entendre ce qu'il se passait à l'intérieur.

Les choses se corsèrent vite. Voilà que le dénommé Paolo inventait une histoire de rencard ; indignée, la borgne fronça les sourcils. Un stalker. Voilà ce que c'était : une ordure, une infâme raclure, qui avait tenté de l'agresser. Mais quoi qu'il en soit, ce type allait droit au but, et Cybèle allait passer un sale quart d'heure, puisque son agresseur était persuadé qu'en plus de l'avoir tabassé, elle l'avait aussi poignardé. Ou bien l'accusait-elle de peur des répercussions que pourrait avoir la dénonciation d'un membre des Sanguinaires ?... Enfin, il ne le disait pas clairement, mais le lien entre le passage à tabac et la tentative de meurtre était vite fait.

La jeune femme, derrière la porte, poussa un soupir las. Elle s'était encore une fois embarquée dans un sombre affaire. Le plus triste, dans tout ça, c'est qu'elle y était si habituée que ça ne lui faisait même pas tant d'effet que ça. Elle avait peur des conséquences, c'est vrai, puisque sa vie était bien rangée maintenant ; il y a quelques mois, ça ne l'aurait pas préoccupée de finir en prison, puisqu'elle n'avait alors rien à perdre. Mais maintenant ? Un travail, un appartement, sa réputation-- en somme, toute sa vie à Élyséa. Mais pas le temps de s'accabler ; voilà qu'un homme blond s'approchait dangereusement de la chambre, et Cybèle, plongée dans ses pensées, ne l'avait pas vu. La borgne s'empressa de donner le signal à Chani (deux coups légers sur la porte), espérant qu'elle saurait se cacher. Avant d'entrer, le mystérieux personnage jeta un œil curieux à la muette, qui le lui rendit avec un regard perçant et prolongé.

Dès que la porte fût claquée, elle s'était dépêchée d'écouter à nouveau ce qu'il se passait. Et ce n'était pas bon. Du tout. De une : Chani ne s'était pas cachée. De deux : elle connaissait cet homme, qui semblait être un véritable inspecteur. De trois : avec horreur, l'albinos entendait son agresseur la décrire sans lésiner sur les détails.

Elle s'était jetée dans la gueule du loup.
Qui était la plus naïve, maintenant ?

Un instinct primaire prit le dessus sur la capacité à raisonner de la jeune femme ; plutôt que de s'en sortir en négociant, la borgne eût le réflexe de fuir à toutes jambes de l'hôpital. Elle courait, ventre à terre, pour échapper au danger ; conditionnée par ses petits délits à prendre la poudre d'escampette ou à se battre dès que ça sentait le roussi. Se castagner serait du suicide. Elle le savait. Il s'agissait d'un policier, et la borgne avait gardé des policiers l'image d'hommes capables d'abattre un homme de sang-froid, pour en plus en tirer des remerciements. C'était l'héritage que Grimecoal lui avait laissé-- l'idée que la flicaille, finalement, n'est qu'un amas d'êtres corrompus au cœur de pierre. Voir Chani aurait dû la persuader du contraire, mais Cybèle n'y pensait plus, fugitive.

Elle entendit une porte s'ouvrir derrière elle et se retourna, pour apercevoir l'homme blond qui se lançait à sa poursuite. Chani était comme figée, là-bas, loin, de plus en plus loin. Le cœur battant, incapable de réfléchir, Cybèle évita de justesse une infirmière ébahie qui se tenait là sans bouger, tourna à gauche, encore à gauche, dévala des escaliers à toute vitesse, et se rua dans le hall principal en bousculant des patients, du personnel, tout le monde.

Et alors que la porte de sortie se trouvait juste devant elle, Cybèle, exultante, se força à continuer encore un peu. Ça ne menait à rien. Ça ne servait à rien. Ils finiraient par la rattraper. D'ailleurs, ça n'allait pas l'aider à prouver son innocence non plus. Mais, ne serait-ce qu'un jour, dix heures, deux heures, cinq minutes de liberté en plus-- une douleur poignante s'empara de l'albinos. On l'avait plaquée au sol sans ménagement ; du sang perlait déjà du nez (fragilisé par tous les traumatismes qu'il avait subis) de la jeune femme. Elle sentait un poids sur son dos, et malgré ses efforts, il était impossible pour elle de se dégager.

Elle ne pouvait plus compter que sur sa bonne étoile, maintenant.
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
Boy, that escalated quickly. (Partie I) | Chani
Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Nouvelle structure de la Partie Privée
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 37 !
» Partie de chasse entre amie [ Nuage Argentée ]
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum