Forum RPG Pokémon
Bienvenue dans l'empire
Vous aviez toujours rêvé de partir à l'aventure dans le monde Pokémon ?

Alors bienvenue sur Aurora Millenarius, le forum pokémon pensé pour vous permettre de créer votre propre histoire et de vivre une grande aventure !
top-sites
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Promotion chromatique
Pour le premier mois de cette réouverture, votre premier starter peut être de type chromatique ! etc
Réouverture
Pika  !
C'est avec beaucoup de nouveautés, un nouveau design, une nouvelle équipe qu'Aurora Millenarius rouvre ses portes etc...
Été
Venez découvrir les exclusivités !
Que croiser sur les routes de l'Empire ?
Le forum
Forum RPG pokémon à contexte original. Pas de minimum de lignes, avatars illustrés en 250 x 400 px.
Pokénews
07/07/18
Découvrez la Gazette n°7 !
01/04/18
Hoopa prend le contrôle du forum !
Le staff
Aislinn
Fondatrice
Raphaël
Fondateur
Abigaël
Administratrice
Derniers messages

 

 Aux Poings Rouges (avec Cybèle)

PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Dim 19 Nov - 15:21
citer
éditer
x
  Dim 19 Nov - 15:21

C’était peut-être la seule manière de réparer tout ça. Résoudre cette situation qui avait dégénérée. Rico avait pris sa décision quelques instants auparavant, alors que son compère de toujours, celui qui prenait soin de lui depuis des mois, celui qui s’était révélé être une nounou plein d’amour, Cassius, son jeune Débugant, qui tirait son ami vers l’arrière, pour le retenir, agrippé à son sweet, noué autour de la taille. Le soleil s’était épuisé depuis belle lurette, et la nuit avait pris le relais. Dans Elyséa, le boucan des bas quartiers avait repris, comme à son habitude.

Le jeune boxeur se revoyait, une heure plus tôt, rentrer dans son appartement, dévalisé. Les meubles renversés, les carreaux brisés, les armoires éventrées, et surtout Bouba, le Colossinge de son père, à terre, épuisé et roué de coups. Celui qui avait élevé Rico à sa façon à la mort de son maître venait de subir une rouste dont il se souviendrait toute sa vie. Sa respiration était lente, saccadée. Le voisinage s’était agglutiné sur le pas de la porte, alors que Sylvio, le vieil entraîneur accourait, gagné par la funeste rumeur. Une fois dans la petite pièce, il sortit une potion de sa veste et en aspergea les blessures du pokémon blessé. Cassius restait sur le côté, le regard inquiet.

— Bon sang,
marmonna Sylvio. Qui t’a fait ça, mon vieux ?
— Dis-nous, Bouba. Je vais l’exploser.
— Exploser quoi, Rico ? Tu vois bien que c’est un pokémon qui a mis K.O Bouba.
— M’en fiche. J’vais lui faire la peau.
— Arrête tes bêtises.


Cassius apporta une feuille et un stylo au Colossinge, qui avait repris un peu ses forces.

— Ouais, t’as qu’à dessiner celui qui a saccagé l’appartement.

Comme un enfant en bas âge, Bouba s’empara du stylo, et dessina frénétiquement sur le bout de papier. Puis il tendit la feuille à Sylvio, qui grimaça en voyant le dessin devant lui. Il l’analysa et grogna de nouveau avant de passer la feuille à Rico.

— Ca ressemble à un Mangriff, ça.
— Ouais. Et le seul à posséder un Mangriff capable de faire ça dans le coin, c’est Zoran Potal. Tout le monde sait que Zoran avait de nombreux comptes à régler avec ton père, qui lui devait des quantités astronomiques d’argent. J’ai entendu dire dernièrement qu’il était endetté à son tour … Il a dû reprendre son rôle de créancier et est venu se servir lui-même chez ses anciens débiteurs. Seulement, Bouba ne l’a pas entendu de cette oreille. Malheureusement pour lui.
— Ouais. Ben je vais réclamer à Zoran ce qu’il a pris. Et rendre la monnaie de sa pièce.
— Attends ! Attends ! C’est de l’inconscience ! Il est toujours entouré de sa bande ! Sans compter son Mangriff ! Tu tiens vraiment à te mesurer à tout son clan ? Tout seul en plus ?
— Je ne serai pas seul. J’y vais avec Cassius.


Le concerné sursauta sur place, plutôt effrayé par l’idée.

— Il est prêt, Sylvio. Je l’ai assez entraîné, et il est temps qu’il laisse un peu son rôle de mère-poule de côté.
— Tu es inconscient, Rico ! Ton Débugant va se faire massacrer !! Et toi aussi, tu m’entends ? Tu es de nouveau prêt à faire n’importe quoi pour te mener à ta propre destruction ! Et en plus tu impliques Cassius dans tout ça ? Je t’interdis …
— Tu vas m’interdire quoi ? Quoi ? T’es qui pour m’interdire ? La police ? Non, alors tu la fermes ! Cassius m’appartient, et j’en ferai ce que je veux ! Si j’ai décidé qu’on irait casser les dents de Zoran, et bien il m’accompagnera ! Il n’a pas le choix. Maintenant hors de ma vue.


Rico poussa son coach sur le côté et sortit de l’appartement. Suivi de près par Cassius, il ne remarqua pas le salut compatissant de ce dernier à son entraîneur. Un salut qui signifiait : « Ne t’inquiète pas pour nous, je veille sur lui ». Et maintenant, alors que la nuit venait de s’installer, Rico marchait fermement, sûrement, en direction du Poing Rouge, un espèce de night-club véreux, la souricière de Zoran. Le jeune boxeur avait le sang chaud : les conséquences d’une telle décision lui échappaient, il désirait simplement refaire le portrait du cambrioleur. Qu’il s’agît du dresseur, et du pokémon. Rico et Cassius traversaient les dédales urbains, pour s’enfoncer plus profondément dans la ville-basse. Enfin, apparurent en lettres géantes et lumineuses sur la devanture de l’établissement corrompu : Le Poing Rouge. Des voyous et des loubards s’étaient amassés autour du lieu, exhibant fièrement leurs pokémon de type combat, ténèbres, ou poison.

Rico entra à l’intérieur, sous les railleries des clients. A l’intérieur, plus personne ne remarquait sa présence, il fallait dire qu’un jeune homme athlétique faisait pâle figure face aux gros bras qui pullulaient. L’alcool coulait à flots, la musique tambourinait les tympans de Rico, les effluves de bières enivraient l’espace embrumé par la fumée des cigarettes. Rico connaissait l’endroit comme sa poche, puisqu’il y avait passé plusieurs mois en tant que rabatteur. Il se dirigea, suivit de très près par Cassius, vers le fond de la vaste salle. Il ouvrit la porte, et descendit les escaliers de pierre, qui menaient au sous-sol. Son cœur battait la chamade. Des clameurs s’élevèrent d’en bas. Comme il s’en doutait, le Tournoi des Deux Poings battait son plein. Les escaliers débouchèrent dans une cave gigantesque, au plafond très haut. Des hordes de spectateurs s’amassaient autour d’un ring sur lequel combattaient deux hommes, ainsi que deux pokémon. La renommée du Tournoi des Deux Poings dans la capitale n’était pas volée, son principe inédit en avait fait une compétition clandestine à part entière : le principe consistait à faire combattre les dresseurs entre eux, ainsi que leurs pokémon. En somme, un combat-double, mais incluant un humain dans chaque tandem. Tous les coups étaient permis, sachant qu’il était même possible que les dresseurs combattent eux-mêmes les pokémon adverses. D’où l’extrême dangerosité de tels affrontements.

Dans sa loge, élevée par rapport au public hystérique, était assis confortablement Zoran, ainsi que son Mangriff, qui se nommait Krieg. Il applaudissait les quatre gladiateurs du ring, quand tout à coup, il aperçut Rico dans la foule. Il sonna l’arrêt du match et se leva. Tout le monde fit silence. C’était un homme à la stature incroyable, le corps recouvert d’une espèce de combinaison violette, faite de métal. Il avait un casque d’acier sur le haut du visage. C’était un homme impressionnant. En compagnie de Krieg, il toisa Rico, et leva bien haut un trophée. Le fils du légendaire Nico Salazar reconnut immédiatement l’objet brillant : il appartenait à son père. Voilà donc l’objet tant convoité par le voyou.


— Qui vois-je donc ? L’illustre Rico Salazar, fils de Nico Salazar, mon plus grand rival dans ma jeunesse ! Et je vois que tu es venu récupérer ce trophée ayant appartenu à ton défunt père c’est cela ?
— Rends-le ! Ou je viens exploser ta sale gueule !
— Ho oh ! Quelle verve ! On peut dire que ce vieux Bouba n’a pas épargné ton éducation. Que dis-tu de passer sur le ring ? Je ne doute pas de tes talents de boxeur, et donc combattre ne te posera aucun problème, je gage. Quand à ton cloporte de Débugant, peut-être que tu l’as suffisamment entraîné pour l’épreuve qui t’attend. Tu connais les règles de mon tournoi ! Seul l’approbation du public te permettra de remporter le combat, même si tu le perds ! Je connais tes talents de pugiliste, mais qu’en est-il de ton talent de dresseur ? Montre-nous que les Salazar sont de retour ! Si tu parviens à remporter un combat, tu auras le droit de venir m’affronter ! Qu’en dis-tu ?


Le jeune homme réfléchit quelques instants. Non. Il n’était pas venu pour faire joujou sur un ring. Il voulait laisser aller sa rage dans toute son entièreté à l’encontre de Zoran. En guise de réponse, il tourna le dos au roi des lieux, et marcha jusqu’au comptoir, pour boire un coup, sous les moqueries des spectateurs déchaînés. Accoudé contre le bois recouvert de flaques d’alcool, il commanda une bière et commença à boire. Il lui fallait un plan pour atteindre ce gros lard de Zoran. Mais comment faire ?
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Dim 19 Nov - 19:35
citer
éditer
x
  Dim 19 Nov - 19:35

Cybèle était très contente de s'être sortie de la galère des combats clandestins. À l'époque, dépassée par l'adrénaline qui affluait dans son corps, la jeune femme n'avait pas perçu les véritables dangers de ce milieu-- bien que puissante et ayant remporté un certain succès, la muette en avait quand même tiré beaucoup de cicatrices, et surtout, un œil en moins. Il lui suffisait de repenser à la brutalité du combat qui lui avait offert ce handicap pour grimacer ; la douleur avait été terrible, la menant à un état d'inconscience, black-out, elle s'était réveillée, pour entendre qu'elle avait perdu. Une défaite humiliante dont l'ancienne combattante porterait toujours la trace.

Oui, c'est avec le recul offert par son vagabondage entre Albion et Kalos que la borgne avait finalement réalisé que les combats clandestins sont un piège, qui maintiennent le combattant enchaîné à sa condition précaire-- exposé comme une bête à un public raffolant de violence, il est considéré avec crainte mais également avec un certain dédain. Comme si ce n'était qu'un animal balancé sur le ring pour le divertissement d'autrui. Il n'avait qu'à souffrir, lui, pour un peu d'argent. Elle qui pensait être libre, était en fait emprisonnée dans une cage de verre. Cybèle, pourtant si éprise de liberté, avait pris des années à voir au-delà des œillères instaurées par l'excitation des combats.

Quoi qu'il en soit, l'albinos avait remarqué que le raisonnement n'était pas le même pour les sportifs évoluant dans une carrière plus légale et plus saine. Les boxeurs, par exemple, inspiraient le respect. Cybèle aurait bien aimé faire de la boxe. Mais elle s'estimait trop impulsive, pas assez réfléchie. Son style de combat à elle avait puisé dans toutes sortes d'influences ; elle ne souhaitait pas tout désapprendre et recommencer en débutante.

Néanmoins, Cybèle était parfois curieuse. Possédant une vie à peu près stable à Élyséa, la jeune femme ne pouvait pourtant pas s'empêcher de s'engouffrer dans les bas-fonds de la capitale kalosienne, Pokémon à la ceinture. Profiter de l'atmosphère fétide et si violente de ces quartiers sans éducation ou presque, et finalement, se sentir un peu à sa place. Supérieure. Bien au dessus de tous ces rampants incapables de s'extirper de leur condition. Comme jadis, dans les taudis de Grimecoal-- ces plongées en enfer faisaient du bien à Cybèle, et à son ego. Il lui arrivait parfois de porter secours à certains et d'en castagner d'autres, puisque la police ne se préoccuperait jamais de leur sort. Il suffisait de l'énerver. Elle n'était pas méchante, juste dans son élément. C'était à nouveau, comme il y a quelques années de cela, le Faucon de Grimecoal. Bien qu'ici à Élyséa, personne ne pouvait se vanter de connaître son passé.

C'est dans cette optique que Cybèle s'était arrêtée ce jour-là aux Poings Rouges des bas-fonds élyséens. Elle n'avait jamais été observer la scène clandestine des combats de la capitale. Tout d'abord étonnée par les règles de cette mêlée entre Pokémon et humains, la jeune femme avait ensuite été dégoûtée par les combats eux-même et le regard euphorique que le public portait sur les gladiateurs.
... Comment connaissait-elle le secret de l'endroit ? Elle avait tout simplement discrètement suivi un habitué du bar, qu'elle trouvait décidément louche, et voyant que celui-ci s'obstinait à être silencieux, l'avait menacé de derrière en lui laissant croire qu'elle possédait un couteau. Poltron, le type lui avait expliqué le fonctionnement des combats et l'emplacement de l'arène, avant que l'albinos ne le lâche et ne commence à fuir à toute vitesse pour ne pas que son visage atypique ne soit gravé dans la mémoire du costaud. Le couteau n'était en fait que l'un de ses ongles, peut-être longs, mais pas tranchants pour un sou. Comme quoi, l'imagination, hein ?...

Du coup, la voilà assise au bar du sous-sol. L'endroit puait la cigarette, la drogue et l'alcool et de nombreux regards vulgaires s'étaient posés sur elle. Quelle charmante population. Néanmoins, personne n'osait l'aborder ou la toucher, pensant probablement qu'il s'agissait de la compagne ou de la fille d'une personne importante-- pourquoi une femme irait-elle s'aventurer dans un lieu aussi hostile, sinon ?

Cybèle avait assisté à la scène, lorsqu'un jeune homme manifestement furieux s'était opposé à ce qui semblait être le propriétaire de l'arène. « L'illustre Rico Salazar » ? Ah, tu m'en diras tant. Il était bon avec ses poings, paraît-il. La muette ne pouvait pas en avoir moins quelque chose à faire. Néanmoins, les grands airs de cet excentrique qu'ils appelaient tous Zoran (y'avait que les Big Boss des bas-fonds pour s'habiller comme ça, sérieusement) agaçaient profondément l'albinos. De plus, il avait apparemment chipé le trophée du défunt père du jeune homme, maintenant accoudé au bar où était assise la borgne. Celle-ci jeta un œil au garçon qui sifflait maintenant une bière ; comment cautionnait-il une telle humiliation ?... Elle aurait été à sa place, ce type n'aurait pas payé pour attendre. Et puis si elle se prenait dix coups pour en avoir donné un, tant pis : il y avait toujours un moyen de s'en sortir.

(Enfin non, pas vraiment, mais Cybèle a toujours eu un peu de mal à se contenir).

La jeune femme resta pensive quelques instants en faisant tourner le vin au fond de son verre du bout des doigts. Quelle situation, je te jure. Avec tous ces gros bras machos qui la reluquaient. Quel endroit de merde. Elle ferait mieux de se barrer. Et c'est ce qu'elle fit ; avant néanmoins de se rasseoir aussitôt. Oh et puis, merde.
Il allait se bouger le cul lui, ou bien ? Après avoir écrit de son critérium quelques secondes, espérant que le jeune homme sache lire (faut dire que ce n'était pas toujours le cas), Cybèle arracha une feuille de son calepin pour la faire glisser vers le brun.

Voici ce qui était inscrit dessus, en lettres brouillonnes ; C'est pas en te saoulant que tu vas lui 'casser sa sale gueule', à ce Zoran machin.

Il avait l'air d'avoir son âge. Cybèle soupira. Encore une vie gâchée par des conditions pourries. Quel beau travail faisait l'Empire dans sa propre capitale. Ça laissait rêveur quant à l'état des autres villes-- et on voyait celui d'Albion. Quoi qu'il en soit, du côté de Cybèle, hors de question de se rabaisser à combattre sur ce ring dégoûtant. Surtout pas à Élyséa. De toute façon, ses Pokémon n'étaient pas assez forts, et elle doutait que le Débugant du garçon ne fasse le poids face aux colosses qu'elle avait vu combattre.

Il doit y avoir un moyen d'aller dans sa loge, non ?
Écrit-elle ensuite.

Cybèle espérait que son interlocuteur ne la prendrait pas pour une demoiselle vulnérable, comme tous les autres.
Il faut dire que ça commençait à lui taper sur les nerfs.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Mar 21 Nov - 10:32
citer
éditer
x
  Mar 21 Nov - 10:32

Alors que Rico s’enfonçait un peu plus dans la douce étreinte de l’alcool, Cassius avait du mal à tenir en place. D’un regard alerte, il scrutait tout autour de lui, terrifié par tous les rufiants qui beuglaient dans la salle. Mais le boxeur ignora tout du sentiment apeuré de son camarade, seule sa pinte de bière le soulageait. Il se triturait les méninges, réfléchissait, mais rien ne sortait. Il rota un coup, avant de remarquer que tous les regards étaient rivés sur lui. Sur lui ? Non, pas exactement, mais plutôt à côté de lui. Il n’avait pas remarqué la jeune femme qui se tenait près de lui. Un singulier bout de femme, pensa-t-il, dans son genre. Une beauté froide, dont l’âge n’était probablement pas si loin de Rico, aux cheveux d’une blancheur argentée, et portant un cache-œil. Une vraie pirate ! Au moins elle ne serait pas dépaysée de l’endroit. Rico remarqua alors qu’elle était la première femme qu’il croisait aux Poings Rouges, rares étaient les ambassadrices de la gente féminine dans cette gargote puante. Elle sirotait un verre de vin tranquillement. Rico en détourna les yeux. Pas intéressante pour lui. Sans intérêt. Puis une petite feuille vint titiller le coude du boxeur. Il la saisit et la lut aussitôt. Il jeta un regard méfiant envers la nouvelle venue. Cette dernière donna un second mot. Encore une fois, il le lut d’un trait. Il pouffa de rire.

Tu te prends pour un agent secret ou quoi ? Bouahaha ! C’est quoi ces mots ridicules ? Un truc de femmes j’imagine. Et je ne vois vraiment pas en quoi mon affaire avec le gros Zoran t’intéresse. Va voir ailleurs si j’y suis, tu veux ?

Complètement ridicule, songea Rico. Communiquer à l’aide de vieux postits. Voilà une idée saugrenue. Soudainement, quelque chose le frappa à la jambe violemment. C’était Cassius.

Qu’est-ce que tu fous, crétin ?

Le Débugant fronçait les sourcils, furieux de voir que son dresseur manquait d’un certain sens de jugeote. Il mima quelque chose avec ses bras et ses lèvres, Rico comprit presque immédiatement. Muette, voilà le fin mot de l’histoire. Il releva les yeux vers son interlocutrice et esquissa un rictus plein de malice.

Je suppose que la vie ne t’a pas gâtée, hein ? Non seulement borgne, mais en plus muette comme un Magicarpe ! Ben moi non plus, princesse. Ca fait des années que je traîne mon cul dans ce quartier et que j’en ai ma claque. T’es sûrement une voyageuse, hein ? Et ça m’étonnerait pas que tu sois une dresseuse, tiens. Les gens d’Elyséa ne viennent jamais ici. L’endroit est occupé par les gars les plus craignos de la ville, comme tu peux le voir. Et comme je sais qui fréquente à peu près le secteur et que je ne t’ai jamais vue … Je conclus que t’es étrangère à la capitale.

Rico leva sa bière en direction de la borgne en rotant un « Santé ! », avant de la finir cul sec. Il s’épongea le coin de la lèvre supérieure, et reprit son monologue.

Rico Salazar, pour te servir. Je suis un boxeur. Et voici Cassius, mon Débugant. C’est un peu ma nounou, mais je suis son dresseur maintenant. Enfin, je pense. Si tu as réussi à rentrer ici sans te faire sortir, c’est que tu dois être sacrément dégourdie, et moi j’aime ça. Bon, je suis venu aux Poings Rouges pour faire quelque chose de complètement fou. Un acte qui me vaudra un bannissement définitif de la ville, si je ne veux pas finir noyé dans une fontaine. Un acte qui me servira de prétexte pour mon départ. Et si tu m’aides … Eh bien ma vieille, j’aurais à ton égard ce que j’appelle une dette éternelle …
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Mer 22 Nov - 12:00
citer
éditer
x
  Mer 22 Nov - 12:00

Mais pour qui il se prend, lui ?

Vexée par la première réaction du jeune homme face à sa tentative d'approche, Cybèle se prépara à mettre les voiles. Il ne valait pas la peine qu'elle s'attarde plus longtemps dans ce trou puant, et l'attaquer à côté de tous ces gros bras ne pouvait provoquer qu'une émeute qui finirait forcément mal. Laissant quelques pièces sur le comptoir, la jeune femme était se le point de se lever, lorsque le brun s'adressa à nouveau à elle, cette fois sur un ton moins dédaigneux.

Elle décida de rester-- juste histoire d'entendre ce qu'il voulait ajouter. Ce type avait beau être quelconque parmi cette masse de colosses, son côté audacieux et rentre-dedans rappelait à l'albinos son passé de combattante. C'était peut-être ce qui lui donnait tant envie d'aider ? Malgré cette première approche plus qu'agaçante...

Son visage avait revêtu une expression malicieuse. Tiens donc, il avait compris son mutisme. La borgne n'avait jamais saisi pourquoi les gens avaient autant de mal à piger qu'elle était muette. Ce n'est pas comme si on croisait souvent des types qui s'expriment par écrit pour le fun. Enfin-- 'princesse', voilà un terme qu'elle n'aimait pas voir appliqué à sa personne. Cybèle aurait aimé qu'on lui parle comme à un type baraqué, un gars fort. Pas une princesse, pas une jolie fille, pas ici, en tout cas. Son interlocuteur partait du principe qu'elle était voyageuse en vadrouille, et il allait être surpris ; il semblait avoir eu un vécu difficile aussi.

Machinalement, sans s'offusquer des manières du jeune homme, Cybèle leva elle aussi le fond de vin qui lui restait pour répondre à son exclamation. Toujours aussi peu résistante aux ravages de l'alcool, elle se sentait d'humeur plus sociable que d'ordinaire. Néanmoins, c'est toujours d'un œil impassible qu'elle écouta le brun se présenter et déballer sa vie. Un bannissement définitif de la ville, hein ? Difficile de suivre quelqu'un à Élyséa. Facile de disparaître. Mais il est vrai que si on te retrouve, il est dur de mettre les voiles à nouveau. Il avait l'air de vouloir s'en aller définitivement, de toute façon.

Cybèle réfléchit un instant, son regard détaillant le garçon en face d'elle. C'est avec de la bière dans le sang qu'il comptait en faire autant ? Néanmoins, l'ancienne combattante appréciait son esprit. Si Élyséa était pour lui le même nid de pourriture que Grimecoal fût pour Cybèle, alors l'éboueuse pouvait comprendre sa volonté d'en finir avec la capitale sur un grand coup d'éclat. Son chemin, suite à ça, serait tortueux, comme le fût le sien à elle, peut-être finirait-il lui aussi à faire un métier peu glorieux, peut-être pire-- peut-être qu'un jour, Cybèle le verrait à la une d'un magazine sportif, une ceinture à la main. Qui sait.

En tout cas, s'il avait la volonté de s'en sortir, qui était-elle pour écraser ses rêves ?...
Peut-être devrait-elle songer à canaliser sa violence dans un sport de combat, elle aussi...

Son regard se rive en un éclair sur la page vierge de son calepin-- bruit de la mine de graphite contre le papier, les lignes se noircissent. Elle tend le carnet à son interlocuteur, sans vouloir le salir dans les traces de verres humides.

Cybèle Norne. Je ne suis pas une voyageuse, ni une princesse. Je vis à Élyséa depuis plusieurs mois, même si j'ai fait mon lot de voyages, l'observation n'a pas l'air d'être ton fort. J'ai aussi été combattante à ma façon. Tu sais, je crois qu'on se ressemble. Sauf que j'suis pas un trou à bière.
Mais je viens d'une ville corrompue et miséreuse, alors je sais ce que c'est. Besoin de voir autre chose ? De sortir de là et de montrer aux autres de quoi tu te chauffes. Sache que tu ne pourras jamais te débarrasser de la violence et des vices que tu as gagnés dans la misère.


Je suis sûre que tu t'en fous. C'est quoi ton plan ?


Cybèle était prête à aider ce type qu'elle n'avait pourtant jamais rencontré. Il avait un comportement bien trop familier. Cette façon de parier sur un futur dont on ne connaît pas l'issue. De s'accrocher à un espoir de liberté. Quitter la ville où l'on est né pour ne plus jamais y retourner-- ah, ça, la borgne y est revenue, à Grimecoal. Pour rentrer avec un nez cassé et une colère noire. Les visages ne disparaissent pas si facilement des mémoires de ceux qui vivent dans les bas-fonds. Rico Salazar. Il devait avoir des rêves plein la tête, lui aussi. Et de l'autre côté, l'arène, les combattants. L'incarnation même du désespoir.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Mer 22 Nov - 16:36
citer
éditer
x
  Mer 22 Nov - 16:36

La dénommée Cybèle avait bien failli fausser compagnie à Rico et Cassius. Le comportement du jeune homme laissait à désirer, et le social n’était pas son point fort. Néanmoins il avait fait preuve d’une certaine retenue, peut-être parce que son interlocuteur était de sexe féminin. Rares avaient été les contacts avec les femmes, à part avec les prostituées sordides qui rôdaient dans les bas-quartiers. Toujours en guise de réponse, la borgne-muette écrivit sur une feuille de calpin avant de la donner au boxeur, qui la lut en rougissant. Bon. Visiblement, elle vivait à Elyséa depuis quelques temps. Il ne releva pas l’information, certainement par pure mauvaise foi. Les dernières lignes du petit paragraphe interpellèrent néanmoins Rico. C’était un avertissement. Jamais un voyage ne pourrait le changer définitivement. La violence serait toujours à ses côtés, comme un esprit vicieux murmurant à son oreille. Il remarqua aussi qu’il partageait certains points communs avec Cybèle. Il s’en doutait déjà, mais le petit mot ne fit que confirmer ses impressions. Il était rassuré, au moins, il n’était pas le seul dans ce monde merdique. Puis, il prit la parole.

Je ne me fous pas de tes avertissements, au contraire. T’as déjà voyagé, c’est donc pas stupide de savoir ce à quoi je devrais m’attendre. Mon plan ? J’en ai qu’une esquisse, mais c’est mieux que rien. Tu vois tous ces imbéciles ? Une seule chose les importe, les hypnotise : le Tournoi des Deux Poings. Ils sont complètement absorbés par les combats qui se déroulent sur le Ring. Je vais créer la diversion en montant sur le Ring et en combattant, puis ça va être à toi d’agir. L’objectif est de faire sortir Zoran de ce bouge. Et pour cela, il n’y a qu’une seule solution : une émeute. Et elle ne sera pas difficile à mettre en place.

Rico se leva, et montra du doigt la régie, qui était encastrée dans le mur du fond, en hauteur. A travers sa vitre, on pouvait voir les ingénieurs de lumière s’adonner à leur tâche.

La régie. C’est eux qui gèrent les lumières de toute la pièce. Tu vas devoir remonter au rez-de-chaussée, et y accéder discrètement. Si tu as de la chance, tu trouveras un moyen d’y entrer sans te faire remarquer, et dans le pire des cas, tu tomberas sur un des sbires de Zoran. J’espère que tu as un pokémon pour te défendre. Ces types-là ne sont pas réputés pour leur talents de dresseur, mais méfie-toi quand même. Une fois à l’intérieur de la régie, tu devras te débarrasser des ingénieurs. Ca ne sera pas dur, invente un bobard crédible, ils fileront. Tu auras peu de temps pour trouver les commandes des lightspots du ring. Ton objectif sera d’éblouir mon adversaire en les orientant adéquatement. Les spectateurs remarqueront rapidement le trucage. Tout repose sur les paris ici, et la situation dégénèrera, crois-moi. Prévois un plan de secours au cas où Zoran ferait rappliquer des renforts dans la régie. Je te conseille de faire vite, je pourrai tenir contre mon adversaire, mais rien n’est dit pour Cassius.

Le petit pokémon croisa les bras en faisant une mine renfrognée, blessé dans son orgueil. Pourtant, les choses n’étaient pas si simples. Cassius n’avait qu’à de très rares occasions combattu contre des pokémon. Il passait le plus clair de son temps à s’occuper de Rico, et à s’entraîner dans le club de Sylvio. Rodé pour se battre contre les humains, affronter un pokémon était une autre histoire. C’était son premier véritable combat. Rico fit un léger salut à Cybèle, et s’enfonça dans la foule, direction le ring. Au pied de ce dernier, il se hissa, sous les hurlements protestataires de la foule. Le Débugant l’imita, et les deux camarades se retrouvèrent sur le grand ring blanc, au beau milieu d’un public hostile. Rico se tourna vers Zoran et hurla :

— Je veux voir mon adversaire !
— Tes désirs sont des ordres, héhé …


La cloche retentit une première fois, et le challenger monta lui aussi. Un homme mûr, mieux bâti que Rico. Son équipement en disait long, il pratiquait la boxe kalosienne, une discipline différente de la boxe classique, qui provenait d’Albion à l’origine. La boxe kalosienne permettait l’utilisation des poings et des pieds, contrairement à la boxe albionnaise qui se concentrait uniquement sur les poings. L’arbitre hurla le nom de l’arrivant : Basto. Ce dernier sortit une pokéball et la lança dans les airs. Elle s’ouvrit, laissant apparaître aux yeux de tous un Grodoudou. Bien plus gros que Cassius, qui se mit à trembler un peu. Rico donna un petit coup de pied au derrière de son compère.

Ne me déçoit pas.

Un encouragement qui rappelait plutôt une menace. Mais Cassius se ressaisit. Ces années d’entraînement n’allaient pas être inutiles, finalement. La créature de combat se concentra, et agita ses pieds et ses bras. Le début du combat allait sonner. Et en effet, le sifflet retentit. Rico et Balto se foncèrent dessus, alors que leurs pokémon firent de même.
Balto enchaîna coups de pieds, afin de garder le boxeur à distance. Mauvaise stratégie. Ses appuis n’étant pas à leur stabilité maximale, Rico plongea sur le côté, pris son ennemi de court, et lui asséna un coup de poing bien logé dans la mâchoire. Basto chancela, retenta sa chance avec les poings, mais sans succès. Il se mangea un contre dans les dents. Mais la chance allait tourner.
De son côté Cassius prit l’initiative, avec une attaque Bluff, qui eut pour effet de surprendre le Grodoudou. Ouverture idéale pour une Charge bien placée, mais qui s’avéra être inefficace. Malgré toute la puissance que le Débugant avait mis dans son attaque, elle eut le même effet qu’une coup de poing dans un coussin. En réponse, le Grodoudou utilisa l’attaque Ecras’face, qui envoya le Débugant dans les cordes. La force du pokémon adverse était prodigieuse. Impossible de rivaliser. Alors que Cassius s’apprêtait à faire à nouveau une Charge, le Grodoudou exécuta une Berceuse. Trop tard, le petit pokémon s’endormit sur place immédiatement. Désormais neutralisé, Grodoudou allait pouvoir porter secours à son maître, comme le stipulait le règlement de cette compétition clandestine. Il se mit en boule, et c’était parti pour une Roulade. L’énorme roue rose se mit à débouler droit sur son maître, qui avait vu venir l’attaque. Parfaitement rôdé comme pour un numéro de cirque, Basto sauta en l’air en écartant les jambes. Ce qui permit au Grodoudou de heurter de plein fouet Rico. C’était comme se faire renverser par un 4x4. Rico fut envoyé au tapis, un filet de sang s’échappait de sa bouche et de son nez. L’arbitre commença le décompte jusqu’à 10.

Arrivé à 7 secondes, le jeune boxeur se releva, les jambes tremblantes, le corps ankylosé par la frappe prodigieuse du pokémon. Il jeta un œil à Cassius qui dormait toujours.

Réveille-toi bougre de con ! Allez ! Bouge-toi Cassius !

Aucun effet, le Débugant restait profondément endormi. Rico se demanda alors si Cybèle allait pouvoir arriver à accomplir sa mission. Sinon, ce serait une défaite humiliante pour le jeune homme. Le combat reprit. Encore une Roulade. Et encore une fois, Basto esquiva l’attaque de son propre pokémon. Rico mima son ennemi et fit de même. La roue rose passa donc sous les deux combattants. Mais cette stratégie n’était évidemment pas la bonne. Dans les airs, Basto asséna deux coups de poings en pleine face de Rico. Il retomba lourdement sur le sol, alors que le Grodoudou entamait un second tour de Ring sous sa forme de boule meurtrière. Une deuxième fois, elle frappa de tout son soûl le corps ravagé de Rico. La cage thoracique du boxeur se compressa, lui faisant cracher du sang. L’arbitre interrompit le round et commença son décompte. Au terme de trois secondes, il arrêta. Non pas que Rico s’était relevé, mais Cassius, si. Le petit Débugant si fier, se tenait devant son maître, faisant office de mur contre Basto et son Grodoudou.

— Pauvre idiot … C’est maintenant que tu te décides à te bouger le cul ? Pauvre con ...
— Haha ! Ce minus croit pouvoir faire quelque chose contre mon Grodoudou ? Comme quoi l’espoir fait vivre … Tu es un bon boxeur, Rico, ça ne fait aucun doute. Mais dans ce tournoi, ton point faible c’est ton pokémon ! Jamais vu une lopette pareille ! Seul contre toi je n’aurais pas tenu, mais ce soir … Ca va être ta fête ! Personne ne peut me surpasser, moi et mon Grodoudou ! Alors tu vas assister au massacre de ton Débugant, sans pouvoir bouger, héhéhéhé …


Rico serait les poings, mais son corps endolori lui fit étouffer un cri terrible … Il voulait sortir son partenaire du ring, s’occuper de ces deux clowns tout seul, mais impossible. Tout espoir était perdu pour le moment.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Mer 22 Nov - 23:40
citer
éditer
x
  Mer 22 Nov - 23:40

Spoiler:
 

Cybèle était stupéfaite. S'il y avait bien quelque chose qui la différenciait de son interlocuteur, c'était le côté avenant de ce dernier. La jeune femme, avec sa conception du social un peu rustre sur les bords, a toujours eu tendance à soit ignorer les conversations, soit les poursuivre en économisant ses gestes, ou pire encore, en profiter pour franchement se moquer de la personne en face d'elle. Enfin, à son insu. Ce type, Rico, là, semblait sincère et confiant envers l'albinos. Sans se méfier plus que ça, il lui expliquait son plan...

Cybèle resta toute ouïe, très concentrée. Puisqu'il sautait à pieds joints dans les emmerdes et qu'en plus il comptait sur elle pour l'en sortir, alors elle pouvait au moins porter attention à ses idées.

Le Tournoi des Deux Poings, hein ; c'est comme ça que s'appelait cette mêlée entre humains et Pokémon. Cybèle avait bien remarqué que tous les regards étaient rivés sur le ring. La lumière était aveuglante. Albinos, la jeune femme était incapable de la regarder trop longtemps, sous peine de faire souffrir son oeil. Si elle savait, elle aurait pris une paires de lunettes de soleil. À l'idée de foutre le bazar dans cette salle remplie de gros bras, Cybèle trépignait d'impatience. Elle a toujours aimé causer ce genre de situations et en profiter pour distribuer quelques coups.

Il fallait qu'elle monte à la régie. Ouais, ça se tenait. La borgne hocha la tête, impassible comme à son habitude. Rico expliquait tout très bien malgré son alcool dans le sang et ses airs de rustre. Cybèle commençait vraiment à trouver le personnage attachant. Quelque chose en elle souhaitait vraiment aider ce gars à s'en sortir-- cette coïncidence sûrement de rencontrer quelqu'un qui lui ressemble autant. Même si son vécu devait être bien différent de celui de l'albinos. Bon, le problème étant l'absence totale de feeling de la jeune femme avec tout ce qui touche de près ou de loin à la technologie ; mais si elle se dépêchait de monter et occupait suffisamment les types des lumières, alors tout irait bien. L'ancienne combattante jeta un oeil au Débugant de Rico. En effet, il avait l'air entraîné, mais peut-être pas taillé pour le combat. Elle l'avait déjà remarqué plus tôt, mais l'observer de plus près faisait de cette supposition une certitude.

Et voilà qu'il était parti.
Déjà ?!

Entendre la voix du jeune homme résonner avec force dans l'arène fit comme un électrochoc à Cybèle, qui réalisa la nécessité d'agir vite et maintenant. Pas le temps de réfléchir. On ferait ça en cours de route-- Dans l'escalier menant au rez-de-chaussée, la borgne fit sortir son Furaiglon et son Sonistrelle chromatique de leurs pokéballs. Sa relation avec la chauve-souris était toujours très compliquée, néanmoins elle tenta de lui faire comprendre à force de signes et de légers sifflements qu'il fallait se tenir tranquille. Hrund, lui, suivait avec loyauté sa dresseuse ; avant de ressortir au rez-de-chaussée, Cybèle demanda à ses compagnons de crime de prendre un peu de distance, afin qu'ils ne soient pas associés ensemble. Leur petite taille leur permettrait de se faufiler sans alerter personne, et l'aspect frêle et féminin de l'éboueuse dans ce monde de brute pourrait au moins tromper la vigilance de quelques personnes si elle n'était accompagnée par aucun Pokémon.

L'étage principal du bar était bondé. Il y avait moins de colosses, mais tous restaient des membres de la pègre, des pauvres bougres et autres junkies des quartiers miséreux. Les femmes étaient systématiquement accompagnées-- aucune n'avait l'air de vouloir s'aventurer seule dans ce monde de machos. D'un pas tranquille, Hrund et le Sonistrelle prenant sa suite deux mètres plus loin, Cybèle chercha du regard l'entrée du personnel.

Là. Des types entraient et sortaient par cette porte sobre, qui se fondait parfaitement dans le décor. Un panneau décourageait les clients de passer par là. Cybèle s'en approcha avec nonchalance ; la technique était d'avoir l'air parfaitement à l'aise. Normale. Je suis supposée entrer par là. J'y ai le droit. Les regards suspicieux se posaient sur la jeune femme pour y glisser et passer à autre chose ; ça devait être la compagne de quelqu'un. Ou juste une fille qu'un gars du staff ne voulait pas laisser toute seule pour une raison quelconque. La porte laissée entrouverte laissa passer les deux Pokémon de l'albinos, qui s'engouffra, extrêmement attentive et concentrée, dans la zone du personnel.

Que faire maintenant ? La jeune femme n'avait aucune idée de l'emplacement de la régie. Elle tenta de se repérer par rapport à la position de la loge dans ses souvenirs du sous-sol. Il n'y avait aucun panneau pour aider, rien. La chance était de son côté, car les couloirs restaient désespérément vides pendant ces premières minutes d'exploration-- durant lesquelles la borgne remarqua que les pièces liées à l'Arène se trouvaient surtout dans l'aile droite de l'endroit.

Elle pressa le pas. Combien de temps s'était écoulé depuis la dernière fois qu'elle avait eu une mission pareille à mener ? Un service à rendre qui pourrait la mettre en péril, elle et sa vie. D'ordinaire, elle faisait ça pour des personnes qui lui avaient rendu service, ou des « amis », bien que la borgne ait toujours été réticente avec cette notion, toute relative dans les bas-fonds. Mais pour un parfait inconnu ? Elle était vraiment en manque d'adrénaline.

Avançant à pas feutrés dans les couloirs, la demoiselle se cachait du mieux possible lorsque quelqu'un passait, espérant que ses Pokémon penseraient à faire de même.

... Pas que ce soit désagréable. Cybèle se demandait si elle pourrait un jour se passer de danger et de misère. L'avertissement qu'elle avait lancé à Rico était tout aussi valable pour elle.

Elle n'avait été encore repérée par personne, lorsque-- une voix retentit derrière son dos.

« Qu'est-ce que tu fous là, toi ? »

Impossible de converser. L'albinos doutait que la brute derrière elle comprendrait son mutisme ; sans plus de subtilité, elle se précipita aussitôt sur son ennemi et lui asséna un coup de pied au foie, avant de plaquer sa main sur sa bouche pour l'empêcher d'appeler des renforts. Celui-ci, paralysé momentanément par le coup, gémit de douleur.
Puis ce fut au tour de Cybèle d'avoir un haut-le cœur, percutée dans le dos. Elle se retourna soudainement, juste assez tôt pour apercevoir un Baggaïd la frapper au visage. Bon sang, les Pokémon, c'est vrai-- Aussitôt plaquée au mur par son assaillant, celui-ci s'apprêta à appeler des renforts. Dans un dernier élan de volonté, la muette siffla une séquence en morse.
Le Baggaïd comme son dresseur titubèrent aussitôt, mains sur les oreilles. Cybèle n'échappa pas à la règle, mais poussée par le danger et l'adrénaline, s'efforça d'ignorer le puissant ultrason qui résonnait pour s'élancer à toute vitesse et semer son opposant.

C'est OK de fuir. OK. Pas de soucis d'honneur à avoir-- à quel point pourrait-elle s'en vouloir si elle ne remplissait pas la mission qu'on lui avait confiée avec une confiance si aveugle ? Humiliée, la jeune femme s'efforça de penser en ces termes, et de ne pas voir sa fuite comme une défaite. Elle fût bientôt rattrapée par Hrund et son Sonistrelle : fini de faire la jeune ingénue, sa couverture de dame délicate était plutôt cramée, maintenant. Hochant la tête en direction de la chauve-souris, Cybèle lui adressa un regard reconnaissant. Cette même attaque qui lui avait jadis ruiné les tympans à Gaetha Sidhe l'avait aujourd'hui sauvée du pire. Le costaud était sûrement parti appeler des renforts.

Un plan de secours. Un plan de secours. Quel plan de secours ?! Comme si elle avait eu le temps de réfléchir à un plan de secours ! La borgne regardait au travers des petites fenêtres présentes sur les portes pour reconnaître la régie. Heureusement, le vieux bâtiment, feignant d'être un bar normal, ne possédait pas d'alarme, ç'aurait été trop suspect : aussi la présence de l'albinos avait-elle été relatée par bouche à oreille. Dans cet espace restreint, la demoiselle pouvait déjà entendre des voix retentir.

Tentant de quand même se concentrer sur sa tâche, la muette tomba soudain sur la pièce recherchée, s'arrêtant si subitement qu'elle faillit en perdre l'équilibre. Elle observa ses Pokémon et tenta de mettre au point une stratégie rapide. Les éclairagistes n'avaient pas l'air très affectés par la situation, ils ne devaient pas avoir été encore mis au courant ; la borgne adressa donc une série d'ordres en morse à ses compagnons. Il semblerait que dans une situation pareille, son Sonistrelle ne pense pas à faire le malin : dépendant de sa dresseuse pour ses conditions de vie, un accident serait pour lui synonyme de désastre.

* * *

Cybèle entra avec fracas dans la salle de régie, l'air franchement paniquée. Tentant de prononcer quelques mots, rien ne sortait de sa bouche sauf sa respiration saccadée ; on entendait dans le couloir des bruits d'altercation. Les régisseurs quittèrent aussitôt leur poste pour aider cette demoiselle en détresse qui devait bien avoir une raison de se trouver là, et aperçurent au loin deux Pokémon ravageant le couloir à force de cris et d'attaques. Leur regard se braqua sur la borgne, qui avait la larme à l’œil, main posée sur le cœur. Ses ongles vernis, ses cheveux impeccablement tressés et sa tenue soignée portèrent les deux hommes à la croire apeurée : ils partirent donc ensemble stopper les fléaux, pokéballs en main, comptant sur la demoiselle pour veiller sur l'endroit. « On sera bientôt de retour, ma belle », qu'ils disaient.

La porte à peine claquée, Cybèle retrouva son sérieux, incroyablement stressée, plus qu'elle ne l'avait été dans une éternité. Elle se trouvait face à un clavier très compliqué. Comment faire. Comment faire. Tout ça ressemblait à des commandes d'éclairage, mais pour modifier le faisceau lui-même ? Sur le ring, Rico semblait franchement en difficulté. Cassius avait l'air plus ou moins K.O d'en haut, et le brun n'était pas intact non plus. Quelle rencontre hallucinante. Si tout ça correspondait aux lumières, alors pour bouger la structure elle-même...

Bingo. Une commande d'ordre plus mécanique, qui dépendait nettement moins sur l'électronique : la jeune femme dirigea alors aussitôt le faisceau de lumière sur le visage de l'adversaire du garçon. Bientôt-- Bientôt, encore quelques secondes, minutes, tandis que les bruits s'intensifiaient dans le couloir. Elle espérait que Hrund et le Sonistrelle soient parvenus à balader les régisseurs un bout de temps, et que ses poursuivants n'en étaient pas encore venus à fouiller la régie.

Cassius s'était relevé. On n'avait pas encore remarqué la supercherie. Cybèle n'entendait pas très bien ce qu'il se passait d'en haut. Bientôt, un murmure sembla parcourir la salle, les membres du public se retournant les uns vers les autres. Ça marchait ! Ce type avait eu raison. Avec un soulagement évident, la borgne soupira et continua son manège, jusqu'à ce que des actes de violence n'éclatent. À partir de là, elle pouvait tout lâcher. L'étincelle avait été allumée-- il suffisait d'attendre que le feu se répande.

Vite, partir. Partir aussi vite que possible. La main sur la poignée de la porte de sortie, Cybèle manqua de se prendre celle-ci à la figure. Ouverte par des hommes extrêmement costauds. Sûrement des vigiles ou quelque chose dans cet esprit là.  L'albinos essaya de se faufiler rapidement entre les corps, mais fût aussitôt repoussée. Que faire ?! Esquivant du mieux qu'elle pouvait les tentatives de ces hommes de l'attraper, l'ancienne combattante se mit aussitôt en posture de combat, adoptant une garde européenne de boxe albionaise, les bras levés devant son visage. La vitre. La vitre ! Sauter serait de la folie, non ? Pouvait-elle au moins la casser ? Était-ce du double vitrage ?!

Un nouvel ultrason retentit. Surpris, les gardes se bouchèrent les oreilles, tandis que deux petites silhouettes bien familières se profilaient derrière eux. Cybèle, grimaçante, titubante, se dirigea vers un dispositif d'urgence et brisa la petite vitre, avant de saisir un marteau de secours. Des cris retentissaient derrière elle, en même temps que l'ultrason. Les Pokémon des gardes. Étaient-ils confus ? Allez, concentre-toi ! Si ce marteau était là, c'est que briser la vitre était possible. Mettant toute sa force dans ses coups, le bruit de la glace cassante retentit, étouffé par les hurlements de la foule au sous-sol. La borgne fissura le verre tandis que les ultrasons s'arrêtaient progressivement : elle fût ensuite percutée à pleine force au même endroit touché peu avant, dans le dos ; pliée de douleur et de surprise, la jeune femme se prit un nouveau coup au visage, se relevant par la même occasion. En guise de défense, elle cracha promptement aux yeux de son adversaire, un vigile chargé de s'occuper de son cas ; Il semblerait que la petite taille de ses Pokémon et leur capacité à voler, à l'extérieur, causait bien des soucis aux deux autres gardes présents ainsi que leurs Pokémon, terrestres, qui n'arrivaient pas à les atteindre. Dès qu'ils tentaient de s'avancer dans la salle, les membres du personnel se retrouvaient becquetés, mordus, piqués à la sauvette. Peut-être frappés par leurs propres alliés, dans la confusion de l'ultrason...

Furieux, le visage recouvert de salive, l'adversaire de la jeune femme dirigea vers elle un puissant coup de poing, le corps totalement balancé en avant ; celle-ci, triomphante, profita de la largeur du coup, occasionnée par la colère du vigile, pour s'écarter promptement en s'élançant sur le côté. La vitre déjà fissurée se brisa suite à l'impact du colosse, tandis que son corps passait littéralement par dessus bord dans un fracas assourdissant.

Profitant de ces quelques secondes de répit, haletante, Cybèle se dit qu'elle avait vraiment perdu l'habitude des combats. Son dos la faisait affreusement souffrir, et du sang perlait de son nez, fragilisé par le coup porté par Edward à Grimecoal. Elle balaya du regard la pièce : si il était possible de briser la fenêtre en cas de danger, alors ça signifiait qu'il était également possible de sortir par là. Son regard se porta sur un placard non loin du dispositif d'urgence ; elle l'ouvrit-- bingo, une échelle ! Pour ensuite se retrouver à nouveau plaquée à un mur. Décidément ; sur sa gorge, la main de son agresseur l'empêchait de respirer correctement. Si elle ne se dépêchait pas, elle perdrait sa capacité à réfléchir et à agir correctement.

Son regard se dirigea immédiatement vers ses Pokémon. Le Sonistrelle avait dû se prendre une sacrée claque, étalé au sol, tandis que Hrund était manifestement épuisé. Leur niveau n'était après tout pas très haut et il s'étaient vraiment dépassés ; l'oisillon maintenait tant bien que mal le reste des assaillants à distance, dans des piqués successifs, alternant entre la sécurité des hauteurs et des descentes agressives vers ses opposants.
Cybèle ne perdit pas de temps, livrée à elle-même, et réitéra la technique du crachat, aveuglant momentanément son adversaire, pour ensuite mordre jusqu'au sang le bras qui la retenait captive-- l'étreinte affaiblie, elle asséna un coup de tête au truand, et un coup de genou dans ses parties sensibles, -gros avantage pour elle- ce qui lui permit de se libérer momentanément.
Saisissant l'échelle tout en essayant de retrouver son souffle, la douleur vrillant ses tempes et le regard flou, l'albinos déplia son issue de secours par la fenêtre brisée promptement, l'attachant  au crochet prévu à cet effet, pour ensuite se précipiter vers ses Pokémon et les rentrer dans leurs pokéballs à une distance respectable-- assénant au passage un coup de coude dans le nez du garde qui venait de l'agresser. Surpris, le vigile restant et les Pokémon du personnel s'élancèrent à la poursuite de la jeune femme, qui elle-même s'accrocha prestement à l'échelle et commença à la descendre deux barreaux par deux.

Tout s'était déroulé si vite, finalement, que peu de gens occupés par l'émeute dans l'Arène avait remarqué ce qu'il se déroulait là-haut.

Plutôt que de la suivre sur l'échelle, les gardes décidèrent de décrocher celle-ci afin d'handicaper l'intruse ; la borgne s'en rendant compte, elle parcourut aussi vite que possible l'espace qui la séparait du sol, se situant environ à un peu moins de deux mètres de celui-ci lorsqu'elle se fit la remarque qu'elle s'en approchait rudement rapidement.
Réactive mais pas surhumaine, l'albinos parvint à se retourner partiellement pour ne pas affronter le choc de dos, et tomba sur son coude droit avec une grimace de douleur-- le mal était poignant, et son corps endolori n'était plus habitué aux coups à répétition. Néanmoins, elle devait se dépêcher, s'efforcer d'y rester insensible, de disparaître dans la cohue de l'Arène, quitte à ce que ce soit clopin-clopant. Son manteau poussiéreux, l'éboueuse se dit que personne ne la croirait au boulot, si elle racontait avoir vécu une aventure pareille, et se releva avec beaucoup de difficulté. Son crâne la faisait souffrir, son nez et sa bouche saignaient, son dos, ses bras et ses épaules la lançaient, tout comme sa jambe droite-- Cybèle ne s'était jamais sentie aussi vivante depuis qu'elle était arrivée à Élyséa. Elle était en même temps habitée par une colère noire envers cet endroit tout entier, et rêvait de botter le derrière à ce Zoran qui avait laissé ses vigiles lui ruiner son joli teint. Sa douleur, son humiliation, son excitation, l'adrénaline, le stress ; toutes ces émotions négatives s'étaient muées en une rage directement redirigée vers le propriétaire des lieux. Elle n'avait plus rien de la paisible citadine, amochée et l'expression haineuse. Cybèle avait retrouvé ses airs de combattante clandestine, gamine des rues.

Tentant de retrouver Rico, la muette s'élançait, la démarche moins fluide que d'habitude et ses Pokémon hors d'usage, dans la mêlée. Il fallait qu'on la perde de vue, et qu'elle retrouve ce brun. Au rez-de-chaussée, tout devait être sans dessus dessous.

Mais un sourire bête étirait le visage de la borgne. Elle n'était pas trop rouillée.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Sam 25 Nov - 15:11
citer
éditer
x
  Sam 25 Nov - 15:11

Rico était étendu, son corps endolori, le souffle coupé, la tête dans les étoiles. Son visage recouvert de son sang … Il venait de comprendre que l’heure de Zoran n’allait pas venir ce soir. De plus, Cassius n’allait pas tarder à se faire rétamer par le terrible Grodoudou. Ce dernier fit un pas en avant, alors que le Débugant se mit en garde. C’est alors que le pokémon rose-bonbon se mit à plisser des yeux. Les projecteurs du Ring venaient de l’aveugler. C’est alors que Basto poussa une gueulante :

— Bon la régie ! Vous foutez quoi depuis tout à l’heure avec les projos ? Ca fait depuis cinq minutes que vos satanés lampions nous vont directement dans la tronche ! JE TE PREVIENS, ZORAN ! Si c’est encore une de tes sales combines, ça va barder pur toi !!

C’était inespéré. Cybèle avait réussi. Le plan de Rico fonctionnait. Une rumeur se mit à parcourir toute l’assemblée venue assister au combat. Comme inquiété par la tension qui montait, Basto choisit de ne pas continuer l’assaut. Il était trop occupé à regarder ce qui se passait autour de lui. Une clameur se fit entendre. Deux, puis trois, et enfin des centaines de voix hurlantes se chevauchèrent. C’était enfin la zizanie. Quelques mouvements de foules se muèrent en petites bagarres, qui dégénérèrent. Et ce fut le chaos total en quelques secondes. C’était une immense rixe de rue qui venait d’éclater. Ni une ni deux, quelqu’un agrippa les jambes de Rico, pour le traîner dans la fosse commune. On l’accusait d’être de mèche avec Zoran, que le match était truqué. Le boxeur se prit une avalanche de coups de poings. Il se recroquevilla sur lui-même, lui permettant d’encaisser la plupart des frappes. Il hurla à Cassius de l’aider. Celui-ci déboula aussitôt, exécutant deux attaques Charge à la suite pour repousser les agresseurs. Le petit pokémon fit son possible pour relever son maître. Il fallait fuir. Tant pis pour Zoran, ce soir.

Rico releva la tête en direction de la loge, bien entendu, le taulier avait disparu. Les yeux du délinquant glissèrent ensuite sur le Ring, où l’énorme Basto était aux prises avec une bande de voyous, tandis que son Grodoudou avait fort à faire face à un Linéon et un Batracné. Cette menace n’en était plus une. L’essentiel était de se carapater au plus vite. Le boxeur boitait au milieu de la foule toujours plus mouvante et violente. Cybèle. Il fallait retrouver Cybèle. Au moins, celle-ci n’avait pas déçu Rico. Elle s’était montrée courageuse, et avait par-dessus tout, réussi sa mission. C’est alors qu’il remarqua l’échelle de la Régie qui descendait jusqu’au sol de la cave. Il reconnut la silhouette fine de la muette, ainsi que sa tignasse blanche. Un des gros bras de Zoran fit tomber la dite échelle, entraînant la chute de Cybèle. Rico accéléra ses pas, toujours appuyé sur Cassius. Il retrouva sa partenaire, au milieu de ce tas humain, cherchant elle aussi quelque chose. Rico lui agrippa le poignet, avec toute sa force de boxeur. Puis, il se rapprocha de son oreille pour se faire entendre.

Je ne te lâche pas ! Ne me lâche pas non plus ! On va sortir, d’accord ?

Sans même écouter sa réponse, Rico embarqua l’intruse avec lui. Comme un seul homme, la borgne albinos, le boxeur, et le Débugant, se faufilaient dans le dédale brutal de la cave, montèrent les escaliers quatre à quatre, et firent irruption au rez-de-chaussée. Le bar était sans dessus-dessous. Trop occupés à se battre, les voyous ne remarquèrent même pas la fuite des trois fugitifs. Une fois dehors, à l’air libre, Rico entraîna Cybèle avec lui, dans les rues qu’il connaissait sur le bout des doigts. Une fois à l’abri, au cœur d’un cul de sac sombre, il relâcha son étreinte, et se laissa tomber au sol, épuisé. Cassius fit de même, épongeant son front qui perlait de sueur. Ils avaient eu chaud. Très chaud. Surtout que l’opération avait complètement foiré.

Bravo, princesse. Arf … T’es une vraie guerrière, p’tain … Je sais même pas s j’aurais pu faire c’que t’as fait … Bon … On va pas se mentir … Le plan a fonctionné, mais Zoran a fichu le camp, c’est pas trop grave, je pourrai le retrouver. Il a d’autres planques à Elyséa. Si tu veux toujours m’accompagner … On peut le coincer quand même ce soir … Et … J’ai un nouveau plan pour ça, ah ah …

Rico sortit de son slip une vieille carte de la ville. Une fois dépliée, elle dégagea une effluve si dégoûtante, qu’il était même difficile pour son possesseur de la supporter.

J’ai pas de portable. Un plan de la cité, c’est utile, du coup. Je vois que tu as des pokéballs … Tu es bien une dresseuse … L’objectif est le suivant : soigner nos pokémon au centre le plus proche, puis l’idée serait de cambrioler une boutique. On va gaver nos monstres de produits dopants. Attaque +, Défense + ect … Comme ça on pourra avoir le Mangriff de Zoran … Et lui par la même occasion. Y’aura plus qu’à débusquer cette sous-merde … A moins que tu n’aies un plan meilleur que le mien …
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Dim 26 Nov - 0:58
citer
éditer
x
  Dim 26 Nov - 0:58

Surprise par l'arrivée soudaine de Rico, Cybèle s'était laissée entraîner par le jeune homme. Il était lui aussi salement amoché-- le trio particulier traversa le chaos indescriptible qui régnait dans le bar sans se faire remarquer au milieu de toutes ces bagarres ; des cris retentissaient ici et là, la poussière se soulevait, des bruits de chair enfoncée, des chaises qui volent : incroyable. Cybèle n'arrivait pas à croire que par sa simple action, tout était sans dessus-dessous, et il faut bien avouer que ça lui faisait plaisir.

Ils traversèrent plusieurs rues au pas de course ; un peu ailleurs, Cybèle se laissait faire. Elle avait mal à la jambe à cause de sa grosse chute, et se concentrait sur l'action même de courir afin de limiter les dégâts au maximum.
Une fois arrêtés, Rico se laissa tomber au sol, manifestement à bout de souffle. Son Pokémon le suivit, tout comme, au bout de quelques secondes, la borgne qui les accompagnait : son cœur battait la chamade et son souffle était glacial. Normalement, une telle course ne l'aurait pas ébranlée, mais dans ces conditions, on ne pouvait pas dire que Cybèle était au top de sa forme. Tandis que Rico s'adressait à elle- encore avec ce « princesse », bon sang ! - l'intéressée toussa à plusieurs reprises, s'apercevant ensuite qu'elle avait du sang sur la main. Le Pokémon qui l'avait frappée au visage ne l'avait pas loupée.

Cybèle n'était pas du tout contente de l'échec du plan de son partenaire brun ; l'albinos était plutôt du genre à ne pas tolérer la défaite, surtout quand on place tant d'efforts dans la victoire, et bouillonnait d'envie de ruiner la tête de ce Zoran. Elle n'avait rien à reprocher à Rico-- on pouvait dire que le jeune homme avait vraiment tout donné, et ça se voyait à son état. Il ne s'en était pas aussi bien sorti que la muette, et pour cause ; plongé au milieu de la foule en colère, la borgne n'imaginait même pas ce qu'on avait pu lui faire subir. Puis, il faut dire que le boxeur avait su reconnaître les efforts de l'albinos, qui aimait plutôt bien le terme « guerrière ». Plus que « princesse » en tout cas.

Silencieuse, la borgne ne put cependant retenir une sacrée grimace lorsque le brun sortit un artefact nauséabond (prenant la forme d'une carte) de ce qui semblait être son slip.
Eurk.

Outre ce plan puant, Cybèle avait en fait un autre problème avec Rico ; c'est qu'elle n'était pas vraiment ok pour doper ses Pokémon. La partie du cambriolage, pas de soucis, elle n'était plus à ça près, même si elle aurait bien aimé éviter quand même. Mais juste, les dopants, non. Surtout s'ils venaient de ces quartiers craignos.

Mais bon. Si elle voulait refuser tout en exigeant d'aller elle aussi botter le cul à Zoran, Cybèle allait avoir besoin de son cerveau pour trouver une alternative. En attendant, la borgne avait froid, et cette carte puait toujours autant ; mieux valait se diriger tout de suite vers un centre Pokémon.
La ruelle étant plongée dans l'obscurité, l'albinos décida de sortir son téléphone et ouvrit l'application GPS. Son visage était illuminé par la lumière blafarde de l'appareil, et Cybèle essuya son nez de la manche de son manteau, qui se retrouva maculée de sang. Il en avait vues des vertes et des pas mûres, ce trench-coat.

Bientôt, une voix artificielle féminine s'éleva du smartphone ; dans quinze mètres, tournez à droite. Oups. En se mordant la lèvre inférieure, Cybèle désactiva le son de son téléphone. En tout cas, ils connaissaient le chemin vers leur prochaine destination, et le tout sans avoir besoin de cette carte fétide.
La jeune femme se releva, non sans difficulté (en plus le boxeur n'avait pas ménagé son poignet, il faut bien le dire), avant de s'éloigner. Puis de se retourner et d'inviter d'un geste Rico à la suivre.

Malheureusement pour la plupart des gens, lorsque l'albinos ne peut pas s'exprimer par la langue des signes, elle a tendance à économiser ses mots. Surtout quand ce genre de colère sourde résonne en elle-- l'ensemble de l'esprit de l'éboueuse était consacré au problème suivant : comment défoncer Zoran ?
Il faut dire que la borgne se sentait particulièrement humiliée. Ce type était tout simplement sorti de sa loge, et le voilà parti. Sur la route vers le centre Pokémon, le mécontentement de la jeune femme était palpable : elle marchait d'un pas lourd, mains dans les poches, et donna même un vigoureux coup de pied à une poubelle qui n'avait pourtant rien demandé, celle-ci s'effondrant aussitôt avec un gros fracas. C'est dans ces moments là qu'il devient facile de comprendre que la nature est bien faite, puisque le mutisme de Cybèle épargna durant ce court trajet le sommeil de nombreuses personnes, ainsi que le crâne de Rico et probablement la discrétion de tout le petit groupe.

* * *

Il faut dire que l'infirmière de garde ne s'attendait pas à ça. Tout d'abord, une femme borgne, albinos, au manteau maculé de sang et de poussière était entrée d'un air rageur dans le centre Pokémon-- ensuite était venu ce jeune homme brun lui aussi bien amoché, en sang, suivi d'un Débugant dans un état tout aussi mauvais. La demoiselle, perturbée, ne fit même pas de remarques lorsqu'elle soigna les Pokémon de ce qui lui semblait être une délinquante habillée comme une bourgeoise.
Quel drôle de monde. Elle aurait quelque chose à raconter à ses collègues demain matin.

Cybèle partit s'asseoir dans un canapé avec un soupir agacé. Les sbires de son ennemi pouvaient bien débarquer dans le centre à n'importe quel moment, la borgne était prête (du moins dans sa tête), en rogne, et avait jeté toutes ses convictions de vie convenable et bien rangée par la fenêtre. La muette passa une main dans ses cheveux pour les débarrasser de la poussière qui y avait élu domicile, avant de retirer rapidement son cache-œil, le triste spectacle de la rétine crevée derrière rapidement camouflé à l'aide d'une mèche blanche. Cybèle épousseta l'accessoire et l'essuya de sa manche encore propre, pour ensuite le remettre. Bien que la plaie soit vieille, il fallait s'assurer que rien de trop mauvais ne soit en contact avec.

La jeune femme fixa ensuite quelques instants Rico, comme plongée dans une intense réflexion. Quelque chose venait de la percuter ; concernant les objectifs du jeune homme et ce qu'il comptait accomplir cette nuit-là. Néanmoins, avant toute chose, Cybèle devait d'abord mettre au clair le fait qu'elle ne doperait pas ses Pokémon avec quoi que ce soit.

Sortant à nouveau son carnet - il est vrai qu'elle aurait pu écrire sur son téléphone, mais ayant vécu la majorité de sa vie sans la plupart des technologies qu'elle possède aujourd'hui, l'albinos est toujours plus à l'aise avec un crayon - la borgne nota quelque chose, qu'elle montra ensuite au boxeur ; tu fais ce que tu veux avec le tien, mais je doperai pas mes pokémon. Je sais pas où Zoran peut bien se cacher, mais on pourrait essayer de se procurer des fumigènes, par exemple. Pour avoir son Mangriff, il faudra être déloyal de toute façon, alors autant aller jusqu'au bout de l'idée ; l'un de mes pokémon sait faire des ultrasons, pourquoi ne pas se procurer de quoi ne pas les entendre et profiter de la confusion des autres pour leur faire manger la poussière ?

Les ultrasons de son Sonistrelle avaient, après tout, sauvé la vie de Cybèle par deux fois rien que ce soir-là. Quelle que soit la force de l'adversaire, tous semblaient tituber et avoir le réflexe de se boucher les oreilles une fois que la chauve-souris lançait son cri strident, sans même parler de certains Pokémon qui devenaient ensuite confus et ne savaient plus où donner de la tête, se prenant les murs et se frappant entre eux. La force brute n'avait aucune chance de marcher. Il suffirait pour Zoran d'appeler des renforts, et les alliés ainsi noyés sous les ennemis ne pourraient pas décemment vaincre. Cela dit, rien n'empêchait Rico de donner des dopants à Cassius. Cybèle voulait juste éviter de gaver ses propres compagnons. Mais dans tous les cas, fumigènes ou autres, il leur fallait une solution pour semer la confusion sur tout un groupe d'adversaires ou même sur un seul, si la situation devenait difficile.

Néanmoins, dans tous les cas, ça allait finir en cambriolage ou en vol à l'étalage. Voilà que l'albinos retombait encore dans la délinquance, sous le coup de la colère. Trop facile-- c'était trop facile de recourir à l'illégalité, mais son esprit embrumé n'en avait que faire. Pourtant, la borgne était encore assez lucide pour penser à un point pratique des plans de Rico ; et après ? Cybèle avait un endroit où rentrer, bien qu'elle risquerait par la suite de se faire reconnaître, mais le boxeur, lui, allait vraiment être en danger à Élyséa, surtout dans ces quartiers miséreux où il semblait vivre. D'ailleurs, le jeune homme avait parlé d'un véritable bannissement.

Sur une nouvelle page, exposée sous le nez du brun, Cybèle s'exprimait à nouveau ; tu comptes faire quoi une fois tout ça terminé ? Ça m'étonnerait que tu puisses partir dormir tranquillement chez toi, et passer la nuit à la rue n'est pas une solution non plus. T'as au moins assez de sous pour partir ?

C'était de la simple curiosité. Cybèle avait quitté Grimecoal par choix, et après avoir amassé une somme d'argent qui lui avait permis de parcourir les routes d'Albion un temps, histoire de s'habituer à cette nouvelle liberté. Mais elle avait été prise de surprise par la pauvreté à Élyséa, et depuis ce naufrage, n'avait toujours pas redécollé. Si ce type comptait vivre de délits, ça allait lui retomber à la figure un jour-- s'il partait sans le sou et espérait en gagner grâce à la boxe, la borgne espérait que le vent ne tourne pas en sa défaveur.

Cybèle avait vraiment un côté compatissant avec les pauvres bougres de son espèce.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Lun 27 Nov - 11:21
citer
éditer
x
  Lun 27 Nov - 11:21

Peu surpris par la réaction de dégoût de Cybèle, Rico fut impressionné lorsque la jeune femme sortit son propre téléphone portable. Comme un chien fasciné par un tour de magie, le boxeur garda les yeux rivés sur la borgne, qui venait d’activer une application GPS. Ils savaient désormais où aller exactement. Cybèle ouvrit la marche, suivit par le tandem composé de Rico et Cassius. La « guerrière » fusait droit, comme frustrée par le résultat peu satisfaisant de cette excursion dans les profondeurs sociales d’Elyséa. Cela se comprenait : chou blanc dans un état pareil … Tout le monde s’en était pris plein la face, visiblement. La muette envoya valdinguer une poubelle qui avait eu l’audace de se trouver sur son chemin. Rico préféra la laisser seule. Ils arrivèrent enfin au centre pokémon. Pendant que les infirmières prenaient soin des ravissantes bestioles, Cybèle prit place dans un des divans. Rico la rejoignit après avoir emprunté une trousse de premiers secours. Pendant que la femme albinos époussetait son cache-œil, Rico posa de la glace sur ses côtes endolories. Ils faisaient pitié à voir ces deux-là. De vrais écorchés de la vie. Comme une scribe, elle griffonna à nouveau sur son carnet avant de le montrer à Rico.

Une fois de plus, elle bluffait le boxeur, proposant un plan certainement meilleur que l’initial. Rico voulut répondre, mais Cybèle écrivit de plus belle. Cette fois-ci, c’était une question beaucoup plus personnelle. S’inquiétait-elle de l’avenir de ce gamin des rues ? Elle, qui paraissait de glace, détachée, et émancipée de toute fioriture sentimentale, étonna au plus haut point Rico, qui se sentit flatté de l’attention que lui portait sa partenaire. Il laissa échapper un léger rougissement sur ses joues à la lecture du message. Il reprit le contrôle de lui-même, et prit une inspiration.

Tu sais, ça fait toujours bizarre de parler de soi. On est de la même trempe, toi et moi, alors tu sais de quoi je parle. Bref. Je ne vais pas t’obliger à doper tes compagnons. Et puis de toute façon, il est préférable de laisser tomber le cambriolage. Ce que tu proposes avec tes ultrasons peut s’avérer être plus prometteur. Surtout qu’on peut s’acheter des boules quies ici. Après, ne panique pas, hein. Zoran ne sera qu’avec une garde rapprochée. Deux ou trois sbires, pas plus, pas moins. Il va devoir se faire discret, après le grabuge des Poings Rouges. La police va être alertée, et quand ils découvriront la cave, le ring et le Tournoi des Deux Poings, ce bouge va devoir fermer ses portes. Pour le moment, cette crevure se cache dans une de ses tanières. Tout ça pour dire qu’il va nous faciliter la tâche. En revanche, je ne sais absolument pas où nous pourrons nous procurer des fumigènes.

Rico fixa le sol, pour répondre au deuxième paragraphe de l’albinos, alors qu’une infirmière rapporta deux pokéballs à Cybèle, ainsi que Cassius, qui restait presque toujours à l’air libre. Le Débugant, malgré les traitements peu tendres que lui réservait son dresseur, se lova dans les bras de Rico. On pouvait lire le soulagement sur le visage du petit pokémon dont la loyauté n’avait pas d’égal. Le soulagement de voir son maître encore en état de marcher. Les blessures de Rico le faisaient encore souffrir. Mais il pouvait encore tenir une bonne partie de la nuit, s’il évitait tout combat. Le boxeur posa sa main sur le crâne de Cassius, et le fit s’asseoir à ses côtés.

Hors de question que je retourne chez moi. C’est même pas chez moi. C’est le vieil appartement de mon père, qui est mort, et y’a que son vieux pokémon qui y vit encore. Elyséa n’a rien à m’offrir. Dormir dans la rue ne me fait pas peur, il m’est arrivé plus d’une fois d’y passer la nuit. Enfin, je vais pas te faire un schéma, mais être élevé par un Colossinge a vachement plus d’inconvénients que d’avantages. Zoran et son Mangriff se sont défoulés sur lui parce qu’il était le meilleur camarade de mon père. C’est une vengeance que j’accomplis. Après, moi et ce pokémon serons quittes, je pourrai partir le cœur léger. Même si cette histoire n’est qu’un prétexte pour le début de mon aventure. Donc, je m’en sortirai. Comme d’habitude. Et pour l’argent, j’ai prévu de prendre la caisse du gymnase où je m’entraîne. Mon coach sera furieux, mais je reverrai plus sa sale trogne, alors bon …

Rico releva la tête, le regard rêveur. Sylvio et Bouba allaient probablement lui manquer. Bouba était un pokémon violent, têtu, brutal, mais il avait quand même appris à Rico tout ce qu’il y avait à savoir pour affronter la vie. Cet enseignement, le pokémon le tenait de son maître, le paternel de Rico. Le Colossinge avait servi de passerelle éducative, entre l’au-delà et le monde des vivants. Quant à Sylvio, il était comme un grand-père bienveillant. Egoïste, alcoolique, et solitaire, mais tout de même présent. Rico s’affala sur le canapé et un sourire en coin, il s’adressa à Cybèle :

Dis donc … Mon cas a plutôt l’air de t’intéresser, je me trompe ? Bon okay, je suis plutôt séduisant, costaud, et tout ça mais … Je vais te décevoir, me maquer n’est certainement pas dans mes plans ! Et puis, je ne vais pas me gêner pour te poser des questions à mon tour. On a bien le temps de bavasser cinq minutes avant de lever les voiles. D’où est-ce que tu viens ? Je veux dire, ton œil … Ton mutisme … C’est lié ? Et tant qu’à faire, quels genre de pokémons tu te trimballes ? Mon coach m’a toujours dit : « Montre-moi tes pokémons et je te dirai qui tu es. »Voyons si l’adage fonctionne avec toi …
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Lun 27 Nov - 23:17
citer
éditer
x
  Lun 27 Nov - 23:17

Cybèle ne se posait même plus de questions au sujet de ce qui l'attendait cette nuit, et de ce qu'elle en tirerait ; la jeune femme avait été happée par cette aventure que lui offrait Rico et son esprit carburait, obnubilé par ce Zoran, par le boxeur, par ces quartiers pauvres : elle avait oublié sa propre situation le temps de quelques heures, tout comme ses convictions de paix toutes récentes.
L'albinos était contente de savoir que son esquisse de plan paraissait valide au jeune homme qui l'accompagnait. Voilà qui allait être plus pratique que de doper ces pauvres créatures-- c'était vraiment une solution qui répugnait la borgne, qui la considérait comme une triche. Et même acculée, au fond du trou, jamais la muette ne serait prête à bafouer son code d'honneur. Cybèle ne put pas retenir un soupir soulagé lorsque Rico lui apprit qu'au pire des cas, leur adversaire n'aurait plus qu'une garde rapprochée. En vérité, ça paraissait logique, du point de vue discrétion, tout ça, mais après ce qu'elle venait de vivre, Cybèle ne pouvait que s'imaginer submergée à nouveau par les coups, tentatives d'accrochage, de tous côtés, cette agression constante et multiple à laquelle elle n'était plus habituée.

Elle pouvait comprendre que son interlocuteur se sente un peu embarrassé de parler de lui-même. L'albinos était la première à éviter les questions du genre de celles qu'elle pose sans gêne à tout le monde-- elle restait évasive, ne donnant à chaque fois qu'une ou deux informations à ses rencontres afin que celles-ci puissent s'y raccrocher avec satisfaction. Cybèle avait remarqué que les gens aimaient pouvoir coller quelques caractéristiques sur le visage d'un inconnu. Lui, il aime l'équitation. Elle, elle aime dessiner. Lui est facteur. Elle vient de Moscovie.
Mais va savoir pourquoi, les autres semblaient bien aimer étaler leur vie à la vue de tous. Rien d'étonnant à ce que Cybèle n'ait besoin que de divulguer un ou deux détails sur sa vie personnelle pour avoir la biographie de ses interlocuteurs à chaque fois. Quelque part, ça la rassurait de se trouver face à quelqu'un qui ne trouvait pas ça particulièrement naturel de s'ouvrir autant à une inconnue. Ce qui n'empêcha pas Rico d'en dire beaucoup, à la grande surprise de Cybèle.

Pourquoi était-il si confiant ?... Enfin, il faut bien dire qu'à peu de choses près, le jeune homme avait placé sa santé, peut-être même sa vie, entre les mains de la muette il y a peu. Ça rapproche. Quoi qu'il en soit, la borgne décida de porter une oreille attentive à tout ce que son interlocuteur trouvait à dire. Elle s'assit en tailleur sur le divan après avoir glissé ses pieds hors de ses bottines plates. L'infirmière de garde la fixa quelques minutes sans oser protester, avant de, finalement, ne pas protester du tout. Ces deux clients étaient un peu effrayants.

L'albinos s'en doutait. Le boxeur n'avait pas eu une vie facile, peut-être même plus difficile encore que la sienne-- de ce qu'elle pouvait comprendre en récupérant les pièces du puzzle ici et là, le père de Rico était mort (le fameux Nico Salazar dont Zoran parlait ?), et donc le jeune homme avait été élevé par un Colossinge. Quelle situation unique en son genre. Cybèle était bien curieuse de savoir comment pouvait bien fonctionner l'éducation d'un enfant par un Pokémon. En tout cas, la disparition d'un parent ; voilà un nouveau point commun qu'elle leur trouvait. Le boxeur avait aussi parlé de partir avec la caisse de son gymnase. À voir la tête du brun, Cybèle se fit la remarque que la « sale trogne » de son entraîneur allait probablement lui manquer plus qu'il ne voulait l'admettre. Elle ne put s'empêcher de soupirer à nouveau. Fallait-il vraiment qu'ils se séparent sur un délit ? La quête de liberté de Rico avait un goût doux-amer-- et un air plutôt tragique.

Mais la remarque suivante du jeune homme cassa les réflexions de son interlocutrice, qui se fendit d'un sourire amusé, cassant cet air impassible qu'elle arborait depuis un long moment. Il pouvait bien parler, lui ; la jeune femme l'avait vu rougir en lisant ses mots. De toute manière, ils allaient bien s'entendre, puisque la borgne ne cherchait pas à se caser non plus, et sauf preuve du contraire ou revirement inattendu, pensait ne pouvoir s'intéresser qu'à la gente féminine. Néanmoins, la jeune femme regagna son expression neutre tandis que le boxeur lui posait les tant redoutées questions d'ordre privé-- voilà qu'elle se trouvait face à quelqu'un qui non content de s'exprimer, ne faisait en plus pas semblant d'écouter. Il faut dire que ça lui était arrivé rarement, à la muette, qu'on lui pose des questions sur ses handicaps et son passé. Comme si les gens étaient gênés d'aborder le sujet. Elle aussi, d'habitude, puisque ça revenait à évoquer un passé de délinquante qu'elle n'aimait pas trop exposer à la capitale.

Mais... Rico était un délinquant, lui aussi. Et puis, il lui en avait dit beaucoup sur lui, et en plus de ça, comptait quitter Élyséa pour ne plus y revenir. Il fallait bien qu'elle vide un peu son sac, de temps en temps.

Cybèle retira son trench-coat gris, dévoilant un T-shirt bien taillé d'un noir uni-- son avant-bras gauche était recouvert de cicatrices ressemblant fortement à des griffures. La jeune femme posa son vêtement à côté, appliqua elle aussi des glaçons sur ses tempes (qui lui infligeaient toujours une douleur lancinante), avant d'essuyer son nez toujours en sang avec un mouchoir à nouveau. Elle écrit ensuite sur son carnet ces simples mots, les montrant à Rico aussitôt ; ça va être un peu long. Oui, on peut le dire. Elle devait tout écrire.

Avant toute chose, la borgne fit sortir en silence ses deux compagnons de leurs pokéballs ; Hrund se dirigea aussitôt en sautillant vers Cassius, manifestement curieux, tournant autour du Débugant et de son dresseur, tandis que le Sonistrelle partit immédiatement se suspendre au plafond du Centre. Cybèle écrivait rapidement, penchée sur son calepin et concentrée ; des mèches blanches tombaient négligemment sur son visage, et la jeune femme n'avait de cesse de les repousser en vain, les glissant derrière ses oreilles. L'ancienne combattante n'était pas vraiment gênée par le laps de temps qui s'écoulait avant qu'elle ne puisse montrer ce qu'elle souhaitait dire. Elle avait l'habitude ; c'est d'ailleurs peut-être l'une des raisons qui avaient poussé l'albinos à s'exprimer de moins en moins avec les années. C'était un peu embêtant, de toujours tout écrire. Elle observait du coin de l’œil Cassius, assis aux côtés de son dresseur. Voilà deux êtres qui semblaient partager une relation toute particulière. Alors que Cybèle avait enfin fini d'écrire, Hrund s'était déjà installé depuis quelques secondes sur le dossier du divan, juste à côté du visage de Rico. Le rapace avait braqué son regard sur le boxeur et se tenait parfaitement immobile. Cybèle avait remarqué cette habitude chez son volatile depuis un moment, et se demandait s'il ne la mimait tout simplement pas. Il faut dire que la muette a tendance à poser des regards prolongés sur ses interlocuteurs qui ont parfois tendance à mettre mal à l'aise ou à donner de fausses idées.

Mais venant de la part d'un Furaiglon, c'était quand même plus angoissant. Ou cocasse, selon la personne.

Quoi qu'il en soit, voici ce qui était écrit sur le carnet que Cybèle tendait maintenant à son interlocuteur ; je viens de Grimecoal. (la ville était connue pour sa banlieue pauvre et la dimension particulièrement importante que prenaient les notions de pègre et de corruption là-bas) J'ai grandi dans les taudis, et c'est là que j'ai appris à me battre pour compenser mon mutisme, qui m'empêchait de me défendre contre les autres enfants. Pour des raisons quelconques, je me suis ensuite retrouvée livrée à moi-même vers mes dix-huit ans, et j'ai commencé à vivre de délits. Je pense que tu sais ce que ça signifie de naître dans le mauvais milieu, et en plus de n'avoir aucun diplôme : on a pas vraiment d'autre choix que de voler ici et là. Pour ce qui est de mon œil, j'ai fini par gagner ma vie en participant à des combats clandestins durant quelques années, et c'est là que je l'ai perdu.

Toute une histoire, cet œil. Cybèle s'était prises de nombreuses portes avant d'apprendre à percevoir la réalité à moitié moins bien. Elle avait longtemps fait d'énormes détours pour éviter les coins de rue. Penché la tête bizarrement pour pouvoir écrire. Beaucoup d'adversaires avaient profité sans honneur de son handicap pour lui administrer des coups. Il faut dire que cet incident ne l'avait pas découragée de combattre, loin de là.

Quand j'ai amassé assez d'argent, j'ai décidé de partir, et j'ai voyagé en Albion et à Kalos avant de me retrouver sans argent ici. Du coup, j'ai lutté pour trouver un travail et je loue un appartement en attendant de faire des économies. J'essaie d'arrêter de faire des conneries, mais comme tu peux le voir, c'est pas un franc succès. Rapport à ce que je te disais tout à l'heure. On ne peut pas fuir son passé. Regarde, la dernière fois j'ai même été impliquée dans un meurtre, et pourtant ce n'était même pas de ma faute.


Cybèle évitait soigneusement de parler d'Idéalis. Son appartenance à l'organisation était un secret qu'elle s'efforçait de conserver corps et âme. Ça lui pesait parfois un peu, mais elle y gagnait un petit pactole. Ça arrondissait les fins de mois. Et lui octroyait un certain confort que son travail seul n'aurait pas pu lui offrir. Après s'être assurée que Rico tenait bien le calepin, Cybèle avait décidé de s'occuper l'esprit avec d'autres tâches. Elle tentait de soigner ses blessures, appliquant de la glace sur son dos, par dessous son T-shirt, entre autres. En fait, la borgne n'était surtout pas très à l'aise d'en dire autant. Encore, elle avait volontairement omis la question de sa mère disparue, sujet toujours trop sensible malgré les années passées.

Concernant mes Pokémon, le Furaiglon s'appelle Hrund, je l'ai trouvé au travail, et c'est à lui que je dois mes belles cicatrices sur mon bras. L'autre, je l'ai capturé dans une grotte à Albion, récemment.


« L'autre ». Rien qu'avec ce terme, on devinait tout de suite l'état catastrophique de la relation entre la jeune femme et son Sonistrelle.

Pour la petite histoire, la dernière fois que je suis allée à Grimecoal, personne n'avait oublié mon visage, et ça faisait des années que j'étais partie. Ils m'ont pas ratée.
(n'en témoigne le sang qui coulait toujours aussi abondamment de son nez, fragilisé, et qu'elle s'efforçait de retenir) C'est une ville vraiment pourrie. Si tu es obligé de passer par là pendant ton voyage, restes-y le moins longtemps possible, et n'attire pas l'attention. Et si t'es obligé de repasser par ici et qu'ils ont tendance à faire pareil, fais attention à toi, ou essaie de me contacter avant.

Un conseil qui ne payait pas de mine. Cybèle avait l'occasion d'aider quelqu'un qui se retrouvait dans la même situation qu'elle des années plus tôt. Si un jour, comme elle, Rico ressentait l'envie de revenir dans sa ville natale, alors l'albinos pouvait bien essayer de lui éviter de subir le même sort qu'elle-- son numéro était griffonné sur un coin de feuille. Sur la double-page suivante, le message de l'Albionaise s'achevait sur de nouvelles questions adressées au boxeur ; je ne vais pas essayer de te dissuader de voler la caisse de ton gymnase, mais tu veux pas au moins passer un message à ton coach ? Ça ne me dérangerait pas de le déposer. Et tu n'as pas peur de te faire attaquer pendant la nuit après tout ce que t'as causé, si tu dors dehors ?

Toujours assise sur le divan, ne sachant que faire maintenant qu'elle était séparée de son carnet, Cybèle avait entrepris d'appuyer sur le bec de Hrund pour le déranger. Le Furaiglon, immobile, ne cillait pas, le regard toujours rivé sur le boxeur et son Débugant. Si elle mourait demain, l'albinos pourrait au moins avoir le réconfort de savoir qu'une personne saurait qui se cachait derrière son nom. La belle affaire.
Elle ne s'expliquait pas son désir d'aider le délinquant. C'était comme si l'albinos tentait de rattraper son passé, et saisissait l'opportunité de rencontrer quelqu'un qui lui était aussi semblable pour lui éviter de regretter à son tour des erreurs passées. Lui apporter un coup de main, peut-être à cause de son vécu à elle.
PP
PA
messages
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Dresseur
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
Texte
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 13
points d'aurore : 75
Messages : 14
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Kalos
Orientation : Hétéro
Métier : Boxeur et délinquant
Avatar : Hajime no Ippo
  Ven 1 Déc - 19:19
citer
éditer
x
  Ven 1 Déc - 19:19

Grosse surprise pour le boxeur, la muette accepta de se livrer à son tour à des confidences. Cette jeune était décidément imprévisible. Tantôt sauvage, tantôt fragile, tantôt méfiante, c’était une véritable énigme. Cybèle retira son haut avec toute l’élégance qui lui était propre, dévoilant un bras recouvert de cicatrices. Rico éprouva un haut-le-cœur en constatant les effroyables stigmates. Guerrière. C’était bel et bien une guerrière. D’ailleurs, elle s’évertua à rafistoler les légères blessures de leur passage aux Poings Rouges. Elle avait sacrément morflé, songea Rico. Au moins autant que lui. D’ailleurs, le boxeur ôta à son tour son T-shirt, afin de constater les dégâts causés par la Roulade du Grodoudou. Son abdomen était recouvert d’hématomes, ses côtes zébrées de marques rougeaudes et croûteuses. Il appliqua du désinfectant à l’aide d’un mouchoir imbibé d’alcool, puis enroula la partie inférieure de son torse dans des bandages de fortune. La douleur n’était pas extraordinairement insupportable, il en conclut que rien n’était cassé.

Sûrement avait-elle dû subir une vie bien plus cruelle et dure que la sienne. Elle libéra ses deux pokémon, que Rico n’avait alors pas encore vu jusque-là. Un majestueux Furaiglon voleta jusqu’à leurs pieds, alors qu’une espèce de chauve-souris aux grandes oreilles se dirigeait vers le plafond. Une Nosferati ? Rico plissa des yeux mais ne reconnut pas l’espèce du pokémon volant. En tout cas, le Furaigon tournoyait autour de Cassius. Les deux pokémon faisaient connaissance, comme deux gamins en bas-âge. Cassius prit l’initiative, en invitant son nouvel ami à jouer. Il se mit à sprinter sur une courte distance, non sans regarder le petit aigle d’un air espiègle. Rico réagit brusquement, par réflèxe.

Hé ho ! Calmos, là ! Tu vas pas lui sentir le cul, là, non ?

Cassius réfreina son engouement, puis repris le jeu, mais d’une manière plus calme. De son côté, Cybèle écrivait rapidement sur son carnet. Après avoir terminé, elle tendit au boxeur une page recouverte de lignes. Sale vie que celle de la jeune femme. Grimecoal. Une ville à la mauvaise réputation, connue pour ses quartiers malfamés, et sa pauvreté croupissante. Une enfance passée à se battre. Il sourit non pas par moquerie, mais par compassion. La gamine qu’elle était lui rappelait l’enfant que lui était. Cet œil lui avait été confisqué, par la rudesse de ses premières années. S’ensuivit ensuite pour elle un voyage, pour finalement se ranger à Elyséa. Un échec selon elle, vu la nuit qu’elle venait de passer. Ainsi qu’une sordide histoire de meurtre. Rico fronça les sourcils. Voilà l’étape qu’il n’avait pas encore franchie. Et qu’il espérait ne pas avoir à franchir. Voilà donc le véritable visage de Cybèle, pensa Rico. Une marginale, qui n’avait connue que le combat, et qui se faisait rattraper par son passé. Le boxeur apprit ensuite que le Furaiglon répondait au nom de Hrund. Elle ne précisa même pas le nom de la chauve-souris. Peut-être qu’ils ne s’entendaient pas si bien, finalement. Il restait deux paragraphes à lire. Le premier était un avertissement. Grimecoal. Ne pas s’y attarder. Jamais. Rico acquiesça. Une cité pourrie comme celle-là n’était pas son objectif. Enfin, les dernières lignes suscitèrent une légère émotion dans le cœur de Rico. Laisser un message à Sylvio ? Se faire attaquer dehors ? Rico secoua la tête. Il répondit derechef :

Pas d’adieux larmoyant, je ne veux rien laisser derrière moi. Table rase, Cybèle. Table rase. Quant à la caisse du gymnase, faut bien qu’elle serve, non ? Sylvio économise depuis des années pour d’obscures raisons, sans prendre la peine d’en faire profiter les gamins du quartier. Et puis, je prendrai juste de quoi débuter mon voyage. Je lui en laisserai une bonne partie. Cybèle, je quitte la ville ce soir. Autrement dit, demain matin, je me réveillerai au bord de la route, avec les gratte-ciels d’Elyséa loin derrière moi. Et Débugant montera la garde s’il le faut. J’ai une tente et un matelas gonflable, ça me suffit pour dormir à la belle étoile. Ce ne sera pas la première nuit passée dehors. Bouba m’a plus d’une fois expulsé de l’appartement juste par pure colère. Mais si l’occasion se présente pour moi, je trouverai un moyen de te donner de mes nouvelles.

Cybèle venait reprendre son Furaiglon avec elle, lui caressant légèrement le bec, alors que ce dernier se concentrait sur Rico et Cassius. Le boxeur se leva, et se rendit devant le mur sur lequel était affichée la carte de la capitale, dans ses moindres détails. Rico posa son doigt sur ce qui représentait un grand bâtiment.

L’ancienne usine de papier. Elle a été abandonnée après avoir déposé le bilan, il y a plus de trente ans. C’est un squat réservé aux drogués généralement, mais la flicaille y fait des descentes rarement. L’endroit est dangereux est difficilement facile d’accès. De toutes les cachettes de Zoran, c’est la plus sûre. Non seulement il sera à l’abri des recherches de la police, mais en plus, elle se situe à deux pas des Poings Rouges. Je connais bien l’endroit, je m’y rendais quand j’étais marmot, avec mon père, de l’époque où ils étaient encore de bons amis. Enfin, j’y suis rarement retourné depuis mais … On pourra le coincer. Pour les fumigènes, j’ignore où nous pouvons en trouver mais si tu as une idée, je te suis. Nous nous rendrons ensuite directement sur place, pour en finir.
PP
PA
messages
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Informations
avatar
rang de prestige :
avatar
Affiliation
Idéalis
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
Retire ton putain de curseur de là !
Équipe Pokémon :





Fiche de présentation :
T-Card :
Fiche de liens :
Prestige : 118
points d'aurore : 415
Messages : 106
Rang de prestige : D
Âge : 26 ans
Région d'origine : Albion
Orientation : Homosexuelle
Métier : Éboueuse
Avatar : V-13/Nu-13 - Blazblue
  Sam 2 Déc - 22:26
citer
éditer
x
  Sam 2 Déc - 22:26

Pas d'adieux larmoyants. Cybèle pouvait le comprendre, bien sûr. Elle aurait probablement rétorqué la même chose-- l'albinos n'est pas très à l'aise avec les effusions d'émotions en tous genres, et son départ de Grimecoal s'était fait dans le silence le plus total. Il comptait toujours piquer l'argent de son coach. Il avait en effet ses propres raisons pour ça, que la muette ne jugea pas (elle n'était pas exactement en position de le faire). Ça allait lui faire tout drôle, au coach, de voir une grosse partie de ses économies manquer le lendemain matin, sans même parler de la disparition de l'un de ses boxeurs. Le brun partirait d'ailleurs pendant la nuit. Petite séance de camping. Sur la route.

... Bah. Il pouvait bien faire ce qu'il voulait. De toute façon, si ça s'était bien passé pour Cybèle, alors ça se passerait bien pour lui. En plus, il commençait son voyage avec -manifestement- un bon bagage d'expérience.

Le plan, cette fois, était de se rendre dans une ancienne usine de papier. Cybèle était curieuse ; elle ne connaissait pas si bien les secrets de la ville, et visiter ses bas-fonds pourrait lui être bénéfique un jour. Elle avait après tout trempé dans des milieux assez périlleux, que ce soit le combat clandestin, la délinquance ou même Idéalis, et si on venait la chercher un jour, il lui faudrait trouver où se cacher.
Bon. Donc tout ce qu'il restait à faire, alors, c'était d'aller là-bas, botter le derrière de Zoran, et partir. Comme Rico semblait être familier avec cet endroit malgré les années passées depuis sa dernière visite, Cybèle se dit qu'elle pourrait tout aussi bien se contenter de le suivre et lui prêter sa force si nécessaire. Et les ultrasons de son Pokémon, bien sûr.

Mais en réalité, l'albinos ne voulait pas se fier uniquement à l'intervention de son Sonistrelle. Elle n'avait pas vraiment confiance en son autorité vis-à-vis de la sale bête et craignait qu'il ne lui fasse une mauvaise blague, de type « en fait, non, débrouille-toi » ou même qu'il lui saute carrément au visage. La créature lui avait parfaitement obéi peu avant, c'est vrai, mais la jeune femme associait cette soumission au stress ; sous le coup de la peur, perdue, la bestiole noire et turquoise n'avait pas dû être en état de contester les sifflements de sa dresseuse, seul élément connu auquel se raccrocher.

Là, dans les faits, mieux valait se procurer des fumigènes. Beaucoup de fumigènes. Cybèle s'affala à nouveau dans le divan après avoir observé la carte, et sortit son téléphone. Elle y chercha l'adresse de quelconques magasins nautiques ou de sport. En effet, pour déjà avoir utilisé des fumigènes avant, la borgne savait qu'on trouve assez facilement des modèles plus réduits et moins dangereux que ceux de la police dans le rayon nautique-- ils servent de signaux en cas d'accident, afin de pouvoir être retrouvé plus facilement. Un seul fumigène ne suffirait probablement pas, mais en craquer plusieurs en même temps ferait facilement tomber un épais brouillard sur un couloir ou une salle. D'ailleurs, de façon générale, il y a fort à parier que personne de censé n'irait coller son visage contre celui d'une personne brandissant deux ou trois fumigènes brûlants. Après plusieurs minutes passées à éplucher les différents magasins présents dans la ville, Cybèle jeta finalement son dévolu sur une échoppe qui paraissait très modeste, non loin des bas-fonds. Il y avait fort à parier que cet endroit ne disposait pas de dispositifs d'alarme. Puis, il était fermé, et personne n'allait râler pour une intrusion dans un magasin aussi petit, et sans réels dégâts.

Cybèle se releva donc tranquillement, enfilant son manteau à nouveau malgré le fait qu'il ne soit plus vraiment impeccable-- l'albinos se dirigea d'abord vers un comptoir où se tenait une employée, afin d'y demander des boules quies. Évidemment, en centre Pokémon, c'était un peu cher mais tant pis, mieux valait ça qu'un séjour à l'hôpital, et Cybèle n'allait pas se défiler maintenant. La borgne paya sans faire d'histoires et regarda les morceaux de mousse colorés, emballés dans du plastique, d'un air curieux. Elle n'aurait jamais cru un jour dépendre d'une babiole jaune fluo.

Avant de quitter le Centre Pokémon, Cybèle prit le temps de ranger avec minutie le contenu de la trousse de secours et de la rendre à l'infirmière, qui la remercia, un tantinet surprise. Elle lança ensuite un paquet de boules quies à son acolyte du soir avant de retourner dans les rues froides, ses Pokémon sur les talons. Le Sonistrelle volait un ou deux mètres au dessus de sa dresseuse, tandis que Hrund s'était perché sur son épaule, les yeux grands ouverts.

Tandis qu'elle marchait sur les pavés, la jeune femme entreprit d'écrire un mot sur son téléphone, avant de le montrer à Rico. La note était accompagnée des coordonnées du magasin en direction duquel elle se rendait ; je vais entrer dans ce magasin, il faudrait que tu restes à l'extérieur pour surveiller ce qu'il se passe. Il ne devrait y avoir personne à cette heure-ci, mais on ne sait jamais. Cybèle n'était pas particulièrement stressée ou gênée à l'idée de s'introduire quelque part par effraction. Il lui faudrait juste éviter de faire du bruit-- vu la tête de l'endroit, il y avait fort à parier que ce petit commerce abritait ses propriétaires à l'étage, à défaut d'être protégé.

* * *

Une fois arrivée, Cybèle observa un long instant la devanture du magasin. Les vitrines étaient en verre, tout comme une grande partie de la porte, mais la jeune femme ne se voyait pas entrer par là. Avant toute chose, l'ancienne combattante glissa sa longue tresse blanche sous ses vêtements, et enfila sa capuche. Elle entreprit ensuite de faire le tour du local, trouvant sur un côté une fenêtre de taille plus réduite et probablement moins bruyante à briser.

Bon. Cybèle tenait à garder son trench-coat en bon état au cas où il y aurait tout de même des caméras (même si, certes, en terme de discrétion on a vu mieux), et c'est pour cette raison que la jeune femme retira à la place son T-shirt, après avoir préalablement enlevé son manteau. De toute façon, elle n'était pas pudique, et avait des sous-vêtements. Le haut en main, l'albinos enfila aussitôt à nouveau son manteau, cachant les hématomes couvrant son dos, et le boutonna rapidement pour finalement remettre la capuche. La jeune femme entreprit de siffler doucement Hrund, toujours sur son épaule : la créature était toute ouïe. Après encore quelques ordres mystérieux administrés en morse, l'oisillon se rapprocha de la vitre et plaqua son bec pointu contre celle-ci, avant de le glisser vers les coins tout en y mettant des coups, les moins bruyants possibles.

Sous la pression mise à son extrémité, le verre se fissura comme par magie sur une surface réduite avec un petit bruit sec, sans pour autant s'effondrer. Cybèle enveloppa sa main dans son T-shirt plié plusieurs fois, et entreprit de faire tomber les particules de verre en tentant d'en ramener le plus possible vers l'extérieur. La jeune femme glissa ensuite son bras vers l'intérieur de la pièce et plaqua le morceau d'étoffe contre la vitre, avant de siffler à Hrund un nouvel ordre. Le seul bruit qui retentit fût celui du coup de bec puissant de l'oiseau contre la vitre pendant une fraction de seconde-- les morceaux ne tombèrent pas au sol, amassés dans le T-shirt de Cybèle, qui récupéra le tissu avant de le poser avec précaution sur un rebord.

Le plus silencieusement possible, l'albinos retira son cache-œil une fois dos à Rico, toujours en cas de caméras, et se glissa à l'intérieur du magasin, tentant de se maîtriser malgré son cœur battant. On ne peut pas être parfaitement calme dans ces moments-là. Il y a toujours cette crainte de se faire attraper.
À pas feutrés, pendant pas plus de deux ou trois minutes, la borgne parcourut les rayons, peu nombreux, avant de trouver des lots de fumigènes, par trois, au milieu de divers accessoires-- gants, filets, cannes à pêche et autres. L'albinos jeta un œil au prix de l'objet tant convoité (ce n'était pas si cher, aussi étonnant que ça puisse paraître), et en saisit quatre lots.

Sur le point de repasser par la fenêtre pour sortir, tandis que le magasin était plongé dans le silence, Cybèle hésita un instant, et finit par poser un billet sur la caisse de l'échoppe. Elle était certes furieuse contre Zoran, bien qu'un peu plus calme. Mais les propriétaires de ce magasin n'y étaient pour rien-- et c'était surtout pour elle, pour ne pas trop culpabiliser. Cybèle en avait sa claque de passer pour une criminelle.

L'albinos, une fois revenue en extérieur, s'éloigna aussitôt du magasin en invitant Rico à la suivre. Elle vida le contenu de son T-shirt dans une poubelle sur le chemin avant de rouler le vêtement de sorte à ce qu'il rentre dans l'une des larges poches de son manteau. Il faisait un peu froid, mais ce n'était pas un gros problème. Et au pire, s'il lui fallait retirer son trench-coat une fois à l'usine, eh bien tant mieux, ça surprendra les ennemis. Cybèle remit son cache-œil rapidement et laissa sa tresse tomber le long de son dos à nouveau. Elle tendit ensuite deux lots de fumigènes à Rico en silence, avant de sortir son téléphone. Il faisait trop noir pour écrire sur un carnet. La borgne avait fait sa part du travail-- au dessus de sa tête tournaient toujours ses compagnons ailés ; mieux vaut ne s'en servir que dans des endroits clos, ça sera probablement pas aussi efficace en extérieur. On bouge ? Au cas où, je sais lire sur les lèvres. Elle est où, cette usine ?

En effet, le mutisme s'accompagnant souvent de surdité, la mère de Cybèle avait d'abord pensé à lui apprendre à lire sur les lèvres des gens et à analyser son environnement. Il s'avéra plus tard que la jeune demoiselle entendait parfaitement bien ce qu'on lui disait, mais ces compétences avaient été des atouts indéniables dans sa vie. Là, par exemple, une fois qu'ils mettraient leurs boules quies, ça éviterait à Rico d'être obligé de hurler pour se faire comprendre. Ou bien, simplement s'il souhaitait être discret, il n'était pas obligé de parler à voix haute. Ça pourrait aussi servir d'excuse à Cybèle pour lui demander de se taire si elle n'avait plus envie de l'entendre une fois qu'ils s'infiltreraient dans l'usine.

La parole est d'argent, mais le silence est d'or.
Ce genre de trucs.
Contenu sponsorisé
PP
PA
messages
Contenu sponsorisé
Informations
rang de prestige :
Contenu sponsorisé
Affiliation
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
 
citer
éditer
x
 

 
Aux Poings Rouges (avec Cybèle)
 Sujets similaires
-
» Gros Mek avec CFK et Krameur
» Avec ce projet, Alexis pourra donner 100,000 emplois permanents aux Haitiens
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» perdu avec sa veste [PUBLIC]
» Orthographe tu me tues et tu meurs avec moi
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum